DEPUIS JANVIER 2010 AT-TAWHID 24 : « Le Shirk dans l'invocation » - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:26

 

 

 

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

 

AT-TAWHID 24 :

« Le Shirk dans l'invocation »

 At-Tawhid monothéisme Islam 24

----------------o LE MONOTHEISME EN ISLAM  o---------------

 

 

Le Shirk dans l'invocation partie 1/2

Posté le 27 décembre 2005 à 10h01 - Extrait de "l'association relative à l'invocation" par le frère Muhammad Al Karimi, revue et corrigé par le shaykh Adnan Ibn Muhammad Al 'Arour. Mis en forme par Al-Mourabitoune.

I. La définition de l'invocation

L'invocation peut avoir plusieurs synonymes parmi lesquels : l'adoration, l'unicité, l'appel au secours, la demande etc...

L'invocation est l'une des plus importantes adorations. Elle a été évoquée dans le Saint Coran à trois cents reprises, et Allah, , l'a appelé adoration.

Na'man Ibn Bachir, , a dit : « J'ai entendu le Prophète, , dire alors qu'il était sur le Minbar : "L'invocation c'est l'adoration" puis il récita du Saint Coran : Invoquez Moi que Je vous exauce. Ceux qui sont trop orgueilleux pour M'adorer entreront prostrés dans la Géhenne[Sourate L'Indulgent, verset 60].

II. Le jugement d'Allah concernant celui qui invoque autre que Lui

S'il a été acquis que l'invocation est une adoration parmi les plus grandes et une soumission des plus importantes, et qu'on ne doit se tourner que vers Allah dans toute adoration, donc celui qui invoque ou appelle au secours ou demande asile à d'autres qu'Allah dans les choses que seul Allah peut faire, est tombé dans la mécréance. Peu importe si cet autre (celui qui a été adoré) est un prophète ou un homme vertueux (wali) ou un ange ou un diable ou tout autre créature. Allah a dit dans le Saint Coran : Les oratoires (les mosquées) n'appartiennent qu'à Allah. N'invoque personne avec Allah[Sourate Les djinns, verset 18]. Le Prophète, , a dit : « Celui qui invoque autre qu'Allah, l'a pris comme égal à Allah » et « Quiconque meurt en invoquant un autre (égal) qu'Allah entrera au feu ».

Les associateurs arabes que le Prophète, , a combattus n'ont jamais dit de leurs idoles qu'elles créent ou attribuent la nourriture ou règlent l'ordonnance de ceux qui s'adressent à elles. Au contraire, ils savaient que tout ceci n'appartient qu'à Allah comme il a été évoqué plusieurs fois dans le Saint Coran. Mais ils les invoquaient ou les appelaient au secours tout en déclarant qu'Allah est le Créateur, que c'est Lui qui administre tout et qui attribue la nourriture.

Allah dit dans le Saint Coran : Si tu leur dit qui a crée les cieux et la terre ? Ils diront Allah »

Mais la cause de ce chirk (association) c'est que l'associateur croit que cet intermédiaire (Prophète, Wali, Ange, Djinn) a une position chez Allah qui lui permet de donner à qui il veut, ce qu'il veut et qu'il intercède en faveur de qui il veut. Allah a dit dans le Saint Coran : Quant à ceux qui se donnent hors Lui des protecteurs... - Mais nous les adorons que pour qu'ils nous rapprochent de Lui en niveau...[Sourate 39, verset 3].

Qatada, le grand tabi' (successeur des compagnons du Saint Prophète), a dit : « Quand on leur dit : "qui est votre Seigneur et Créateur, et qui a crée les cieux et la terre ?, et qui fait descendre la pluie du ciel ?" - Ils répondent : "Allah". Quand on leur demande : "que signifie cette adoration de statue ?" - Ils répondent : "pour qu'ils nous rapprochent d'avantage d'Allah et pour qu'ils intercèdent en notre faveur" ».

III. Les premiers associateurs

Le premier chirk (association) qui est apparu est celui du peuple de Noé . Il est certain qu'Adam, , a laissé sa descendance dans le tawhid (l'unicité) pur. Dans l'explication du verset coranique : Les hommes ne formaient qu'une communauté unique croyante. Puis (à cause de leurs divergences) Allah envoya des prophètes comme annonciateurs et avertisseurs ; et Il fit descendre avec eux le Livre contenant la Vérité, pour régler parmi les gens leurs divergences...[Sourate 2, verset 2 et 3]

Ibn Kathir a dit : « Ibn Jarir a dit : "... d'après Ibn ‘Abbas : entre Noé et Adam dix siècles s'écoulèrent ; tous obéissaient à une législation de vérité (tawhid), et les gens ont divergé. Allah envoya alors les prophètes comme annonciateurs et avertisseurs". ... les gens étaient sur la religion d'Adam jusqu' ce que des gens ont adoré les statues. Allah envoya Noé, et il était le premier prophète qu'Allah a envoyé aux gens de la terre ».

Notez que Noé, , est le premier Messager (Rassoul) en s'appuyant sur le long hadith de l'intercession : « ... allez vers Noé, ils vont voir Noé et ils diront : "ô Noé tu es le premier des messagers... " ».

Dans le Sahih, Ibn ‘Abbas, qu'Allah l'agrée, a dit à propos du verset coranique : Se disant : "Ne laissons pas nos Dieux, ne laissons ni Wadd, ni Suwâ, ni Yaghûth, non plus Yauq, ni même Nasr"[Sourate Noé]

« Ce sont les noms d'hommes vertueux du peuple de Noé. Lorsqu'ils périrent, Satan inspira à leur peuple de dresser des idoles aux endroits où ils s'installaient. Ils leurs donnèrent les noms de ces hommes. Ils s'exécutèrent, mais les idoles ne furent pas adorées. Jusqu'à que ceux-ci périrent et le Savoir fut oublié, ces statues furent adorées... ».

Dans une autre version, ils ont dit : « Nos prédécesseurs ne glorifiaient ceux-là que parce qu'ils espéraient qu'ils intercèdent en leur faveur ».

IV. Les voies qui mènent à l'association

On peut déduire de ce qui précède les points suivants :

1- Dépasser l'extrême dans la vénération des gens vertueux pousse vers le chirk (association)/ Les hommes dont les noms ont été évoqués dans la Sourate Noé : Wadd, Suwâ, Yauq... sont en réalité des hommes vertueux connus pour leur piété et leur sagesse. Donc les gens les respectaient et les vénéraient parce qu'ils voyaient en eux la bonté et le rapprochement vers Allah. Par conséquent, ceci les a poussés à dépasser l'extrême dans leur amour et vénération. Après, Satan les a poussés vers un stade plus avancé qui est le suivant.

2- Installation sur les tombes et les prendre comme lieu de retraite. Quand ces hommes vertueux sont morts. Leurs compagnons ont été chagrinés par leur mort. Ils les prenaient comme un modèle de piété et les glorifiaient tellement qu'ils ont pris leurs tombes pour lieu de retraite et adoraient Allah sur leurs tombes.

Ibn Al-Qayyem a dit : « Plus d'un homme des anciens (salafs) a dit que lorsqu'ils moururent, ils s'installèrent à leurs tombes puis sculptèrent leurs statues mais le temps passa et ils les adorèrent ». Puis Satan les a poussés au stade suivant.

3- Bâtir sur les tombes et modeler des statues (églises, mosquées sur les tombes etc...). Après avoir pris leurs tombes comme lieu de retraite, ils ont dit : « Puisque ces hommes vertueux sont morts et qu'ils ne sont plus avec nous, qu'est ce qui nous empêche de modeler des statues qui représentent ces hommes là ? ».

Pour eux ces statues sont une représentation et un remplacement de la vérité qu'ils ont perdue. Par conséquent, lorsqu'ils voient ces statues c'est comme s'ils voyaient vraiment ces gens vertueux : Wadd, Suwâ... Et ceci va les pousser à adorer Allah et faire plus d'effort dans l'obéissance à Allah comme ils le faisaient au temps où ces hommes vertueux étaient présents parmi eux.

En effet, ils ont modelé ces statues ; innovation qu'Allah n'a pas légiféré mais ils ne les ont pas adoré jusqu'au moment où le savoir fut oublié.

4- Le savoir fut oublié comme nous l'a informé l'exégète du Saint Coran, Ibn ‘Abbas. « Quand l'ignorance s'est généralisée, les gens ne savaient plus faire la différence entre le "tawhid" (l'unicité) et le "chirk" (l'association). Les "têtes" des égarés ont égaré la majorité des gens en leur disant que leurs ancêtres adoraient les statues et imploraient la pluie par leur intermédiaire. C'est ainsi qu'elles furent adorées. ».

Et d'après Ibn Jarrir également, ils ont dit : « Nos prédécesseurs n'ont vénéré ceux-là (hommes vertueux) que par espérance qu'ils intercéderaient en leur faveur ». Allah est Sage et Juste. Il n'enlève pas le savoir du cœur des savants, mais Il prend la science quand Il
prend le savant. ‘Abdullah Ibn ‘Amr Ibn Al ‘As a dit : « J'ai entendu le Messager d'Allah, , dire : "Allah ne reprend pas la science en l'arrachant aux gens, mais Il la reprend en reprenant l'âme des savants jusqu'à n'en laisser aucun. Les gens mettent à leur tête des ignorants. On les interrogent sur certaines questions. Ils donnent leur avis sans se baser sur aucune science. Ils s'égarent ainsi et égarent les autres. ».

La question qui se pose maintenant est: qui leur a permis de prendre les tombes comme lieu de retraite et de modeler des statues alors qu'Allah n'a pas permis cela ni ne l'a légiféré ? Allah a dit dans le Saint Coran :... Ou serait ce qu'ils ont des associés qui leur auraient édicté (légiféré) sous couleur de religion ce qu'Allah n'autorise pas[Sourate La concertation, verset 21].

La réponse est que c'est l'ignorance. Allah dit encore : Ils adorent, en dehors d'Allah, ce qui peut leur valoir ni dommages ni avantages, et disent : "ceux-là sont nos intercesseurs auprès d'Allah". Dis : "prétendez-vous informer Allah de rien qu'Il ignore aux cieux et sur la terre ?" - O transcendance, tellement au dessus de ce qu'on Lui associe ![Sourate 10, verset 18].

 

Le Shirk dans l'invocation partie 2/2

Posté le 06 janvier 2006 à 05h21 - Extrait de "l'association relative à l'invocation" par le frère Muhammad Al Karimi, revue et corrigé par le shaykh Adnan Ibn Muhammad Al 'Arour. Mis en forme par Al-Mourabitoune.

V. Elimination des voies qui mènent vers l’association

Vue l’importance du "chirk" (association) et son danger, Allah et son Prophète Mohammed, , ont barré tous les chemins qui y mènent :

1- Barrer le chemin qui mène vers l'exagération dans la vénération des hommes vertueux (al-gholou)

Allah dit dans le Saint Coran : Gens du Livre, ne vous portez pas à l’extrême en votre religion. Ne dites sur Allah que le vrai, seulement que le Messie Jésus, Fils de Marie, était l’envoyé d’Allah, et Sa Parole, projetée en Marie, et un Esprit venu de Lui. Croyez en Allah et aux envoyés, ne dites pas : "Trois" ; Cessez de le dire : mieux cela vaudra pour vous ! Allah est un Dieu Unique. A sa transcendance ne plaise qu’il eût un Fils ![Sourate 4, verset 171].

Voilà qu’au lieu de s’en tenir à une position prudente, les chrétiens ont dépassé la mesure dans la vénération de Jésus fils de Marie jusqu’à l’élever au dessus du degré qu’Allah Tout Puissant lui a assigné. Ils ont dit qu’il est le fils de Dieu. Ils ont dit aussi que Dieu est le Messie fils de Marie . Ils l’ont également définit comme étant le troisième d’une triade (le père, le fils et le Saint Esprit) à sa Transcendance ne plaise élevé soit-Il par dessus ce qu’ils Lui attribuent.

Le Prophète, , nous a mis en garde afin qu’on n’emprunte pas la voie des chrétiens. ‘Omar rapporte que le Messager d’Allah, , a dit : « Ne me vantez pas comme les chrétiens ont vanté le fils de Marie. Je ne suis qu’un serviteur ; dites le serviteur d’Allah et son Messager ».

‘Abdul Rahman Al Ash-Sheikh a dit : « Mais les polythéistes ont désobéi à Son Ordre et L’ont glorifié en utilisant la façon qu’Il a interdite ; Ils le contredirent et égalèrent les chrétiens dans leur dépassement de mesure ».

Remarque les vers qu’a composés Al-Boussiri dans son poème où il fait l'éloge du Prophète :

Ce monde et le Jour Dernier font partie de ta générosité
Parmi tes connaissances, la connaissance de ce qui est dans la Table Gardée et le Qalam.

Remarque comment cette personne a égalé le Prophète avec Allah dans la royauté et la connaissance de l’inconnaissable (mystère) qui sont les attributs propres à Allah. Les deux vers dégagent un polythéisme clair.

Ibn Taymiyya a dit : « Quiconque de cette nation imite les juifs et les chrétiens en se portant à l’extrême en sa religion sera leur pareil ».

Et ‘Ali, , a brûlé les extrémistes des chi’ites. Il a creusé des fosses qu’il a alimentées de feux à la porte de Kinda (l’une des portes d’Al-Koufa en Irak) et les a jeté dedans. Mohammed Hamid el Faqqi, , explique : « Les extrémistes chi’ites brûlés sont ‘Abdullah Ibn Sabâ le juif et ses compagnons. Ils ont dit que ‘Ali est leur dieu. Il leur a conseillé de cesser, mais ils ont refusé. ‘Abdullah Ibn Sabâ le juif a voulu par là créer le trouble, diviser la communauté en sectes et ouvrir des zones de faiblesse dans le rang des musulmans ».

2- Barrer le deuxième chemin vers le chirk qui est de prendre les tombes comme lieu de retraite

a. Interdiction de faire la prière à côté des tombes

- Selon Abi Marthad Al Ghanoui, il a entendu le Messager d’Allah, , dire : « Ne priez pas en vous dirigeant vers les tombes et ne vous asseyez pas sur elles ».
- Abou Saïd El Khoudri a dit : « Le Messager d’Allah, , a dit : "La terre entière est un lieu pour faire la prière, à l’exception du cimetière et des lieux d’aisance (hamam)" ».
- Abou Hourayra a dit : « Le Messager d’Allah, qu’Allah le bénie et le salue, a dit : "Ne transformez pas vos maisons en tombes car Satan fuit de la maison où la Sourate La vache est récitée" ».

In Taymiyya a dit : « Mais si l’homme effectuait la prière à côté de ces tombes avec l’intention d’obtenir la bénédiction de l’endroit par la prière, il serait en train de défier Allah et Son Messager, contredire sa religion et inventer une religion sans la permission divine. Les musulmans ont unanimement agrée ce qu’ils ont su par nécessité de la religion du Messager d’Allah que la prière à côté des tombes est interdite. ».

b. Interdiction de prendre les tombes comme lieu de retraite

Parmi les traditions les plus mauvaises qui n’ont aucun rapport avec l’Islam, c’est de prendre certaines tombes, mausolées ou dômes comme lieu de réunion qu’on visite dans des saisons bien précises dans le but de l’adoration. Le Messager d’Allah a interdit tout cela : « Ne transformez pas vos maisons en tombes, ni ma tombe en un lieu de retraite (pour célébrer une fête) ; priez pour moi car vos prières me sont transmises là où vous vous trouvez ».

La fête (el ‘aïd) est toute réunion publique célébrée chaque année, chaque mois ou chaque semaine. Elle peut être le nom d’un endroit où la réunion est effectuée pour une adoration ou autres tout comme Allah a désigné la Mosquée Sacrée, Mina, Mouzdalifa, ‘Arafa comme lieux de retraite où les gens se réunissent pour y effectuer différentes sortes d’adoration. Les polythéistes avaient également des lieux de retraite pour s’y réunir comme les tombes de prophètes et de gens vertueux. L’Islam, à son avènement, abrogea tout ceci et imposa d’autres lieux de retraite comme Mina, Mouzdalifa, ‘Arafa...

Le cheikh Al Albani, qu’Allah le protège, a dit : « Le hadith ci-dessus (rapporté par Abou Dawoud) est renforcé par un autre hadith où Souhaïl a dit : "Al Hassan fils de Al Hassan fils de ‘Ali bin Abi Talib, , me vit près de la tombe du Prophète et m’appela. Il se trouvait alors chez Fatima, , en train de dîner :

- "Viens dîner avec moi", dit-il.
- "Je ne le désire pas", répondis-je.
- "Que fais-tu près de la tombe ?", demanda-t-il
- "J’ai salué le Prophète, qu’Allah le bénie et le salue", répondis-je

Et Al Hassan de me dire : "Si tu entres dans la mosquée salue-le". Le Messager d’Allah a dit : "Ne transformez pas ma tombe en lieu de retraite, ni vos maisons en tombes. Priez pour moi car vos prières me sont transmises là où que vous soyez. Allah a maudit les juifs et les chrétiens, ils ont pris les tombes de leurs prophètes en lieux de prière" ».

Ibn Taymiyya a dit dans l’explication de ce qu’a dit Al Hassan : « ... preuve que la tombe du Prophète, , est la meilleure tombe sur cette terre. Pourtant il a interdit de la prendre comme lieu de retraite. Donc, certainement l’interdiction concerne toute autre tombe. Puis le Prophète, qu’Allah le bénie et le salue, a ajouté directement après "et ne transformez pas vos maisons en tombes" : "continuez à y prier, invoquer et lire le Coran sinon elles deviendront telles les tombes". Il ordonna d’accomplir les adorations dans les maisons et les a interdit près des tombes, contrairement aux agissements des chrétiens polythéistes et ceux qui les imitent. Et voilà que l’un des plus grands successeurs de compagnons, qu’Allah les agréé, qui fait partie de la famille du Prophète (Ahl al bayt) a interdit la personne (Souhaïl) de rentrer dans la mosquée dans la seule intention de saluer le Prophète, , dans sa tombe et a considéré ceci comme prendre la tombe pour lieu de retraite. Toutefois, il lui a autorisé de le saluer s’il rentre à la mosquée avec l’intention d’y prier... ».

3- Barrer le troisième chemin qui mène au chirk : bâtir sur les tombes

- Il est cité dans le Sahih d’après ‘Aïcha qu’Oum Salama a parlé au Messager d’Allah d’une église qu’elle avait vue en Abyssinie et des peintures (représentations) qui s’y trouvaient. Il lui a dit : « Lorsqu’un homme vertueux ou un serviteur vertueux meurt chez ce peuple, ils lui construisent sur sa tombe une mosquée (un oratoire) et y mettent des peintures (y dessinent des dessins). Ils sont les créatures les plus vicieuses auprès d’Allah. ».

- Aïcha et Ibn ‘Abbas, , rapportent que lorsque le Messager d’Allah fut à l’article de la mort, il mit un tissus sur son visage, et à chaque fois que le morceau de tissus l’étouffait il l’enlevait et disait : « Que la malédiction d’Allah soit sur les juifs et les chrétiens qui ont pris les tombes de leurs prophètes comme des mosquées ». Aïcha a dit : « à titre de mise en garde contre ce qu’ils ont commis ».

- Joundoub ibn ‘Abdullah a dit : « J’ai entendu le Prophète, , dire cinq jours avant sa mort : "Je me désavoue auprès d’Allah d’avoir pris l’un de vous comme intime ami (khalil) car Allah m’a pris pour intime ami tout comme Il a pris Ibrahim pour intime ami. Si je devais prendre comme intime ami un homme de ma nation, j’aurais choisi Abou Bakr. Or ceux qui vous ont précédés prenaient les tombes de leurs prophètes comme mosquées, ne prenez pas les tombes comme mosquées ; je vous l’interdis. ».

Aussi, te conseilles-tu, chers lecteurs, de méditer sur ces hadiths authentiques qu’on peut considérer comme le sermon du Prophète, , au moment de faire ses adieux.

- Cheikh Mohammed Hamid el Faqqi, , dans son commentaire des deux derniers hadiths soulignés dit : « Le Prophète, qu’Allah le bénie et le salue, les a maudit parce qu’ils se dirigent vers la tombe pour prier même si le prieur fait sa prière en s’adressant à Allah. Donc, celui qui fait la prière à côté des tombes et les prend pour mosquée est maudit parce que ceci peut pousser vers le chirk. Encore plus grave s’il adore l’habitant de la tombe de n’importe quelle manière et lui demande d’accomplir ce qu’il ne peut réaliser. C’est en fait la grave conséquence qui résulte de la prise des tombes comme mosquées. Et la malédiction ne concerne pas la personne des juifs et des chrétiens ni leurs époques non plus leurs noms, mais elle concerne leurs actes, de même que ceux qui les ont imité dans ces actes. Aussi la malédiction est-elle plus grande sur ceux qui ont commis ce qui a de plus grave (l’adoration des tombes par exemple). Le Prophète, , a mis en garde sa communauté de recevoir la malédiction comme les juifs et les chrétiens... ».

- Muslim rapporte dans son Sahih : Jaber, , a dit : « Le Messager d’Allah, qu’Allah le bénie et le salue, a interdit de blanchir à la chaux la tombe, de s’asseoir dessus et d’élever sur elle une construction ».

- Abou Al Hayyaj Al Asdi a dit : « ‘Ali, qu’Allah l’agrée, m’a dit : "Veux-tu que je te recommande ce que le Messager d’Allah m’a recommandé ? Fais disparaître toute image, aplanis toute tombe qui est protubérante." »

L’imam Chawkani, , dans l’explication de ce hadith a dit : « Elever les tombes plus que la normale est interdite quelle que soit la personne enterrée, les compagnons de l’imam Ahmad, un groupe de savants, Malek et Shafa’i étaient unanimes là- dessus »

Il a dit aussi : « Elever les tombes signifie mettre toute sorte de construction sur la tombe notamment les dômes et les chapelles élevées, ceci est considéré comme prendre les tombes comme mosquées et le Prophète, , a maudit celui qui commet ce genre d’actes ».

- Mohammed Ibn Ismaïl Assanaâni dans son livre "Tatehir Al I’tiqad" a dit : « Ces dômes et plaques funéraires sont devenus la plus grande excuse au polythéisme et à l’incrédulité, et le plus grand moyen de détruire l’Islam. Ceux qui construisent sur les tombes sont les rois, les sultans, les chefs et les gouverneurs ou une de leur parenté ou les hommes réputés pour être vertueux, savant, sophiste, pauvre ou grand cheikh. Ceux qui le connaissent lui rendent visite sans l’implorer : ils ne font que prier pour lui et lui implorer pardon jusqu’ ce que tous ceux qui le connaissent meurent. Ceux qui viendront après eux trouveront une tombe surmontée d’une construction éclairée par des bougies, meublée luxueusement, entourée de rideaux, garnie de fleurs. Ils croiront que tout cela est ainsi fait pour obtenir un bien ou repousser un mal, et il y aura des gens qui mentiront et prétendront que le mort a fait telle ou telle chose, a causé du mal à certains et a servi d’autres, et feront tout pour les convaincre. ».

Remarque, qu’Allah te soit clément, comment notre nation a suivi minutieusement la voie de ceux qui l’ont précédé parmi les associateurs du peuple de Noé, les juifs et les chrétiens. Le Prophète, , nous a informé que : « L’heure ne se lèvera que lorsqu’une partie de ma nation suivra les polythéistes et que de grands regroupements de ma nation adoreront les idoles ».

4- Barrer le quatrième chemin conduisant au chirk : l’ignorance

Sache, qu’Allah te soit miséricordieux, que l’origine de l’association et de l’innovation est l’ignorance. Donc, la première chose qu’a imposé Allah :swt; aux humains c’est de Le connaître : connaître Ses attributs qui exigent un dévouement exclusif dans Son adoration et un éloignement de l’adoration d’autrui.

- L’imam Al Boukhari a mis dans son Sahih un chapitre spécial intitulé : La connaissance (ou la science) avant la parole et l’acte, conformément aux paroles divines : Sache qu’en vérité qu’il n’y a de divinité qu’Allah(Sourate 47, verset 19). Il a donc commencé par le savoir.

- Al Hafez Ibn Hajar dans son explication de ce chapitre a évoqué les paroles d'Ibn Al Mounayyir qui a dit : « Ceci signifie que la connaissance est la condition dans l'authenticité de la parole et de l'acte qui n'ont aucune considération en son absence, elle les précède parce qu'elle corrige l'intention qui corrige l'acte... ».

- Abou Bakr Al Anbari a dit : « Le muezzin quand il dit : "Ach-had an'lâ ilâha ill'Allah" signifie : "Je sais qu'il n'y a de divinité qu'Allah et j'exprime clairement qu'il n'y a de divinité qu'Allah" ». Donc l'attestation "Il n'y a point de divinité qu'Allah" ne doit pas se réduire à la prononciation mais il faut connaître le vrai sens de cette formule et la mettre en pratique en s'éloignant de toute forme d'association et en se désavouant du Taghoût. Allah a dit : Quiconque mécroit au Taghoût tandis qu'il croit en Allah, saisit l'anse la plus solide(Sourate 2, verset 256).

- Cheikh Mohammad Hamed al Faqqi dit d'ailleurs: « Beaucoup de gens se trompent dans la compréhension du hadith : "Celui qui dit : il n'y a point de divinité qu'Allah entre au Paradis". Ils croient que juste le fait de prononcer cette formule suffit pour que la personne soit sauvée de l'Enfer et entre au Paradis, ceux qui pensent ainsi parmi les prétentieux n'ont pas compris le sens de cette formule parce qu'ils n'ont pas médité là-dessus. Le vrai sens de cette formule est de s'éloigner de tout autre adoré et de s'engager à se dévouer exclusivement à Allah dans l'accomplissement de toute sorte d'adoration, et bien entendu les accomplir conformément à ce qu'Il a aimé et agré (légiféré). Par conséquent, celui qui ne met pas en application le vrai sens de cette formule qui est d'adorer Allah ou bien celui qui accompli certaines sortes d'adoration et avec ceci adore autre qu'Allah en invoquant par exemple les gens vertueux et en faisant un vœu pour eux a finalement démoli son attestation "Il n'y a point de divinité qu'Allah", et son témoignage ne lui sera pas utile. Si le fait juste de prononcer cette formule (la chahada) était suffisant, les associateurs n'auraient même pas combattu le Prophète, , ni pris pour ennemi.
Allah a dit : Sache qu'en vérité, il n'y a de divinité qu'Allah ! et Il a dit à l'exception de ceux qui rendent témoignage à la Vérité et qui possèdent la Science(Sourate 43, verset 86).

 Donc celui qui ne met pas en application cette formule, sa prononciation ne lui sera pas utile. Et quiconque s'accorde certaines sortes d'adoration à autre qu'Allah est soit ignorant de sa signification ou menteur. Ceux-là sont les prétentieux des plus perdants en leurs œuvres ceux-là dont l'élan se fourvoya dans la vie d'ici-bas, et qui s'imaginaient que c'tait là pour eux bel artifice(Sourate 18, verset 103-104)

VI. Ambiguïtés propagées par certaines sectes égarées et réponses à ses ambiguïtés

Beaucoup de meneurs à l'égarement disent que l'invocation des morts est permise (celle des prophètes, hommes vertueux...) et qu'ils entendent l'appel du vivant. Et puisque les prophètes et les hommes vertueux ont accompli de leur vivant des miracles et des prodiges, ils pourront les accomplir après leur mort et donc peuvent répondre à ceux qui les invoquent, apporter secours et intercéder en leur faveur.

Il est important de savoir que les miracles et les prodiges ne sont pas attribués à ceux qui les font. Le miracle est un don d'Allah aux prophètes de même pour les prodiges (karamat) envers les hommes vertueux. Le miracle ne dépend pas du pouvoir ni de la volonté du prophète. Et donc on ne peut jamais demander à un prophète de faire un miracle indépendamment de la volonté d'Allah.

Moussa, , n'a pas pu fendre la mer en deux de sa propre volonté, avec son bâton. 'Issa, , n'a pas ressuscité les morts et donné la vie à un oiseau fait de glaise indépendamment de la permission d'Allah. Allah dit dans le Saint Coran : ... Pour vous je pétris de glaise une figure d'oiseau, puis je souffle dedans, et par la permission d'Allah, c'est un oiseau. Et je guéris l'aveugle né et le lépreux et je ressuscite les morts par la permission d'Allah...(Sourate 3, verset 49).

C'est pour cela que "par la permission d'Allah" se répète, pour montrer aux gens que 'Issa, , n'est qu'un intermédiaire et que finalement c'est Allah qui en est l'Auteur. Les compagnons n'ont demandé au Prophète que ce qu'il pouvait faire en tant qu'être humain. Bien qu'Allah lui ait donné des miracles, ils savaient qu'ils ne dépendaient pas de sa propre volonté. Par contre, ils lui demandaient d'invoquer Allah pour eux, comme le cas de l'homme qui dit au Prophète, , alors qu'il prêchait : « ô Prophète d'Allah, nos biens sont perdus, nos enfants sont affamés. Invoque Allah pour nous. ». Le Prophète leva ses mains alors que dans le ciel il n'y avait pas de nuages. Et avant qu'il ne les baisse, un nuage gros comme une montagne surgit. Le vendredi suivant, l'homme lui dit : « ô Messager d'Allah, nos constructions ont été démolies et nos biens ont été emportés par l'eau, invoque Allah pour nous (d'arrêter la pluie) ». Le Prophète, , leva ses mains et dît : « O Allah fait que la pluie tombe autour de nous (champs, montagne...) et non sur nous (habitations, routes...) », les nuages se dissipèrent au dessus du Prophète . Cet homme a demandé au Prophète d'invoquer Allah pour qu'Il fasse tomber la pluie. Il ne lui a pas demandé de faire tomber la pluie et d'arrêter la pluie, sinon il serait un associateur car il lui aurait demandé des choses que seul Allah peut accomplir.

Si au meilleur des fils d'Adam, , notre Prophète, , à qui Allah a donné les plus grandes faveurs, on ne peut lui demander ce que seul Allah peut donner, qu'en est-il donc des autres prophètes ou hommes vertueux qui sont dans une position moins élevée.

Les adorateurs des tombes peuvent poser un autre problème. Ils peuvent dire qu'ils sont d'accord avec ce qu'on a évoqué, ils vont donc demander aux prophètes et aux hommes vertueux uniquement ce qu'ils étaient capable de faire de leur vivant. Ils ne vont pas dire : « O prophète, guéris-nous ou sauve-nous » mais ils vont dire : « ô prophète, demande à Allah de nous guérir... » ou ils ne vont pas dire : « O prophète, enlève nos pêchés » mais ils vont dire : « O prophète, implore Allah pour la rémission de nos pêchés ». Comme ce que dirent les frères de Youssouf, qu'Allah le salue, à leur père : O notre père, implore pour nous la rémission de nos pêchés (Sourate 12, verset 97).

Réponse :

Allah a autorisé aux compagnons de demander au Prophète qu'il implore Allah pour leur donner la victoire et pardonner leurs pêchés uniquement lorsqu'il était vivant et présent parmi eux. Car aucun des compagnons n'a imploré le Prophète après sa mort même au temps des disettes. 'Omar Ibnul Khattab , lorsqu'il voulut implorer la tombée de la pluie, chercha Al 'Abbas , oncle du Prophète , et lui recommanda d'implorer Allah car il est vivant et présent parmi eux. S'il était autorisé de s'adresser aux morts, 'Omar et les compagnons (Emigrés et Auxiliaires) se seraient empressés de demander secours au Prophète sur sa tombe. Là est toute la différence du vivant et du mort, car le rôle du vivant est l'invocation quand il est présent.

En effet, les compagnons se sont tournés vers Allah en L'invoquant avec l'invocation de celui qui L'invoque en toute humilité. Donc celui qui transgresse ce qui a été légiféré s'égare et égare d'autres personnes avec lui. S'il y avait quelque chose de bien dans l'invocation des tombes, les compagnons seraient bien les premiers à l'avoir fait, les plus assidus et les plus connaisseurs de sa valeur... Al Hafez Ibn Hajar raconte les détails de l'invocation de Al 'Abbas : « O Allah, le châtiment ne descend qu'à cause des pêchés et il ne se lève que par un repentir. Et les gens m'ont mis à leur tête vers Toi pour ma position auprès de Ton Prophète. Nos mains vers Toi, pleines de pêchés, venant vers Toi en repentis, fait tomber la pluie salvatrice ».

Celui qui demande secours ou intercession ou implore les morts croit que ceux-ci peuvent répondre et faire quelque chose pour lui. Mais en réalité, l'invocation du vivant adressée au mort n'a pas d'effet sur ce dernier. Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya a dit : « Les prophètes et les gens vertueux, même s'ils sont vivants dans leurs tombes, et s'il s'avère qu'ils invoquent Allah pour les vivants, et même s'il y a des textes qui le prouvent, personne n'a le droit de leur demander quoi que ce soit, et aucun des Salafs (prédécesseurs) ne l'a fait. Car ceci est un moyen qui pousse à les associer avec Allah et à les adorer...et ce que font les anges et les prophètes fait partie de l'Ordre de l'existence (ils n'ont pas le libre choix "amr kawni") et donc l'imploration n'a aucun effet sur leur monde. Contrairement si la personne est vivante, il est légiféré qu'elle réponde au demandeur - c'est à dire implorer Allah pour lui. Et après la mort, le défunt n'est plus responsable. ».

Après avoir évoqué des versets du Coran parmi lesquels : En vérité tu mourras et ils mourront eux aussi(Sourate 39, verset 30), Dieu accueille les âmes au moment de leur mort ; Il reçoit aussi celles qui dorment, sans être mortes. Il retient celles des hommes dont Il a décrété la mort. Il renvoie les autres jusqu' un terme irrévocablement fixé(Sourate 39, verset 42) et le hadith : « Quand l'homme (ou la femme) meurt, son œuvre s'arrête sauf dans trois choses : Un bien qu'il a légué en aumônes continues. Une œuvre scientifique dont les gens tirent profit. Un enfant vertueux qui prie pour lui. ».

Le cheikh Sonaâ Allah Al Hanafi a dit : « Les âmes des morts sont retenues et leurs œuvres interrompues. Aussi le mort ne peut-il pas agir sur sa propre personne ni, à plus forte raison, sur autrui. S'il est incapable de bouger de sa propre volonté, comment peut-il agir sur les autres ? Allah, , annonce que les âmes sont retenues chez Lui. Les adorateurs de tombes disent : "Les âmes sont libres d'agir à leur guise" mais est-ce vous qui en savez d'avantage ou bien Allah ? ».

Ibn Taymiyya a dit : «... Il est clair que les anges implorent Allah pour les croyants. Allah dit : Ceux (les anges) qui portent le Trône et ceux qui l'entourent célèbrent les louanges de leur Seigneur, croient en Lui et implorent le pardon pour ceux qui croient. "Seigneur, Tu étends Ta Miséricorde et Ta Science sur toute chose. Pardonne donc à ceux qui se repentent et suivent Ton chemin et protège-les du châtiment de l'Enfer."(Sourate 40, verset 7). Les anges demandent à Allah de pardonner aux croyants sans que quelqu'un ne leur demande, de même que les prophètes demandent à Allah de pardonner aux croyants et demandent d'intercéder en faveur des meilleurs (meilleurs de leur communauté). Et donc si Allah n'a pas légiféré qu'on invoque les anges, il n'a pas légiféré qu'on invoque ceux qui sont morts. De même nous n'avons pas le droit de leur (les anges) demander d'implorer Allah pour nous ni d'intercéder en notre faveur même si eux invoquent Allah et intercèdent pour deux raisons : - La première est qu'Allah leur a dit de le faire, ils le font même si nous ne leur demandons pas et ce qu'Allah leur a interdit de faire, ils ne le font aucunement même si nous les implorons. Il n'y a donc aucune utilité de leur demander quoi que ce soit. - La deuxième est que lorsqu'on leur demande quoi que ce soit en notre faveur cela mène au "chirk". ».

Et à ceux qui rapportent certaines preuves affirmant que le mort entend, on répond que ceci n'arrive que dans des situations bien précises et à des moments bien définis. En effet on ne doit se contenter que de ce que nous a informé le Prophète comme par exemple lorsque le mort entend les pas de ceux qui l'ont quitté après l'avoir enterré ou lorsque le Prophète a jeté les cadavres des mécréants dans un puits perdu lors de la bataille de Badr et qu'ils ont entendu le Prophète, , les blâmer.

Preuves que les morts n'entendent pas :

a- Allah, , a dit : Tu n'es pas à même de faire entendre les hôtes des tombes(Sourate 35 "Fatir", verset 22) Bien sûr tu ne peux faire entendre aux morts, non plus qu'aux sourds l'invocation, quand ils tournent le dos(Sourate 30 "Les romains", verset 52).

b- Allah, , dit : C'est Allah votre Seigneur. A Lui la Royauté ! Ceux que vous invoquez en dehors de Lui ne possèdent même pas une pellicule de noyau de datte (zeste). Si vous les invoquez, ils n'entendent même pas votre appel ; l'entendraient-ils qu'ils ne pourraient l'exaucer. Au Jour de la Résurrection, ils renieront d'avoir été vos associés. Nul t'en avertira comme celui qui est Le plus Savant(Sourate 35, verset 12 et 13).

Cheikh 'Abderrahmane, , a expliqué ces deux versets de la Sourate "Fatir" comme suit : « Le Tout Puissant a commencé ces deux versets en disant : C'est Allah votre Seigneur. A Lui appartient la Royauté !. Le Connaissant nous informe que la Royauté n'appartient qu'à Lui seul, les rois et toutes les créatures sont sous son administration et sa gérance. C'est pour cela qu'Il a dit : Ceux que vous invoquez en dehors de Lui ne possèdent même pas une pellicule de noyau de datte. Si seul Allah possède ces attributs (Royauté, Gérance...) donc on ne doit s'adresser dans la demande du bien ou pour repousser un mal à personne en dehors d'Allah. Au contraire, il faut le dévouement exclusif dans son invocation (qui est l'une des plus importantes adorations) envers Allah. Notre Seigneur nous informe que les intermédiaires invoqués par les associateurs ne possèdent rien, et ils n'entendent pas l'appel de ceux qui les invoquent. Et supposons qu'ils entendent, ils ne peuvent pas exaucer leur désir. Le Jour de la Résurrection ils renieront d'avoir été leurs associés et vont les désavouer, eux et ce qu'ils ont fait. Celui qui nous a informé de ceci est le Connaissant qui dit dans le Saint Coran : Rien ne Lui reste caché sur la terre ni dans les cieux(Sourate 3 verset 5). Il nous a informé que ce genre d'invocation est de l'association (chirk) et qu'Il ne pardonne pas celui qui le commet. Mais les associateurs n'ont ni cru au Connaissant, ni obéi dans ce qu'Il a jugé et légiféré. Au contraire, ils ont affirmé que le mort entend et ajouté à ceci qu'il exauce le désir de celui qui l'appelle. Ils ont délaissé l'Islam et la foi, comme vous le constatez chez beaucoup d'ignorants de cette communauté. ».

c- Hadiths des morts du puits de Badr

c1- Selon Abi Talha, le Prophète, , a demandé le jour de Badr qu'on traîne vingt quatre cadavres des chefs de Qoreych qu'on jeta dans un puits perdu de Badr plein d'impuretés. Il avait l'habitude quand il prenait le dessus sur un peuple de s'installer trois nuits sur le champ de bataille. Le troisième jour de Badr, il a demandé qu'on lui ramène son chameau, il a sanglé sa monture puis il a marché et ses compagnons l'ont suivi, en disant : "c'est certainement dans un but précis qu'il a agi ainsi", jusqu'à ce qu'il se soit arrêté à la bordure du puits et a appelé chaque cadavre par son nom et celui de son père : « O tel fils de tel et tel fils de tel ! Etes-vous contents d'avoir désobéi Allah et son Prophète, nous avons bien trouvé ce que nous avait promis notre Seigneur, véritable, et vous, avez-vous trouvé ce dont votre Seigneur vous avait menacé, véritable ? ». 'Omar a dit : « O Messager d'Allah ! T'adresses-tu à des corps sans âmes ? ». Le Prophète, , répondit : « Par Celui qui détient mon âme, vous n'entendez pas mieux qu'eux ce que je leur dis ». Qatada a dit : « Allah les a ressuscité et leur a fait entendre ces paroles pour qu'ils reçoivent blâme, humiliation, sanction, soupirs sur eux-mêmes et regret ».

c2- Dans une autre version le Prophète, , a dit : (selon Ibn 'Omar) « Ils sont en train de m'écouter maintenant ».

c3- Anas, , a dit : « ... 'Omar a entendu sa voix et a dit : "O Messager d'Allah tu les appelles après trois (trois jours après leur mort) ? Est-ce qu'ils entendent ? Allah a dit : Tu ne peux faire entendre aux morts". Le Prophète, , répondit : « Par celui qui détient mon âme vous n'entendez pas mieux qu'eux ce que je leur dis, mais ils ne peuvent pas répondre ».

On peut déduire de ces hadiths que les morts n'entendent pas et ceci en constatant deux choses importantes :

- Premièrement : Dans le hadith rapporté par Ibn 'Omar, le Prophète a bien précisé en disant : « Maintenant » (ils sont en train de m'écouter maintenant) ce qui signifie que leur écoute s'est limitée à un intervalle de temps bien précis et s'est limitée aussi à ce que le Prophète, , leur a dit uniquement. C'est un événement qu'on ne peut généraliser, il ne signifie pas qu'ils écoutent tout le temps ni tout ce qu'on leur dit. Ce n'est pas, de plus, une règle qui couvre les autres morts. Dans l'exégèse de Qortobi (tome 13, page 232) : Ibn Attia a dit : « Dans l'histoire de Badr c'est un miracle qu'a donné Allah au Prophète, , en leur rendant l'ouïe pour qu'ils entendent ce qu'il leur a dit... ».

- Deuxièmement : Quand les compagnons ont dit au Prophète, : « T'adresses-tu à des corps sans âme ? », il ne leur a pas dit que leur croyance était fausse ou qu'elle n'avait aucun fondement dans la religion. Tout ce qu'il leur a dit est : « Vous n'entendez pas mieux qu'eux ce que je leur dis » pour leur annoncer que les morts du puits de Badr est un cas spécial (miracle) qui sort de la règle générale instituée par le verset coranique: Tu ne peux faire entendre aux morts

 

Allah est plus savant

Partager cet article

Repost 0
Ribaat Ribaat - dans ISLAM OU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche