DEPUIS JANVIER 2010 ISLAM 33 : « Histoires exemplaires des Prophètes (paix sur eux)» (4/5) - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 22:18

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

ISLAM 33 :

« Histoires exemplaires des Prophètes (paix sur eux)»

(4/5)

 L'Islam contre le nouvel ordre mondial

---------o ISLAM PRIME NATURE DE L’HOMME ET BON CONSEIL o---------

PARTIE 4 SUR 5

 


JOB-AYOUB

Ibn Is'hâk dit : Job était un Romain et il était Job ibn Moss ibn Razeh ibn Esaii ibn Isaac ibn Abraham.

D'autres dirent qu'il était : Job ibn Moss ibn Rawel ibn Esaii ibn Isaac ibn Abraham.

Ibn Asâkîr dît que sa mère était la fille de Loth. Il est aussi avancé que son père était l'un de ceux qui crurent en Abraham le jour où il fut jeté dans le feu et il ne fut pas brûlé. Cependant, la première opinion paraît être correcte, parce qu'il était de  la progéniture d'Abraham, comme le dit Allah :

"Et parmi la descendance (d'Abraham) (ou de Noé), David, Salomon, Job, Joseph, Moïse et Aaron." 

 [ Sourate 6 - verset 84 ]

Il est l'un des Prophètes qui ont reçu des Révélations d'Allah  , comme le dit Allah le Tout-puissant dans la Sourate An-Nisâ:

"Nous t'avons fait une révélation comme Nous fîmes à Noé et aux prophètes après lui. Et Nous avons fait révélation à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob, aux Tribus, à Jésus, à Job, à Aaron et à Salomon, et Nous avons donné le Zabour à David."   [ Sourate 4 - verset 163 ]

Ainsi il paraît plus authentique de dire qu'il était de la progéniture d'Esaii ibn Isaac. Le nom de sa femme était Lia bint Jacob. Mais dans une autre opinion, il est dit que sa femme était Rahma bint Ephraïm. Il est dit aussi qu'elle était Lia bint Manasseh ibn Jacob.

Allah  dit dans la Sourate Al-Anbiyâ:

"Et Job, quand il implora son Seigneur: "Le mal m'a touché. Mais Toi, tu es le plus miséricordieux des miséricordieux"! Nous l'exauçâmes, enlevâmes le mal qu'il avait, lui rendîmes les siens et autant qu'eux avec eux, par miséricorde de Notre part et en tant que rappel aux adorateurs" [ Sourate 21 - verset 83 /84 ]

Allah  dit aussi dans la Sourate Sâd:

"Et rappelle-toi Job, Notre serviteur, lorsqu'il appela son Seigneur: "Le Diable m'a infligé détresse et souffrance". Frappe (la terre) de ton pied: voici une eau fraîche pour te laver et voici de quoi boire. Et Nous lui rendîmes sa famille et la fîmes deux fois plus nombreuse, comme une miséricorde de Notre part et comme un rappel pour les gens doués d'intelligence. "Et prends dans ta main un faisceau de brindilles, puis frappe avec cela. Et ne viole pas ton serment". Oui, Nous l'avons trouvé vraiment endurant. Quel bon serviteur! Sans cesse il se repentait". [ Sourate 38 - verset 41 / 44 ]

 

L'épreuve d’Ayoub 

Les exégètes et les historiens dirent qu’Ayoub était un homme riche qui possédait tous les genres de biens. Il possédait un bétail innombrable, des moutons, des esclaves et des domestiques, il possédait aussi de vastes terrains et avait beaucoup d'enfants.

Toutes ces propriétés disparurent. Il fut, en plus, infligé dans son corps avec de différents genres de maladies, au point qu'aucun membre ou partie de son corps n'était sain, à l'exception de son cœur et sa langue avec lesquels il évoquait Allah. Il demeura malade et croyant en la Pitié d'Allah .

Ses maladies continuèrent si longtemps que même ses amis l'ont abandonné, et ses parents l'ont laissé. Il fut sorti de sa ville et jeté sur une colline. Autre que sa femme, personne ne sentit la moindre compassion envers lui. Elle prit en charge ses droits sur elle, et se souvint de leur bon temps ensemble. Elle l'aidait à faire les nécessités quotidiennes qu'il ne pouvait faire sans son aide. Elle était si affligée et si dépourvue qu'elle commença à travailler pour gagner un salaire pour manger et nourrir son mari. Qu'Allah  les agrée. Elle maintint sa patience à côté de son mari pendant leur épreuve dans leur richesse, leur propriété et leurs enfants.

Dans un Hadith authentique, le Prophète  dit :

"Les plus éprouvés des gens sont les Prophètes, puis les vertueux, et puis ceux de moins en moins".

Il dit aussi : 

" L'homme est mis à l'épreuve selon la vigueur de sa religion.  S'il est fort dans sa religion, son épreuve sera plus dure". (Mousnad Ahmad)

Cependant, toutes ces épreuves ne faisaient qu'accroître la religion d’Ayoub , sa patience, sa gloire et sa gratitude à Allah  , dans l'attente de Ses récompenses hors de son épreuve. Sa patience était exemplaire.

Moujâhid dit que le Prophète Ayoub était tout d'abord affligé par la petite vérole.  Combien de temps a-t-il souffert de ses maladies et adversités ?  Il y a plus d'une opinion.

Wahb ibn Mounabbih dit qu'il a souffert pendant trois ans exactement. Anas  dit qu'il a demeuré dans cette situation douloureuse sept ans et quelques mois environ. Il fut jeté sur une colline jusqu'à ce qu'Allah  le sauva de ses souffrances et lui donna la plus grande récompense pour sa patience.

Houmaid dit : Il a souffert dix-huit ans environ. As-Souddi dit que sa chair tombait de son corps, et rien ne resta que ses os et ses muscles. Sa femme apportait des cendres et les mettait sous son corps. Elle lui dit beaucoup de fois: 

"Ayoub ! Si tu supplies ton Seigneur, Il peut te sauver de cette souffrance."

Il répondait :

"J'ai vécu soixante-dix ans en étant sain, ne pourrais-je pas supporter cette souffrance pour une même durée ?"

Quand elle fut percée de cette réponse, elle commença à travailler pour gagner un salaire pour manger et nourrir son mari Ayoub.

Les gens arrêtèrent de l'employer pour ne pas être infectés par ses maladies ou mis à la même épreuve. Quand elle n'a trouvé personne pour lui accorder un travail, elle se rendit chez une fille riche et lui vendit une de ses nattes de cheveux pour avoir de la nourriture.

Quand elle revint à Ayoub avec la nourriture, il l'interrogea d'où elle l'avait obtenue tout en exprimant sa désapprobation. Elle dit : "J'ai fourni mon service aux gens." Quand il était le jour suivant, et elle ne trouva personne qui pourrait lui accorder un travail, elle lui vendit une autre natte pour avoir de la nourriture et l'apporter à Ayoub. Ayoub refusa d'en manger, et jura de ne pas en manger si elle ne lui dit pas d'où elle avait obtenue la nourriture. Alors, elle enleva son écharpe de sa tête. Quand Ayoub vil sa tête rasée, il fit cette prière :

« Le mal m'a touché, mais Toi, Tu es le plus miséricordieux des miséricordieux. » [ Sourate 21: verset 83 ]

Ibn Abi Hâtim rapporta que Abdoullâh ibn Obaid ibn Omair a dit : Ayoub avait deux frères.

Ils se rendirent un jour chez lui, mais ils ne purent pas s'approcher de lui à cause de son odeur répugnante, ainsi ils restèrent loin de lui. L'un d'eux dit à l'autre :

"Si Allah savait du bien en Ayoub, Il ne l'aurait pas mis à cette épreuve."

Quand Ayoub entendit ceci, il devint plus fâché d'eux que jamais. Il dit : "O Allah ! Si Tu sais que je n'ai jamais passé une nuit en étant rassasié si j'avais su qu'il y avait un seul affamé cette nuit-là, alors approuve-moi."

Une voix vint du ciel et confirma sa véracité, et ses deux frères l'entendirent. Ensuite Ayoub dit :

 ''O Allah ! Si Tu sais que je n'ai jamais porté une chemise si je savais qu'il y avait des gens sans vêtements, alors approuve-moi." Une voix vint du ciel confirmant sa véracité, et ils l'entendirent. Ayoub dit encore une fois : "O Allah ! Je demande de Ton Honneur", et il se prosterna en disant : "O Allah ! Par Ton Honneur, je ne soulèverai plus ma tête jusqu'à ce que Tu me sauves de ma souffrance", et il souleva sa tête tout en étant en bonne santé.

Soulagement de la Souffrance

Ibn Abi Hâlim rapporta que Abdoullâh ibn Abbâs  a dit : "Allah le vêtit d'un vêtement du Paradis, et il alla de côté et s'assit dans un coin. Sa femme revint et ne put pas le reconnaître. Elle dit : "O serviteur d'Allah ! Où est allé l'homme affligé qui était ici ? J'ai peur que des chiens ou des loups l'aient mangé." Elle ne cessa de lui parler un bon moment. Ensuite, Il lui dit : "Qu'est-ce qui t'arrive, je suis Ayoub !"  Elle dit : "Pourquoi te moques-tu de moi ?" Il dit: "Je suis effectivement Ayoub, Allah  m'a rendu ma santé"

Ibn Abbâs  a dit : Allah lui rendit aussi sa richesse et ses enfants, et les a doublés pour lui.

Wahb ibn Mounabbih a dit : Allah  lui révéla : Je t'ai rendu ta famille et ta richesse en double. Alors, lave-toi de cette eau, en cela est une cure pour toi, et offre un sacrifice de la part de tes compagnons et implore le pardon pour eux, parce qu'ils m'ont désobéi à ton sujet."

L'imam Ahmad  rapporta d'Abi Houraira  que le Prophète dit :

"Pendant qu’Ayoub se baignait en étant nu, un grand nombre de criquets en or tomba sur lui II commença à les mettre dans ses vêtements. Son Seigneur l'appela : « O Ayoub ! Ne t 'ai-Je pas donné assez de ce que tu ramasses ? Ayoub dit : Oui mon Seigneur, mais je ne me passe point de Ta Bénédiction. " (Mousnad Ahmad)

" Frappe la terre de ton pied " [ Sourate 38 : verset 42 ]

Cela veut dire que tu frappes le sol avec ta jambe. Il fit ce qu'Allah  avait commandé de faire. Allah fît jaillir une source froide d'eau, et l'ordonna de s'en laver et d'en boire.

Ainsi, Allah  dégagea sa souffrance, sa peine, les maladies de son corps, et Il le fit un homme sain et beau. Allah lui donna aussi un tas de richesse si énorme et si abondante de sorte qu'elle pleuvait dans la forme de criquets en or.

Allah  lui rendit aussi sa famille.

" Nous l'exauçâmes, enlevâmes le mal qu'il avait, lui rendîmes les siens et autant qu'eux avec eux, par miséricorde de Notre part et en tant que rappel aux adorateurs "

 [ Sourate 21: verset 84 ]

Il est dit qu'Allah  a ressuscité ses mêmes enfants. Il est aussi avancé qu'Allah lui a donné d'autres enfants au lieu de ceux qui étaient morts, et dans l'Au-delà Allah les rassemblera tous ensemble.

{Par miséricorde de Notre part). Nous avons enlevé sa souffrance et l'avons sauvé de ses douleurs et de l'épreuve de par Notre Pitié et Notre Grâce {et en tant que rappel aux adorateurs}.

La situation critique et l'exemple d’Ayoub sont une leçon pour tous ceux qui sont affligés dans leurs corps, leurs biens, ou leurs familles. On doit suivre l'exemple d’Ayoub, si on est affligé par une adversité quelconque.

Ayoub vit après sa détresse soixante-dix ans dans le territoire des romains, tout en prêchant la religion d'Allah, mais après sa mort ils ont altéré encore une fois leur religion.

" Et prends dans ta main un faisceau de brindilles, puis frappe avec cela. Et ne viole pas ton serment. Oui, Nous l'avons trouvé vraiment endurant "  [ Sourate 38 : verset 44 ].

Dans ces Versets, Allah  parle de Sa Pitié sur Ayoub. Ayoub avait juré qu'il fouetterait sa femme cent fois. Il est dit qu'il a juré de le faire pour motif de sa vente de ses tresses de cheveux. Dans une autre opinion, il est dit que Satan lui vint dans l'apparence d'un médecin et lui prescrit quelques médecines pour Ayoub. Elle informa Ayoub à son sujet, mais Ayoub savait qu'il était Shaytan, ainsi il jura qu'il la fouetterait cent fois.

Quand Allah  le sauva de ses souffrances, Il lui ordonna de prendre des brindilles, les attacher ensemble, et puis la frapper une seule fois. Ainsi un seul coup monterait à cent, et il aurait honoré son serment. C'était un autre soulagement pour lui, en particulier dans le cas de sa femme qui avait pris soin de lui si patiemment, une femme de piété et de droiture. Qu'Allah  l'agrée dans Sa miséricorde.

Ibn Jarîr et d'autres historiens ont cité qu'au moment de sa mort, Ayoub  avait quatre-vingt-treize ans. Aussi, il dit qu'il vit plus que cela.

Il a confié sa mission Prophétique à son fils Haumal, ensuite à son autre fils Bichr que beaucoup de gens considèrent pour être Thoul-Kifl.

 

DHOUL KIFL

Allah  dit dans la Sourate Al-Anbiyâ', après l'histoire d’Ayoub  :

" Et Ismaël, Idris, et Dhal-Kifl ! qui étaient tous endurants; que Nous fîmes entrer en Notre miséricorde car ils étaient vraiment du nombre des gens de bien."

[ Sourate 21 - Versets 85/86 ]

 Il dit aussi dans la Sourate Sâd, après l'histoire d’Ayoub  :

" Et rappelle-toi Abraham, Isaac et Jacob, Nos serviteurs puissants et clairvoyants. Nous avons fait d'eux l'objet d'une distinction particulière: le rappel de l'au-delà. Ils sont auprès de Nous, certes, parmi les meilleurs élus. Et rappelle-toi Ismaël et Elisée, et Dhal-Kifl, chacun d'eux parmi les meilleurs."

[ Sourate 38 - Versets 45/48 ]

Il paraît évident, puisqu'il est cité dans le Coran parmi ces Prophètes, qu'il était aussi un Prophète. Qu'Allah  envoie Sa paix sur eux tous. C'est l'opinion populaire.

Cependant, d'autres dirent qu'il n'était pas un Prophète. Il n'était qu'un homme pieux et sage. Ibn Jarîr  n'agrée pas cette opinion.

Ibn Jarîr et Abou Najih  rapportèrent que Moujâhid  dit : " Il n'était pas un Prophète, mais un homme pieux qui s'est engagé à guider les siens vers la voie d'Allah, et juger entre eux avec justice, et ainsi il fut appelé Dhal-Kifl, celui qui s'engage volontairement."

 

Ibn Jarîr et Ibn Abi Hâtim  rapportèrent que Moujâhid  dit :

" Quand Elisée  grandit, il dit : "Je souhaite désigner parmi les gens quelqu'un qui s'occupe d'eux dans ma vie, ainsi je pourrais regarder comment il accomplit son devoir." Alors, il convoqua des gens et leur dit: " Celui qui répond à mes trois conditions, je le désignerai comme mon député: Jeûner le jour, prier la nuit, et ne jamais se fâcher."

Un homme se leva et dit : « Je le fais.» Il dit : " Vas-tu jeûner le long du jour, prier toute la nuit, et ne pas te fâcher ?" Il répondit: "Oui."

Cependant, il ne décida pas ce jour-là.

Le deuxième jour, il répéta la même chose alors que tous les autres gardaient complètement le silence, à l'exception de cet homme qui ne cessait de dire encore: «Je le fais.» Ainsi Elisée  le désigna comme son député.

Alors Iblis ordonna aux diables en leur disant : " Poursuivez cet homme". Cependant, ces diables ne purent pas le tromper ou le dévier de la justice. Alors Iblis leur dit : " Laissez-le moi ".

Puis il se rendit chez lui sous l'apparence d'un vieil homme pauvre, et il choisit la période de la sieste pour le visiter. Il ne dormait ni le jour ni la nuit à l'exception du moment de la sieste. Alors Iblis tapa à la porte et Dhal-Kifl dit : " Qui est à la porte ? " Iblis dit : " Un vieil homme pauvre!" Il se leva et lui ouvrit la porte, et Iblis commença à lui raconter une histoire, en disant : " Il y a une inimitié entre moi et les miens, et ils ont manifesté toutes les sortes d'injustice contre moi." Il prolongea son histoire jusqu'à ce que le temps de la sieste s’écoula et que l'après-midi approcha. L'homme dit : " Le soir je te rendrai tes droits."

Quand il alla à la cour et chercha ce vieil homme, il ne put pas le trouver. Le lendemain matin il l'attendit encore dans la cour de la justice, mais il ne put pas le trouver. Cependant, quand il fut le temps de la sieste, il alla à la maison pour dormir. L’homme apparut et tapa à la porte. Quand il dit : "Qui est à la porte ? " L'homme répondit: "Le vieil homme". Il lui ouvrit la porte et lui dit: "Ne t'ai-je pas dit que quand je m'assiérai dans la cour, tu viendrais ?" Le vieil homme répondit : " Les miens sont vraiment des mauvais gens. Quand ils surent que tu t'assiérais dans la cour, ils me dirent: Nous te donnerons ton droit, mais quand tu as quitté la cour, ils résistèrent encore à ne pas me rendre mon droit." Il dit : " Vas maintenant, et quand je serai dans la cour, reviens."

Ainsi il était aussi incapable de dormir ce jour-là. Il alla à la cour, et attendit le vieil homme, mais il ne put pas le voir. Il se sentit fatigué et épuisé, alors il dit à quelqu'un dans la maison: " Ne permets à personne d'approcher cette porte afin que je puisse dormir, parce que mes yeux sont lourds de sommeil."

Cependant, le vieil homme apparut de nouveau à son temps habituel. Celui qui gardait la porte lui dit :

" Retourne, retourne chez toi ". Le vieil homme dit : "J'étais chez lui hier, et je lui ai cité mon besoin", mais l'homme à la porte répondit qu'il lui a été commandé de ne laisser personne s'approcher de la porte.

Quand il se sentit déçu, il grimpa le mur et descendit à l'intérieur de la maison. Ensuite, il tapa à l'intérieur de la porte, et l'homme se réveilla. Il dit au gardien : " O gardien! Ne t'ai-je pas dit de ne permettre à personne d'entrer ? " L'homme répondit: " Il n'est pas entré de mon côté. Interroge-le d'où est-ce qu'il est entré ? ''

L’homme se leva et examina la porte et la trouva fermée. Le vieil homme était à l'intérieur, ainsi il sut qui il était. Il lui demanda : " Es-tu l’ennemi d'Allah  ?" Le vieil homme répondit : " Oui, tu m'as fait échouer dans chaque matière, ainsi j'ai fait ce que j'ai fait pour t'énerver."

Ainsi Allah l'a appelé Dhal-Kifl, parce qu'il accomplissait toute responsabilité qu'il prenait en charge.

Abou Mousa Al-Ach'ari  dit pendant qu'il était sur le Minbar : " Dhal-Kifl n'était pas un Prophète, mais un homme pieux qui faisait cent prières chaque jour. Ensuite, il s'engagea volontairement à ne pas manquer cent prières par jour, pour cette raison il fut appelé Dhal-Kifl."


AL KHADIR

Nous avons déjà cité dans l'histoire d'Al-Khadir  que Moussa [ Moïse sur lui la paix ]  a fait son voyage pour chercher la connaissance qu'il possédait. Allah  a raconté son histoire dans la sourate Al-Kahf.

L’imam Al-Boukhâri rapporta d'Abi Houraira  que le Prophète  dit :

« Il a été appelé Al-Khadir , parce qu'il s'assit sur une fourrure blanche qui remua derrière lui de verdure (Khadrâ). »

Il a été cité déjà que quand Moussa  et Josué retournèrent pour retracer leurs pas, ils le trouvèrent sur un velours qui ressemblait à une moquette verte. Il s'était couvert d'un tissu dont les deux extrémités étaient sous sa tête et ses pieds. Moussa  le salua, il découvrit son visage, répondit à la salutation, et dit: "Qui es tu ?" Il dit: "Je suis Moussa ". Il dit: "Le Prophète des Israélites ?" Il répondit: "Oui". Nous savons le reste de l’histoire déjà citée.

Le contexte de l'histoire est très clair qu'il était un Prophète pour beaucoup. Premièrement, le verset dit:

" Ils trouvèrent l'un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné une grâce, de Notre part, et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Nous". [ Sourate 18 : Verset 65 ]

Deuxièmement, Moussa  lui dit:

"Puis-je te suivre, à la condition que tu m'apprennes de ce qu'on t'a appris concernant une bonne direction ?" (L'autre) dit : "Vraiment, tu ne pourras jamais être patient avec moi. Comment endurerais-tu sur des choses que tu n'embrasses pas par ta connaissance ?" (Moïse) lui dit : "Si Allah veut, tu me trouveras patient; et je ne désobéirai à aucun de tes ordres". Si tu me suis, dit (l'autre), ne m'interroge sur rien tant que je ne t'en aurai pas fait mention". [ Sourate 18 : Versets 66/70 ]

Ainsi si il était seulement un Waliy, ami d'Allah , et non pas un Prophète, il ne lui aurait pas parlé de cette manière, et n'aurait pas répondu à Moussa  de cette façon. Moussa  demanda qu'il l'accompagne pour bénéficier de sa connaissance spéciale qu'Allah lui avait accordée de par Sa Grâce. Ne fut-il pas un Prophète, il n'aurait pas été infaillible, et il n'y aurait aucun désir de la part de Moussa, étant un grand Prophète et de personnalité infaillible, d'acquérir une connaissance de la part d'une personne faillible. Il ne serait pas allé pour le chercher en faisant un aussi long voyage. Moussa le rencontra, il lui montra son humilité, lui offrit son respect, et le suivit avec obéissance absolue ce qui prouve qu'il était un Prophète tout comme Moussa. Cependant, il lui a été accordé la connaissance spéciale des mystères de cette vie qui n'avait pas été accordé à Moussa.

Troisièmement, Al-Khadir  tua le garçon, et il ne devait faire ainsi que si Allah  l'avait informé au sujet de ce garçon par la Révélation, ce qui prouve aussi qu'il était un Prophète. Il était infaillible, parce que celui qui craint Allah  n'ose jamais s'engager au crime du meurtre sur la base de quelques pensées égarantes, tant que le cœur est vulnérable à toutes les sortes de chuchotements sataniques. La connaissance qu'avait Al-Khadir  au sujet de ce garçon consistait au fait que quand il atteindra l'âge de puberté, il mécroira en Allah, et forcera ses parents aussi à mécroire, et ils lui obéiront à cause de leur amour pour lui. Cette connaissance est un signe clair de sa prophétie.

Ibn Al-Jawzi arriva après sa recherche aux mêmes preuves dans sa discussion qui affirma qu'Al-Khadir  était un Prophète, ce qui fut fait aussi par Ar-Roummâni.

Quatrièmement, nous voyons que quand Al-Khadir commença à donner les interprétations de ce qu'il avait fait et la raison pour lesquelles il l'avait fait, il dit à la fin :

" [...] Je ne l'ai d'ailleurs pas fait de mon propre chef ". [ Sourate 18 : Verset 82 ]

C'est à dire que ce que j'ai fait n'était pas de mes propres initiatives, c'est suite à une Révélation.

Tous ces différents aspects suggèrent fortement qu'Al-Khadir était un Prophète, ce qui ne contredit pas nécessairement le fait d'être aussi un Waliy ou un Messager. Cependant, ceux qui suggèrent qu'il était un ange, leur opinion est particulière. En tout cas, quand il est prouvé qu'il était un Prophète, alors il n'y a aucune raison de le considérer un Waliy.

Est-ce qu'Al-Khadir est vivant maintenant ou non ? Les gens ont des opinions différentes à ce sujet. Et nombreux pensent que oui.

Cependant, Ibn Al-Jawzi a analysé ces Hadiths dans son livre, Ojâlatoul-mountadhar fi charh Hâlatil-Khadir, et dit qu'ils sont tous fabriqués.

L'autre opinion avance qu'Al-Khadir est mort. Les éminents parmi ceux qui ont soutenu cette opinion sont l'Imam Al-Boukhâri et Ibn Al-Jawzi. Ce dernier, dans son livre susmentionné, a fortement défendu son point de vue sous des angles différents.

Par exemple, il dit qu'Allah dit:

 "Et Nous n'avons attribué l'immortalité à nul homme avant toi [...]". [ Sourate 21 : Verset 34 ]

Ainsi, si Al-Khadir  est un être humain, alors son cas entre sous la généralité de la signification de ce verset, et aucune exception ne doit être faite sauf sur la base d'une preuve croyable et authentique. Nous savons que tant que les vérités ne sont pas prouvées, elles sont traitées comme inexistantes.

Allah le Tout-puissant dit:

"Et lorsqu'Allah prit cet engagement des prophètes: "Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et de la Sagesse, et qu'ensuite un messager vous viendra confirmer ce qui est avec vous, vous devez croire en lui, et vous devrez lui porter secours". Il leur dit: "Consentez-vous et acceptez-vous Mon pacte à cette condition"? -"Nous consentons", dirent-ils. "Soyez-en donc témoins, dit Allah. Et Me voici, avec vous, parmi les témoins". [ Sourate 3 : Verset 81 ]

Ibn Abbas  a dit : Allah  n'a jamais envoyé un Prophète sans qu'il ne prenne sa convention que si Mohammad  est envoyé comme un Prophète dans sa vie, il devra le croire et l'aider. Ensuite, chaque nation (oummah) fut commandée par leurs Prophètes d'honorer cette convention si Mohammad  est envoyé dans leur vie.

Ainsi, si Al-Khadir  est un Prophète ou un Waliy, il entre aussi sous cette convention. Etait-il vivant dans le temps de notre Prophète, il aurait du venir le rencontrer, croire en ce qui lui a été révélé, et l'aider contre ses ennemis. S'il était un Waliy, et Abou Bakr  est "Siddique" et son statut est plus élevé que le sien, et s'il était un Prophète, alors le statut de Moussa  est plus élevé que le sien.

L'imam Ahmad rapporta dans son Mosnad de Jâbir ibn Abdillâh  que le Prophète  a dit:

"Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, si Moussa était vivant, il me suivrait".

C'est l'une des croyances essentielles de cette religion, laquelle est aussi supportée par le verset précité. Si tous les Prophètes étaient vivants, ils seraient tous les partisans de notre Prophète Mohammad  et sous ses instructions. Nous savons qu'il fut donné au Prophète  pendant le Voyage Nocturne, un statut au-dessus d'eux tous, et quand il était à Bayt-il-Makdis, il fut commandé par Djibril  de les présider dans la Salât. Il les a présidés dans la Salât dans un endroit qui avait été dans le passé leurs maisons et sous la juridiction de leur Prophétie.

 

D'ici, il est conclu que si Al-Khadir  était vivant, il aurait été un membre de cette Oummah, et partisan de la Ghana du Prophète Mohammad . Même quand Issa  reviendra sur terre, juste avant le jour du Jugement, il se limitera à la Charia de notre Prophète , bien qu'il soit l'un des cinq grands Prophètes et le dernier des Prophètes envoyés aux Israélites. Nous n'avons pas de preuves croyables qu'Al-Khadir  a rencontré notre Prophète  ou qu'il a participé à l'une des batailles lancées contre les ennemis.

Le jour de la Bataille de Badr, notre Prophète  a imploré l'aide d'Allah  contre son ennemi, et dit :

"O Allah ! Si ce groupe de Tes croyants est détruit, Tu ne seras plus adoré sur cette terre ".

Dans ce groupe il y avait tous les grands Compagnons du Prophète , Djibril et d'autres anges. Si Al-Khadir  était vivant, il aurait témoigné cette bataille.

Ibn Al-Jawzi rapporta dans son livre Oujâlah qu'Al-Kâdi Abou Yaalâ Al-Hanbali dit : L'un de nos oulémas fut interrogé si Al-Khadir est vivant ou mort ? Il dit : Il est mort. Ensuite, il dit : Cette même vue m'a atteint d'Abi Tâhir Al-Ghoubâri. Ils dirent tous que s'il était vivant, il aurait rencontré le Prophète.

On peut poser la question : Fut-il présent à tous les événements de l'Islam, mais les gens ne pouvaient pas le voir ? La réponse logique estime l'improbabilité, afin de ne pas spécifier des généralités sur la base d'illusion et d'imagination. En tout cas, quel est le but de sa dissimulation des gens?   S'il pouvait paraître parmi les gens, cela élèverait son statut, et sa personnalité sera miraculeuse et plus manifeste. Même s'il était vivant, il serait peut-être meilleur pour lui de transmettre aux gens les enseignements coraniques et la Sunna Prophétique, et lutter contre le phénomène de Hadiths forgés, des pratiques hérétiques des gens, et leur être utile dans beaucoup de domaines. Il devrait avoir montré le droit chemin aux gens aussi bien qu'à leurs oulémas, et forcé leurs souverains pour gouverner avec justice et dignité. Quelle est la raison derrière sa dissimulation dans les villes et les villages et sa divagation dans les déserts et les jungles ?  Cette opinion est aussi supportée par ce Hadith rapporté dans Al-Boukhâri et Mouslim de Abdillâh ibn Omar  qu'une nuit, en achevant sa Salât du Ichâ, le Prophète  dit:

« Voyez-vous cette nuit d'aujourd'hui ? Vers la fin des cent années prochaines, de tous ceux qui vivent aujourd'hui personne ne sera vivant ».

L'imam Ahmad rapporta aussi ce Hadith de Abdillâh ibn Omar  qui relata que pendant les derniers jours de sa vie, le Prophète  acheva une nuit sa Salât du Ichâ, se leva et dit:

"Voyez-vous cette nuit d'aujourd'hui ? Vers la fin des cent années prochaines, de tous ceux vivant aujourd'hui personne ne restera sur terre".

Dans un autre récit de Jâbir ibn Abdillâh, le Prophète  dit juste un mois ou moins avant sa mort:

« Aucune âme vivante parmi vous aujourd'hui ne sera vivante après les cent années prochaines ».

Ibn Al-Jawzi dit: Tous ces Hadiths authentiques prouvent clairement que la prétention qu'Al-Khadir  serait vivant, est fausse.

Voici la suite de son récit

Allah  le Tout-puissant dit:

{(Rappelle-toi) quand Moïse dit à son valet: "Je n'arrêterai pas avant d'avoir atteint le confluent des deux mers, dusse-je marcher de longues années. Puis, lorsque tous deux eurent atteint le confluent, ils oublièrent leur poisson qui prit alors librement son chemin dans la mer. Puis lorsque tous deux eurent dépassé (cet endroit), il dit à son valet : "Apporte-nous notre déjeuner: nous avons rencontré de la fatigue dans notre présent voyage". (Le valet lui) dit: "Quand nous avons pris refuge près du rocher, vois-tu, j'ai oublié le poisson - le Diable seul m'a fait oublier de (te) le rappeler - et il a curieusement pris son chemin dans la mer". (Moïse) dit: "Voilà ce que nous cherchions". Puis, ils retournèrent sur leurs pas, suivant leurs traces}. [Sourate 18 – Versets 60 – 64]

{Ils trouvèrent l'un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné une grâce, de Notre part, et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Nous. Moïse lui dit: "Puis- je te suivre, à la condition que tu m'apprennes de ce qu'on t'a appris concernant une bonne direction ?" (L'autre) dit: "Vraiment, tu ne pourras jamais être patient avec moi. Comment endurerais-tu sur des choses que tu n'embrasses pas par ta connaissance ?" (Moïse) lui dit: "Si Allah veut, tu me trouveras patient; et je ne désobéirai à aucun de tes ordres". Si tu me suis, dit (l'autre,) ne m'interroge sur rien tant que je ne t'en aurai pas fait mention"}. [Sourate 18 – Versets 65 – 70]

{Alors les deux partirent. Et après qu'ils furent montés sur un bateau, l'homme y fit une brèche. (Moïse) lui dit: "Est-ce pour noyer ses occupants que tu l'as ébréché? Tu as commis, certes, une chose monstrueuse!" (L'autre) répondit: "N'ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie ?" Ne t'en prends pas à moi, dit (Moïse), pour un oubli de ma part; et ne m'impose pas de grande difficulté dans mon affaire". Puis ils partirent tous deux; et quand ils eurent rencontré un enfant (l'homme) le tua. Alors (Moïse) lui dit: "As-tu tué un être innocent, qui n'a tué personne? Tu as commis certes, une chose affreuse!" (L'autre) lui dit: "Ne t'ai je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie ?" Si, après cela, je t'interroge sur quoi que ce soit, dit (Moïse), alors ne m'accompagne plus. Tu seras alors excusé de te séparer de moi"}. [Sourate 18 – Versets 71 – 76]

{Ils partirent donc tous deux; et quand ils furent arrivés à un village habité, ils demandèrent à manger à ses habitants; mais ceux-ci refusèrent de leur donner l'hospitalité. Ensuite, ils y trouvèrent un mur sur le point de s'écrouler. L'homme le redressa. Alors (Moïse) lui dit: "Si tu voulais, tu aurais bien pu réclamer pour cela un salaire". Ceci (marque) la séparation entre toi et moi, dit (l'homme,) Je vais t'apprendre l'interprétation de ce que tu n'as pu supporter avec patience. Pour ce qui est du bateau, il appartenait à des pauvres gens qui travaillaient en mer. Je voulais donc le rendre défectueux, car il y avait derrière eux un roi qui saisissait de force tout bateau. Quant au garçon, ses père et mère étaient des croyants; nous avons craint qu'il ne leur imposât la rébellion et la mécréance}. [Sourate 18 – Versets 77 – 80]

{Nous avons donc voulu que leur Seigneur leur accordât en échange un autre plus pur et plus affectueux. Et quant au mur, il appartenait à deux garçons orphelins de la ville, et il y avait dessous un trésor à eux, et leur père était un homme vertueux. Ton Seigneur a donc voulu que tous deux atteignent leur maturité et qu'ils extraient, (eux-mêmes) leur trésor, par une miséricorde de ton Seigneur. Je ne l'ai d'ailleurs pas fait de mon propre chef. Voilà l'interprétation de ce que tu n'as pas pu endurer avec patience}. [Sourate 18 – Versets 81 – 82]

Kaab a dit qu'il entendit le Prophète  dire : "Pendant que Moussa faisait un sermon aux Israélites, quelqu'un lui demanda: 'Qui est celui qui a le plus le savoir ?' Moussa  dit : 'Moi.'

Alors, Allah  le réprimanda parce qu'il n'a pas attribué le savoir à Allah et lui dit : 'J'ai un serviteur au confluent de la mer qui a plus de savoir que toi'.

Moussa  dit : 'Mon Seigneur ! Comment pourrais-je le trouver ?'  Il dit : 'Prends un poisson avec toi dans un seau rempli d'eau, et dès que le poisson disparaîtra, cherche l'homme à cet endroit-là".

Alors, Moussa  mit un poisson dans un seau rempli d'eau et commença son voyage. Il emmena avec lui son compagnon Josué ibn Noûn et quand ils arrivèrent au rocher, ils le posèrent et s'endormirent. Pendant qu'ils dormaient, le poisson se tortilla hors du seau et disparut dans la mer. Quand ils se réveillèrent, son serviteur oublia de l'informer de la disparition du poisson, et ils continuèrent leur voyage pour une durée d'un jour et une nuit.

Le lendemain, Moussa  dit à son valet : {Apporte-nous notre déjeuner, nous avons rencontré de la fatigue dans notre présent voyage}. Alors, jusqu'à ce qu'ils passèrent à côté du rocher où ils dormirent, Moussa ne se sentit fatigué, ni il eut faim. Quand il demanda son déjeuner, Josué se rappela de la disparition du poisson et dit: {Quand nous avons pris refuge près du rocher, vois-tu, j'ai oublié le poisson - le Diable seul m'a fait oublier de te le rappeler - et il a pris son chemin dans la mer de façon merveilleuse}. Quand Josué dit cela, Moussa s'exclama et dit: {C'est ce que nous cherchions. Puis, ils retournèrent sur leurs pas, suivant leurs traces}.

Ils se hâtèrent en retraçant leurs pas, et quand ils arrivèrent près du rocher, ils trouvèrent un homme couvert de vêtements. Moussa  le salua, et lui dit: "Je suis Moussa". L'homme dit : "Moussa le fils d'Israël ?" Il dit : "Oui, et je suis venu afin d'apprendre de toi la sagesse qui t’as été donnée". Il dit: {Tu ne pourras jamais être patient avec moi}. "O Moussa ! J'ai une science d'Allah que tu n'as pas, et tu as une science d'Allah  que je n'ai pas". Moussa dit : {Si Allah veut, tu me trouveras patient, et je ne désobéirai à aucun de tes ordres}.

Al-Khadir  dit : {Si tu me suis, ne m'interroge sur rien tant que je ne t'en aurai pas fait mention. Alors les deux partirent}, en marchant sur la côte de la mer. Ensuite, un bateau passa à côté d'eux et ils leur demandèrent de les embarquer avec eux. L'équipage reconnut Al-Khadir et les embarqua à bord gratuitement. En étant sur le bateau, Al-Khadir  prit une hache et ébrécha le bateau. Moussa  lui dit : "Qu'est-ce que tu as fait ?  Ils nous ont embarqués avec eux gratuitement et te voilà ébrécher le bateau ? {Est-ce pour noyer ses occupants que tu l'as ébréché ? Tu as commis, certes, une chose monstrueuse. [L'autre] répondit : N'ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie ? Ne t'en prends pas à moi, dit [Moïse], pour un oubli de ma part; et ne m'impose pas de grande difficulté dans mon affaire}.

 Ensuite, le Prophète  commenta un texte sur lui en disant que c'était à cause de l'oubli que fut la première interruption de Moussa.  Le Prophète dit encore : "Puis un moineau vint et posa sur le bord du bateau, et mit son bec dans la mer une ou deux fois.   Al-Khadir dit à Moussa : "Ma science ou la tienne par rapport à celle d'Allah  est comparable à ce que prit ce moineau de l'eau de la mer dans son bec".

Ensuite, ils débarquèrent du bateau et commencèrent à marcher le long du rivage. Pendant qu'ils marchaient, Al-Khadir vit un garçon qui jouait avec d'autres enfants. Al-Khadir s'approcha de lui, saisit sa tête avec sa main et l'arracha de son corps, et le tua. Tout en étant étonné, Moussa  dit à Al-Khadir : {As-tu tué un être innocent, qui n'a tué personne ?  Tu as commis certes une chose affreuse}.

Al-Khadir  répondit. {Ne t'ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie ?} Moussa se rendit compte qu'encore une fois qu’il ne put pas exclure sa curiosité, et ainsi il l'interrogea après qu'il eût promis de ne pas le répéter. Ensuite, il dit: {Si, après cela, je t'interroge sur quoi que ce soit, alors ne m'accompagne plus. Tu seras alors excusé de te séparer de moi}.

Ensuite, ils continuèrent leur voyage et {Ils partirent donc tous deux; et quand ils furent arrivés à un village habité, ils demandèrent à manger à ses habitants; mais ceux-ci refusèrent de leur donner l'hospitalité. Ensuite, ils y trouvèrent un mur sur le point de s'écrouler. L'homme (Al-Khadir) le redressa (de ses mains)}. Moussa  lui dit : "Ce sont les gens auxquels nous avons demandé de la nourriture, mais ils refusèrent de nous donner l'hospitalité, cependant tu leur as réparé le mur. {Alors, si tu voulais, tu aurais bien pu réclamer pour cela un salaire. Il dit : Ceci [marque] la séparation entre toi et moi, Je vais t'apprendre l'interprétation de ce que tu n'as pu supporter avec patience}.

[ ... ] Pour ce qui est du bateau, il appartenait à des pauvres gens qui travaillaient en mer. Je voulais donc le rendre défectueux, car il y avait derrière eux un roi qui saisissait de force tout bateau. Quant au garçon, ses père et mère étaient des croyants; nous avons craint qu'il ne leur imposât la rébellion et la mécréance}. [Sourate 18 – Versets 77 – 80]

{Nous avons donc voulu que leur Seigneur leur accordât en échange un autre plus pur et plus affectueux. Et quant au mur, il appartenait à deux garçons orphelins de la ville, et il y avait dessous un trésor à eux, et leur père était un homme vertueux. Ton Seigneur a donc voulu que tous deux atteignent leur maturité et qu'ils extraient, (eux-mêmes) leur trésor, par une miséricorde de ton Seigneur. Je ne l'ai d'ailleurs pas fait de mon propre chef. Voilà l'interprétation de ce que tu n'as pas pu endurer avec patience}. [Sourate 18 – Versets 81 – 82]

Le Prophète  dit après qu'il eût raconté cette histoire: "Nous souhaitons que Moussa  aurait pu rester patient, afin de connaître plus de leur histoire." [Rapporté par Al-Boukhâri]

Allah le Tout-puissant dit :

{Et lorsqu'Allah prit cet engagement des prophètes: "Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et de la Sagesse, et qu'ensuite un messager vous viendra confirmer ce qui est avec vous, vous devez croire en lui, et vous devrez lui porter secours". Il leur dit: "Consentez-vous et acceptez-vous Mon pacte à cette condition"? -"Nous consentons", dirent-ils. "Soyez-en donc témoins, dit Allah. Et Me voici, avec vous, parmi les témoins}. [Sourate 3 - Verset 81]

Ce verset nous informe qu'Allah  a pris la convention de chaque Prophète qu'il sera un croyant en tous les Prophètes qui viendront après lui. Cela leur exige aussi la convention de croire au Prophète Mohammad, parce qu'il est le Seau de la prophétie. Chaque Prophète a trouvé qu'il aurait été exigé de croire en lui et l'aider dans la réalisation de sa Mission. Si Al-Khadir était vivant dans le temps de notre Prophète , il ne serait permis que de rencontrer notre Prophète , le suivre, et l'aider dans sa Mission. Il aurait été certainement, parmi ceux qui ont témoigné à la bataille de Badr, et aurait combattu sous le commandement de notre Prophète, tel fit Gabriel  et d'autres anges.

L'opinion commune est qu'Al-Khadir pourrait être un Prophète ou un Messager, ce qui paraît être l'opinion la plus correcte. Quoi qu'il puisse être, Moussa est plus éminent qu'Al-Khadir.  Et était-il vivant, il lui aurait été demandé de croire en le Prophète Mohammad et de le soutenir. Alors, que dit-on de ceux qui disent qu'Al-Khadir est un Wali ( ami d'Allah ) ? Il est plus plausible qu'Al-Khadir  peut être compté parmi les Prophètes et les Messagers. Il n'est pas raconté dans aucun Hadith authentique ou de faible narration, qu'Al-Khadir était venu au Prophète  et l'ait rencontré.

 

DAVID-DAWUD

 

Selon les généalogistes, il est Dawud  ibn Isaï ibn Obed ibn Aber ibn Salmon ibn Naasson ibn Aminadab ibn Aram ibn Esrom ibn Pérets ibn Juda ibn Jacob ibn Isaac ibn Abraham  .

Ibn Is'hâk rapporta que Wahb ibn Mounabbih dit : Dawud  était un homme aux traits fins et de courte taille aux yeux bleus, et était rougeoyant.

Après avoir tué Goliath, Dawud  devint un héros, et les Israélites l'aimèrent. Ils voulurent le voir en tant que roi pour eux. Ensuite, Allah accorda à Dawud  le royaume d'Israël et la Prophétie, et c'était la première fois que la Prophétie et la royauté furent accordées ensemble à une seule famille. Dawud  devint roi aussi bien qu'un Prophète. Allah le Tout-puissant dit :

{ Et David tua Goliath; et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu'il voulut. Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement corrompue. Mais Allah est Détenteur de la Faveur pour les mondes}.

[ Sourate 2  : Verset 251 ]

Ibn Jarîr dit : Quand Goliath défia Saül (Tâlout) d'avancer et de le combattre, et dit : «Veux-tu avancer vers moi ou veux-tu que j'avance vers toi ?» Personne n'avait le courage de relever ce défi. Mais, Saül annonça aux hommes que quiconque tuera Goliath, il épousera sa fille. Dawud  avança, releva le défi et tua Goliath.

Wahb ibn Mounabbih dit : Les gens aimèrent le courage de Dawud et abdiquèrent Saül du trône, et attitrèrent Dawud  en tant que roi. Il est aussi dit que Dawud  fut nommé roi par l'ordre de Samuel. Cependant, selon Ibn Jarîr, l'opinion de la majorité des oulémas est que Dawud  devint roi après que Saül fut tué.

Allah le Tout-puissant dit :

{ Nous avons certes accordé une grâce à David de Notre part. O montagnes et oiseaux, répétez avec lui (les louanges d'Allah). Et pour lui, Nous avons amolli le fer, (en lui disant) : "Fabrique des cottes de mailles complètes et mesure bien les mailles". Et faites le bien. Je suis Clairvoyant sur ce que vous faites }.

[ Sourate 34  : Versets 10/11 ]

Et dit dans la sourate Al-Anbiyâ :

{ Et Nous asservîmes les montagnes à exalter Notre Gloire en compagnie de David, ainsi que les oiseaux. Et c'est Nous qui sommes le Faiseur. Nous lui (David) apprîmes la fabrication des cottes de mailles afin qu'elles vous protègent contre vos violences mutuelles (la guerre). En êtes-vous donc reconnaissants? }.

[ Sourate 21  : Versets 79/80 ]

Allah avait adouci le fer pour lui, soit dans sa main miraculeusement, soit en lui accordant la connaissance de le faire adoucir. Allah lui apprit aussi les habiletés de fabrication des armures de fer pour être portées dans la guerre et fournir la protection contre l'attaque de l'ennemi.

Al-Hasan Al-Basri et Qatâdah dirent : Allah  a adouci le fer dans la main, de Dawud  de façon à ce qu'il n'avait pas besoin de feu ni de marteau pour fabriquer les armures de fer.

Il était le premier homme qui eut les habiletés de fabrication d’armure de fer. Il est rapporté dans un Hadith que le Prophète  dit :

"La meilleure nourriture qu'un homme pourrait manger est celle gagnée par soi, et le Prophète d'Allah Dawud mangeait de ce qu’il gagnait de ses propres mains".

Allah  le Tout-puissant dit :

{ Endure ce qu'ils disent, et rappelle-toi David, Notre serviteur, doué de force (dans l'adoration) et plein de repentir (à Allah). Nous soumîmes les montagnes à glorifier Allah, soir et matin, en sa compagnie, de même que les oiseaux assemblés en masse, tous ne faisant qu'obéir à Lui (Allah). Et Nous renforçâmes son royaume et lui donnâmes la sagesse et la faculté de bien juger }.

[Sourate 38  : Versets 17/20 ]

Ibn Abbâs et Moujâhid dirent : Le "doué de force" veut dire la force dans le dévouement et les bonnes actions.

Qatâdah dit : Il lui fut accordé la résolution extraordinaire pour le dévouement.

Il est rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim que le Prophète  dit :

"La meilleure prière est celle de Dawud, et le meilleur jeûne est celui de Dawud; il dormait la moitié de la nuit, puis il se réveillait pour prier pendant le tiers de la nuit, et ensuite il dormait le sixième. Il jeûnait un jour et mangeait le jour suivant, et toutes les fois qu’il rencontrait son ennemi, il ne reculait jamais".

{ Nous soumîmes les montagnes à glorifier Allah, soir et matin, en sa compagnie }. Ibn Abbâs, Moujâhid et d’autres dirent : Allah  avait accordé à Dawud  une bonne voix au point que toutes les fois qu'il chantait son Livre, les oiseaux s'arrêtaient dans l'air en répétant et glorifiant Allah avec lui. Les montagnes aussi le joignirent dans l'éloge et la glorification d'Allah , chaque matin et chaque soir.

Al-Awzâi dit : Abdoullâh ibn Amir me dit : à Dawud  fut accordé une voix si belle que personne n'avait jamais eu auparavant. Même les oiseaux et les animaux sauvages le joignaient.

L'imam Ahmad rapporta que Aicha (que Dieu soit satisfait d'elle) dit : Le Prophète entendit la voix d'Abi Mousa Al-Achari pendant qu'il récitait, et dit :

"À Abou Mousa fut accordé une douceur de voix de celles accordées à Dawud".

À Dawud  fut aussi accordé la rapidité de récitation de son Livre, les psaumes (Az-Zabour).

L'imam Ahmad rapporta d'Abi Houraira que le Prophète  dit :

"La récitation fut facilitée pour Dawud; il demandait que son cheval soit sellé, puis il commençait la récitation du Coran, et l’achevait avant que le cheval soit sellé. Et Dawud ne mangeait que de ce qu'il gagnait de ses propres mains ".

L'imam Al-Boukhâri cita le même Hadith dans son livre.

Le terme "Coran" dans le Hadith précité veut dire son Livre appelé "Az-Zabour (les psaumes)" qu'Allah  a révélé à Dawud . Pour achever la récitation des psaumes, il ne lui fallait qu'une durée de temps équivalente à celle suffisante pour seller un cheval. C'était un acte rapide de récitation et de compréhension qui lui fut accordé par Allah.

Allah  le Tout-puissant dit :

{ Et à David Nous avons donné le "Zabour" }.

[ Sourate 17 : Verset 55 ]

Az-Zabour (les psaumes) était le Livre révélé à Dawud  qui selon un Hadith rapporté par l'Imam Ahmad, fut révélé pendant le mois de Ramadan. Il contenait avertissements et sagesse pour son peuple.

Allah  le Tout-puissant dit :

{ Et Nous renforçâmes son royaume et lui donnâmes la sagesse et la faculté de bien juger }

[Sourate 38  : Verset 20 ]

c'est à dire : Nous lui avons donné un royaume énorme et une autorité puissante.

Ibn Jarîr rapporta qu'Ibn Abbâs  dit :

Deux personnes reportèrent leur cas à Dawud au sujet d'une vache. L'un d'eux prétendit que l'autre personne lui prit sa vache par force. Mais l'autre personne renia la revendication. Alors Dawud remit le cas jusqu'à la nuit. Quand il fut nuit, Allah lui révéla de tuer le revendicateur. Au matin, Dawud lui dit : «Allah m'a révélé que je te tue, alors je vais le tuer. Maintenant dis-moi la vérité au sujet de ta revendication ?" Il dit : "Par Allah, O Messager d'Allah, je suis véridique en ce que j'ai revendiqué, mais j'avais assassiné son père avant". Par conséquent. Dawud ordonna qu'il soit tué. Après ce cas l'autorité de Dawud fut grandement reconnue parmi les Israélites et ils lui obéirent entièrement.

Ibn Abbâs  dit ceci est la signification de { Et Nous renforçâmes son royaume }. Et la sagesse dans ce verset, { et lui donnâmes la sagesse } c'est à dire la Prophétie.

Allah  le Tout-puissant dit :

{ Et t'est-elle parvenue la nouvelle des disputeurs quand ils grimpèrent au mur du sanctuaire! Quand ils entrèrent auprès de David, il en fut effrayé. Ils dirent : "N'aie pas peur! Nous sommes tous deux en dispute; l'un de nous a fait du tort à l'autre. Juge donc en toute équité entre nous, ne sois pas injuste et guide-nous vers le droit chemin. Celui-ci est mon frère : il a quatre-vingt-dix-neuf brebis, tandis que je n'ai qu'une brebis. Il m'a dit : "Confie-la-moi"; et dans la conversation, il a beaucoup fait pression sur moi" }.

[ Sourate 38  : Versets 21/23 ]

{ Il (David) dit : "Il a été certes injuste envers toi en demandant de joindre ta brebis à ses brebis". Beaucoup de gens transgressent les droits de leurs associés, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres - cependant ils sont bien rares -. Et David pensa alors que Nous l'avions mis à l'épreuve. Il demanda donc pardon à son Seigneur et se prosterna et se repentit. Nous lui pardonnâmes. Il aura une place proche de Nous et un beau refuge }.

[ Sourate 38  : Versets 24/25 ]

Beaucoup d'exégètes ont cité à ce propos quelques histoires qui viennent principalement de l'Ancien Testament. Nous ne voulons pas qu'elles soient citées ici, tant que ces versets sont suffisants pour ce but. Allah le Tout-puissant dit aussi dans la même sourate :

{ O David, Nous avons fait de toi un calife sur la terre. Juge donc en toute équité parmi les gens et ne suis pas la passion sinon, elle t'égarera du sentier d'Allah". Car ceux qui s'égarent du sentier d'Allah auront un dur châtiment pour avoir oublié le Jour des Comptes }.

[ Sourate 38  : Verset 26 ]

"Calife" c'est à dire pour les souverains et ceux qui sont dans l'autorité. Allah  a commandé qu'ils soient justes, et qu'ils ne suivent pas les traditions et les opinions personnelles pour être partisans de la vérité révélée d’Allah. Ceux qui suivent une voie autre que cela seront menacés avec des conséquences sévères. Dawud  , étant un Prophète, et étant une personne de dévouement et craignant Allah  , était le modèle du rôle pour la justice. Allah  le Tout-puissant dit :

{ O famille de David, œuvrez par gratitude", alors qu'il y a eu peu de Mes serviteurs qui sont reconnaissants }.

[ Sourate 34  : Verset 13 ]

La Mort de Dawud

Le Hadith fut déjà cité. Quand Allah  a créé Adam , Il a pris toute sa progéniture de son dos, et il y avait des Prophètes parmi eux clairement distingués des autres. Adam vit parmi eux un qui luisait. Adam dit : " :O mon Seigneur! Qui est-ce ?"

Allah répondit : "C'est ton fils Dawud.''

Adam dit : "Quel est son âge ?"

Il dit : "60 ans."

Adam dit : "Mon Seigneur! Augmente son âge."

Allah dit : "Non, sauf si Je prends de ton âge et lui augmente le sien."

La durée de la vie d'Adam était de 1.000 ans, alors il lui donna 40 ans de son propre âge. Ainsi quand l'âge d'Adam arriva à sa fin, l'ange de la mort le visita. Adam dit : "N'y a-t-il pas encore 40 ans de mon âge ?" Adam oublia ce qu'il avait donné à son fils Dawud en plus de son âge. Alors, Allah dans Sa Miséricorde accorda à Adam son âge original de 1.000 ans, et à Dawud 100 ans. [ Rapporté par l'Imam Ahmad, At-Tirmidhi, Ibn Khouzaimah et Ibn Hibbân ].

Ibn Jarîr dit : La Bible dit que l'âge de Dawud  était 77 ans. Mais cela est faux et contredit ce qui est cité dans le Hadith. Cependant, ils dirent que Dawud  avait gouverné en tant que roi pendant 40 ans, ce que nous pouvons accepter, parce qu'il n'y a rien en cela qui contredit notre Hadith.

Tant que le cas de sa mort est intéressant, l'Imam Ahmad rapporta d'Abi Houraira  que le Prophète  dit :

"Dawud était très jaloux. Alors quand il sortait, il fermait la porte à clé, ainsi personne ne pourrait entrer dans sa maison jusqu'à ce qu'il soit revenu. Un jour il sortit et ferma la porte à clé. Soudainement, sa femme vint de voir un homme au milieu de sa maison. Alors elle dit aux autres membres de la famille dans la maison : "Comment cet homme est entré dans la maison alors que la porte est fermée à clé? Par Allah! Dawud va avoir honte". Quand Dawud est revenu, il vit l'homme qui était debout au milieu de la maison, il lui dit : "Qui es-tu ?' Il répondit : "Je suis celui qui ne craint aucun roi et rien ne m'échappe". Dawud dit : "Alors tu n'es par Allah que l'ange de la mort, je suis soumis à l'Ordre d'Allah". Puis il resta jusqu'à ce que son âme fût sortie de son corps. Quand il fut lavé et enveloppé dans le linceul, le soleil se leva. Suleyman dit aux oiseaux : Ombragez Dawud, ainsi quand ils le firent, tout devint sombre. Suleyman dit aux oiseaux : "Que chaque oiseau contracte une aile".

Abou Houraira  dit :

"Le Prophète  nous a illustré avec sa main comment les oiseaux avaient contracté leurs ailes". [Rapporté par l’Imam Ahmad seulement].

 

ELIE ET ELISEE

 

(Au sujet d'Elie) :

Allah le Tout-puissant dit dans la sourate As-Sâffât après l'histoire de Moïse et Aaron:

{Elie était, certes, du nombre des Messagers. Quand il dit à son peuple: "Ne craignez-vous pas (Allah)"? Invoquerez-vous Baal (une idole) et délaisserez-vous le Meilleur des créateurs, Allah, votre Seigneur et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres"? Ils le traitèrent de menteur. Et bien, ils seront emmenés (au châtiment). Exception faite des serviteurs élus d'Allah. Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité: Paix sur Elie et ses adeptes". Ainsi récompensons-Nous les bienfaisants, car il était du nombre de Nos serviteurs croyants}. [ Sourate 37 : Versets 123 - 132 ]

Les généalogistes disent: Il était Elie ibn An-Nashabi ibn Yâ-Sine ibn Phinehas ibn Eléazar ibn Aaron. Dans un autre récit, il est dit qu'il était : Elie ibn Eléazar ibn Eléazar ibn Aaron.

Il fut envoyé aux habitants de Baalbek, au côté ouest de Damas. Il appela les gens au chemin d'Allah, et leur défendit l'adoration de l'idole Baal. C'est pourquoi Allah le Tout-puissant dit :

(Invoquerez-vous Baal et délaisserez-vous le Meilleur des créateurs? Allah, votre Seigneur et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres?}

Cependant, les siens le démentirent et essayèrent de le tuer. Il est dit qu'il s'enfuit d'eux et se cacha quelque part. Il est rapporté que Kaaboul-Ahbâr dit : "Elie se cacha du roi de son peuple dans une grotte pendant dix années. Quand ce roi périt, et son royaume fut gouverné par un autre roi, Elie se rendit auprès de lui et lui présenta la religion Divine de l'Islam. Beaucoup de gens devinrent des croyants, mais ils furent tués jusqu'à leur dernier homme par l'ordre du roi."

 

(Au sujet d'Elisée) :

 Allah le cita avec d'autres Prophètes dans la sourate Al-An'âm, en disant:

{De même, Ismaël, Elisée, Jonas et Loth. Chacun d'eux Nous l'avons favorisé par-dessus le reste du monde}.

[ Sourate 6 : Verset 86 ]

Et Il dit dans la sourate Sad:

{Et rappelle-toi Ismaël et Elisée, et Thal-Kifl, chacun d'eux parmi les meilleurs}.

[ Sourate 38 : Verset 48 ]

Ibn Is'hâk dit que Katâdah rapporta qu'Al-Hasan Basri  dit : Elisée vint après Elie, que la paix soit sur eux.

Il appela son peuple au droit chemin d'Allah, et il suivit les Lois et la Charia qui étaient révélées à Elie, jusqu'à ce qu'il fût décédé.

Après sa mort, les méfaits devinrent rampants parmi eux, les malfaiteurs prirent les rênes de la société, et ils commencèrent à transgresser contre les gens et tuer leurs Prophètes et leurs réformateurs.

Le célèbre historien Musulman Ibn Asâkir dit au sujet de sa lignée qu'il était Elisée ibn Adi ibn Shutlam ibn Ephraïm ibn Joseph ibn Jacob ibn Isaac ibn Abraham. Il est dit qu'il était le cousin d'Elie. Il est aussi dit qu’il était avec Elie dans la caverne pendant qu’il se cachait du roi de Baalbek, et quand il sortit de sa dissimulation, Elisée alla aussi avec Elie à son peuple.

Quand Elie  mourut, Elisée  acheva sa mission, et il fût envoyé par Allah  comme Prophète à son peuple.


Suite page suivant

ISLAM 33 : « Histoires exemplaires des Prophètes (paix sur eux)» (5/5)

Partager cet article

Repost 0
Ribaat Ribaat - dans ISLAM OU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche