DEPUIS JANVIER 2010 LE PROPHETE MOHAMMED (SAW) RAPPORT 18: « L’Ablution et les 5 Salats (Prières) Bénéfique » - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 23:08

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

LE PROPHETE MOHAMMED (SAW) RAPPORT 18:

 « L’Ablution et les 5 Salats (Prières) Bénéfique »

Mohammed (saw) : Salla Allahou 'Alayhi wa Salam: paix et bénédiction d’Allah sur lui

 TEXTE ABLUTION ET SALAT PRIERE BENEFIQUE
 

Ribaat 1432H

Louange à Allah, qui multiplie les preuves sur Son Prophète, comme Il multiplie les bonnes actions du musulman

Le 2ème Pilier de l’Islam. De plus un Hadith rapporte que celui qui ne prie pas, est aux yeux d’Allah, comme mort. Sa non-observance et néfaste pour notre âme !

1/ Hadiths de notre Prophète Mohammed (saw) concernant la BENEDICTION des 5 Prières Obligatoire:

« Lorsque le serviteur musulman - ou croyant- fait ses ablutions en commençant par se laver le visage, l’eau ou l’ultime goutte d’eau (dont il se sert pour l’ablution), emporte avec elle tous les péchés commis par les yeux. Lorsqu’il se purifie les bras, l’eau ou l’ultime goutte d’eau (dont il se sert pour les laver) emporte avec elle tous les péchés commis par les mains et lorsqu’il lave enfin les pieds, l’eau ou l’ultime goutte d’eau (dont il se sert pour les laver), emporte avec elle tous les péchés commis par les jambes, si bien qu’à la fin (de son ablution) il est lavé de toutes ses fautes. » Rapporté par Abû Hurayra, recensé par Muslim

Dieu élève le croyant d’un degré et lui enlève une faute chaque fois qu’il se prosterne devant Lui. Au sujet de la prière, le prophète -sur lui la paix et le salut - a dit à ses compagnons : « Si l’un d’entre vous se lavait cinq fois par jour dans un fleuve coulant devant sa porte, pensez-vous qu’il puisse rester (sur son corps) la moindre saleté ? » Ils répondirent : « Il n’en restera pas la moindre trace. » Le prophète poursuivit : « Ce fleuve est comparable aux cinq prières par lesquelles Dieu efface les fautes. » Rapporté par Abû Hurayra, selon Bukhari et Muslim

On demanda au prophète - sur lui la grâce et la paix- : « Quelle est la prière la plus entendue de Dieu ? » Il répondit : « Celle qui lui est adressée au cœur de la nuit et celles qui Lui sont adressées après les prières obligatoires. » rapporté par Abû Umâma, selon Tirmidhi

2/ VIDEO : Comment Prier ?

Lien : http://www.belmostafa.com

Salam Alaykoum,

Nous vous présentons une nouvelle série abordant le sujet de la prière (AsSalate). Dans cette série, Cheikh Mohamed Houssein Yaqob nous explique comment faire la prière à la manière de notre Prophète Mohamed (Paix et Bénédiction sur Lui) en se basant sur la Sunna.

Cette série est composée de quatre épisodes que nous allons essayer de traduire au fur et à mesure inch’Allah.

Qu’Allah accepte nos prières amine

http://www.belmostafa.com/2008/09/21/ep-1-comment-prier/

  • Traduction : Sawssene
  • Correction : Siham & Mohamed
  • Sous-titrage : Mohamed

 

3/ VIDEO : Mouvement et Parole dans la Prière

http://www.dailymotion.com/video/x4ot3z_la-priere-comment-faire-la-priere_family 

 

4/ VIDEO : Jeuner sans Prier

Ribaat : Très beau Rappel Bénéfique sur l’importance des 5 Prières Journalière Obligatoire tout au long de notre vie, sur celui qui jeune le moi de Ramadan (3ème Pilier de l’Islam) sans Prier (2ème Pilier de l’Islam) :

http://www.wat.tv/video/jeuner-sans-prier-1q61y_2gyqx_.html

http://www.dailymotion.com/video/xahakj_jeuner-sans-prier_webcam

 

5/ Conséquence de l'abandon des 5 Prières Obligatoire (2ème Pilier de l’Islam)

Par le Sheikh Mohammad Saleh Ibnoul Outhaymine

Question

Si je m'abstiens de prier par paresse, doit-on me considérer comme un mécréant ou comme un musulman pécheur ?

Réponse

Louange à Allah

L'imam Ahmad soutient l'impiété de celui qui abandonne la prière par paresse. Cet avis est le plus solide parce qu'étayé par des arguments tirés du Coran, de la Sunna, des propos des anciens et de l'examen exact. Voir ash-Sharh al-mumti' ala zad al-mustaqna, 2/26.

Celui qui réfléchit profondément sur les textes du Coran et de la Sunna découvre qu'ils indiquent que celui qui abandonne la prière tombe dans l'infidélité qui l'exclut de la religion. Voici ce qu'en dit le Coran : « Mais s' ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakat, ils deviendront vos frères en religion. Nous exposons intelligiblement les versets pour des gens qui savent.  [Sourate at-Tawbah 9:11]

Les arguments à tirer de ce verset consistent en ceci que Allah  fait reposer notre fraternité avec les polythéistes sur trois conditions :

Le repentir du polythéisme,

L’observance de la prière,

Et l'acquittement de la zakat.

S'ils rompent avec le polythéisme sans prier ni payer la zakat, ils ne seront pas nos frères. S'ils célèbrent la prière et n'acquittent par la zakat, ils ne seront pas non plus nos frères. La fraternité en religion n'est exclue que quand l'individu quitte entièrement la religion. La désobéissance ne l'annihile pas et il y a mécréance et mécréance moindre. Allah dit encore à ce propos : 

« Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition, »  [Sourate Maryam 19 :59]

L'argument que donne ce verset se présente ainsi : après avoir parlé de ceux qui négligent la prière et se livrent à leur passion, Allah  dit :   à l'exception de celui qui se repent et croit. Ce qui implique qu'au moment où les intéressés négligent la prière et se livrent à leur passion, ils ne sont pas croyants.

 

Quant à l'indication par la Sunna de l'impiété de celui qui abandonne la prière, elle réside dans les propos du Prophète  Mohammed : (paix et bénédiction d’Allah sur lui)

« L'engagement qui nous lie à eux repose sur la prière. Quiconque l'abandonne devient mécréant ». (Rapporté par Ahmad, Abou Dawoud, at-Tarmidhi, an-Nassaï et Ibn Madja.)

L'impiété dont il est question ici est celle qui exclut son auteur de la religion car le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) considère la prière comme le signe qui permet de distinguer entre les croyants et les mécréants. Or il est bien connu que la voie de l'impiété n'est pas celle de l'Islam et quiconque n'est pas lié par ledit engagement fait partie des infidèles.

Le hadith d'Awf Ibn Malick  va dans ce sens car le Prophète  (paix et bénédiction d’Allah sur lui) y dit :

« Les meilleurs de vos chefs sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, ceux qui prient pour vous et pour qui vous priez. Les pires de vos chefs sont ceux que vous haïssez et qui vous haïssent, ceux que vous maudissez et qui vous maudissent » On lui dit alors : Ô Messager d'Allah, ne devrons-nous pas les combattre par l'épée ? « Non, tant qu'ils célébreront avec vous la prière » conclut-il.

Ce hadith indique que l'on doit prendre l'épée et combattre les gouvernants qui n'observent pas la prière. Or il n'est pas permis de s'opposer violemment aux gouvernants que quand ils commettent une impiété claire que nous pouvons prouver grâce à une évidence venue d'Allah. A ce propos, Ubada Ibn Samit  dit :

« Le Messager d'Allah  nous a appelés et nous lui avons prêté serment et il nous a engagés à l'écouter et à lui obéir dans ce qui nous attire comme dans ce que nous réprouvons ; dans ce qui nous est facile comme dans ce qui nous est difficile, de sorte à le préférer à nous-mêmes et à ne pas disputer le pouvoir à ses détenteurs, à moins, dit-il, que vous ne constatiez une impiété claire que pouvez prouver grâce à une évidence venue d'Allah » (rapporté dans les Deux Sahih).

Ceci indique que l'abandon de la prière de la part des gouvernants, qui nous autorise à les combattre, constitue une impiété claire que nous devons pouvoir prouver grâce à une évidence venue d'Allah.

Si l'on dit : pourquoi pas penser que ces textes visent celui dot l'abandon de la prière repose sur la négation de son caractère obligatoire ?

Nous disons que cela n'est pas permis parce qu'il implique deux choses à éviter. La première consiste à annuler l'aspect considéré par le législateur et sur lequel il fait reposer le jugement. En effet, le jugement de l'infidélité est lié par le législateur à l'abandon et pas à la négation. De même il fait dépendre la fraternité en religion de l'observance de la prière et non de l'affirmation de son caractère obligatoire. En effet, Allah  n'a pas dit : « S'ils se repentent et reconnaissent l'obligation de prier » et le Prophète  n'a pas dit : « Seule la négation du caractère obligatoire de la prière sépare le fidèle de l'impiété et du polythéisme ou «l'engagement qui nous lie à eux repose sur la reconnaissance du caractère obligatoire de la prière. Quiconque en nie le caractère obligatoire est mécréant. » Si ce sens était voulu par Allah et son Messager, le fait de ne pas l'exprimer clairement serait contraire à la bonne explication pour laquelle le Coran est révélé.

A ce propos, le Très Haut dit : « Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans. » (Sourate An-Nahl 16 :89) et dit à l'adresse de Son prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui): « En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c'est Nous qui en sommes gardien. ».

La deuxième chose à éviter est de considérer un aspect dont le législateur ne fait pas dépendre le jugement. En effet, la négation du caractère obligatoire des cinq prières entraîne l'impiété de tout musulman qui n'a aucune excuse de l'ignorer. Qu'il pratique la prière ou pas. Si une personne acquittait les cinq prières en respectant leurs conditions, leurs parties essentielles, leurs pratiques obligatoires et leurs pratiques recommandées tout en niant sans excuse leur caractère obligatoire, elle n'en serait pas moins mécréante malgré son observance des prières.

De ceci ressort que le fait d'appliquer ces textes à celui qui abandonne la prière et nie son caractère obligatoire n'est pas juste. Ce qui est juste c'est que celui qui abandonne la prière tombe dans une impiété qui l'exclut de l'Islam. Cette idée est indiquée clairement dans un hadith rapporté par Abou Hatim dans ses Sunan d'après Ubada Ibn Samit  qui a dit :

« Le Messager d'Allah  nous disait ceci en guise de recommandation : N'associez rien à Allah, n'abandonnez pas la prière. Quiconque l'abandonne délibérément s'exclut de l'Islam».

En plus, si nous interprétons «l'abandon » par «la négation », il serait inutile de spécifier la prière, car le résultat s'étendrait à la zakat, au jeûne et au pèlerinage. Car celui qui nie le caractère obligatoire de l'un de ces piliers et l'abandonne devient un mécréant, s'il n'est pas excusable pour son ignorance.

Comme les arguments textuels puisés dans la Révélation, les arguments rationnels aussi indiquent l'impiété de celui qui abandonne la prière. Car comment peut-on adhérer à la croyance tout en abandonnant la prière qui constitue le support de la religion et pour l'exhortation à laquelle a été rapporté des textes qui poussent toute personne raisonnable à l'observer; et pour la mise en garde contre l'abandon de laquelle a été rapporté des textes qui incitent toue personne raisonnable à éviter son abandon ? Son abandon malgré ces facteurs implique absence de croyance.

Si quelqu'un dit : n’est-il pas probable que l'impiété dont il est question dans le cas de celui qui abandonne la prière porte sur les bienfaits et ne serait pas celle qui exclut de la religion ? Ne s'agit-il pas d'une impiété en deçà de l'impiété majeure à l'instar des propos du Messager (paix et bénédiction d’Allah sur lui) :

« Deux actes perpétrés par les gens impliquent l'impiété : la remise en cause de la généalogie et les cris pour un mort » et ses propos : « insulter un musulman est un comportement de dévoyé et le combattre est une impiété » et des propos similaires ?

Nous disons que la théorisation de cette probabilité est invalidée par plusieurs facteurs :

Le premier est que le Prophète  (paix et bénédiction d’Allah sur lui) considère la prière comme la limite séparant la croyance et l'impiété et distinguant entre les croyants et les mécréants d'une façon nette. Ce qui est séparé par la limite ne peut pas se mélanger.

Le deuxième est que la prière constitue un pilier de l'Islam. Par conséquent, quand celui qui l'abandonne est taxé de mécréant, cela implique qu'il s'agit bien d'une impiété qui exclut son auteur de l'Islam car elle revient à détruire un des piliers de l'Islam, contrairement à l'impiété générale dont on qualifie celui qui commet n'importe quel acte de mécréance.

Le troisième est qu'il y a d'autres textes qui prouvent que l'impiété de celui qui abandonne la prière est bien celle qui exclut son auteur de la religion. Dans ce cas, il faut entendre par mécréance ce qu'indiquent des textes concordants.

Le quatrième est que l'usage des termes «l'impiété » subit des variations. A propos de l'abandon de la prière, il dit : « Seul ... sépare le serviteur du polythéisme et de l'impiété ». L'emploi de l'article «la » indique qu'il s'agit de la vraie mécréance. Sans l'article on comprendrait une impiété indéfinie. Il en serait de même de l'emploi du verbe qui signifierait qu'un tel acte implique une impiété ou traduit une impiété mais ne représente pas l'impiété absolue qui exclut son auteur de l'Islam.

Dans son ouvrage intitulé Iqtidha as-sirat al-mustaqim, p. 70 édition as-Sunna al-Muhamamdiyya, Cheikh al-Islam ibn Taymiyya dit en guise de commentaire des propos du Messager d'Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui): « Deux actes perpétrés par les gens impliquent une impiété.. » : « ses propos : impliquent une impiété signifient que ces actes constituent une impiété véhiculée par les gens. Les deux actes constituent une impiété car ils relèvent des actes de mécréance que les gens ne cessent de perpétuer. Mais il n'est pas dit que toute personne porteuse d'une portion de mécréance est nécessairement mécréante dans le sens plein du terme. Car il faudrait pour cela que sa mécréance soit pleine. De même, il n'est pas dit que toute personne porteuse d'une portion de croyance devient croyante à part entière. Car il faudrait qu'elle possède une croyance réelle. Aussi existe-t-il une différence entre «l'impiété » avec l'article défini qui est mentionné dans les propos du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui)  «Seul l'abandon de la prière sépare le serviteur de l'impiété et du polythéisme » et une impiété indéterminée citée dans une phrase affirmative ». Fin de ses propos.

S'il est clair que celui qui abandonne la prière sans excuse commet une impiété qui l'exclut de la religion aux termes des arguments présents, l'avis juste s'avère celui soutenu par l'imam Ahmad, qui correspond aussi à l'un des avis de Shafi'i sur le sujet d'après une affirmation d'Ibn Kathir  dans le cadre de son commentaire des propos du Très Haut : 

« Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition, »  [Sourate al-Kahf 19:59]

Dans son ouvrage intitulé As-salât, Ibn al-Qayyim affirme que cet avis est l'un des deux ainsi soutenus dans l'école shafi'ite et que at-Tahawi l'a rapporté directement de Shafi'i lui-même.

Cet avis s'atteste dans les propos de la majorité des Compagnons. Bien plus, d'aucuns disent qu'il fut l'objet d'un consensus en leur sein. Abd Allah Ibn Shaqiq  dit : « L'abandon d'aucun acte n'était perçu par eux comme une impiété, hormis la prière » (rapporté par at-Tarmidhi, et al-Hakim l'a authentifié sur la base des conditions de Boukhari et Mouslim). Ishaq Ibn Rahouya, l'imam bien connu, a dit : « Il a été rapporté de façon sûre que le Prophète  (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit que celui qui abandonne la prière est un mécréant. Ce qui a été l'avis des ulémas depuis l'époque du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) jusqu'à nos jours c'est que celui qui abandonne la prière délibérément sans excuse et persiste dans son attitude jusqu'à la sortie de l'heure de la prière est un mécréant. Ibn Hazm affirme que cet avis a été rapporté d'Omar, d'Abd Rahman Ibn Awf, de Mouadh Ibn Djabal, d'Abou Hourayra  et d'autres compagnons. Et il dit : nous ne connaissons aucun compagnon qui aurait soutenu le contraire. Les propos d'Ibn Hazm  ont été rapportés par al-Moundhiri  dans At-targhib wa at-tarhib et il a ajouté les noms des Compagnons : Abd Allah Ibn Masoud, Abd Allah Ibn Abbas, Djabir Ibn Abd Allah et Abou Darda. Ensuite il dit : « En dehors des Compagnons, (l'avis est soutenu par) Ahmad Ibn Hanbal, Ishaq Ibn Rahouya, Abd Allah Ibn al-Moubarak, an-Nakhai, al-Hakam Ibn Utba, Ayyoub as-Sikhtiyani, Ibn Harb et d'autres ».

Allah le sait mieux.

6/ Une Prière Surérogatoire : (SALAT) Salatut-Tasbeeh : Allah absout tout les péchés !

Rapporté par abdi911

Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) déclara a son oncle Al 'Abbas (Qu’Allah soit satisfait de lui): « Si tu établis cette prière, Allah absout tout les péchés : du premier au dernier, les anciens et les nouveaux, les volontaires et les involontaires, les secrets et les publics. »

Manière d'accomplir la salat:

1) Elle est de 4 rakats

2) Avant la fatiha :

Subhânak-Allâhumma wa bihamdik, tabârka-smuka wa ta’âla jadduk, wa lâ ilaha ghayruk.

Gloire à Toi Allah et par Ta Louange ! Béni soit Ton Nom, exaltée soit Ta gloire, il n’y a de dieu que Toi.

3) A chaque rak'a, le fidèle récite 75 fois :

"sobhanallahi, walhamdoulillah, wa la ilaha illallaho, wallaho akbar"

De la manière suivante :

- 15 fois après la récitation de la Fatiha et d'une sourate de son choix

- 10 fois pendant l'inclination (Roukou')

- 10 fois après s'être relevé de l'inclination

- 10 fois pendant le Soujoud

- 10 fois après s'être relevé du Soujoud

- 10 fois pendant le deuxième Soujoud

- 10 fois après s'être relevé du deuxième Soujoud

Apres quoi le fidele se lève pour accomplir la deuxième rak'a de la même manière que précédemment.

Si la prière est établie la nuit elle comporte deux salutations finales au bout des deux premières rak'a puis des deux dernières

Si elle est faite de jours alors il n'y aura qu'une seule salutation finale

Authenticité de Hadith concernant Salat-ut-Tasbih

Par Ibn Moulana Haroon Abassommar de Moulana Muhammad

Signalé: 18 Safar 1424, 20 Avril 2003

VÉRIFIÉ ET APPROUVÉ: Mufti Ebrahim Desai

Q.) Quel est le statut de Salat-ut-Tasbih? Certains indiquent que le hadith le mentionnant est faible.

A.) La réponse concernant Salat-ut-Tasbih est que c'est permis et, en fait, très méritoire.

Le Hadith en question a été accepté comme Sahih (authentique) ou Hasan par de divers maîtres éminents de Hadith. Ceux qui réclamé qu'il était faible a fait ainsi sur la base de quelques chaînes du récit. Cependant, si toutes les diverses chaînes sont recueillies, il n'y a aucun doute quant à son authenticité.

Al-Asqalaani de Hajar ibn de Hafiz (RA) déclare que parfois un Muhaddith classifie un certain Hadith en tant que faible, très faible ou même comme fabrication se basant sur une ou deux chaînes qui étaient à la disposition de lui, tandis qu'il peut y avoir d'autres chaînes par lesquelles ce Hadith peut être classifié comme Hasan ou même Sahih (authentique). (Anukat vol.2 pg.848-850)

Ibn Hajar (RA) de Hafiz mentionne alors le Hadith de Salat-ut-Tasbih comme exemple pour ceci et lui l'accepte pour être en fait Sahih (authentique) ou Hasan (sain) et pas Dha'eef (faible). (Ibid)

L’Imam Tirmidi (RA) indique que beaucoup d'Ulama, parmi eux Al-Mubaarak ibn Imam Abdullah (RA), ont accepté la vertu de Salat-ut-Tasbih. (Tirmidhi vol.2 pg.348; Hadith 481)

Imaam Bayhaqi (RA) déclare que 'Salat-ut-Tasbih était la pratique d'Al-Mubaarak ibn Abdullah et aussi des prédécesseurs pieux de diverses époques. Et ceci renforce en fait son acceptabilité.' (Shu'ubul Imaam vol.1 pg.427; Ilmiyyah)

Mentions d'Allaamah Munzhiri (RA): Beaucoup de Muhadditheen l'ont accepté est autorité de parmi elles sont:

1) Al-Ajurriy Imam Abu-bakr,

2) Al-Misriy Imam Abu Muhammad (Ustaadh d'Allaamah Munzhiri),

3) Hafiz Abul-Hasan Maqdisi (Ustaadh d'Allaamah Munzhiri),

4) Imam Abu-Dawud

5) Imam Hakim. (Targheeb vol.1 pg.468)

Allaamah Suyuti (RA) a énuméré jusqu'à 20 grand Muhadditheen qui ont accepté son authenticité. Sans compter que ceux qui sont mentionnés ci-dessus, certains d'entre elles sont:

6) Al-Sam'aaniy de Hafiz Abu-Sa'eed,

7) Al-Baghdaadiy de Hafiz Khateeb,

8) ibn-Mandah de Hafiz,

9) L'Imam Bayhaqi,

10) Al-Subkiy d'Imaam,

11) L'Imam Nawawi,

12) Al-Salat d'ibn de Haafiz,

13) Al-Madiniy de Hafiz Abu-Musa,

14) Al-Alaaeiy de Hafiz,

15) Al-Bulqiniy d'Imaam Siraaj-ud-Deen,

16) Al-Zarkashiy de Hafiz et quelques autres (Al-Laalil Masnoo'ah vol.2 pg.42-44)

La liste suivante de Muhadditheen est de ceux qui ont écrit les articles détaillés sur cette matière:

1) Al-Daraaniy d'Imaam,

2) Al-Madiniy d'Imaam Abu-Musa,

3) ibn Mandah d'Imaam,

4) annonce-Dimishqiy de Naasirud-Deen d'ibn de Hafiz, Al-Suyyooti d'Allaamah.

Quant à la réclamation de l'auteur, 'elle avait été inconnue au grands Imams. et vraisemblablement Imam Shaafi'i (RA).'

C'est une réclamation qui manque de l'appui des citations explicites de ces Imams illustre aussi bien que n'importe quelle référence. En fait, les livres de Fiqh Hanafi soutiennent la vue de son acceptation (référez-vous Shaami vol.2 pg.27; HM Saeed). Et plusieurs juriste Shafi'i l'ont également approuvé, à savoir Al-Muhaamiliy d'Imaam, ayn d'Al-Juwaini d'Imaam, du haram Imaam-UL, l'Imam Ghazali, l'Imaam Raafi'i et d'autres (Al-La-aaliy vol.2 pg.43; Al-Azkaar d'Imam Nawawi pg.242)

Khateeb Baghdaadi (RA), qui est Maliki, déclare qu'il n'y a aucune raison qu'elle ne soit pas permise. En fait, ibn Hajar (RA) d'Imam a mentionné une citation de l'imam Malik duquel il pourrait déduire qu'il était acceptable dans son Madhab. (Se réfèrent Al-Rabbaaniyyah vol.4 pg.321) Qaadhi Iyaad Maliki (RA) de Futuhaat a également accepté sa vertu. (Ibid)

En ce qui concerne ibn Hanbal (RA) l'Imam Ahmad, ibn Hajar (RA) de Hafiz a déclaré qu'il avait renversé sa décision et était probablement incliné vers son acceptabilité plus tard. (Al-Rabbaaniyyah vol.4 pg.318, 320 de Futuhaat)

D'après ce qui précède, il est évident qu'il ne puisse y avoir aucun doute concernant Salat-ut-Tasbih étant un acte de la vertu qui a été établie authentiquement. Et est accepté par un grand nombre de disciples célèbres de Hadith aussi bien que les disciples de Fiqh (jurisprudence).

Les Imams Taajud-Deen Subki (RA) et Badrud-Deen Zarkashi ont déclaré qu'il est des principes fondamentaux de l'islam et n'importe qui qui le jette en dépit de savoir sa vertu n'est pas sur le droit chemin. (Futuhaat vol.4 pg.321-322)

Et Allah Ta'ala Sait Mieux

RAPPEL :

1ère rakat :

-Allah akbar, fatiha + autre sourate ensuite Subhân Allâh, wal hamdu lillâh, wa lâ ilâha ilallâh, wallâhu Akbar (15fois)

-Allah akbar puis sobhana rabi el adim 3 fois ensuite Subhân Allâh, wal hamdu lillâh, wa lâ ilâha ilallâh, wallâhu Akbar (10fois)

-Samiâ Allahu liman Hamidah, Rabbanâ wa laka-lhamd ensuite Subhân Allâh, wal hamdu lillâh, wa lâ ilâha ilallâh, wallâhu Akbar (10fois)

-Allah akbar puis Subhâna-Rabbi-l-A’la 3 fois ensuite Subhân Allâh, wal hamdu lillâh, wa lâ ilâha ilallâh, wallâhu Akbar (10fois)

-Allah akar puis rabi ghfirli 3 fois ensuite Subhân Allâh, wal hamdu lillâh, wa lâ ilâha ilallâh, wallâhu Akbar (10fois)

-Allah akbar Subhâna-Rabbi-l-A’la 3 fois ensuite Subhân Allâh, wal hamdu lillâh, wa lâ ilâha ilallâh, wallâhu Akbar (10fois)

-Allah akbar puis Subhân Allâh, wal hamdu lillâh, wa lâ ilâha ilallâh, wallâhu Akbar (10fois)

VOILA POUR LA 1er RAKAT ET ON REFAIT LA MEME CHOSE POUR LES TROIS AUTRE RAKAT

Ribaat : A la fin de la 4 ème Rakat ont fait comme habituellement : tahiyatou lilah...puis salutation sur Mohammed et Ibrahim et l’invocation contre les supplices l’enfer, les supplices de la tombe, les tentations de la vie et de la mort,  et les tentations de Dajjal (Antéchrist).

7/ [Rappel] Être sur un nuage ... et pourtant juste sur un tapis

 

Message de la Oummah

Assalamou aleykom wa rahmatuLLAHi wa barakatuh

Voici un petit rappel sur la Salat :

Etre sur un nuage… et pourtant juste sur un tapis :
C’est ce qu’on aimerait tous vivre au moins 5 fois par jour, n’est-ce pas ?

Et c’est justement lorsque tu te dis : « Cette fois ci, je vais être bien concentré(e) », que te voilà bien évadé(e) dans tes pensées !…

Je vais donc te transmettre quelques pistes, de celles que j’ai apprises, el hamdullilah à Celui qui nous apprend ce que nous ignorons…

Vivons ensemble une prière, et voyons à chaque étape, ce dont nous devons nous souvenir.

I. Takbirat el ihram « Allahou Akbar »

Voilà que tu déplies ton tapis.

Tu es peut-être dans ta chambre, dans un grand salon, dans une mosquée ou encore au milieu d’un vacarme…Mais peu importe ton environnement, car tu vas l’oublier, tu vas l’effacer de ta conscience.

Comment ? Il est vrai que le plus simple serait de fermer les yeux, mais même si cela n’invalide pas ta prière, cela est déconseillé.

La meilleure façon, si tu y parviens, est de fixer un point sur ton tapis et de ne plus le lâcher, au point de t’y noyer.

Tu lèves les mains à la tête : « Allahou Akbar ».
Vas –y lentement…très lentement ! Prends le temps de réaliser ce que tu fais. Réalises-tu ce que tu dis ?
« ALLAH EST Le plus grand ».

Plus grand que toi que ta famille, ton environnement…

Plus grand que les plus grands des tyrans, les plus célèbres personnages…plus grand que tous ceux qui te veulent du mal…Il est aussi plus grand que la terre, puisque c’est Lui qui l’a créée !!!

Plus grand que les cieux et ce qu’ils peuvent couvrir, plus grand que la terre et ce qu’elle peut contenir…

ll est donc plus Grand que les problèmes qui peuvent submerger ton esprit !

Alors en disant cela, tu es en train de dire qu’Il a plus d’importance que tout ce qu’il y a dans ce monde, que tout ce qui pourrait te traverser l’esprit…

En levant les mains et en disant « Allahou Akbar », tu es en train d’ouvrir les portes d’un monde où tu sera seul avec ALLAH
Et puis tu entres dans ce monde, tu fermes les portes derrière toi, pour ne plus rien laisser passer…seulement toi…et ALLAH.

II. La Fatiha…et des versets.

La Fatiha, cette sourate que l’on connaît si bien… mais que l’on comprend, pourtant, si peu…

Je ne t’en dirais pas plus sur son contenu : à toi, pendant toutes tes prières, de la méditer.

Ne t’es-tu jamais demandé pourquoi la récite-t-on à chaque Rak’at ?
Pourquoi est-elle un pilier de la prière ?

Pourquoi nos lèvres et nos langues la récitent au moins 17 fois par jour ? Une autre sourate aurait très bien pu nous être demandée?

Le but de ta vie : découvrir, peu à peu, tous les jours, un peu plus, les profondeurs de cette sourate, et le mystère qu’elle cache…ou qu’elle révèle !

Et puis rappelle-toi que ce sont les paroles d’Allah qui sortent de ta bouche !

Mais au fait, pourquoi donc récites-tu des paroles d’Allah, devant Allah ?

A toi de répondre à cette question, à toi de réfléchir sur ce symbole.

Peut-être est-ce pour dire : « regarde ! Je T’aime tellement, que je ne me lasse jamais de lire tes « lettres», je les ai même apprises par cœur ! Et
voilà, je les récite devant toi, de la plus belle des façons, pour te montrer combien Tes paroles me sont précieuses. Et, également, pour que Tu sois fier de moi ! »

Dans tous les cas, applique-toi bien. Ta langue mérite-t-elle de prononcer de si belles et divines paroles.. Ta langue est-elle si pure ? …

La moindre des choses est donc d’en prendre bien soin, et gars à toi de les écorcher ! Quelle honte devant Lui !

Et puis tu récites un verset, deux, ou plus…tu peux même réciter une longue sourate pour faire bonne impression !!!

Sache que chaque lettre est une hassanat, et chaque hassanat en vaux dix, et qu’Allah est le Miséricordieux.

Plus tu prends du plaisir, plus Il est satisfait.

Plus tu L’aimes, plus Il t’aime !

Plus tu te rapproches de Lui, plus Il vient vers toi !

Surtout, prends le temps de peser chacun des mots qui sortent de ta bouche.

Qui sait ? Peut-être que ce que tu dis te concerne directement ?

Les paroles d’Allah sont comme un océan, plus tu sais nager, plus tu pénètres profond.

Alors médite pendant ta récitation, cherche la signification, réfléchis sur ce qu’Il veut te montrer…et si tu n’y arrives pas, que tu ne trouves pas, alors persiste encore et encore : C’est en tombant qu’on apprend à faire du vélo !

III.Roukou’-Soujoud

Parfois tes récitations sont si longues et tes prosternations si courtes !
Pourquoi donc ? Ne sais-tu pas qu’alors que ton corps est incliné, tes péchés tombent de tes mains, de ton visage, de tes jambes.. Incline-toi, et laisse-les tomber ! Débarrasse-toi de tes erreurs, de ces péchés qui te
hantent !
Profites-en !… Tu les vois presque se matérialiser et tomber autour de toi !

Tu as tellement envie de t’en débarrasser que tu ne veux plus te relever !
Mais ne t’inquiète pas, ce qui t’attend dans la suite de cette prière et mieux !

Lorsque tes jambes touchent le sol, que tes mains s’aplatissent à terre, et que ton front est au plus prés d’Allah : demande ! Demande tout ce que tu veux, tout ce que tu espères, tout ce dont tu rêves ! ALLAH est là, tu es là, face à ALLAH. Il t’écoute, tu n’as plus qu’à parler.
Il veut t’offrir, tu n’as plus qu’à demander !
Il te dit même : « Je ne me lasserai de répondre à mon serviteur, tant qu’il ne se lassera pas de Me demander ».

Il aime que tu Lui demandes, alors vas –y !…

Demande pour ta mère, pour ton père, pour tes frères et sœurs.
Demande pour celui ou celle qui est à ta droite en prière d’assemblée « Jama’a », et pour celui ou celle à ta gauche, et pour tous les musulmans !…

Demande pour nos morts qui ont fini le chemin d’ici bas, comme tu aimerais que l’on demande pour toi lorsque tu auras fini, à ton tour, cette partie
du chemin. Demande pour nos frères et sœurs en Palestine, demande pour nos orphelins et démunis désormais en Indonésie, …

Mais demander…demander… toujours demander…Tu ne voudrais quand même pas avoir l’air d’un pur « consommateur » devant Allah ?

Alors ouvres Lui ton cœur, et rappelle-toi Ses qualités, Sa grandeur, Ses
bienfaits sur toi, Sa création…et remercie-Le.
Glorifie Le, montre-lui combien tu L’aimes et combien tu veux te rapprocher de Lui !

Remercie-Le simplement de pouvoir mettre ton front à terre et d’avoir cette sensation.

Combien de personnes assises, pleurent leur incapacité à ne pouvoir poser leur front à terre…pour Lui…Près de Lui.

Le plus beau des conseils de notre Prophète Mohamed (paix et bénédiction d’Allah sur lui), sur cette prière est celui là : « Prie la prière d’adieu ».

Oui. Imagine lorsque tu dis « ALLAHOU AKBAR » en entamant ta prière, que se sera la dernière. Lors de ton dernier soujoud, que celui-ci est vraiment le dernier des soujoud, le dernier de cette vie. Réalises-tu ? Le dernier ?!
Attention ! Avant de te relever de ton soujoud, qu’aimerais-tu Lui dire de plus ? Qu’aimerais-tu Lui demander de plus ? Que tu L’aime ? Que tu veux
être interdit de l’enfer ? Que tu veux être près de Lui ? Qu’Il te pardonne ?!…

Qu’Il te protège du châtiment de la tombe ? … Et pour ta mère ?
Qu’aimerais-tu demander pour elle, avant de partir, avant que ton âme soit
prise, que la plume ne soit posée, que les Anges ferment ton livre ?
Qu’aimerais –tu ajouter de plus ?

Voilà que tu te relèves, doucement, lentement…Imagines qu’à ton salam, tu ne seras plus là.

Est-ce un adieu ? L’adieu de quoi ? De tes biens ? De ta famille, du matériel ? C’est à ce moment là que tu te rends compte que c’est bien l’adieu de cette période qu’Allah t’a laissé pour t’approvisionner pour la vie future. T’es-tu bien approvisionné (e) ?

Qui sait à quelle destination correspond ce billet que tes provisions t’ont permis de prendre ?!

Et puis là, « Assalammou a’laikoum wa rahmatou Allah : à ta droite, puis à ta gauche.

Et tu descends de ce gros nuage où tu étais, coupé de ce monde, dans ta chambre, ton salon, dans la mosquée ou en plein vacarme… Peu importe l’environnement, tu n’y as même pas fait attention, tellement tu avais peur
que se fut la dernière.

C’est pourquoi Mohamed (saw) nous a conseillé de se faire le rappel de la
mort pendant notre prière.
Voilà, tu as fini. Tu es peut-être toujours là !

Mais qui sait si tu atteindras le prochain rendez-vous ?

Wa Allahou a’lam !

Prenez soin de vous inchaALLAH

Wa assalamou aleykoum wa rahmatuLLAHi wa barakatuh


Coran Sourate 50 Qaf verset : 16. « Nous avons effectivement créé l'homme et Nous savons ce que son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire »

Citation de notre Frère Fouad :

Que l’Islam soit ta Religion, la Prière ta vocation, et le Paradis ta destination

Amine  

 

RIBAAT 1432H

LES RAPPORTS :  19 ET 20 FINAL SUIVENT

AU FUR EST A MESURE QU’ALLAH AFFIRMERA MES PAS CONTRE CEUX QUI DESINFORME LES PEUPLES AU SUJET DU DERNIER ET SCEAU DES PROPHETES : MOHAMMED (SAW) LE PROPHETE ET MISERICORDE POUR L’HUMANITE !

C’EST AUSSI VOTRE COMBAT QUE D’INFORMER ET TRANSMETTRE LE MESSAGE DE MOHAMMED !

IL N’Y A PAS DE DIEU SAUF ALLAH

ET MOHAMMED ET LE MESSAGER D’ALLAH

ALLAH QU’IL SOIT GLORIFIE DIT :

« Et quant à ceux qui luttent pour Notre cause, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers, Allah est en vérité avec les bienfaisants. » (Saint Coran Sourate 29 Ayat 69)

Suite page suivante,

LE PROPHETE MOHAMMED (SAW) RAPPORT 19 :

« La Clé des Huit Portes du Paradis ! »

Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche