DEPUIS JANVIER 2010 LE POUVOIR OCCULTE AMÉRICAIN : "L’ORDRE DES SKULL&BONES" ANTONY C. SUTTON (5/5 FIN) - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 23:09

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux


LE POUVOIR OCCULTE AMÉRICAIN :

 

"L’ORDRE DES SKULL&BONES" ANTONY C.SUTTON

 

(5/5 FIN)


Auteur Antony C. Sutton Sur  

 

WWW.BARRUEL.COM 

(Avec Commentaire Ribaat)

Dhou Al-Hijja 1431 / Novembre 2010 

Livre l'ordre des Skull&Bones

 

 Un des Textes Le plus Important qui frustrera les mécréants vampirique que sont les Franc maçons et autres Païens adorateurs de SATAN, à nous dans prendre le meilleur de ce texte dans nos recherches et propagation de la Vérité) 

 

Partie 5 sur 5 et Fin 

 

 

 

Jetons un coup d’œil sur chaque Bundy activiste :


Harvey Hollister Bundy


Né à Grand Rapids, Michigan, en 1888, décédé en 1963. Son grand-père était avocat et membre du congrès, et son père était aussi avocat. Harvey Hollister s'est décrit comme un avocat et fonctionnaire public. Bundy a été initié dans l'Ordre en 1909. Après une maîtrise en droit à Harvard et quelques voyages dans le monde, il est devenu assistant à Supreme Court Associate Justice Wendell Holmes (1914 - 1915). Par coïncidence, Alger Hiss, plus tard déclaré coupable de parjure dans les célèbres procès Chambers-Hiss qui impliquaient l'espionnage soviétique, était aussi un assistant de Justice Holmes (1929-1930).


Harvey Hollister Bundy avait cinq enfants, dont trois qui se sont liés à l'Ordre.
Le fils aîné, Harvey Hollister, diplômé de Yale en 1938, mais n'a pas été initié dans les Skull and Bones. Il est banquier qui, comme Fred, est loin de l'activisme.

Le second des aînés William Putnam Bundy, a été initié en 1939. Le fils suivant est McGeorge Bundy, initié en 1940. La fille aînée, Harriet Lowell Bundy, s’est mariée à Gasper d’Andelot Belin, un partenaire dans Covington et Burling, et initié avec William Bundy en 1939. La plus jeune fille, Catherine Lawrence Bundy, s’est mariée à Hugh Auchincloss, Jr.


Les deux garçons Bundy ont été les vrais activistes.


William P. Bundy


Voici la carrière de William Bundy en bref :


- 1947-1951, cabinet juridique Covington and Burling à Washington, D.C.
- 1951-1961, Central Intelligence Agency - CIA.
- 1960, directeur du personnel de la commission présidentielle sur les buts nationaux.
- 1961-1963, adjoint assistant au secrétariat de la défense pour les affaires de sécurité internationale.
- 1964-1969, secrétaire d'état auxiliaire pour l’Asie de l'Est et des affaires du Pacifique pendant la période de la guerre du Vietnam.
- 1969-1971, professeur en visite au centre pour les études internationales, MIT.
- 1972, éditeur de Foreign Affairs, le journal trimestriel du Council on Foreign Relations (CFR), et le journal d’affaires étrangères le plus prestigieux des USA (MACONNIQUE BIEN SUR). Un guide pour tous les faiseurs de politique. Winston Lord (l'Ordre) est président du CFR.

Bundy est un membre de l'assemblée américaine, et du Council on Foreign Relations - CFR.
Clairement, M. Bundy a été nommé à quelques places très influentes dans les 30 dernières années. Comme le cabinet juridique de Washington Covington and Burling est intimement lié aux affaires régulatrices du gouvernement, il est raisonnable de présumer que, probablement, ce Bundy avait des relations avec la CIA dans la période 1947-1951, et alors se dirigea vers la CIA pour étendre ses projets. La firme Covington and Burling représente plus de 100 des plus grandes entreprises des USA à Washington. Les partenaires du fondateur ont inclus le beau père de William Bundy, Dean Acheson, et son beau-frère, Gasper Belin, (l'Ordre).


Un aspect intéressant de ce cabinet juridique, où la famille Bundy est à elle seule l’un des éléments le plus influent dans les décennies passées, est sa création de "l'aile gauche" de l’activité politique. Cette activité créatrice amène à prêter attention aux auditions du sénat sur la subversion de McCarthy, vers 1953, quand le sénateur Joseph McCarthy voulait appeler William Bundy comme témoin avant le comité, et trouva le pouvoir établi rangé fortement contre cette idée (Bundy avait donné $400 au Fonds Défense d'Alger Hiss).

Rétrospectivement c’était peut être plus que le traitement sévère des témoins de McCarthy - lesquels sont dans le dossier – et cela a provoqué l'horreur du pouvoir établi. Il y a peut être eu, en effet, des squelettes dans le placard (et peut-être quelques os), que le sénateur aurait pu déterrer involontairement, et ces squelettes n'avaient rien à faire avec le communisme domestique.


En tout cas, comme Quigley l’a signalé dans Tragédie et Espoir – Tragedy and Hope - l'entreprise J.P Morgan avait financé la gauche non-communiste aux Etats-Unis, pour un contrôle politique. Il paraît que Covington and Burling peut bien être un autre conduit.

Quelques évidences préliminaires :


- Un des partenaires de Covington and Burling, John Douglas, est le fils de Paul H. Douglas - qui était un des plus proéminents radicaux des années 30-40, et un membre franc de la gauche non-communiste. John Douglas était un coordinateur clé en 1972 pour la campagne de George McGovern : McGovern, bien sûr, qui est à l’extrême gauche du spectre politique.


- Un autre partenaire est le sénateur Charles Mathias, dont la position politique est plus ou moins à l’extrême gauche du parti républicain, et qui suit la ligne de George Bush (l’Ordre), ligne internationaliste.


- Encore un autre partenaire est Michael Boudin, fils de Leonard Boudin et frère de Kathy Boudin. Cela devrait faire froncer les sourcils de savoir que Kathy était "la plus recherchée" sur la liste du FBI. Leonard Boudin a été de tout temps l’avocat des communistes et membre de l'association nationale des avocats ("le premier rempart légal du parti communiste"), New Masses ("un périodique communiste") et une douzaine d’autres façades communistes. Kathy était une des fondatrices de la société des étudiants pour une société démocratique, et un chef dans sa faction terroriste. Une entreprise de fabrication de bombes mit le groupe dans les problèmes avec la loi, et Kathy sur la liste du FBI.


En bref, nous avons les éléments d'une hypothèse sur l’activité de l'aile gauche aux USA., jusqu'à la fabrication de bombes et un franc terrorisme, qui peut être lié à Covington and Burling - et à la CIA. Ce n'est pas une nouvelle assertion. Des déclarations ont été faites, auparavant, que la CIA a fourni les fonds de la gauche aux Etats-Unis. Cette affirmation n'a pas reçue trop de publicité pour deux raisons : (a) cela offense les médias du pouvoir établi, qui préfèrent montrer la CIA comme une organisation "droite" et (b) cela n'a pas beaucoup de sens.

Cela n'aurait certainement aucun sens, à moins que vous renvoyiez votre esprit au mémorandum numéro six, et le processus dialectique Hégélien. Dans ce processus le changement exige le conflit, et le conflit exige le fracas des contraires. Vous ne pouvez pas juste avoir une "droite", vous devez avoir une "droite" et une "gauche". Vous ne pouvez pas avoir juste une politique pro guerre du Vietnam, vous devez avoir aussi une politique anti guerre du Vietnam. Autrement le processus dialectique ne provoquera pas de changement. Une pensée intéressante.


Continuons, en 1960, Bundy, pendant qu’il était encore à la CIA, est devenu directeur du personnel pour la commission présidentielle sur les buts nationaux récemment formée. Un tel ordre, même dans son titre, assume la direction consciente. Si vous avez des buts, vous avez besoin logiquement d'un appareil pour accomplir ces buts. Dans une société comme les USA ce devrait être une sorte d’ordre superflu à moins qu'il y ait une "main directrice", quelque chose de plus que l'isoloir et le marché du travail.


Le rapport de cette commission est monté avec quelques citations qui sont de l’hégélianisme presque pur:


(a) "un des rôles du gouvernement est de stimuler des changements d'attitude"

 

(b) "dans les années 1960 chaque américain est appelé à une responsabilité personnelle extraordinaire, à un effort soutenu, et au sacrifice"

(c) "le citoyen américain, dans les années à venir, devrait consacrer une plus grande partie de son temps et de son énergie directement à solutionner les problèmes de la nation. . . beaucoup de chemins sont ouverts aux citoyens pour participer à l'acquisition de buts nationaux".

Maintenant, l'ensemble des règles de bases qui gouvernent notre société sont la Constitution et le Bill of Rights. Il n'y a rien dans ces documents constitutionnels pour soutenir chacune de ces demandes. Ce que les demandes impliquent est qu'un citoyen américain a le DEVOIR de faire avancer la volonté de l'état. Mais une telle supposition n’est sans aucun doute pas implicite dans la philosophie sous laquelle les Etats-Unis ont été fondés, et qui vraisemblablement opèrent aujourd'hui.


En 1972, après une besogne dans le service public, Bundy a pris la direction de Foreign Affairs, le journal des affaires étrangères le plus prestigieux et le plus influent des USA : la bible pour les faiseurs de la politique.

Donc William Bundy est un homme très influent. Assez pour que trois aspects de sa carrière exigent une enquête supplémentaire :


- La teinte Hégélienne, qu'un citoyen a un devoir envers l'état,
- L'opération de la dialectique Hégélienne et chaque opération de la "gauche" peuvent être liées plus directement à Covington and Burling,


- Si le service de Bundy au gouvernement montre la promotion des opérations de la "droite", il a eu besoin d'équilibrer les opérations de la "gauche".

 

McGeorge Bundy


Un traitement de faveur a été accordé à McGeorge Bundy tout le long de son chemin. Diplômé de Yale et initié à l'Ordre en 1940, Bundy a passé du temps à Harvard, et s'est alors engagé dans l'armée américaine "comme privé".


En 12 mois Bundy a été projeté au poste de capitaine et officier du personnel travaillant sur l’opération Husky (l'invasion de la Sicile) et l'opération Overlord (l'invasion de la Normandie).


S'il y a un travail dans ce monde qui exige de l'expérience, ce doit être officié de l'organisation du personnel pour une opération amphibie. Seule l’expérience peut faire les calculs de timing et la logistique pour le personnel et les provisions. Et les vies des hommes dépendent de cette expérience. Un homme de 23 ans, sans expérience militaire, entreprend l'organisation pour des opérations amphibies ? La réponse est évidemment non, même si son père (l'Ordre) est au Pentagone comme assistant au secrétaire de guerre (l'Ordre).

La guerre en Europe finie, Bundy maintenant un vétéran de 27 ans, est allé tout droit au Pentagone comme assistant au secrétaire de guerre, Henry Stimson. Nous avons déjà noté que Bundy a travaillé sur le manuscrit du livre On Active Service In Peace And War et a été récompensé comme coauteur, un argument définitif dans sa carrière.


Alors, rapidement, Bundy est devenu conseiller à l'administration de la coopération économique, bien qu'il ne s’y connaissait vraisemblablement pas plus sur les sciences économiques que sur les débarquements amphibies, alors analyste de la politique étrangère pour le candidat présidentiel Thomas Dewey, puis analyste pour le CFR. En 1949 Bundy a été invité à l’université de Harvard et en quatre années (1953) a été fait doyen de la faculté d'arts et de sciences.


Nous demandons à croire qu'en dehors de centaines, peut-être de milliers, d'universitaire expérimentés avec des décennies de références durement gagnées, un professeur auxiliaire, qui a fait le tour du monde non-académique pendant dix ans, est le plus talentueux pour le poste de doyen d’Harvard ! Nous pouvons accepter le manque d'expérience dans une organisation de guerre amphibie et l’organisation de programmes économiques, mais doyen d'un prestigieux département de Harvard en quatre ans ! Non, c'est trop. Cela sent le "coup monté" et peu de lecteurs débattront cette conclusion.


De 1961 à 1966, Bundy était assistant spécial pour les affaires de la sécurité nationale des présidents Kennedy et Johnson.(Ribaat : Petit Cours d’Histoire Védique non ligné au media-mensonge : Quand Le Président Kennedy à senti que son entourage été truffer de pourriture maçonnique au plan secret démoniaque, Kennedy a voulu dénoncer le complot de ses hommes de l’ombre, malgré que son propre Père l’ayant mit en garde :  « Ne fait pas cela…ils vont te TUER ! », Kennedy à fait un discours historique et public sur ce problème terrifiant (voir vidéo sur le web)  et que Kennedy ne laissera pas ses hommes de l’ombre corrompu diriger son pays, ou plutôt « digérer » son pays… La suite vous la connaissaient Tous : KENNEDY EST ASSASSINER D’UNE BALLE DANS LA TETE, ET C’EST SIGNEE :  LA FRANC-MACONNERIE D’AMERIQUE CACHEES TEL DES RATS DEGOUTS SORTANT LA NUIT ET GRIGNOTANT TOUT SUR SON PASSAGE PENDANT QUE VOUS DORMAIENT !)


Il y a un aspect considérable de ce poste sensible qui a seulement fait surface sous Henry Kissinger. Le poste peut être utilisé pour masquer de l'information qui atteint le président : en fait, c'est un de ses buts majeurs, arrêter une inondation de papier qui atteint le bureau présidentiel.


L'autre côté à cette présélection est qu'il pourrait placer le président dans un environnement artificiel de l'information. Si les options présentées au président sont contrôlées, donc les décisions le sont. L'information sélectionnée peut contrôler les options. (Ribaat : Kennedy avait vue Juste !)

McGeorge Bundy était conseillé de la sécurité nationale dans les premières années de la débâcle du Vietnam. Pendant que McGeorge Bundy (l'Ordre) était à la Maison Blanche, son frère, William P., Bundy (l'Ordre) était aux places clé concernant l'Extrême-Orient, dans les départements d’état et de la défense. En agissant conjointement, les frères Bundy pourraient avoir absolument contrôlé la circulation de l'information concernant les renseignements du Vietnam, l’état et le département de la défense. Nous ne disons pas que cela s’est passé. Nous croyons que c’est une hypothèse digne d'examen. Comme ils sont frères de sang dans une organisation secrète dont nous savons très peu - et rien volontairement - nous avons raison de faire cet examen supplémentaire.


En 1966 McGeorge Bundy a été nommé président de la fondation Ford, un poste qu'il a tenu jusqu'à 1979. Pendant qu'il était chez Ford, Bundy a amené, comme vice-président en charge de l’éducation et division recherche, un autre membre de l'Ordre, Harold Howe II.
Les qualifications de Howes, à part une licence de Yale, peuvent être décrites avec les propres mots de Howes :


"... dans le vieil ordre des choses je n'aurais pas de qualifications pour être professeur - je n'ai aucun doctorat, aucunes publications de recherches savantes à mon crédit. J'ai appliqué une fois à la grande école de Yale mais je suis revenu vers le bas comme académiquement peu prometteur". (Apparemment l'Ordre n'arrive pas à tout, même à Yale).

Quelques-unes des idées incomplètes de Howe et de Bundy ont été encouragées avec l’argent de la fondation Ford, probablement contenue dans la philosophie de Howe. Dans les propres mots de Howe, "Quand vous doutez, faites-le". Par exemple, nous avons cette perle de Howe:

"... nous aurons à repenser les valeurs américaines concernant la coopération et la compétition... beaucoup d'écoles (en particulier les lycées) définirait comme "tricher" les genres d'activités coopératives par lesquelles les étudiants s’aident l'un l'autre, au lieu de rivaliser pour les places sur l'échelle du succès académique".

C'est du collectivisme Hégélien pur. Il travaille indubitablement à l'avantage de l'Ordre : cela place le citoyen dans un rôle de dépendance, et loin de la confiance dans les facultés individuelles. Il est remarquable que les deux Ford aient démissionné du comité, dégoûtés par la politique de la fondation Ford.  

 

Mémorandum numéro Dix :


Garder le couvercle sur le pot 

 

Le contrôle de l’histoire par l’Ordre, à travers les fondations et l'association historique américaine, a été efficace. Pas trop à cause de la franche censure, bien que ce soit un élément important, mais plus à cause de la crédulité du "public instruit" américain.


De temps en temps leurs plans vont de travers. Le pot pétillant de la manipulation politique - appelée gestion du désaccord intérieur - menace de se répandre partout dans le monde public. C'est extraordinaire comme les éditeurs de journaux, chroniqueurs, commentateurs télé et radio, et éditeurs manquent de perspicacité pour voir au-delà du superficiel, ou sont effrayés de le faire. Même pire, le public cultivé, les 30-40 million de détenteurs de diplômes, laisse ses opinions tomber en poussière avec lui.


La censure complète n'a pas été trop efficace. Il y a certainement eu une campagne pour supprimer des interprétations révisionnistes de l’histoire. En témoigne Harry Elmer Barnes dans The Struggle Against The Historical Blackout - La Lutte Contre Le Trou de Mémoire Historique :

"Il peut être dit, avec grande retenue, que, jamais depuis le noir et moyen-age, ont été là tant de forces puissantes organisées et alertées, contre l'assertion et l’acceptation de vérité historique, comme elles sont actives aujourd'hui pour prévenir les faits au sujet de la responsabilité de la deuxième guerre mondiale, et ses résultats, avant d'être rendu généralement accessible au public américain. Même la grande fondation Rockefeller admet franchement (rapport annuel, 1946, p. 188) le financement d'un corps d'historiens, pour anticiper et frustrer le développement de tout néo-révisionnisme dans notre temps. Et la seule différence entre cette fondation et plusieurs autres est qu'elle a été plus sincère et directe au sujet de sa politique".

L'expérience personnelle de cet auteur, sur une tentative de franche censure, était à l'Institution Hoover, Université Stanford, quand le directeur a essayé de supprimer ma prochaine publication d’alors, "Suicide National : aide militaire à l'Union Soviétique". Les faits n'étaient pas en question. Malheureusement, le livre a offensé le programme Nixon-Kissinger pour aider les soviets, pendant qu'ils aidaient les vietnamiens du nord - donc en effet, les américains étaient tués par notre propre technologie. Dans ce cas aucun auteur ni éditeur était d’humeur à écouter, et le pouvoir établi a mis la queue entre les jambes et l'a appelé un jour.


Plus efficace que la censure franche est l’usage du spectre politique droite et gauche, pour neutraliser les faits importuns et les idées, ou juste seulement la condition pour le citoyen de penser en fonction de certaines lignes.


On peut compter sur le segment de la presse de tendance de "gauche" pour attaquer automatiquement les idées et l'information de la "droite", et vice versa. En fait, les débouchés médiatiques ont été artificiellement augmentés juste pour ce but : Nation et New Republic pour la "gauche", ont été financés par Willard Straight, en utilisant les fonds de Payne Whitney (l'Ordre). Pour la "droite", National Review a été publié par William Buckley (l'Ordre), traîne un déficit perpétuel, vraisemblablement réconcilié par Buckley.
Ni la droite indépendante, ni la gauche indépendante ne voient le piège. Ils sont si occupés à tirer l'un sur l'autre, qu'ils ont oublié principalement de regarder derrière les scènes. Et l'Ordre revendique béatement le contrôle du centre modéré. Un jeu net, et ils ont travaillé comme un charme. Mais le pouvoir établi a un problème...  

 

En fait, il a plusieurs problèmes


Ils sont à l’intérieur, regardant dehors. Nous sommes à l’extérieur, et regardons dedans. Ils peuvent nous appeler "paysans", mais nous avons l'avantage de savoir au sujet du vrai monde et sa diversité infinie. Leurs objectifs globaux sont des rêves basés sur l'information obliquée. Rêves dangereux, mais encore des rêves.


(1) L'Ordre vit dans une camisole de force culturelle.
Tout le pouvoir dans le monde est inutile sans information exacte. Si vous rencontrez ces gens, comme cet auteur l’a plus ou moins fait par hasard plus de 30 ans, une impression vient au premier rang - ils charment, mais avec une perception limitée du monde. Ils peuvent avoir des ambitions globales, ils peuvent agir politiquement comme des maisons de pouvoir miniatures, mais leur connaissance du monde vient d'un noyau, et ceux qui jouent avec le noyau. Et le noyau manque de moralité et de diversité. C'est un genre de Politburo de la jet-set. Charmant, assoiffé de pouvoir et myope simultanément.

Tout ce qu'il peut offrir à l'étranger est une invitation, presque un ultimatum, "vous êtes une partie du pouvoir établi". Ce qui a beaucoup d'intérêt pour plusieurs, comme Frederick Bundy et ses filets de pêche. Peut-être une des exceptions est la maison du conservateur William Buckley, Jr. - au moins son cynisme est marqué par un esprit incisif. Le reste est un tas assez triste.


(2) Une proie facile pour l'ambitieux.
La perception limitée fait des membres de l'Ordre une cible et une proie facile pour l'étranger ambitieux... qui a seulement besoin de la capacité de dire les bonnes choses au bon moment au bon peuple, associée avec un sens de malhonnêteté. Henry Kissinger est un exemple principal - un étranger qui veut désespérément rester à l'intérieur. Plus rusé qu'intelligent, mais expert à utiliser la complexité pour ses propres fins.

Les lecteurs conservateurs ne peuvent pas consentir, mais le secrétaire d'état Dean Acheson, qui a défendu un Alger Hiss coupable jusqu’à la fin amère, était probablement plus stupide que coupable. Lequel nous mène à,


(3) Problèmes génétiques.
L'inter mariage étendu parmi les familles, soulève une question sérieuse de fonctionnements génétiques défectueux. Les listes d’adhésion sont lourdement lacées avec Dodge, Whitney, Phelps, Perkins, Norton, Putnam, utilisé comme nom du milieu (maternel). Les inhibitions culturelles sont évidentes, les limitations intellectuelles des facteurs génétiques sont plus difficiles à analyser et à décrire.


(4) Base du pouvoir peu profonde.
Peut être que, comme commente Rosenbaum, l'Ordre est "incroyablement puissant". En revanche, il est aussi incroyablement faible - il n'y a pas de profondeur philosophique ou culturelle dans l'Ordre.

La diversité est la force et l'Ordre manque de diversité.
Le vaste peuple américain, ce mélange géant anglais, allemand, slave, hispanique, noir, jaune, et qui sait quoi d'autre, a été embobiné. Beaucoup d’entre eux le savent. Quelques-uns vont maintenant savoir par qui.


Quand ils ont vaincu l'incrédulité, le choc et peut-être quelque peur, ils vont sûrement dire "Qu'est-ce que nous faisons ?"

La grande force de l’individualisme, un ordre social où l'individu tient la souveraineté ultime, est que toute révolution opposée à un ordre social imposé où l'état est patron, peut prendre un million de routes et un million de formes.


Personne ne va créer un mouvement anti-l'Ordre. Ce serait fou et inutile. Il pourrait être infiltré, pourrait être acheté, ou pourrait être détourné trop facilement. Beaucoup trop facilement.


Pourquoi jouer avec les règles mises par l'ennemi ?
Le mouvement qui tombera l'Ordre sera extrêmement simple et plus efficace. Ce sera dix mille ou un million d'américains qui viennent à la conclusion qu'ils ne veulent pas que l'état soit patron, qu'ils préfèrent vivre sous la protection de la constitution. Ils prendront leur propre décision indépendante de contrecarrer l'Ordre, et cela prendra dix mille ou un million de formes.


La seule faiblesse est la communication. L'Ordre a détruit l’éducation - ainsi lire avec compréhension est difficile pour beaucoup - cela fait partie du programme de lavage de cerveau. Mais il y a plus qu’assez de lecteurs. La plupart des gens préfèrent parler, en tout cas.

Le programme de l'Ordre peut fonctionner en Russie qui a une histoire d'obéissance à l'état ; il fonctionne à peine en Pologne, pendant qu'en Angleterre "le Groupe" survit parce qu'il a assez de structure de classe et un reste d’attitude. Il ne pourra jamais fonctionner aux Etats-Unis.


Conclusions


Dans le premier volume d'introduction nous avons exposé le fondement préliminaire et suggéré quelques hypothèses que nous avons besoin d'examiner. Une compréhension de l'Ordre, les dégâts qu'il a causé sur la société américaine, ses plans pour un ravage futur, une guerre perpétuelle pour une paix perpétuelle, est un processus logique pas à pas.


Le prochain pas est de regarder l'éducation. Notre chaos pédagogique présent peut être lié à trois membres de L'Ordre : Daniel Coit Gilman (premier président de l'Université de Californie et premier président de l’université Johns Hopkins), Timothy Dwight (douzième président de l'université de Yale) et Andrew Dickson White (premier président de l'université Cornell).


Gilman a importé d'Allemagne la psychologie expérimentale du physiologiste Hégélien Wilhelm Wundt. Cette psychologie a été greffée sur le système éducatif américain, à travers les laboratoires pédagogiques à l’université de Columbia et de Chicago. Et ils ont déplacé un nom familier, John Dewey, un pur Hégélien en philosophie, le long de sa carrière. Cela a été appelé à propos "La connexion de Leipzig" par Lance J. Klass et Paolo Lionni.

 
Alors nous regarderons les fondations, comment celles-ci ont été capturées par l'Ordre, et leurs fonds géants utilisés pour financer une conception Hégélienne du système pédagogique pour conditionner la société future. Il est douteux que John D. Rockefeller ou Mr Russell Sage, et certainement la famille Ford, ne comprenait jamais complètement que leurs philanthropies ont été utilisées pour un plan de conditionnement à long terme.

C'est aussi incertain que l'Ordre avait prévu le contrecoup public des années l970 et l980 - pas tous les enfants ont succombé au lavage de cerveau du conditionnement social, les parents ont plus d'une fois augmenté la révolte en partie, les écoles privées ont poussé comme des fleurs de source dans le désert, et peut-être assez d'universitaire ont glissé à travers un filet conçu pour contenir et neutraliser la recherche indépendante et la pensée.


Après que nous ayons regardé l’éducation et les fondations, nous devons encore travailler notre chemin à travers le système de "guerre perpétuelle pour une paix perpétuelle". Comment l'Ordre a financé la révolution et a tiré un profit de guerre. L'objectif ? Garder le conflit bouillant, parce que le conflit, pour Hegel, est essentiel pour le changement et le mouvement avancé de la société. Nous devons alors regarder le régime financier et la Réserve fédérale. L'Ordre était là depuis le début.

Dans la conclusion nous devons accentuer un point. Une compréhension de l'Ordre et sa manière d’opérer est impossible, à moins que le lecteur garde dans l’esprit les racines Hégélienne de la stratégie. L’Hégélianisme est étranger aux racines de l'Amérique. Le caractère national est simple et au point, pas rusé et tortueux. Les racines sont encore fermées à la révolution américaine, aux démocrates Jeffersonien, à l'école libérale classique de Cobden et Bright en Angleterre et l'école autrichienne de science économique dont Ludwig von Mises est le chef incontesté.


Ces écoles de pensée ont été submergées aux yeux du public par l’attaque pirate de l'Ordre et tous ses subordonnés, mais ils représentent encore beaucoup l'opération journalière de la société américaine. Du milliardaire du pétrole Bunker Hunt à Dallas, Texas, au noir de 17 ans qui essaie de "survivre" dans le ghetto de Los Angeles, l'initiative individuelle est encore plus qu'évidente dans la société américaine.


Un système étatiste est l'objectif de l'Ordre. Mais malgré une constante qui jase au sujet du "changement" par des supporteurs zombis - un tel système est étranger aux croyances profondément tenues dans ce pays.

 

Par-dessus tout le lecteur doit - au moins temporairement en lisant ce travail - mettre de côté les clichés descriptifs de gauche et droite, libéral et conservateur, communiste et fasciste, même républicain et démocrate. Ces termes peuvent être importants pour une auto reconnaissance, ils fournissent un certain réconfort, mais ils sont confus dans notre contexte, semblent au moins comme des éléments essentiels dans une stratégie. Vous ne comprendrez jamais l'Ordre si vous essayez de l'étiqueter droite ou gauche.

Un Robert Taft et un William Buckley sur la droite sont juste important pour le mouvement avancé de la société, le changement fondamental désiré par l'Ordre, comme l’est un William Sloan Coffin ou un Harry Payne Whitney (qui a financé la gauche). Leur conflit est essentiel pour le changement.


Lequel nous amène à l’HYPOTHÈSE NUMERO TROIS : L'ORDRE UTILISE LE PROCESSUS DE DIALECTIQUE HÉGELIENNE pour PROVOQUER UNE SOCIÉTÉ DANS LAQUELLE L'ETAT EST ABSOLU, c.-à-d., TOUT PUISSANT.


(Ribaat : En effet d’après la philosophie maçonnique leur plan final serait LE NOUVEL ORDRE MONDIAL =TAGHOUT MONDIAL, le siège de ce Taghout mondial gouverner par un tyran ce positionnerez en « ISRAEL », comme « par hasard » AU KHURASSAN, L’ARMEE INSTOPABLE DU MADHI DE LA FIN DES TEMPS DELIVRERA JERUSALEM, S’EN SUIVRA UN SAUT DU DAJJAL BORGNE DE LA FIN DES TEMPS, ET LA MORT DU TROMPEUR DAJJAL BORGNE… (Voir les textes dans la catégorie : « Les événements de la fin des temps »)


Cette hypothèse, bien sûr, reflète la distance entre l'Ordre et la société américaine. La distance provient des différentes vues des rapports entre l'état et l'individu.


Lequel est supérieur ? Notre train de vie entier est basé sur la supposition que l'individu est supérieur à l'état. Que l'individu est le détenteur ultime de la souveraineté. Que l'état soit le domestique des gens. C'est profondément enraciné en nous. (Ribaat : Pour les Américains aprioris, car ici la supposition que l’homme est souverain est aussi une parole dangereuse pour ces pratiquants. NON ! EN REALITE C’EST ALLAH LE SOUVERAIN et c’est à l’homme d’appliquer les Commandement Divins pour une Société Juste dans un monde Equitable à l’Image des Meilleurs Exemples de Gouvernance pour l’homme: Les Prophètes. Enfin l’Islam étant la Religion ACCEPTER PAR ALLAH, il va de sois que LE MOTS FINAL EN REVIENDRA A LUI : Le Messager d'Allah (Saluts et Bénédictions d'Allah sur lui) a dit: "La Prophétie restera parmi vous tant qu'Allah souhaite qu'elle reste, puis Il la lèvera quand Il le voudra; puis il y aura le Khilafah (Califat) selon la méthode de la prophétie et il restera tant qu'Allah le désirera, puis Il le lèvera quand Il le voudra aussi. Puis il y aura le règne héréditaire qui durera tant qu'Allah voudra, puis Il le lèvera quand Il voudra. Puis, il y aura le règne tyrannique. Il durera tant qu'Allah le voudra, puis Il le lèvera quand Il le voudra. Puis il y aura (encore) le Khilafah selon la méthode de la prophétie qui gouvernera les gens par la Sounnah du Prophète, puis l'Islam connaîtra une audace sur la terre et les habitants des cieux et de la terre en seront contents. Puis il pleuvra à verse, car Allah libérera toutes les eaux et la terre fera pousser (par la volonté d'Allah) toutes sa végétation et ses choses bénies"(rapporté par l'Imâm Ahmad, sahîh)

 

L'Ordre dit le contraire - que l'état est supérieur, que l'homme commun (le paysan) peut trouver seulement la liberté dans l’obéissance à l'état. Maintenant, l'état est, bien sûr, une fiction. Donc qui, ou qu’est ce qui contrôle l'état ? Evidemment, l'Ordre.  

 


Fin de la première partie : introduction à l'Ordre.  

Texte écrit en 1983...  

A venir la deuxième partie : Comment l'Ordre contrôle l'éducation

 

 

(Ribaat : la deuxième partie : « Comment l'Ordre contrôle l'éducation », est à suivre InchaAllah sur le site WWW.BARRUEL.COM.

 

UN TEXTE EN APPUIE DANS LA MEME CATEGORIE DU SITE: « LES SKULL AND BONES : L'Ordre de Yale, allié secret des Illuminati ») 

 

 

 

CONCLUSION FINAL :

 

Les Moudjahiddins de Khurassan (En Afghanistan) et le Mahdi

 

Il y a de cela 1431 ans, Le Prophète Mohammed (paix et bénédictions d’Allah sur lui) nous dit de suivre les bannières noires qui planteront leurs drapeaux à Jérusalem. Un des Signes de la Fin des Temps.


Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit : "Du Khurasan émergeront les bannières noires que nul ne pourra refouler (et elles, les bannières noires continueront d’avancer) jusqu’à ce qu’ils atteignent ‘Illya (Jérusalem) et qu’ils plantent leurs drapeaux dans sa terre." (Tirmidhi)  

Buraidah (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit que Le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit: "Il y aura de nombreuses armées après moi. Vous devez vous joindre à celle qui viendra du Khurasan."(Ibn Adi)


Le Messager d'Allah (Saluts et Bénédictions d'Allah sur lui) a dit: "La Prophétie restera parmi vous tant qu'Allah souhaite qu'elle reste, puis Il la lèvera quand Il le voudra; puis il y aura le Khilafah (Califat) selon la méthode de la prophétie et il restera tant qu'Allah le désirera, puis Il le lèvera quand Il le voudra aussi. Puis il y aura le règne héréditaire qui durera tant qu'Allah voudra, puis Il le lèvera quand Il voudra. Puis, il y aura le règne tyrannique. Il durera tant qu'Allah le voudra, puis Il le lèvera quand Il le voudra. Puis il y aura (encore) le Khilafah selon la méthode de la prophétie qui gouvernera les gens par la Sounnah du Prophète, puis l'Islam connaîtra une audace sur la terre et les habitants des cieux et de la terre en seront contents. Puis il pleuvra à verse, car Allah libérera toutes les eaux et la terre fera pousser (par la volonté d'Allah) toutes sa végétation et ses choses bénies"(rapporté par l'Imâm Ahmad, sahîh)

 

 

Les musulmans d’Afghanistan ont dejà battuent dans Leur propore Terre Islamique et recamment dans l’histoire deux puissances Taghoutien : 1/ les britanniques et leur Royaume d’Angleterre, 2/ Les Russes et leur Union Soviétique !

 

Sans compter les autres envahisseures, auparavant dans l’histoire !

 

Et de nos jours le nouvelle Empire Romain : Les Etats Unis d’Amérique Franc-Maçonnique et leur Gouvernement Luciférien Illuminati multiplier par les Alliées du Monde !

 

Le Resultats Final InchaAllah, Vous le connaissaient dans les Hadiths de la Fin des Temps plus hauts et en image plus bas ! Seul les Doués d’Intelligence s’en souviennent. !

 

Mais La Question est :

 

 

VOULAIENT VOUS ACCEPTER LA VERITE ?

 

12-VICTOIRE-DE-L-ISLAM.jpg
 

 

 

ALLAH EST PLUS SAVANT 

Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche