DEPUIS JANVIER 2010 ISLAM 50 : « Le fait de gouverner par des lois forgées » - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 23:28

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

ISLAM 50 :

«  Le fait de gouverner par des lois forgées »

L'Islam contre le nouvel ordre mondial

---------o ISLAM PRIME NATURE DE L’HOMME ET BON CONSEIL o---------

Posté le 19 juillet 2004 à 22:26:09

Epître du Cheikh Mohammed Ibn Ibrahim Ibn 'Abdel-Latif Al ach-Cheikh. Traduit par Ansaar Publications, revue et corrigé par Al-Mourabitoune.

 

Il s'agit bien de mécréance majeure et claire que de donner aux maudites lois forgées la même considération qu'on devrait donner à ce qu'a transmis l'Esprit fidèle l’Ange – Gabriel  – sur le cœur de Mohammed  pour qu'il soit entre tous un avertisseur en langue arabe claire, et ceci en jugeant par elles (les lois forgées) et en s'en remettant à elles en cas d'un quelconque conflit. Agir ainsi est une pure contradiction et une opposition aux paroles divines suivantes:

« Si vous vous disputez en quoi que ce soit, déférez le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Cela sera meilleur pour vous et de plus belle incidence » [Sourate An-Nisa 4:59]

 

Allah  a jugé dépourvus de foi ceux qui ne prennent pas le Prophète  pour juge dans toute dispute. Cette négation de foi est accentuée par les deux formes de négation (non et ne) et le serment (par ton Seigneur!) dans les paroles divines suivantes:

« Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle contrariété intime pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement [à ta sentence]. » [Sourate An-Nisa 4:65].

Allah  n'a pas accepté d'eux le simple fait de prendre le messager d'Allah  pour juge, ils doivent en plus n'éprouver aucune contrariété intime – haraj – à l'égard de ce jugement, leurs poitrines doivent être larges et exemptes de toute angoisse et de toute suspicion.

Aussi Allah  n'est pas satisfait d'eux tant qu'ils ne joignent pas à cela le taslim qui est la soumission au jugement du Prophète  de telle sorte qu'ils se débarrassent de toute passion de l'âme à son encontre, et se soumettent totalement au jugement vrai, c'est pour cela qu'Il a ajouté le nom d'action (taslima: soumission) pour donner plus de force au verbe de la même racine (youssallimou = ils se soumettent), ce nom d'action démontre qu'il ne faut pas se contenter d'une simple soumission mais plutôt d'une soumission totale.

Médite donc sur le premier verset: « Si vous vous disputez en quoi que ce soit, déférez-le à Allah et à l'Envoyé si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Cela sera meilleur pour vous et de plus belle incidence » [Sourate An-Nisa 4:59] dans lequel Allah  a mis le terme indéterminé – chay (en quoi que ce soit) – dans un mode conditionnel – siyyaq ach-chart – : Si vous vous disputez en quoi que ce soit (chay) qui exprime une signification générale – al ‘oumoum – englobant tout ce qui fait l'objet de dispute qualitativement et quantitativement, et remarque comment Il a mis cela comme condition pour acquérir la foi en Allah et au Jour Dernier en disant: Si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Puis, Allah  a dit: Cela sera meilleur et ce qu'Allah a qualifié de meilleur nul mal ne peut le toucher que ce soit à court ou à long terme.

Puis Il (Qu’Il Soit Glorifié) a dit: « et de plus belle incidence » (ta'wil) c'est à dire belle incidence dans ce monde et dans l'au-delà. Le sens implicite (de ce passage du verset) consiste à dire que le fait de ne pas s'en remettre au Messager  lors d'un désaccord est la cause du malheur dans ce bas monde et dans l'au-delà, contrairement à ce que prétendent les hypocrites: « Nous ne sommes que des réformateurs » [Sourate Al Baqarah 2:11] et Allah leur a répondu: « certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s'en rendent pas compte » [Sourate Al Baqarah 2:12], ce qui infirme l'argument qu'avancent ceux qui forgent des lois en prétendant que le monde (actuel) a besoin (voir est même dans la nécessité) de ces nouvelles lois (qanûn)… Or ceci relève de la mauvaise idée qu'ils ont sur le Messager d'Allah, de la qualification du message d'Allah et de Son Envoyé de dérisoire et d'insuffisant pour que les gens se réfèrent à lui lors du désaccord, et donc, à leur avis, si on applique le message d'Allah, on aura une mauvaise fin dans ce monde et dans l'au-delà !

Médite aussi sur la signification générale du deuxième verset: de ce qui fait entre eux conflit car le pronom relatif "ce" avec la phrase qui lui est liée expriment la généralité selon les ussulis et autres (juristes), et cette généralité englobe toute sorte d'affaire judiciaire et toute quantité de la chose qui fait l'objet de dispute, il n'y a donc pas de différence entre une affaire et une autre tout comme il n'y a pas de différence entre une petite quantité et une grande quantité de la chose qui est la cause du conflit.

Allah  a jugé dépourvu de foi quiconque s'en remet à une loi autre que celle apportée par l'Envoyé d'Allah, Allah  dit:

« N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi et à ce qu'on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Taghût, alors qu'on leur a commandé de le renier. Mais Satan veut les égarer très loin dans l'égarement » [Sourate An-Nisa 4:60].

Lorsqu'Allah  dit qu'ils "prétendent" cela signifie qu'Allah nie la foi qu'ils présument avoir, car le cœur du serviteur d'Allah ne peut absolument pas réunir la volonté de recourir à une loi autre que celle apportée par le Prophète  et la foi, l'une est opposée à l'autre.

Le Taghût vient du mot tûghiane qui est le dépassement des limites, or quiconque a jugé par une loi autre que celle apportée par l'Envoyé  ou s'en est remis à elle, a finalement jugé par le Taghût et s'en est remis à lui.

Donc chacun de nous a le droit de juger uniquement par ce qu'a apporté le Prophète , et non pas par ce qui lui est contraire, de même on a le droit de ne s'en remettre qu'à ce qu'a apporté le Prophète , et celui qui juge par ce qui lui est contraire a certainement dépassé les limites d'Allah et devient ainsi un Taghût.

Médite sur l'évidence divine suivante:  ..alors qu'on leur a commandé de le renier pour que tu comprennes mieux l'obstination des "Qanûniyyounes" (ceux qui mettent en place des lois forgées) et leur volonté opposée à la volonté divine à ce sujet. Ce qu'Allah  a voulu d'eux par Sa volonté religieuse est qu'ils se désavouent du Taghût au lieu de recourir à lui mais les transgresseurs substituèrent à ces paroles autres que celles qui leur avaient été prescrites [Sourate Al Baqarah 2:59].

Médite encore sur l'évidence suivante: Satan veut les égarer pour comprendre qu'il s'agit bien d'un égarement, tandis que ces Qanûniyyounes voient que c'est le droit chemin. De même le verset montre que ces lois inventées – qanûn – émanent de la volonté de Satan contrairement à ce qu'imaginent ces Qanûniyyounes qui prétendent être loin de Satan et que ces lois sont dans l'intérêt de l'humanité.

Donc, à leur avis, ce que veut Satan est bénéfique pour l'humanité et en conformité avec la volonté divine, quant au message pour lequel le meilleurs fils d'Adam  a été envoyé, il est loin de ces qualificatifs et exclu de leurs préoccupations.

D'ailleurs, Allah  a blâmé cette catégorie de gens en affirmant qu'ils aspirent au jugement du paganisme – jahiliyya – et qu'il n'y a pas de jugement meilleur que le Sien: « Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance (Jahiliyya, paganisme) qu'ils cherchent? Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme? » [Sourate Al-Mâ'ida 5:50], médite donc sur ce verset pour comprendre qu'il n'y a que deux sortes de jugement et qu'en dehors du jugement d'Allah  il n'y a que le jugement du paganisme.

Désormais, les Qanûniyyounes font partie des païens de la période anté-islamique, qu'ils le veuillent ou non, voir même pires qu'eux et plus mensongers qu'eux en discours car les païens de la période anté-islamique ne se contredisaient pas avec eux-mêmes à ce sujet. Quant aux Qanûniyyounes (ceux qui mettent en place des lois forgées), ils se contredisent avec eux-mêmes en prétendant croire en ce qu'a apporté le messager d'Allah  puis le contredisent et essaient en même temps de se frayer un chemin entre eux (entre le message du Prophète  et leur lois forgées); Allah  dit à propos de cette catégorie de gens: « les voilà les vrais mécréants! Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant » [Sourate An-Nisâ' 4:151]

Vois-tu comment Allah  infirme les lois que vantent ces Qanûniyyounes, qui ne sont d'autres que des idées ordurières élaborées par leurs cerveaux et ce que forgent leur imagination, par le verset suivant: « Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?. » Dans l'explication de ce passage du verset, Al Hafedh Ibn Kathir  a dit:

"Le Très-Haut blâme ainsi celui qui est sorti de la législation d'Allah si sage si parfaite, comportant toute sorte de bien et proscrivant tout mal, et qui en a dévié vers d'autres néologismes fabriqués par l'homme sans nullement se baser sur la législation d'Allah (Shari'ah), à l'instar des gens du paganisme (jahiliyya) qui se basaient dans leur justice sur l'erreur et la sottise insensées que leurs inspiraient leurs propres opinions et leurs passions.

Ils jugeaient à la façon des tatars qui appliquaient les règles politiques du règne qu'ils avaient héritées de leur roi Gengis Khân qui leur a rédigé leur livre intitulé "Al Yaciq" qui représentait un recueil de règles qu'il a sans doute puisé dans des législations diverses comme celle du judaïsme, du christianisme, de l'Islam et d'autres parmi lesquelles plusieurs ont été inspirées par son seul jugement et par sa passion.

Ses descendants en firent une législation qu'ils préféraient à celle du livre d'Allah et la Sunna du Messager d'Allah.

Quiconque agit ainsi est un mécréant qu'on doit combattre par les armes jusqu'à ce qu'ils reviennent à la législation d'Allah et de Son messager et qu'ils n'appliquent plus aucune autre législation. Allah  dit: « est-ce donc au jugement du paganisme qu'ils recherchent? » c'est à dire ils le désirent et se passent du jugement d'Allah, « Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme? » c'est à dire qui est plus juste qu'Allah en matière de jugement pour celui qui a bien compris la religion d'Allah, a eu foi en elle et certitude, sait qu'Allah est le plus juste des justiciers et plus miséricordieux envers Ses créatures que la mère envers son enfant? Car Allah  est l'Omniscient, l'Omnipotent, l'Equitable dans toute chose" [fin du propos d'Ibn Kathir Voir son Tafsir Vol. 2/67]

S'adressant à Son Prophète Mohammad (saw), Allah Glorifié Soit-ila dit: « Juge donc parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t'est venue. » [Sourate Al-Mâ'ida 5:48] et Il a dit : « Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu'ils ne tentent de t'éloigner d'une partie de ce qu'Allah t'a révélé » [Sourate Al-Mâ'ida 5:49], et Il a donné le choix à Son Prophète  entre juger entre les juifs ou se détourner d'eux s'ils recourent à lui: « S'ils viennent à toi, sois juge entre eux ou détourne toi d'eux. Et si tu te détournes d'eux, jamais ils ne pourront te faire aucun mal. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité. Car Allah aime ceux qui jugent équitablement » [Sourate Al-Mâi'da 5:42], l'équité signifie la justice – al ‘adl – et seul le jugement d'Allah et de Son Envoyé est véritablement juste et tout jugement qui lui est différent est de la tyrannie, de l'injustice, de l'égarement, de la mécréance et de la scélératesse, c'est pour cela qu'Allah  a dit: « Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants » [Sourate Al-Mâi'da 5:44],  « Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes » [Sourate Al-Mâi'da 5:45], « Ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers » [Sourate Al-Mâi'da 5:47].

Remarque donc comment le Très-Haut a taxé ceux qui jugent par ce qui est différent de ce qu'Il a fait descendre: de mécréants, d'injustes et de pervers, et il est impossible qu'Allah  qualifie le juge qui juge par ce qui est contraire de ce qu'Il a fait descendre de mécréant sans qu'il ne le soit; il est mécréant de manière générale, soit d'une mécréance relative à l'acte – kufr ‘amali – soit d'une mécréance relative à la conviction – kufr I'tiqadi –, et l'explication d'Ibn ‘Abbas  de ce verset (le verset 44 de la sourate 5) rapportée par Taouss indique que le gouverneur qui ne juge pas selon ce qu'Allah a fait descendre est mécréant: c'est soit une mécréance relative à la conviction qui l'exclue de l'Islam soit une mécréance relative à l'acte qui ne l'excommunie pas.

La mécréance relative à la conviction est de différentes sortes:

1) Cas où le gouverneur qui juge par autre chose que ce qu'Allah a fait descendre conteste l'obligation de gouverner avec la shari'a: C'est probablement l'avis d'Ibn ‘Abbas et le choix d'Ibn Jarir (at-Tabari), il s'agit selon eux du reniement – al juhud – de la législation d'Allah.

En fait, sur ce point, il n'y a aucun désaccord entre les gens du Savoir, car celui qui renie – et c'est là un des principes unanimement accordés – un point fondamental de la religion ou une question secondaire au sujet de laquelle tous les gens du Savoir sont d'accord ou renie une partie qat'i de ce qu'a apporté l'Envoyé d'Allah  est un mécréant et ne fait pas partie de la communauté.

2) Cas où le gouverneur ne conteste pas la légitimité du jugement d'Allah et de Son Envoyé mais croit qu'un système de lois bien déterminé est meilleur que la shari'ah de l'Envoyé d'Allah , un système qui, à son avis, est plus complet et répond mieux aux besoins des gens en matière de jugement soit de manière absolue soit relativement à certains événements nouveaux issus de l'évolution du temps et le changement des situations. Sans aucun doute ceci est une mécréance majeure, car le gouverneur a préféré les lois inventées par de simples êtres humains, et qui ne sont que des idées ordurières qu'élaborent leurs intellects et le résultat de la pensée humaine, au jugement du Sage Digne de louanges.

Il est important de noter que le jugement d'Allah  et de Son Envoyé  ne varie pas dans son essence selon l'évolution du temps ou selon le changement du mode de vie, car toute affaire trouve son répondant dans le Livre d'Allah  et dans la Sunnah du Messager d'Allah , on peut déduire le jugement de chaque affaire à partir du sens explicite ou implicite du texte ou selon d'autres méthodes de la shari'a. Que la personne le sache ou l'ignore est une autre question.

Encore faut-il signaler qu'il ne faut pas comprendre faussement la formule suivante des savants: "la fatwa varie selon les circonstances" à l'instar de ceux dont la capacité de déduction des lois religieuses ou de leur raison d'être est faible, voir même nulle, ils se sont basés sur cette formule pour justifier leurs envies bestiales, leurs besoins mondains et leur façon erronée de voir les choses, c'est pour cela qu'ils la défendent vigoureusement, et font soumettre les textes (de la révélation) à elle avec tous les moyens dont ils disposent, allant jusqu'à déplacer les paroles de leurs lieux.

En fait, les savants désignent par cette formule: "la fatwa varie selon le changement des circonstances et l'évolution du temps" un changement continuellement accompagné du respect des règles fondamentales de la shari'ah et des raisons d'être des prescriptions, et va dans l'intérêt des gens tout en obéissant à la volonté d'Allah  et la volonté de Son Envoyé .

Sans aucun doute, les partisans des lois inventées sont loin de tout cela car ils n'adoptent que ce qui leur convient, peu importe si c'est conforme à la religion ou non, et la réalité en est le témoin le plus visible.

3) Cas où le gouverneur ne croit pas que la loi qu'il soutient est meilleure que celle d'Allah et de Son Envoyé, mais pense quand même qu'elle lui est égale, ce cas est pareil que les deux précédents: c'est une mécréance qui l'exclue de l'Islam, car il s'ensuit nécessairement une assimilation de la créature au Créateur et une opposition à l'évidente divine suivante: « Il n'y a rien qui Lui ressemble » [Sourate Ach-Choûrâ 42:11] et à d'autres nobles versets qui affirment qu'Allah est le Seul à avoir les attributs de perfection et qu'Il est exempt de toute ressemblance avec Ses créatures que ce soit dans Son essence ou Ses attributs ou Ses actes ou dans le jugement entre les gens.

4) Cas où le gouverneur croit que la loi par laquelle il juge n'est ni pareille, ni à plus forte raison meilleure que le jugement d'Allah et de Son Envoyé, mais croit qu'il est permis de juger par ce qui est différent de la chari'a, ce cas est pareil que les cas précédents car il a cru licite quelque chose reconnue illicite par les textes authentiques, claires et péremptoires.

5) Ce cas est le plus grave, il englobe les cas précédents, il manifeste une opposition claire à la shari'a, un dédain de ses lois et une rupture avec Allah et Son Envoyé. Ce cas consiste à supplanter les tribunaux religieux en établissant des tribunaux auxquels on a fournit tout le matériel nécessaire et dans lesquels on a supervisé des lois, on a développé leurs principes fondamentaux et leurs cas subsidiaires – al furu' –, on les a pourvu du pouvoir législatif, du pouvoir juridique, du pouvoir exécutif, d'ouvrages de référence et toute sorte de documentation.

Tout comme les tribunaux religieux qui disposent d'ouvrages dont les sources sont le Livre d'Allah et la Sunna de Son Envoyé , ces tribunaux ont pour référence un système formé de toute pièce de lois françaises, de lois américaines, de lois britanniques, de prescriptions de certaines écoles d'innovateurs attribuées à l'Islam etc…

Dans beaucoup de pays musulmans, ces tribunaux sont déjà à l'œuvre, leurs portes sont grandes ouvertes, des foules de gens y rentrent, les juges jugent entre eux par des lois contraires à celles de la Sunna et du Livre, on leur impose ces lois, on les engage à déclarer leur fidélité à elles et on les oblige à s'y soumettre. Aussi me demandais-je:

- Que peut-il y avoir de mécréance aussi flagrante que celle-ci et que peut-il y avoir de contradiction au témoignage de la prophétie de Mohammad  plus manifeste que celle-ci? Les preuves détaillées de ce que nous avons présenté dans ce paragraphes (n°5) sont très connues et très nombreuses.

- Ô gens raisonnables! Ô groupes d'intelligents! Ô êtres de conscience! Comment accepteriez-vous que s'appliquent sur vous les lois et les doctrines de vos semblables ou de gens de condition plus basse que vous: des gens qui non seulement peuvent se tromper mais ont plus tort que raison sachant aussi qu'il n'y a de bon dans leurs lois que ce qui provient de la Shari'a de façon explicite ou implicite? Comment donc les laisseriez-vous soumettre votre personne, votre sang, votre corps, votre honneur, vos familles y compris vos femmes et vos enfants, vos biens et tous vos droits à leurs lois? Comment recourir à des gens qui refusent d'appliquer sur vous le jugement d'Allah et de Son Envoyé  qui est exempt de toute défaillance, le faux ne l'affecte ni de devant, ni de derrière c'est une descente venue du Sage Digne de louanges?

A vrai dire, lorsque les gens se plient et se soumettent au jugement de leur Seigneur, ils n'ont fait que se plier et se soumettre au jugement du Très-Haut qui les a créés pour L'adorer.

Sachant que les gens ne doivent se prosterner que devant Allah, ne doivent adorer que Lui et ne doivent pas adorer de simples créatures, ils doivent aussi ne se plier et ne se soumettre qu'au jugement d'Allah le Sage, l'Omniscient, le Digne de louanges, le Compatissant, le Miséricordieux, en dehors du jugement d'une simple créature comblée d'ignorance et d'iniquité, submergée par la suspicion, les passions et les ambiguïtés, dont le cœur est envahi par l'indifférence, la rudesse et les ténèbres (de l'égarement).

Il est donc du devoir des gens raisonnables de se libérer de ces lois, car (par ces lois) on les tient dans l'asservissement – al isti'bad – et on les assujetti aux passions d'autrui et à leurs désirs, aux aberrations et aux faussetés. Que dire de plus s'il s'agit textuellement d'une mécréance « Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants. »

6) Enfin, il y a le jugement de nombreux chefs de tribus et de clans bédouins et d'autres comme eux. Ils se réfèrent aux contes de leurs ancêtres et à leurs habitudes qu'ils appellent "Salloum": c'est un ensemble de lois qu'ils ont hérité et par lesquelles ils jugent et se font juger lors de leurs conflits. Agissant ainsi, ils ne font que perpétuer les lois du paganisme anté-islamique et se passer du jugement d'Allah et de Son Envoyé. Il n'est de mouvement et de force qu'en Lui ! .

Puis il y a le deuxième type: celui de la mécréance qui n'excommunie pas le juge qui ne juge pas selon ce qu'Allah a fait descendre. Nous avons déjà noté plus haut qu'Ibn ‘Abbas  a fait allusion à ce type de mécréance dans l'explication du verset: Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants il l'a nommée: "une mécréance moindre que la mécréance" et aussi: "Ce n'est pas le genre de mécréance que vous désignez".

Ce type s'applique sur un juge qui a été poussé par un désir personnel ou la passion à juger dans une affaire particulière par ce qui est contraire de ce qu'Allah a fait descendre, tout en ayant la conviction que le jugement d'Allah et de Son Envoyé est le plus juste, et en avouant qu'il a mal agit et qu'il a dévié du droit chemin.

Bien que ce qu'il a fait ne l'excommunie pas, c'est quand même un acte plus grave que le péché majeur comme la fornication, la boisson d'alcool, le vol, le faux serment pour usurper le droit des autres etc… car un péché qu'Allah qualifie de mécréance est pire qu'un péché qui ne porte pas ce qualificatif.

Finalement, nous implorons Allah qu'Il guide tous les musulmans à recourir au jugement de Son Livre, Il est le Seul à pouvoir le faire.

Partager cet article

Repost 0
Ribaat Ribaat - dans ISLAM OU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche