DEPUIS JANVIER 2010 LES MOUDJAHIDIN (104) : Le dévoilement du conspirationnisme et de l'alternative chiite 2/3 (Alistiqlal&Theunjustmedia) - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 22:12

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux


LES MOUDJAHIDIN (104) :

Le dévoilement du conspirationnisme et de l'alternative chiite 2/3 (Alistiqlal&Theunjustmedia)

 LES MOUDJAHIDIN JUSQU'A LA FIN DES TEMPS 

----------o LES MOUDJAHIDIN JUSQUE LA FIN DES TEMPS o----------

PARTIE 2 SUR 3

 

2. Le Hezboullat au Liban

 

L’activisme chiite au Liban, peuplé de diverses communautés ethniques et religieuses, a véritablement commencé avec Moussa as-Sadr, un savant shiite Iranien envoyé au Liban en 1959 par le mystérieux réseau clérical chiite notamment basé dans les villes de Kerbala et Najaf. Il y fonda le conseil supérieur chiite et son aile militaire le mouvement AMAL dans le but d’établir un Etat chiite au Liban.

 

Pour arriver à cette fin et profitant de la faiblesse du gouvernement Libanais, il s’allia avec les grandes autorités chiites du monde et notamment avec Khomeyni et avec la Syrie, et il n’hésita pas à s’allier également avec des chrétiens du Liban, avec le Fatah laïque palestinien et avec les Etats-Unis en leur assurant qu’il contenait l’influence nationale et socialiste chez les shiites. Il fut même dénoncé par Khomeyni, alors en froid avec les Etats-Unis, pour cette alliance.

 

Moussa disparut mystérieusement lors d’un voyage en Lybie en 1978, sans doute assassiné par l’un de ses nombreux ennemis. C’est alors que le mouvement AMAL se scinda en deux, l’un à tendance plutôt laïque et l’autre à tendance plus religieuse.

 

Tout en se battant entre eux, les deux mouvements combattaient également les sunnites, le AMAL laïque participant au massacre de sunnites Palestiniens avec les Chrétiens (notamment à Sabra et Chatila) lors de l’invasion Israélienne du sud Liban en 1982, et le AMAL religieux (qui devint le Hezboullat en 1985 et fit allégeance au guide suprême de l’Iran) s’appropriant des territoires sunnites du sud Liban et de Beyrouth.

 

Le contrôle des frontières du sud Liban a permis au Hezboullat de se poser en défenseur absolu du Liban face à Israël alors que dans le même temps il a toujours empêcher les combattants sunnites de s’organiser pour pouvoir attaquer Israël.

 

Sa compromission s’est en effet révélée à de nombreuses reprises ces dernières années comme lors de l’attaque du gouvernement Libanais contre le groupe radical sunnite Fatah al-Islam en 2007 à Nahr al-Bared (dont les objectifs affichés étaient d’attaquer Israël et de défendre les sunnites) durant laquelle le Hezboullat était resté silencieux face à ce carnage si ce n’est pour appeler le gouvernement à traduire le groupe en justice.

 

Lors de l’attaque d’Israël contre Gaza en Janvier 2009, le Hezboullat était également resté de marbre tandis que l’organisation d’al-Qa’idah au Liban tentait de briser le blocus chiite en lançant deux missiles sur le nord d’Israël, une opération revendiquée dans un communiqué vidéo mais très peu relayé par les médias officiels.

 

D’ailleurs l’organisation al-Qa’idah dans la péninsule arabique avait émis un communiqué vidéo dans lequel l’un des chef de l’organisation fustigeait l’inertie du parti malgré ses capacités militaires avancées. Tout cela nous montre que la résistance du Hezboullat lors de l’invasion Israélienne en 2006 ne servait en réalité qu’à défendre les positions de son parti chèrement acquises sur le massacres de sunnites et non à défendre la communauté des croyants Musulmans.

 

Le parti cherche en vérité seulement à se servir de la forte proportion de chiites au Liban pour y établir un Etat chiite quelques soit les moyens pour y parvenir, et actuellement il semble que cela soit par des manifestations de masse et par une alliance avec les Chrétiens du Liban.

Pour résumé, un érudit sunnite radical du nom de `Atiyyat Allah dans son livre intitulé « Ru’ya Kashifa » explique, avec une grande lucidité et perspicacité, comment l’Iran et le Hezbollat cherchent à établir leur hégémonie dans la région tout en soutenant les causes populaires des Musulmans en faisant des alliances temporaires avec des ennemis idéologiques ou des concurrents. Voici une synthèse des points qu’il aborde dans son texte :

 

- Il est difficile d’analyser les Etats et les groupes chiites à cause de leur doctrine de dissimulation (taqiyyah) ou du fait de cacher leurs vraies croyances.

- La dissimulation est permise en Islam si vous êtes en danger. Mais les chiites en font une habitude.

- En apparence, l’Iran et les groupes chiites insistent sur l’unité sunnite-chiite ; embrassent les causes qui sont importantes pour les Musulmans, particulièrement la question palestinienne ; et mettent l’Iran en avant comme le seul Etat Islamique authentique, qui comble le vide laissé par le califat absent.

- Intérieurement, les chiites croient sincèrement à l’Islam, mais c’est un Islam de leur propre invention, non pas le vrai Islam ; ils pensent qu’ils sont les seuls vrais Musulmans ; et ils cherchent à dominer le monde Islamique.

- L’hostilité entre les Réfutateurs chiites, l’Amérique et Israël est une réelle hostilité.

- Ceux qui croient qu’il n’y pas de réelle hostilité entre l’Iran d’un côté et les USA et Israël de l’autre, sont tombés dans les théories conspirationnistes qui sont un regrettable défaut dans notre culture.

- L’hostilité de l’Iran à l’égard des USA et d’Israël est en partie religieuse, en cela, le chiisme retient l’hostilité religieuse envers les Chrétiens et les Juifs trouvé dans la vraie religion : le sunnisme. C’est aussi dû au désir de puissance de l’Iran.

- L’Iran a aidé les USA en Afghanistan et en Irak du fait de ses propres intérêts. Les USA ont éliminé deux de ses ennemis, les Taliban et Saddam. C’est un bon exemple de la nature circonstancielle et opportuniste de la politique chiite.

- Les chiites ont pris ce type de décision parce que leur plus grand ennemi sont les sunnites. Ils peuvent vivre avec les Juifs et les Chrétiens mais pas avec les sunnites. Regardez comment l’Iran traite ses minorités sunnites, comment le Hezboullat se comporte envers les sunnites et comment le gouvernement chiite a agi avec les sunnites Irakiens.

- Contrairement à ce que beaucoup pensent, le Hezboullat ne collabore pas avec Israël. Mais le Hezboullat parlera avec Israël et travaillera avec lui sur une base limitée si cela sert les intérêts du Hezboullat.

- Les chiites sont pragmatiques. Ils souhaitent travailler avec n’importe qui sans tenir compte de leurs croyances apparentes. Cela inclut le fait de travailler avec les « wahabis ».

- Le Hezboullat supporte les militants Palestinien pour accomplir les objectifs plus larges de l’Iran. Il a adopté une cause populaire pour augmenter sa popularité. C’est aussi pour remplir le vide de leadership laissé par d’autres Etats arabes qui ont échoué à se mettre en place.

- Le Hezboullat est un outil de l’Iran et de la Syrie. Il sert leurs intérêts et leurs politiques.

- Le Hezboullat empêche toute résistance sunnite de se mettre en place sur la frontière avec Israël. Il a passé des accords avec la Syrie, les USA et même avec Israël pour garder son contrôle de la région.

Nous voyons ainsi que les chiites ont bel et bien un agenda occulte qui tente de prendre le contrôle des pays qui ont une forte proportion chiite pour fonder un Etat chiite impérial, et de prêcher dans le reste du monde leur dogme ésotérique et destructeur. Peu leur importe si pour arriver à leur fin ils doivent s’allier avec des Etats Occidentaux en guerre ouverte contre les Musulmans sunnites.

 

Cela n’est pas interdit dans leur religion du fait de la sacralisation du principe de dissimulation (taqyah) qu’ils ont inventé il y a des siècles afin d’agir dans l’ombre contre les sunnites qui sont décidemment indétrônables (ce qui devrait tout de même leur mettre la puce à l’oreille, en effet comment peut-on penser être sur la bonne voie si pas une seule fois dans l’histoire notre dogme n’a été reconnu dans le monde Musulman et constamment relégué au rang de secte mystique, à l’origine de beaucoup de maux de la communauté et incapable d’affermir l’édifice de la religion Islamique si ce n’est par des poèmes et des palais ?)

 

C’est un fait que personne ne peut nier. Seulement leur plus grand obstacle actuellement dans ce projet reste les combattants sunnites radicaux qui leur font de l’ombre dans leur volonté d’exercer une influence décisive sur les populations sunnites.

 

PARTIE 2 : LE DENIGREMENT DES ORGANISATIONS SUNNITES RADICALES


| I | Le conspirationnisme et le 11 septembre 

 

1. Les chiites

 

Parmi ces groupes de combattants sunnites figure l’organisation al-Qa’idah. Celle-ci est devenue célèbre dans le monde suite à ses attaques spectaculaires sur New York et Washington le 11 Septembre 2001. Pourtant, pour beaucoup de gens n’ayant que peu de connaissance sur les groupes sunnites radicaux, al-Qa’idah est devenue une organisation mystérieuse voire une invention émanant de la stratégie Américaine dans sa volonté de maintenir son hégémonie mondiale et les attaques du 11 Septembre sont vues comme une supercherie de cette même stratégie Américaine.

 

Or, maintenant que l’on connaît les buts et les méthodes des chiites depuis des siècles, et qu’en Islam il convient toujours de s’informer sur celui qui apporte une information comme nous l’avons souligné au début, il est important de garder en mémoire cet état de fait concernant les chiites, et recouper leurs informations avec d’autres sources pour établir la vérité.

 

Rappelons dans un premier temps les propos explicites de Sayyed Hani Fahs, dignitaire relevant du conseil supérieur chiite, en août 2004 concernant l’attitude du Hezboullat suite aux attaques du 11 septembre :

 

« Alors qu’il se considérait comme l’avant-garde jihadiste dans le monde arabe et islamique au niveau de la lutte contre Israël et les politiques américaines, il se rendait compte que cette grande attaque contre les Etats-Unis mettait en valeur Ben Laden et rendait son image subitement marginale dans cette lutte. En plus, quelles que soient critiques les positions sunnites vis-à-vis de Ben Laden, il peut représenter dans ces milieux une sorte de symbole et cela préoccupe le Hezboullat parce qu’il est soucieux de sauvegarder son capital de sympathie acquis sur la scène sunnite globale après la libération du Sud ».

 

Ensuite, il faut savoir que le premier média à avoir suggérer la théorie du complot concernant le 11 septembre, est la chaîne de télévision libanaise al-Manar TV, branche médiatique du groupe chiite Hezboullat (qui en est majoritairement actionnaire). En effet dès le 17 Septembre 2001, soit 6 jours après les attaques, la chaîne de télévision satellitaire affirmait que 4000 Juifs ne se seraient pas rendus à leur lieu de travail au World Trade Center ce 11 Septembre.

 

Or pour en arriver à une telle conclusion, ils se sont basés sur une information du Jérusalem Post du 12 Septembre selon laquelle plusieurs centaines de Juifs étaient morts dans les tours et 4000 Juifs étaient aux abords des tours ce jour-là.

 

Ce même journal avait reçu cette information du ministère israélien des affaires étrangères qui, après avoir demandé à ses ressortissants de se manifester auprès du consulat de New York pour recenser les disparus, a reçu environ 4000 appels téléphoniques de familles résidents là-bas avec un passeport israélien (les enquêtes postérieures se basant sur les noms des victimes feront effectivement état d’envions 300 à 400 Juifs morts durant l’attaque).

L’information subversive selon laquelle aucun Juifs ne seraient morts et que 4000 Juifs ne seraient pas allés travailler le 11 Septembre, voulant dire qu’ils auraient été prévenus de l’attaque par leurs propres services complices, sera relayée par beaucoup de médias et aura un certain succès dans le monde Musulman.

 

En effet le combat pour la libération de la Palestine est un enjeu de poids dans la lutte d’influence chiite. Installer l’idée que les attaques ont été perpétrées par les Juifs et non par les combattants sunnites permet de se poser en avant-gardiste de la dénonciation des Juifs, et de discréditer du même coup l’organisation sunnite. Une opération de propagande habile qui persiste même si elle a déjà été dénoncée, notamment par l’un des chefs de l’organisation al-Qa’idah comme nous le verrons plus loin.

 

Par la suite c’est le Français Thierry Meyssan qui a pris le relai de cette désinformation mais sous l’apparence scientifique et géopolitique et non plus seulement sous l’angle du complot Juif, dans son livre « l’effroyable imposture ». Ce défenseur acharné de l’homosexualité est le président du « réseau voltaire », association laïco-libertaire dont les principaux responsables vivent au Liban.

 

Le vice-président de ce réseau s’appelle Issa al-Ayyoubi. C’est un syrien qui est en même temps président d’un parti nationaliste syrien, le Parti Social-Nationaliste Syrien fondé en 1932 par un arabe chrétien du nom d’Antoun Saadé. Ce parti est un grand allié du Hezboullat (le père de Hassan Nasrallat faisait partie du PSNS) et avait participé avec lui aux accrochages avec l’armée Israélienne en été 2006. Il y a donc une complicité indéniable entre Thierry Meyssan et son réseau voltaire avec les chiites.

 

Des liens qu’il revendique d’ailleurs fièrement et ouvertement en se plaçant toujours du côté Iranien dans l’actualité internationale sans aucun recule critique, ce qui révèle peut-être sa dépendance financière mais surtout sa partialité avec les chiites, lesquels peuvent ainsi faire propager toutes les fausses informations qu’ils veulent par son biais.

 

Quant à ses assertions prétendument scientifiques et ses énormes mensonges dans son livre l’effroyable imposture, ils ont été habilement réfutés par un autre livre « l’effroyable mensonge » écrit par Guillaume Dasquié et Jean Guisnel, mais qui n’a pas bénéficié du même tapage médiatique que le livre de Meyssan lequel est devenu un vrai bestseller international.

 

L’autre relaie de la désinformation concernant le 11 septembre et les mouvements de résistances radicaux sunnites est incarné en France par le mystérieux Yayha Gouasmi président du Centre Zahra France et de sa branche politique le Parti Anti Sioniste, et également président de la fédération chiite de France. De son propre aveu, ce franco-algérien de 60ans au bras long, fait régulièrement des voyages vers l’Iran.

 

Son Centre Zahra a organisé de nombreuses conférences et accueilli de nombreuses personnalités de tendance anti mondialistes comme Dieudonné, Alain Soral, Kemi Seba (président du Mouvement des Damnés de l’Impérialisme qui déclare ouvertement prendre pour modèle le Hezboullat), Mouhammed Latreche, des Juifs de Naturei Carta et d’autres.

 

C’est un chiite pro-Iranien et pro-Hezboullat assumé.

 

C’est par son intermédiaire que Dieudonné a pu aller en Iran et rencontrer des personnalités politiques Iraniennes afin de trouver des financements pour la propagation de ses idées et c’est encore grâce à lui que le Parti Anti Sioniste a pu voir le jour. Or pour tout cela il faut des fonds et il n’est plus permis de douter que Yahya Gouasmi ainsi que ses divers relais pro-chiites sont financés par et agissent pour l’Iran en Europe et particulièrement en France, volontairement ou non.

 

Leur crédo géopolitique repose toujours sur les mêmes principes que nous avons cités précédemment : dénonciation de la mainmise juive et sioniste sur l’Europe et le monde, et dénigrement des mouvements de résistances radicaux sunnites. Tous les mouvements qu’ils ont créés ou avec lesquels ils ont établis des relations ont ensuite mis en place ce discours idéologique.

 

L’un permet de séduire et ainsi d’attirer vers le chiisme les gens conscients du danger sioniste (musulmans ou non) à la manière de la prédication Ismaélienne d’antan, et l’autre permet de discréditer et de ternir l’image des combattants sunnites orthodoxes et de leurs actions à travers le monde afin de briser la prédication de ces derniers.

 

Le mouvement nationaliste révolutionnaire européen et les catholiques traditionalistes semblent aussi être tombés dans le piège de ce discours qui unifie tous les mécontents du système en les rangeant dans le camp chiite de l’Iran et du Hezboullat et en les détournant des mouvements de résistances sunnites, faisant passer systématiquement ces derniers pour des agents de la CIA ou du Mossad.

 

Et on constate que même sur internet, seul endroit où les médias véritablement indépendants peuvent actuellement s’exprimer, les principaux propagateurs de cette idée sont des sites à tendance pro-chiite et pro-iranienne ou qui ont été complètement noyauté par eux comme «alterinfo», « novusordoseclorum », « egaliteetreconciliation » (le site du fameux nationaliste révolutionnaire Alain Soral où ce dernier avoue clairement avoir penser à demander un financement Iranien et à avoir eu des entrevues avec des responsables chiites), «mecanopolis», « lelibrepenseur », « voltaire.net », « labanlieuesexprime », « mdi2008 » etc.

 

Même le site des Catholiques traditionalistes « intransigeants » qui a été hébergé en Iran, ne se permet plus de recule critique vis-à-vis de sa politique. Tous ces sites ne propagent certainement pas que de la propagande chiite sur ces questions, et contiennent en majorité des informations très intéressantes(6).

 

Mais en tous cas, tous sont des relais conscients ou non de cette désinformation chiite diffusée notamment par Yahya Gouasmi, relaie local de l’Etat Iranien dont nous avons parlé plus haut.

 

Et il est un fait que quasiment aucun site anti mondialiste de ce type ne voit la réalité de cette désinformation en restant aveuglés devant la soit-disante invincibilité de la mouvance judéo-maçonnique et en ignorant totalement les actions des résistants sunnites radicaux, ne voyant les musulmans que comme des gens opprimés ne sachant pas se défendre ou ne sachant se défendre qu’avec le pragmatisme, la politique-spectacle et les discours nationalistes séduisants de l’Etat Iranien et du Hezboullat.

 

D’ailleurs les seuls chefs d’Etats à avoir ouvertement pris position pour la thèse du complot concernant les attaques du 11 septembre sur New York et Washington, ne sont autre que le président de l’Etat iranien Ahmadinejad, les chefs d’Etat du Venezuela Hugo Chavez et des Emirats arabes unis Zayed, influencés de leur propre aveu par les thèses de Thierry Meyssan (Zayed a fondé un club de réflexion qui a traduit le livre de Meyssan en arabe et l’a diffusé partout dans le monde arabe), ainsi que le président de la Syrie Bashir al-Assad, des hasards qui ne trompent pas.

 

Même le roi Abdallah d’Arabie Saoudite s’y était mis en affirmant qu’Oussama Ben Laden était un agent de l’Amérique. C’est l’hôpital qui se moque de la charité…

_____________________________________________________________________

(6) Les analyses sur les problèmes de la politique et de la société française d’Alain Soral sont par exemple très pertinentes de même que les objectifs des Catholiques intransigeants qui veulent rétablir une législation divine chrétienne en France. Mais le fait de dire que les Etats-Unis, l’Arabie saoudite, al-Qa’idah et Oussamah Ben Laden seraient indistinctement dans le même camp sont des contre-vérités qui révèlent clairement un simplisme et un alignement sur la propagande chiite qui fausse complètement leur grille de lecture sur la résistance Islamique.

 

Ce qui ne leur permet pas de comprendre pourquoi par exemple, le vice-ministre de l’intérieur saoudien Mohammed Ben Nayef a subi quatre tentative d’assassinat par l’organisation d’al-Qai’dah ni pourquoi celle-ci subit régulièrement des tirs de drones américains sans pilote dans ses refuges au Waziristan ou au Yémen (étrange attitude pour des alliés).

 

D’où ces amalgames entre islamo-racailles, jihadistes, wahhabites, salafistes qui ne font aucune nuance entre les salafistes apolitiques alignés sur les savants officiels d’Arabie saoudite et les salafistes politisés souvent sympathisants des mouvements Islamiques sunnites radicaux et qui suivent des savants de toutes nationalités prônant la destitution des gouvernements des pays arabo-musulmans actuels en raison notamment de leur liens très étroits avec les Etats-Unis. (et la religion de Satan : la démocratie)

 

2. Les Américains

 

D’un autre côté il faut aussi souligner qu’un autre courant, aucunement chiite celui-là, distillant cette idée que l’Amérique serait derrière les attaques du 11 Septembre et derrière tous types d’attaques islamistes anti-Américain, est représenté par le « 9/11 truth mouvement » ou « mouvement pour la vérité sur le 11/09 » crée aux Etats-Unis par diverses personnalités américaines de tous bords politiques ou professionnels.

 

Ce mouvement a ensuite essaimé ses idées un peu partout dans le monde à travers des sites internet et des manifestations. Il a été fondé par Kevin Barrett, un ancien professeur d’université, converti à l’Islam en 1992. Il fait également partie de l’association de scientifiques « scholars for 9/11 truth » ou « universitaires pour la vérité sur le 11/09 » et, plus significatif, il est aussi le co-fondateur de la « Muslim-Jewish-Christian Alliance for 9/11 Truth » ou « l’alliance juive, chrétienne et musulmane pour la vérité sur le 11/09 ». La plupart des Juifs membres de cette alliance font partie de la secte juive de Natureï Carta (7) dont nous avons fait allusion.

 

Cette volonté d’alliance fraternelle semblable à d’autres courants musulmans déviants et allant dans le même sens que l’objectif des tenants du Nouvel Ordre Mondialà savoir le broyage de toutes les cultures mélangées, révèle au moins le manque de perspicacité, l’aveuglement et les carences dogmatiques de Kevin Barrett.

 

Dans son acharnement à vouloir démontrer sa théorie de la conspiration du 11 Septembre, il a même été jusqu’à partir à la recherche de l’un des membres du commando, le marocain Walid al-Shehri, au Maroc afin de valider sa thèse selon laquelle les pirates de l’air n’auraient pas existés et que certains d’entre eux seraient même encore en vie.

 

Mais sa recherche fut infructueuse et il rentra bien évidemment bredouille. Invité sur FOX NEWS pour expliquer son point de vue, il n’a pas hésité à se moquer ouvertement de la capacité de « vulgaires arabes sortie des grottes d’Afghanistan » à réaliser de telles attaques, afin d’argumenter en faveur de sa thèse farfelue (c’est d’ailleurs un des arguments phares des complotistes, à savoir la soit-disante incapacité des Musulmans à pouvoir mettre en oeuvre avec succès une telle stratégie militaire).

 

Ce mouvement de contestation et de diffusion de propagande qui dénie systématiquement les groupes sunnites radicaux et leurs actions, a d’autres leaders. L’un d’entre eux est Dylan Avery qui a fait la célèbre vidéo « Loose Change » où il explique « l’impossible » attaque du 11 Septembre. De son propre aveu, il a commencé par vouloir faire une fiction sur un groupe d’amis découvrant la supercherie du 11 Septembre et c’est seulement par la suite qu’il s’est laissé convaincre par sa propre fiction.

 

Tout aussi significatif, sa vidéo a commencé à avoir un réel succès après avoir été diffusé par une filiale de la FOX, WICZ-TV. Par la suite il fut invité sur de nombreuses chaînes de télévision américaines pour propager les arguments de sa vidéo notamment sur la BBC et sur CNN.

 

Rappelons au passage que toutes ces chaînes et en particulier la FOX, sont les principaux relais de l’administration américaine et qu’il est plus que curieux que des gens qui sont sensés exposer l’un des plus grands projets de « secret défense » de l’Amérique puissent venir en parler librement sur les plus grandes chaînes du pays en toute tranquillité.

 

Surtout lorsqu’on sait que l’Amérique n’a aucun scrupule à censurer voir à assassiner ceux qui la dérangent véritablement. Concernant l’aspect scientifique sur lequel nous ne nous attarderons pas, la vidéo d’Avery a été réfutée point par point par une autre intitulée « Screw Loose Change » (qui dure deux heures), mais qui n’a encore une fois pas reçue la même exposition médiatique et qui a été très médiocrement traduite en français (le sous titrage est quasiment illisible).

 

Il y a également d’autres leaders du même acabit encadrant ce mouvement typiquement américain tels que le présentateur de radio hystérique Alex Jones, le scientifique Steven Jones, l’ingénieur Jim Hoffman, le professeur David Ray Griffin etc., etc. Le point commun entre toutes ces personnes soutenant ou faisant partie du mouvement pour la vérité sur le 11/09, c’est que contrairement au mouvement chiite et pro-chiite de France, ils ne critiquent jamais l’Etat d’Israël, les sionistes ou les juifs.

 

Ils se contentent de prendre en animosité le gouvernement Américain et des sociétés secrètes impossibles à identifier. Il est certain que cela ne peut pas être un oubli et que cela fait sans doute partie d’une stratégie de détournement vers une fausse piste, qu’ils en soient conscients ou non.

 

D’autre part, ce sont souvent des gens qui ne connaissent que très peu le militantisme islamique et son histoire (malgré que certains d’entre eux soient visiblement musulmans comme Kevin Barrett) alors même qu’en abordant la question du 11 Septembre et de l’organisation al-Qa’idah, on est en plein coeur de ce sujet et que cela mérite donc un minimum de connaissance à ce propos avant de se prononcer.

 

Le dernier point est que ce sont surtout des théoriciens qui recherchent des arguments seulement après avoir établi leurs thèses, et que ce phénomène induit forcément une partialité dans leur démarche. Ajoutons qu’aux Etats-Unis (et même parfois en France) ces mouvements font de leurs thèses sur le 11 septembre un véritable fonds de commerce en vendant des t-shirt, des DVD, des livres, ce qui remet en cause leur saine déontologie de l’information.

 

Ce mouvement a aussi donné naissance à plusieurs sites favorables à ces thèses dont le fameux site « Reopen911 » qui a sa version francophone. Ces sites rassemblent ainsi les mêmes tares que ce mouvement à savoir une méconnaissance flagrante des mouvements radicaux sunnites et de leur histoire doublé d’une mise en place de thèses farfelues et de la recherche d’arguments exclusivement en faveur de celles-ci (sans hésiter à dénier des faits allant à leur encontre).

 

Plusieurs autres sites ont été créés pour réfuter scientifiquement ces thèses comme « debunking911 », « 911myths », « debunk911myth » ou le site francophone « bastison ».

Ensuite il faut savoir qu’aux Etats-Unis il existe une véritable culture du complot anti-gouvernementale depuis les débuts de l’histoire de cette nation. Evidemment, il n’y a pas de fumée sans feu et cela est sans doute dû au fait que le gouvernement Américain cache effectivement beaucoup de choses à son propre peuple pour pouvoir agir à sa guise et mettre en place des projets secrets inavouables.

 

D’où l’intérêt de maintenir son peuple dans l’ignorance en l’abrutissant avec une sous-culture populaire faite de sandwichs, de films, d’obscénités, d’égocentrisme exacerbé et d’évangélisme loufoque. Mais il est impossible de pouvoir toujours tout cacher.

 

La mise en place d’oppositions politiques faussement alternatives et de faux débats permet d’écarter les gens de la réalité et en même temps de canaliser leur énergie et leur soif de vérité loin des véritables enjeux.

 

C’est une stratégie aussi vieille que les premiers empires de l’humanité. Concernant l’empire Américain, il est évident qu’un échec tel que le 11 Septembre engendre des inquiétudes et des doutes dans la population. Et il est également évident que l’Amérique ne peut pas se permettre de révéler toutes ses erreurs et ses manquements pour ne pas montrer de signe de faiblesse.

Laisser planer le doute sur la responsabilité des attentats peut être un compromis idéal pour à la fois dénigrer et rabaisser les capacités militaires de ses ennemis du camp radical sunnite, et à la fois orienter la conscientisation de ses citoyens dans des manifestations et des débats stériles, tel que le mouvement pour la vérité sur le 11/09, qui les écartent de toute tentative d’agir sérieusement contre sa politique étrangère agressive.

 

Pour résumer, la dénonciation d‘un complot en ce qui concerne les attentats du 11 septembre trouve sa source dans deux mouvements distincts qui se juxtaposent :

D’un côté il y a le mouvement de tendance ouvertement chiite ou pro-chiite qui cherche délibérément à dénigrer les capacités des mouvements radicaux sunnites à pouvoir réaliser de telles opérations spectaculaires telles que le 11 septembre.

 

Car en effet tous les sceptiques du 11 septembre sont également sceptiques envers les attentats de Madrid en 2004, de Londres en 2005, de Bali, de Djerba, d’Alger, de Moscou, de Bagdad, bref tout attentat commis et revendiqué par des organisations sunnites radicales sont vus sans distinction par eux comme des supercheries américaines et juives, que les victimes en soit des civils ou des militaires.

 

Ils ne conçoivent la tactique de guérilla que dans le cadre fermé du combat nationaliste ou patriotique et les seuls véritables opposants « musulmans » aux tenants du mondialisme libéral sont les chiites d’Iran et du Liban dont on a bien vu l’hypocrisie historique et les objectifs malveillants cachés.

 

Les sunnites ne seraient que des troupeaux de moutons acceptant délibérément qu’on les emmène à l’abattoir sauf lorsqu’ils « nationalisent » leurs combats et acceptent le leadership chiite comme c’est le cas du Hamas palestinien.

 

De l’autre côté il y a ces mouvements Américains qui font une fixation maladive sur les attentats, certes spectaculaires, du 11 septembre en accord avec leur culture folklorique du complot du gouvernement, sciemment entretenu par celui-ci à travers des films et séries TV tels que X-Files et autre Matrix afin de brouiller les pistes.

 

Leur méconnaissance légendaire de la géopolitique mondiale les amène à des conclusions prétendument scientifiques en contradiction totale avec la réalité. On peut soupçonner certains d’entre eux d’être de véritables désinformateurs agissant seulement pour le compte de l’argent ou pour le compte de l’Etat lui-même.

 

Mais pour couper court à ceux qui voudraient nous accuser d’ignorer le poids des lobbys occultes dans la vie et la politique contemporaine, rappelons justement ce qu’était tout de même le World Trade Center brièvement. Car avant cette date nous savions tous ce qu’était le Pentagone, centre du commandement militaire Américain et la Maison Blanche, centre des décisions politiques Américaines.

 

D’ailleurs le fait que les médias aient focalisé leur attention sur le World Trade Center en délaissant quelque peu l’attaque contre le Pentagone (cible incontestablement légitime car militaire) relèvent sans conteste de la propagande Occidentale pour accuser le mouvement al-Qa’idah de « tueurs d’innocents » ce qui est un élément qui a contribué à forger le mythe du complot car beaucoup de Musulmans ou d’anti-Américains « islamophiles » sont tombés dans cette théorie du fait de leur réticence à ce que des civils Américains soient touchés tout en étant de farouches opposants à la politique extérieure américaine.

 

Le World Trade Center était l’un des plus grand centre économique et commercial du monde. Autrement dit le symbole du capitalisme Américain dans tout son orgueil car il regroupait le siège de nombreuses banques et autres firmes financières internationales. Il était le baromètre de la santé boursière mondiale.

 

Sa valeur symbolique égalait, voir surpassait l’Empire State Building ou la Statue de la Liberté, à tel point que les tours jumelles apparaissaient dans de nombreux films hollywoodiens. Certains de ses bureaux abritaient aussi des organismes sécuritaires d’Etat comme la CIA.

 

Mais l’une des choses les plus étonnantes dans les informations disséminées par les conspirationnistes du 11 Septembre sur le sujet, est le peu de cas qu’ils font de l’initiateur de la construction du World Trade Center. Alors qu’ils ne sont pas censés ignorer de telles choses. En effet l’édifice a été réalisé à l’instigation de David Rockefeller avec le soutien de son frère Nelson Rockefeller, alors gouverneur de New York.

 

Ils se sont battus ardemment pour avoir l’autorisation légale de bâtir leur projet et durent même créer une association à cet effet car des habitants devaient être déplacés pour la construction et la crainte d’une concurrence déloyale avec d’autres centres commerciaux comme l’Empire State Building se faisait sentir.

 

Mais finalement les travaux de construction purent débuter en 1966. D’où une des incohérences dans la thèse complotiste puisque si les Rockefeller destinaient ces bâtiments à la destruction, comme certains le prétendent, quel intérêt de se donner tant de mal à les faire construire ?

 

Le propriétaire des bureaux du World Trade Center, un Juif du nom de Larry Silverstein, aurait logiquement dû être le premier bénéficiaire des destructions si c’est sa communauté qui aurait été le responsable de l’attaque. Or on ne peut pas dire que ce fut le cas puisque il a perdu son procès face à ses assureurs et ne reçut pas la somme qu’il espérait en dédommagement.

 

Sans oublier le fait que tous ce qu’il a reçu sera immédiatement remis dans la reconstruction des tours et qu’il doit rembourser des millions de dollars chaque années aux autorités portuaires de New York et du New Jersey auprès de qui il avait contracté son crédit-bail à la mi-2001.

 

Quant aux Rockefeller, ils font partie de cette mystérieuse famille Juive qui aurait participé à la création de plusieurs sociétés occultes afin de mettre en place un gouvernement mondial régit par une élite cosmopolite.

 

Or Il se trouve que le chef du commando qui a attaqué le World Trade Center, Mohammad ‘Atta, avait étudié l’architecture et avait notamment fait une thèse sur les aspects du conflit de la civilisation arabe face à la modernité, notamment l'impact des tours sur le développement de la ville.

 

Il y voyait les tours modernes comme des châteaux-forts assiégeables. Ses discussions avec d’autres étudiants révèlent qu’il avait conscience du problème des sociétés secrètes car il dénonçait souvent la main mise d’un mouvement Juif mondial qui contrôlait la finance et les médias depuis New York.

 

Il est donc tout à fait logique que l’un des objectifs de ces attentats était de briser un des centres les plus importants de l’élite financière juive mondiale. Que cela n’a pas été réalisé par l’Iran ou le Hezboullat est certes dommage pour leurs sympathisants, mais la contradiction se trouve plutôt du côté de ceux qui affirmeraient que cela a été fait par cette élite financière elle-même.

 

Autrement dit, qu’elle se serait joyeusement tiré une balle dans le coeur. C’est un non-sens et une contre-vérité flagrante.

___________________________________________________________________________

(7) Ce mystérieux groupe toujours prêt à défendre les Musulmans et les Palestiniens mais aussi proches de l’Iran chiite (leur direction a des relations historiques avec le président de l’Iran Ahmedinejad et certains d’entre eux ont participé à la conférence sur l’holocauste organisée en Iran en 2006) et de leur partisans notamment Yahiya Gouasmi et Dieudonné.

Ils soutiennent également le Hizboullat et le Hamas palestinien. Ils souhaitent démanteler l’Etat d’Israël et vivre sous domination musulmane comme avant en attendant l’arrivée de leur messie qui gouvernera le monde dans la paix. En somme, l’objectif est le même que les autres sectes juives mais la méthode diffère. Mais c’est assez séduisant pour certains musulmans qui vont jusqu’à contredire l’orthodoxie Islamique en faisant d’eux de grands amis de la Oummah. En oubliant que justement selon l’eschatologie musulmane, l’antéchrist sortira d’Iran entouré de Juifs et qu’il sera suivi de beaucoup d’hypocrites parmi les musulmans qui n’auront pas vu clair dans le jeu des ennemis.

 

3. Des intellectuels anti-conspirationnistes et anti-mondialistes.

 

Certaines personnalités intellectuelles sont clairement au courant de tout cela et en ont déjà parlé. L’un des responsables de l’organisation al-Qa’idah elle-même, Ayman al-Dhawahiri, dans une de ses vidéos datant de 2008, répond à cette rumeur persistante selon laquelle Israël serait impliquée dans les attaques du 11 Septembre en affirmant justement que cette rumeur a commencée sur la chaîne du Hezboullat al-Manar :

 

« Le but de ce mensonge est clair, [c’est de suggérer] qu’il n’y a pas de héros parmi les Sunnites qui peuvent frapper l’Amérique comme personne ne l’a jamais fait dans l’histoire. »

 

D’autres personnalités pourtant loin d’être des pro-Américains ou des pro-Israéliens, ont fait preuve de finesse d’esprit dans l’analyse de ce phénomène comme le philosophe français Jean Baudrillard :

 

« (...) Je n'admets pas la thèse du Mossad et/ou des juifs ayant perpétré les attentats du 11 septembre, non pas parce que ce serait là une affirmation antisémite. Mes lecteurs savent que cette considération ne m'a jamais arrêté jusqu'ici. C'est le contraire : je considère qu'il est profondément pro-juif d'affirmer quelque chose supposant que seuls des juifs seraient capables d'entreprises de grande portée et de grande envergure, alors que d'autres préféreraient souffrir des frondes et des flèches d'un sort outrageant sans jamais prendre les armes contre un océan d'emmerdes. D'une certaine façon, la théorie d'une perpétration juive montre à quel point cette croyance en une supériorité (imaginaire) des juifs a pénétré les coeurs de très nombreux Américains et musulmans (...). »

 

Ou le professeur et philosophe américain Noam Chomsky à propos de la persistance des théories du complot accusant l’administration Bush d’avoir participé aux attentats du 11-Septembre dans le livre « L'ivresse de la force » :

 

« (…) D’abord, je ne fais pas grand cas de ces théories, mais je suis assailli de lettres à leur sujet. Ce n’est pas seulement une énorme industrie, c’est une industrie assez fanatique. (…) C’est presque une sorte de fanatisme religieux. Il faut quand même se poser des questions. D’abord sur les preuves matérielles. Il y a des coïncidences inexpliquées, des témoignages personnels, etc., mais cela ne pèse pas lourd. On en trouve dans n’importe quel événement mondial complexe. Au sujet des preuves matérielles, peut-on vraiment devenir un expert très qualifié en génie civil et mécanique en passant une heure ou deux sur Internet ? Si oui, il faut dissoudre les sections génie civil et mécanique du Massachusetts Institute of Technology. (…) Si vous croyez réellement à l’une ou l’autre de ces preuves, c’est simple : adressez-vous à des spécialistes capables de les évaluer.

 

Peut-être avez-vous trouvé un physicien quelque part, mais, à ma connaissance, personne n’a voulu proposer quoi que ce soit à une revue professionnelle sérieuse, soumise à la discipline de l’« examen par les pairs ». Même sans aller jusque-là, on peut consulter les départements universitaires de génie civil et mécanique.

 

Peut-être les membres du « mouvement pour la vérité sur le 11 septembre » pensent-ils qu’ils sont tous dans le coup ? Si le complot est vaste à ce point, on peut aussi bien l’oublier. Les adeptes du mouvement disent qu’ils ont peur. Il n’y a pas de quoi avoir peur. C’est une des positions les plus sûres pour un opposant, tous ceux qui ont un peu d’expérience en la matière vous le diront. En fait, les autorités se montrent assez tolérantes à cet égard. Ce qui nous amène à une seconde question. Pourquoi ce débat autour du 11 septembre est-il si bien toléré ? Je soupçonne le pouvoir de le voir d’un bon oeil. Il capte énormément d’énergies et les détourne des véritables crimes de l’administration, infiniment plus graves. (…) Pensons à l’invasion de l’Irak, ou au Liban. Ou à ce qu’ils font subir à la population ouvrière des Etats-Unis.

 

(…) Ils commettent des crimes réels, qui suscitent très peu de protestations. Une des raisons – pas la seule, bien entendu –, c’est qu’on dépense énormément d’énergie militante potentielle dans ces polémiques autour du 11 septembre. Du point de vue des gouvernants, c’est excellent. On donne même à ces militants du temps d’antenne (…), on met leurs livres bien en vue dans les librairies. Très tolérant, comme réaction. (…) Ce n’est pas le genre de réaction qu’on provoque quand on touche aux sujets sensibles. (…) Et je ne crois pas que leurs preuves soient sérieuses. Ni même que ceux qui les exposent soient capables de les évaluer. Ce sont des questions techniques compliquées. On n’a pas l’air de le comprendre, mais ce n’est pas pour rien que les scientifiques font des expériences, qu’ils ne se contentent pas de filmer ce qu’ils voient par la fenêtre.

 

Car ce qu’on voit par la fenêtre est la résultante de tant de variables qu’on ne sait pas ce qu’on a dans cet imbroglio si complexe. On peut y trouver toutes sortes de coïncidences inexpliquées, d’apparentes violations des lois de la nature. (…) Donc, découvrir qu’il s’est passé ceci, qu’il est arrivé cela, etc., ça ne veut rien dire. L’argument «à qui profite le 11 septembre ? » n’a guère de poids. Dans ma première interview après le 11 septembre, je crois avoir fait cette prédiction pas particulièrement brillante : tous les pouvoirs du monde allaient immédiatement exploiter l’événement à leurs propres fins.

 

La Russie allait durcir ses atrocités en Tchétchénie, Israël en Cisjordanie, l’Indonésie à Aceh, et la Chine dans ses provinces occidentales. Aux Etats-Unis on s’en est servi de la façon que l’on sait, mais aussi de beaucoup d’autres, moins médiatisées. (…) Presque tous les gouvernements ont pris des mesures pour surveiller plus étroitement leur population et ce genre de choses. L’administration Bush l’a fait aussi. Donc, «à qui profite le crime ? » n’est pas une preuve suffisante de culpabilité. L’idée même n’est pas crédible. Pour qu’il y ait une once de vérité dans les théories sur le 11 septembre, il faudrait qu’il y ait eu un énorme complot, incluant les compagnies aériennes, les médias, la préparation des faux avions. Il aurait fallu mettre au courant quantité de gens dans l’administration. Ils ne s’en seraient jamais tirés.

 

Même une dictature n’aurait pas pu. C’est une opération vraiment risquée. La probabilité d’une fuite est très élevée : ça se serait su tout de suite. Et la moindre fuite aurait aligné tous les dirigeants devant le peloton d’exécution, et sonné le glas du Parti républicain à jamais. Et pour gagner quoi ? Un prétexte pour faire ce qu’ils auraient fait de toute manière, sous un autre prétexte qu’ils auraient pu trouver. (…) [Les] théories sur le 11 septembre (…) exercent le même attrait que le fondamentalisme religieux. (…) Il y a des gens qui n’aiment pas ce qui se passe, qui ont vécu des moments très difficiles, n’ont confiance en personne, et qui n’ont aucun moyen de réagir. Alors ils se raccrochent à quelque chose. Et Internet a un effet pervers.

 

Si c’est un outil merveilleusement efficace pour obtenir des informations, pour l’action politique, pour toutes sortes de choses, il a cependant un gros inconvénient : n’importe qui peut lancer une théorie sur un blog ; cela n’a pratiquement aucun poids, mais ensuite cinq personnes la lisent, et très vite elle entre en croissance exponentielle, jusqu’ à devenir une énorme industrie qui s’auto-alimente. Des industries de ce type, il y en a à foison. (…) Je reçois une avalanche d’e-mails. Et une grande part, plusieurs par jour, envoyés par des gens honnêtes et sincères, me demandent : « Dites-moi ce que je peux faire ». Les auteurs de ces courriers appartiennent pour la plupart aux milieux aisés, privilégiés. Ils ne sont pas richissimes, mais assez aisés pour s’asseoir à une table un soir et écrire une lettre à quelqu’un.

 

Dans les pays du tiers-monde les habitants ne vous demandent pas : « Dites-moi ce que je peux faire », ils vous disent ce qu’ils font. Mais, là où les populations sont infiniment plus libres, les gens posent toujours cette question : « Que puis-je faire ? » Et un jour ils se disent : « Ah, voilà ce que je peux faire : devenir en une heure ingénieur qualifié en génie civil et prouver que c’est Bush qui a fait sauter les tours jumelles ». Je suis sûr qu’à Washington ils applaudissent des deux mains. (…) »

 

L’écrivain Français Marc Edouard Nabe dans son livre « L’homme qui arrêta d’écrire » nous fait également une analyse très pertinente de ce phénomène complotiste :

 

« En quelques années, la théorie du complot a gagné du terrain, c’est dingue… (…) mais avec Internet, on prend conscience que c’est devenu un véritable fléau, une sorte de choléra virtuel… (…) ce que je n’aime pas dans les thèses du complot, c’est que c’est toujours une réduction du réel à l’échelle de l’incapacité des complotistes à imaginer la réalité telle qu’elle est. (…) Aucun scénario ne rivalisera avec l’inventivité de la vie.

 

Quelle faiblesse de ne jamais tenir compte d’aucun facteur psychologique, d’aucun paramètre de réalité objective et, plus grave, d’aucune logique historique ni fondement politique, de n’intégrer aucune probabilité, aucun hasard de circonstance, pas plus que la moindre métaphysique, c’est lié, éjectant toute mystique, toute spiritualité, toute la dimension transcendantale que recèle tout évènement de l’envergure du 11-Septembre… Le complot empêche de réfléchir au sens de l’événement.

 

J’ai espéré sincèrement que le 11-Septembre réveillerait les consciences, leur ferait comprendre que c’est l’heure de foutre une bonne raclée apocalyptique aux criminels de la civilisation de néo-conservation qui les déglinguent depuis des décennies, mais non. En quelques années, tout s’est rendormi sous une couche de peur.

 

Ça n’avait été en effet qu’une lueur d’espoir : elle a été bien vite éteinte par les pleutres recroquevillés d’un Occident mégalo et parano, faisant sous lui avec une haine répugnante. Soufflée, la lueur ! Nuit noire comme avant… (…) Les psychorigides de l’interprétation veulent absolument coller leurs informations bout à bout, ils sont contre la discontinuité de la vie même.

 

C’est comme un court-circuit, ils disjonctent en voulant absolument brancher deux déductions entre elles. Toutes leurs remarques semblent fondées mais à force de ramener tous les effets à une seule cause ils font sauter un fusible. Tout leur discours est presque juste mais dans ce presque il y a tout ce qui les empêche d’être vraiment juste. (…) le 11-Septembre est un grand coup porté à l’incrédulité, et les complotistes, en persévérant dans leur thèse, sont des crédules à l’incrédulité. Ils persistent à nier l’évidence uniquement parce qu’elle est incroyable.

 

Ce qu’on a vu, c’est ce qui s’est passé, après, qu’il y ait des lacunes dans le dossier et des détails inexpliqués, c’est évident. La commission d’enquête a reconnu elle-même toutes les incongruités de cette journée de fous, et a conclu que l’Amérique a été victime sur ce coup-là d’un « manque d’imagination ». Lack of imagination. La non-anticipation et la non-réactivité sont les seuls crimes de la CIA et du FBI…

 

Ce qui a tétanisé l’Etat, c’est qu’il n’y croyait pas. Les attentats étaient tellement imprévisibles que le gouvernement a « laissé faire », pas parce qu’il avait prévu que ça se passerait, mais parce qu’il hallucinait sa race d’assister à ce qui se passait ! (…) Comme il y a des fashion-victims, il y a des conspiration-victims.

 

Et de plus en plus, ils finiront par être majoritaires sans se douter que c’est une preuve supplémentaire de leur erreur et de leur bien-pensance. Au départ, c’étaient des élucubrations de gamins concoctées sur le Net dans leurs chambres, et qu’ils ont avoué avoir conçues comme telles. Puis c’est devenu un business d’escrocs.

 

On ne peut pas à la fois mettre sur le dos des Américains les attentats et croire sur paroles ces mêmes Américains lorsqu’ils produisent à tire-larigot des documentaires qui tendent à prouver cette thèse illogique à tous les points de vue. Thèse qui est bien dans la ligne de la croyance fondamentale en la toute-puissance américaine, invulnérable : « On n’a pas pu nous faire ça, c’est donc nous qui l’avons fait. »

 

C’est méconnaître l’esprit des Américains de les croire capables de monter un coup pareil. Bien sûr, le gouvernement a quelque chose à cacher mais ce n’est pas ce que croient les complotistes. Les Yankees ne veulent pas que le monde les voie en faiblesse. Si les enquêteurs ont effacé le plus de traces possible, ce n’est pas parce qu’ils ont quelque chose à cacher, c’est parce qu’ils ont honte que ça leur soit arrivé.

 

Confiscations des documents, négligences mal assumées, maladresses maquillées je veux bien, mais élaboration sur plusieurs années d’un auto-attentat, non. Un tel complot aurait nécessité une complicité bien trop vaste et immaîtrisable sur le plan humain… Et quel boulot pour avoir juste le « droit », dont de toute façon les USA se sont passés, de bombarder l’Afghanistan puis Bagdad deux ans après…

 

(…) On peut imaginer mieux. Il n’y a jamais eu d’attentats, ce qu’on a vu en direct sur toutes les télés du monde le 11 septembre est un montage vidéo. Les Twins Towers existent toujours, mais on fait signer une attestation à chaque visiteur de New York pour qu’il jure de ne pas dévoiler la supercherie sous peine de poursuites

sévères… Ou alors les tours sont là mais sous des bâches bleues ciel qui donnent l’impression qu’elles ont disparu… Un tour à la David Cooperfield !

 

(…) Oui c’est une première ! Jamais un avion de ligne de 200 tonnes à 900 kilomètres heure n’avait percuté un building aussi haut (…) Le bombardier qui s’était cogné contre l’Empire State Building en 1945 n’est pas un précédent car l’immeuble, qui n’a pas vacillé, était en pierre… Il était autrement mieux construit que ces tours et soi-disant démentes de « modernité ». (…)

 

Encore une croyance immodérée en la force de l’Amérique qui ne pourrait pas construire d’immeubles merdiques… En quelques visionnages de docs bâclés, les complotistes impressionnables se transforment en spécialistes en architecture, en génie civil, en physique…

 

(…) On reconnaît que le Sheraton, à 2,5 kilomètres du Pentagone, a été sacrément endommagé par la déflagration, mais on n’admet pas que le bâtiment 7, à 100 mètres des tours, se soit finalement effondré. L’hôtel Mariot a perdu des plumes et l’église grecque orthodoxe Saint Nicholas s’est retrouvée en miettes, mais on les passe sous silence pour laisser au 7 la spécificité de son écroulement tardif et spectaculaire.

 

On oublie qu’il était construit dans la même matière métallique que les deux autres tours, dont il a reçu au moment de leur effondrement des morceaux incandescents en pleine gueule qui lui ont mis le feu. Quand il a vu que sa tour allait aussi s’écrouler, après des heures de tentatives pour circonscrire le sinistre, Sylverstein, le propriétaire, a donné l’ordre aux pompiers de « pull it ! ». Ce qui ne veut pas dire « explosez-le ! », mais « évacuez-le ! ».

(…) Hani Hanjour, le pirate-pilote du vol 77, a bel et bien existé et il était peut-être le plus doué des quatre, il a réussi à descendre très bas, mais pas assez pour endommager la pelouse du Pentagone, à défoncer les lampadaires devant l’entrée, ce qu’aucun missile n’aurait pu faire, n’ayant pas d’ailes, et à s’encastrer dans le béton avant d’exploser.

 

Sa boîte noire témoigne de son trajet, et on a les preuves absolues d’au moins un corps retrouvé et identifié, celui du co-pilote carbonisé. Tous les autres étaient là aussi, mais comme toujours, ces faux-culs d’Américains les ont cachés, encourageant la thèse du non-avion et celle du missile, ou de l’avion-missile, ça fait plus sérieux, coordonné pour frapper à la place de l’avion de ligne.

 

Car ils n’arrivent pas à faire taire la dizaine de témoins qui ont vu un avion foncer à basse altitude dans la direction du Pentagone quelques secondes avant d’entendre ou de voir une explosion dessus. (…) la plupart des complotistes sont persuadés que ce sont de faux passagers qui n’ont jamais existé, même si on a vu leurs photos avec leurs noms dessous dès le lendemain dans toutes les chapelles ardentes, et que les familles des victimes sont des acteurs payés par la CIA pour simuler le désespoir d’avoir perdu leurs proches !

 

(…) Ce n’est pas trop d’anti-américanisme qui égare les complotistes, ce n’est pas assez d’anti-américanisme. S’ils considéraient les Américains pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des incapables, aussi mal informés que désinformateurs, ploucs, orgueilleux, sans aucune psychologie comme tout leur cinéma si vénéré le prouve, ils ne les croiraient pas capables d’avoir fomenté et exécuté eux-mêmes le 11-Septembre… C’est encore les penser comme les plus forts du monde, et donc accepter d’être leurs esclaves, que de les imaginer aussi tordus. (…)

 

Ca fait bientôt vingt ans qu’Al-Qa’idah existe (…) et le 11-Septembre est l’apothéose logique de son combat. Les conspirationnistes croient que c’est une affaire américaine alors que c’est une affaire arabe. Ils replacent le 11-Septembre dans une série de complots américains alors qu’il doit prendre sa place dans une série d’opérations terroristes arabes réelles planifiées par des types organisés, rationnels et politisés. Les Occidentaux ne peuvent pas admettre que des têtes en électronique, en informatique, en médecine commettent quand même des actes de barbarie. Ils continuent à imaginer que tous les musulmans sont des demeurés qui ne pensent qu’à leur religion.

 

Pour moi, l’imposture majeure, c’est de faire passer le geste du 11-Septembre pour un acte religieux alors qu’il est politique. Quel rapport entre la religion islamique et la détermination de certains Arabes à punir ceux qui commettent des saloperies à l’encontre des peuples faibles ? Les kamikazes n’ont pas agi au nom de Dieu, mais avec le nom de Dieu. « Allah Akbar ! » dans la bouche de Mohamed Atta au moment où il se fracasse dans la tour, ça veut aussi dire « Hourra ! ».

 

(…) L’aspect psychologique est toujours négligé (…). La plus grande opposition à la thèse du complot, finalement c’est Charlotte Corday qui l’a donné plus de deux ans avant le 11-Septembre. Après son acte terroriste, tous les révolutionnaires étaient persuadés qu’elle n’avait pas agi seule, que c’était impossible qu’elle soit venue de Normandie à Paris de son propre élan, et qu’elle ait eu le cran de planter un couteau dans la poitrine de Marat sans trembler. Les partisans de la thèse conspirationniste de 1793 auraient mis leur tête à couper que la jeune fille avait été armée par un complot girondin.

 

A son procès, quand on lui affirmait que son geste ne pouvait pas être un acte isolé, Charlotte disait : « C’est mal connaître le coeur humain… » (…) Quand le pouvoir vous « balade » en permanence, détourne vos questions et vous fait cogner contre un mur d’indifférence, vous détournez des avions, et vous les cognez contre ce même pouvoir. C’est tous simple. Le 11-Septembre est une goutte d’eau qui a débordé d’un vase d’exaspération. Pas besoin d’être salafiste pour être outré par le comportement des Américains. Les terroristes ne sont pas des Martiens. Ils n’ont pas puni n’importe quel peuple, n’importe quel gouvernement, mais précisément celui qui a fait le plus de mal sur terre.Point. Et personne d’autre que les principaux intéressés n’a à se sentir visé. On répète aux plus jeunes que les kamikazes en frappant les tours ont frappé le monde entier, parce qu’ils ont la haine de l’homme en général, et gnagnagna… (…)  

 

On dirait que pour les complotistes (…) ce serait trop beau si c’étaient Mohamed Atta et son crew qui aient détruit les tours pour des raisons purement idéalistes… (…) Beaucoup pensent que le 11-Septembre est trop beau pour être vrai, parce qu’ils ont autant peur de la beauté que de la vérité, alors ils inventent une laideur à la mesure de l’image qu’ils se font de la réalité… Ca « colle » en effet, mais c’est gluant. Tout est d’une effroyable rationalité dans le complotisme. Les adeptes du bon sens se font fort de trouver des raisons à tout ce qui ne s’explique pas d’emblée…

 

A toute vérité qu’on leur démontre, les complotistes répliquent : « A qui profite le crime ? » Avec ça, ils croient avoir tout dit… Une seule question ne répond pas à toute la vérité. La vérité est beaucoup plus incroyable que ça. Il faut comprendre que la vérité avance au milieu de la désinformation et des mauvaises interprétations des faits, des bourdes, des carences et des négligences, des contradictions et des glissements, et que malgré tout, elle trouve son chemin là-dedans, logiquement, lumineusement.

Toute une gamme de nuances des choses qu’il faut prendre un compte avant de foncer tête baissée avec ses cornes de cocu de l’histoire dans tous les panneaux…

 

Le complot est toujours démobilisant (…) car on n’a plus qu’à se soumettre au plus fort, il n’y a plus rien à faire, c’est toujours l’autre qui gagne dans le complot. Qu’un quart de la population américaine croie que Bush et son équipe de bras cassés a été l’auteur de l’assassinat programmé de 2974, Claude Lanzman en compte 3875, de ses concitoyens dans le seul but de discréditer toute cause arabe et de pouvoir, sans avoir à se justifier, envahir l’Afghanistan et l’Irak, passe encore…

 

Mais que de plus en plus d’Arabes désespérés dans le monde entier, encouragés par des révisionnistes et négationnistes professionnels dont le boulot névrotique est de nier l’évidence parce qu’ils n’arrivent pas à la concevoir, persistent à affirmer, « preuves » à l’appui, qu’aucun de leurs frères n’est pour quelque chose dans le percutage et l’effondrement des deux tours jumelles du World Trade Center et du Pentagone, c’est inadmissible.

Surtout que la plupart se prétendent croyants et pieux musulmans… (…)

 

Comment un musulman pratiquant peut-il croire sur parole les thèses de journalistes athées américains alors que des musulmans pieux combattants affirment le contraire ? (…) il y a une négation de Dieu dans le complotisme, et les complotistes croyants ne semblent pas résoudre cette contradiction qu’ils alimentent par leurs extrapolations théoriques. Ils se croient malins et visionnaires mais ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez pas creux. Ils veulent des faits expliqués par une enquête de police, alors qu’avec Dieu, tout est logique et sans explication…

 

Il y a une sorte de miracle dans ce qui eut lieu le 11 septembre 2001. Ce n’était pas du tout gagné que les kamikazes parviennent à leur fin, eschatologiquement parlant. C’est Ben Laden qui a imaginé le coup, il l’avait dit quelques années avant : « Je suis en train de préparer quelque chose qui va provoquer l’effondrement du monde », mais il ignorait presque tout de la réalisation. C’est Atta qui a tout coordonné et exécuté. C’est le génie d’Al-Qa’idah de ne même pas avoir besoin d’ordre d’en haut, c’est-à-dire de celui qui paie, pour s’organiser et pas qu’un peu !

 

Jamais on n’a réussi à construire un groupe d’action aussi efficace par sa hiérarchisation subtile et son arborescence spontanée. Al-Qa’idah est une toile, beaucoup plus d’araignée qu’Internet lui-même, et ce n’est pas un hasard si les deux inventions révolutionnaires sont apparues au même moment dans l’histoire.

 

(…) Il y a pire que les complotistes délirants (…), ce sont les complotistes « sérieux ». Eux ne vont pas jusqu’ à l’irrationnel mais ils arrivent aux même conclusions. Pour ces Arabes désenchantés, nous sommes des romantiques, qui n’avons pas encore eu l’expérimentation du réel. Ça aurait été adorable de croire en cette fable, mais hélas ce n’est pas la vérité. Ils auraient bien voulu croire que leurs frères soient capables de ça, mais non ce sont bien les Américains qui ont fait le coup, mais juste une frange liée aux conservateurs dans le dos de George W. Bush.

 

Ils ne lui font pas porter le chapeau de cow-boy parce qu’il en a déjà un ! Voilà il avait l’air surpris. Il ne savait pas. C’est un complot interne. Comme par exemple l’assassinat de Kennedy, où trois tireurs ont été engagés dont un Marseillais pied-noir, et Oswald bien sûr, le patsy à qui on a fait croire qu’il était le seul. Atta et sa bande sont dix-neuf Oswalds arabes, des patsies abusés par un « quarteron » de néo-conservateurs comploteurs de l’armée américaine.

 

Des « onze-septembristes » qu’ils ont laissés faire, mais n’ayant pas confiance en ces bras cassés d’Arabes, ils auraient télécommandé les avions des tours pour qu’ils arrivent bien sur les cibles… Ce qui est absurde, d’abord parce qu’aucun avion télécommandé ne peut faire du 900 kilomètres heure…

 

Ensuite parce que le deuxième a failli rater la deuxième tour, c’est ce qu’on appelle la « Marwanmaneuver », du nom du pilote Marwan al-Chehhi, qui a fait un virage in extremis qu’on a tous pu voir, expression d’un trac bien compréhensible quand on réalise qu’en s’approchant de sa tour, il voyait les dégâts triomphaux que son copain Atta avait faits sur l’autre.

 

(…) Et après ça, (…) tu as des Salim, des Farid, des Youssef qui affirment que Atta vit toujours et qu’il sirote des cocktails au bord de sa piscine à Miami… Tout ça parce que des homonymes existent encore effectivement. Des « Mohamed Atta », il y en a plein l’Egypte, actuellement, mais aucun n’est le bon. Pour certains autres, c’est plus difficile à soutenir : le pilote-kamikaze du vol 93 n'a jamais été « retrouvé ». Où est Zyad Jarrah ? A Beyrouth, en train de fumer le narghilé à Solidere ?

 

C’est une insulte au courage et à la détermination des kamikazes que de douter de leur sacrifice. La bêtise criminelle des complotistes, c’est que par leur obsession ils focalisent l’opinion sur un faux crime américain et du coup les vrais passent à l’as… Moi je reconnais bien volontiers que je n’ai pas les réponses à toutes les questions, mais les complotistes n’en ont qu’une, toujours la même et toujours aussi courte : « C’est les Américains ! ».

Surtout qu’avec leurs thèses, c’est pas les questions qui manquent ! Si les Américains étaient les auteurs du 11-Septembre, pourquoi deux des quatre avions auraient raté leurs cibles ? Si les Arabes identifiés ne sont pas des kamikazes, qui sont donc leurs sosies exacts répondant à leurs noms et filmés quelque jours avant le 11-Septembre en train d’étudier des cartes de New York ?

 

Et s’ils sont toujours vivants, pourquoi ne se manifestent-ils pas et pourquoi ne va-t-on pas les interroger ? Comment se fait-il qu’on voie Mohamed Atta en chemise bleue passer sous la caméra de surveillance de l’aéroport de Portland s’il n’est pas monté dans l’avion ? Quel intérêt le vrai Ben Laden et al-Zawahiri auraient eu de trahir l’Islam et la cause d’un milliard de musulmans pour servir un pays et une politique qu’ils combattent depuis bien avant le 11-Septembre ? Sont-ils payés si cher ?

 

Al-Zawahiri était-il déjà un agent américain quand il a participé à l’exécution de Sadate au début des années 80 ? Etc., etc. (…) Hélas, les complotistes sont inconvaincables, c’est ancré dans leur esprit, dans leur coeur, ils ne peuvent plus se dédire. Toute leur vision du monde s’effondrerait. C’est devenu un passeport pour la rébellion contre l’Empire et le système. Faux passeport et à bas prix : en contestant la « vérité » de l’Empire, ils s’autoproclament résistants. « Tout anticonspirationniste est un traître. »

 

Les Arabes devraient être fiers du 11-Septembre (…) et ils en ont honte. Ils font semblant d’avoir honte, ce qui est pire… les lâches… (…)

 

ils ont pris tellement d’amalgames dans la gueule depuis 2001 qu’ils n’ont trouvé comme solution que de croire que c’est la CIA la « coupable »… Vieille rengaine, la CIA à toutes les sauces : la CIA qui financerait tous les mouvements révolutionnaires et terroristes, la CIA derrière l’Amérique du Sud, derrière Mai-68, derrière Mao Tse Toung, et bien sûr derrière l’attentat contre Jean Paul II…

 

Ben Laden ? Agent de la CIA ! Atta itou !... A les croire, il n’y a jamais eu dans l’histoire un seul mouvement de révolte sincère pas infiltré et qui soit venu d’ailleurs que du pouvoir qu’il est censé combattre ! ».

 

En plus de ces propos logiques, il ne faut pas oublier que l’organisation al-Qa’idah revendique systématiquement ses principales opérations soit dans des textes écrits soit dans des audio ou alors dans des vidéos diffusés par des agences médiatiques agréées par elle.

 

| II | L’authenticité des mouvements sunnites radicaux 

 

1. Les revendications

 

Concernant le 11 septembre, et contrairement à ce que disent les conspirationnistes, les chefs de l’organisation ont revendiqué plus d’une fois cette attaque notamment à travers la branche médiatique de l’organisation centrale, as-Sahab Media* dans plusieurs communiqués parfois relayés par la chaîne al-Jazeera, dont voici des extraits on ne peut plus explicites :

Ayman al-Zawahiri dans la vidéo d’Avril 2002 relayée par al-Jazeera :

 

« Cette victoire qui a été obtenue est dû à la grâce d'Allah (gloire à Lui) seule. Cela n'est pas le résultat de notre habileté ou de notre compétence. C'est plutôt purement par la grâce d'Allah (gloire à lui). Allah (gloire à Lui) choisi d'accorder sa miséricorde à qui Il veut. Il regarde les coeurs de ses serviteurs. Et choisi parmi eux ceux qui méritent Sa compassion et Sa grâce.

 

Ces 19 frères sont sortis et ont sacrifié leurs vies pour la cause d'Allah, et Allah les a béni avec la victoire dont nous nous réjouissons aujourd'hui. Et celui qui jette un oeil sur la situation de ces frères peut voir qu'il n'y a pas de comparaison entre le pouvoir de 19 hommes et le pouvoir de l'Amérique, et qu'il n'y a pas de proportion entre la puissance de 19 hommes et les pertes qui ont été infligées à l'Amérique.

 

Mais la recherche du refuge en Allah, en demandant son aide et en s'appuyant sur Lui, vous ouvre des portes dont vous n'aviez pas connaissance. Allah vous guide, vous facilitent les choses, vous pourvoie et vous révèle des trésors, des compétences et une force dont vous n'auriez jamais réalisé l'existence. »

 

Vidéo d’Oussama Ben Laden après la bataille de Tora Bora en 2002 :

 

« Les évènements du 11 Septembre ne sont qu'une réaction à l'injustice et à l'oppression continuelle pratiquée contre nos fils en Palestine, en Irak et en Somalie, au sud Soudan et dans d'autres endroits comme au Kashmir et en Assam. Ce sujet concerne la nation Islamique entière (la Oummah).

 

Il incombe aux gens de se lever de leur sommeil et de se dépêcher pour trouver une solution à ce problème désastreux qui frappe l'humanité entière aujourd'hui. Quant à ceux qui condamnent ces opérations, ils regardent cet évènement isolément, et n'ont pas réussi à le lier aux évènements passés et n'ont pas regardé les causes qui ont mené à ce résultat.

 

Ainsi leur point de vue est limité. Leur attitude n'est pas en accord et n'est basé ni sur une perspective religieuse légale ni même rationnelle. Ils ont juste vu l'Amérique et les médias critiquer ces opérations donc ils se sont levés avec eux dans la critique.

 

Leur exemple est comme l'histoire du loup qui a vu un agneau nouveau-née. Alors il dit à l'agneau : "Tu es celui qui a sali mon eau l'année dernière !" L'agneau répondit : "Ce n'était pas moi." "C'était toi", le loup insista. Alors l'agneau lui dit : "Mais je suis née cette année !" Le loup dit : "Alors cela doit être ta mère !" et il mangea l'agneau. Et qu'a pu faire la pauvre mère lorsqu'elle vit son fils être mis en pièces entre les dents du loup ? Dans la passion de la maternité elle donna un coup de corne au loup. Bien sûr le loup ne fut pas du tout affecté mais il cria : "regardez cette terroriste !"

 

Ainsi ces perroquets se rejoignent, répétant ce qu'a dit le loup et disant : "Oui nous condamnons le coup de corne de cette brebis contre le loup." Où étiez-vous lorsque le loup mangeait le fils de ce mouton ? Ainsi ces frappes réussies et bénies ne sont qu'une réaction à ce qui est arrivé dans nos pays - en Palestine et en Irak et dans d'autres endroits. »

 

Interview d’Oussama Ben Laden par Tayssir ‘Allouni journaliste d’al-Jazeera en 2003 :

 

« Quant à cette description selon laquelle ces actes étaient terroriste, alors cette description est fausse. Ces jeunes hommes, dont Allah a éclairé le chemin, ont porté la bataille au coeur de l'Amérique, et ont détruits ses balises les plus éminentes, leurs balises économiques et leurs balises militaires, cela par la grâce d'Allah, le Glorieux, Exalté soit-Il.

Et ils ont fait cela à partir de ce que nous avons compris, et nous avons incité et appelé à cela avant, et c'est de l'auto-défense, la défense de nos frères et fils en Palestine et pour libérer nos lieux sacrés. Et si inciter à cela est du terrorisme, et si tuer celui qui tue nos fils est du terrorisme, alors laissons l'histoire témoigner que nous sommes des terroristes.

 

Très bien, mais Shaykh, ceux qui ont suivi de près vos discours et vos textes ont fait le lien avec le serment que vous avez fait récemment(8), et vous avez dit mot-pour-mot : "Je jure par Allah le Très Haut, Qui a élevé le ciel sans effort, que l'Amérique ne jouira jamais de la sécurité jusqu'à ce que la sécurité devienne une réalité pour nous en vivant en Palestine."

 

Donc il est très facile pour n'importe quelle personne qui suit ces évènements de faire le lien entre les évènements terroristes qui sont arrivés à New York et Washington et la déclaration précédente. Alors quelle est votre opinion sur ces propos ?

 

Faire le lien est facile. Si cela implique que nous avons incité à cela, alors oui, nous avons incité depuis des années, et nous avons émis des textes et des jugements légaux concernant cette question, et d'autres incitations qui ont été publiées et diffusées dans les médias. Ainsi s'ils veulent dire, ou si vous voulez dire, qu'il y a un lien dû à l'incitation, alors cela est exact. Donc nous incitons, et l'incitation est fixée aujourd'hui. Et Allah (glorifié et exalté soit-Il) l'a demandé de la part du meilleur des humains, Mouhammed (sallAllahou 'aleyhi wa sallam).

Allah a dit : { Combat donc dans le sentier d'Allah, tu n'es responsable que de toi même, et incite les croyants (au combat) Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition. } [Coran : Sourate 4 verset 84]. Ainsi ce qu'Il veut dire est que le but contre les mécréants est de combattre et d'inciter. Donc ce lien est correcte, que nous avons incité et appelé à tuer les Américains et les Juifs. Cela est vrai. […]

 

Je dis que les évènements qui ont eu lieu le mardi 11 septembre à New York et Washington, que c'est vraiment un grand évènement de tous les points de vu, et ses répercutions jusqu'à cet instant ne sont pas finies et continuent encore. Et si la chute des tours, avec les jumelles à leurs têtes, était un évènement qui était immense, alors considérez les évènements qui les ont suivis... Parlons à propos des répercutions économiques, qui continuent encore.

 

De leurs propres aveux, les pertes d'action sur le marché de Wall Street ont atteint 16%. Ils disent que ce nombre est un record qui n'a jamais été atteint depuis l'ouverture des marchés il y a plus de 230 ans. Ce grand écroulement n'est jamais arrivé. Le montant brut qui est échangé dans ce marché atteint 4 trillion de dollars. Donc si nous multiplions 16% avec 4 trillion de dollars pour découvrir la perte qui a touché les stocks, cela atteint 640 billion de dollars de pertes de stocks, par la grâce d'Allah Glorifié et Exalté soit-Il.

 

Ainsi ce montant, par exemple, est le budget du Soudan pour 640 années ! Ils ont perdu cela, à cause d'une attaque qui a eu lieu avec l’aide d’Allah d’une durée de seulement une heure. Le revenu quotidien de la nation américaine est de 20 billion de dollars. La première semaine ils n’ont pas du tout travaillé à cause du choc psychologique de l’attaque, et même jusqu’à aujourd’hui certains ne travaillent pas à cause de l’attaque.

 

Donc si vous multipliez 20 billion de dollars par une semaine, cela devient 140 billion de dollars et c’est même plus gros que cela. Si vous l’ajoutez aux 640 billion, nous avons atteint combien ? A peu près 800 billion de dollars. Le coût des pertes de bâtiment et des pertes de construction ? Disons plus de 30 billion de dollars.

 

Alors ils ont licencié ou liquidé jusqu’à aujourd’hui, ou deux jours avant, de la part des compagnies aériennes, plus de 170 000 employés.

Cela inclut des compagnies d’avions cargo et des lignes commerciales et des études et analyses américaines ont dit que 70% du peuple américain même jusqu’à aujourd’hui continuent de souffrir de dépression et de traumatisme psychologique, après l’incident des deux tours, et l’attaque contre le ministère de la défense, le Pentagone - louanges à Allah, Glorifié et Exalté soit-Il.

 

Suite et fin:


LES MOUDJAHIDIN (104) :

Le dévoilement du conspirationnisme et de l'alternative chiite 3/3 (Alistiqlal&Theunjustmedia)

 

Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche