DEPUIS JANVIER 2010 LES MOUDJAHIDIN (117) : Les Champs de Batailles en Islam : Histoires, Leçons et Prophéties 2/12 - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 18:19

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux


LES MOUDJAHIDIN (117) :

Les Champs de Batailles en Islam : Histoires, Leçons et Prophéties 2/12

  Jihad Defense Jihad Conquete

----------o LES MOUDJAHIDIN JUSQUE LA FIN DES TEMPS o----------

LIVRE 40

PARTIE 2 SUR 12


   

Le Messager de Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) approuva cette idée très lumineuse et donna l’ordre de la mettre en œuvre. Aussitôt, les musulmans se mirent à creuser avec un enthousiasme et une volonté extraordinaires. L’homme en question n’était autre que notre compagnon Salmân Al-Fârisî. L’idée qu’il proposa au Prophète d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) était inconnue jusque là chez les Arabes. Elle allait surprendre les coalisés et les désarçonner en les obligeant à abandonner leur funeste projet.

Les compagnons se mirent donc à creuser des tranchées afin de dissuader les ennemis d’attaquer leur ville. Le Messager de Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) lui-même se mit à la tâche. Au cours des travaux, certains compagnons découvrirent une roche épaisse et dure qui les empêchait de creuser davantage. Ils tentèrent de la casser mais sans succès. Celle-ci semblait très solide. Salmân s’en alla voir le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) pour lui demander l’autorisation de contourner cet obstacle un peu plus loin.

L’Envoyé Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) retourna avec son compagnon vers l’endroit indiqué et jeta un coup d’œil sur la roche. Il se fit apporter ensuite une pioche et demanda à ses compagnons de s’éloigner des éventuels éclats qui pouvaient s’en dégager.

Il saisit alors la pioche de ses deux mains bénies, prononça le nom d’Allah et donna un grand coup sur la roche qui se fissura et dégagea des étincelles, ainsi qu’une vive lumière qui se propagea à l’horizon. Salmân témoignera qu’il a vu cette lumière éclairer les extrémités de Médine et le Messager de Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) de s’écrier : « Allah est grand ! On m’a donné Les clefs de la Perse. Je viens de voir les palais de Hirâ et les villes de Chosroês éclairés et ma communauté conquérante. »

Il donna un autre coup de pioche et la roche se fissura davantage. Une autre lumière s’en dégagea et se propagea à l'horizon. Le Messager de Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) s’écria de nouveau : « Allah est grand ! On m’a donné les clefs de l’empire byzantin. Je viens de voir les palais muges éclairés et ma communauté conquérante. »

Au troisième coup, la roche s’effrita et une lumière très vive s’en dégagea, suscitant les cris de louange et de bénédictions des musulmans. Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) les informa qu’il venait de voir les palais de Damas, de Sanaa et de l'Abyssinie éclairés et sa communauté conquérante. Les musulmans, ajoutera Salmân, crièrent avec une grande ferveur : « Voilà ce que nous a promis Allah ainsi que Son Messager. Allah et Son Messager tiennent parole. »

Notre compagnon Salmân vivra longtemps. Il verra l’Islam conquérir l’empire perse, les possessions byzantines en Égypte et en Syrie et porter l’étendard du Tawhîd (l’Unicité Divine) dans toutes les contrées du monde. Mieux encore, il sera lui-même le gouverneur d’Al-Madyan, une ville de l’empire perse.  

Mais n’anticipons pas les choses et restons encore à Médine où les musulmans venaient de terminer de creuser les tranchées. En arrivant devant la ville qu’ils voulaient prendre d’assaut, les coalisés restèrent figés en voyant ce moyen de défense inconnu jusque-là parmi les Arabes.  

Ils avaient beau essayé de trouver une faille dans le système de défense de la ville, mais en vain, d’autant plus que les juifs des Banû Qurayda, sur lesquels ils comptaient pour les aider de l’intérieur, avaient fini par se désister.

Alors, en désespoir de cause, après un mois de siège, et une nuit de violente tempête qui souleva leurs tentes et dispersa leurs hommes et leurs montures, Abû Sufyân et `Uyayna Ibn Hisn, les deux chefs de l’expédition, décidèrent de lever le siège et de retourner à la Mecque, le profil bas et l’arrogance écorchée.

Source : http://www.sajidine.com/vies/compagnons/salman_al_farisi.htm


QUELQUES CONQUÊTES MARQUANTES DE L’HISTOIRE DE L’ISLAM

 

Extrait du Magazine Labbayk Yâ Oummati n°2, du Forum Ansar Al Haqq, Janvier 2009.

Conquetes-de-l-Islam.jpg

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Voici une liste non-exhaustive de certaines conquêtes marquantes dans l'histoire de l'Islam, dans la mesure où elles ont permis aux musulmans d'étendre progressivement leur influence et leur champ d'action. (D'abord, l'année du calendrier de la Hijrah -Hijri- (Hégire), puis l'année du calendrier chrétien -Miladi-):

8H / 630M : La Conquête de La Mecque (Makkah, en Arabie) : En réponse à la trahison des Quraysh du pacte d'armistice, le Prophète Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) envoie une armée de 10000 hommes en direction de La Mecque. Les chefs de la Mecque, craignant la puissance des Musulmans, se rendent sans que la bataille ait lieu. Le

Prophète laisse les Quraysh en paix, fait le tawaf autour de la Ka'bah, et démolit toutes les idoles qui s'y trouvent.

19H / 640M : La Conquête de Césarée (Qissariyah, en Palestine) : Les musulmans, dirigés par Mou'awiyah Ibn Abi Soufiyan, conquièrent Césarée après l'avoir assiégée pendant 6 mois.

21H / 641M : La Conquête d'Alexandrie (Al Askandriyah, Egypte) : Le Traité de Babylone stipulant que la ville d'Alexandrie doit revenir aux Musulmans, Les Byzantins quittent la ville et laissent l'intégralité de l'Egypte aux Musulmans.

23H / 644M : La Conquête de la Lybie (Libiya, Afrique du Nord) : Les Musulmans, sous l'ordre de 'Amr Ibn Al 'Ass, conquièrent les villes côtières de la Lybie, notamment Barqah et Tripoli ; 'Amr Ibn Al 'Ass envoie ensuite 'Uqbah Ibn Nafi' pour conquérir les villes du sud.

29H / 649M : La Conquête de Khurasan (Iran/Afghanistan) : Les Musulmans, dirigés par Al Ahnaf Ibn Qayss, conquièrent Khurasan après avoir vaincu les Perses. Leur Roi, Yazdigird III, capitule.

50H / 670M : La Conquête de la Tunisie (anciennement appelée Ifriqiyah) : Après plusieurs offensives couronnées de succès au Soudan, 'Uqbah Ibn Nafi' entre en Ifriqiyah avec une armée de 10000 hommes. Il s'arrête à la vallée de Al Qayrouwan (Kairouan), et il y fonde la ville du même nom.

54H / 673M : La Conquête de la Transoxiane (Région d'Asie Centrale, située au delà du fleuve Oxus –aujourd'hui Amou Daria-, et s'étendant entre ce fleuve et le fleuve Iaxarte – Syr Daria. Cette région correspond notamment à L'Ouzbékistan et au Turkménistan) : 'Ubayd Allah Ibn Ziyad, Gouverneur d'Iraq, traverse la rivière Oxus et conquiert des villes de la région de Bukhara (Ouzbékistan). L'intégralité de la Transoxiane est conquise en 87H par Qutaybah Ibn Muslim, sous le règne du Calife Al Walid Ibn 'Abd Al Malik, et elles s'étendent au Nord-Est, jusqu'en Azerbaïdjan. Ces conquêtes permettent d'étendre considérablement l'Islam et la culture arabe, et d'établir des routes commerciales avec la Chine.

58H / 678M : La Conquête de l'Algérie (Al Jaza-ir, Afrique du Nord) : Le Gouverneur de Ifriqiyah, Abu Al Muhajir Dinar, combat la tribu berbère de Urbah, dirigée par Kussaylah, qui a été incité par les Byzantins à stopper les conquêtes musulmanes en Afrique. Mais Kussaylah fini par se rendre pacifiquement, et se convertit à l'Islam. Cela permet à Abu Al Muhajir de progresser jusqu'à Tlemcen, et de détruire l'alliance entre les Berbères et les Byzantins.

 

89H / 708M : La Conquête du Sind (Région comprenant la basse vallée de l'Indus, et une partie du désert du Thar, dans le Sud du Pakistan) : Al Hajjaj, Gouverneur de l'Iraq, envoie une armée dirigée par Muhammad Ibn Al Qassim Ath-Thaqafi afin de conquérir le Sind. Cette armée traverse la ville de Makran (Province du Balouchistan, au Pakistan), combat Dahir, le Roi de Sind, envahit la vallée de l'Indus, et conquiert le Sind.

 89H / 709M : La Conquête de Bukhara (Ouzbékistan) : Bukhara, Khwarazm, Sijistan, Samarqand et d'autres villes de Transoxiane sont conquises par Qutaybah Ibn Muslim, Gouverneur de Khurasan. Il gagne les batailles les unes après les autres, jusqu'à ce que la région entière soit une terre d'Islam, puis il progresse vers l'Est jusqu'à atteindre les frontières chinoises.

  93H / 712M : La Conquête de Samarqand (Ouzbékistan) : La ville de Samarqand est annexée par Qutaybah Bin Muslim, après la défaite du Roi de cette cité.

104H / 723M : La Conquête de Césarée (Qissariyah, en Palestine) : Cette ville a été reprise aux Byzantins par 'Uthman Ibn Hayyan Al Mourri, durant le Califat de Yazid Ibn 'Abd Al Malik.

193H / 809M : La Conquête de Rhodes (Roudis, en Grèce) : Après avoir violé un traité de paix qu'ils avaient conclu avec les Musulmans, les habitants de Chypre se font envahir par ces derniers. En effet, Humayd Ibn Ma'yuf Al Hamdani, commandant de la flotte musulmane dans la Méditerranée, entreprend des offensives victorieuses sur l'île de Chypre, celle de Crête, et sur Rhodes en 193H.

583H / 1187M : La Conquête de Jérusalem (Bayt Al Maqdiss, en Palestine) : Peu de temps après sa victoire à Hattin (Palestine), Salah Ad-Dine Al Ayyoubi conquiert Jérusalem après un siège de 5 jours. Il expulse les croisés hors de la ville, et y entre sans effusion de sang, contrairement aux Croisés au temps où ils avaient pris Jérusalem aux Musulmans.

857H / 1453M : La Conquête de Constantinople (Al Qoustantiniyah, en Turquie) : le 29 Mai 1453 de l'ère Chrétienne, la chute de Constantinople est le plus marquant des événements s'étant déroulés sous le règne du Sultan Mehmet II, plus connu sous le nom de "Mehmet Al Fatih" (Mehmet le Conquérant). Tiré de «Al Bidayah wa Annihayah de Ibn Kathir, Tarikh Ibn Khaldoun, Kitab Al 'Ibar de Ibn Khaldoun également, divers ouvrages de l'Imam Souyouti dont Tarikh Al Khoulafa, et recherches encyclopédiques pour situer les régions.»

©Copyright Ansar al Haqq

Lien du site : www.ansar-alhaqq.net

Lien du forum : www.ansar-alhaqq.net/forum

Contact : ansar.alhaqq@googlemail.com

L’équipe du Magazine Oum Majda

 

LES CROISADES ET LA DYNASTIE ZANKI ET SALAH AD-DIN

 

Salahadin-et-les-Moudjahidin.jpg

 

« Tel est mon objectif. Mon objectif est de mourir de la plus belle des morts. Je ne veux pas mourir sur mon lit. Je veux mourir de la plus belle des morts : la mort dans le Sentier de Allah. Je veux mourir frappé par une épée ou touché par une javeline ou atteint par une flèche. Je veux être tué dans le Sentier de Allah. » (Salah Ad-Dîn Al Ayyûbî)

 

Article d’un Frère du Forum Al Mourabitoune, 30 Avril 2007. 

L’Europe avait entretenu de mauvais desseins à l’égard des fidèles de l’Islam depuis le temps ou ils avaient annexé la partie inférieure de l’Empire romain, y compris les places sacrées chrétiennes. Mais comme les musulmans d’alors étaient assez braves pour affronter toute incursion, les nations chrétiennes d’Europe ne pouvaient se résoudre à les défier.

Vers la fin du 11éme siècle, toutefois, la situation changea, de grandes armées de croisés furent organisées à travers tout le continent européen pour attaquer les pays musulmans de la Palestine et de la Syrie. Les croisés reprirent possession de Jérusalem l’an 1099 (492 Après. l’Hégire.) et envahirent la majeure partie de la Palestine. Décrivant leur invasion, Stanley Lave People raconte : « Les croisés pénétrèrent comme une hache entre le vieux bois et le neuf, et pendant un moment ils paraissaient pouvoir fendre le tronc de l’Empire mahométan en éclats.»

A propos de nombreuses cruautés perpétrées contre les musulmans impuissants par les chrétiens qui lors de leur entrée à Jérusalem, un historien chrétien responsable écrit : « Le carnage qui s’en suivit fut si terrible, dit on que les chevaux des croisés qui coururent jusqu’à la mosquée de ‘Omar avaient les genoux trempés dans le sang. On s’emparait des enfants par leurs pieds et on les envoyait contre les murs où on les tournoyait par-dessus les créneaux, tandis que les juifs étaient brûlés vifs dans leur synagogue. » (Source : Encyclopéadia Britanica).

La conquête de Jérusalem par les chrétiens était un événement d’une importance capitale. Elle révéla au grand jour la corruption qui avait commencé sur les terres Islamiques. De plus elle annonça le réveil de l’Europe après les sombres années qui avaient suivi le déclin de rome. Elle mit en danger tout le monde Islamique. Les chrétiens étaient tellement pris de zèle qu’après cela, Richard, le roi d’Angleterre, commença à rêver de s’accaparer des cités sacrées de la Mecque et de Médine.

L’heure la plus funeste dans l’histoire de l’Islam depuis le début de l’Islam était venue. Juste à ce moment précis, d’un quartier inattendu était né une nouvelle étoile sur le firmament de l’Islam.

C’était la dynastie Zanki de Mosul, dont deux membres, Imad ad-Din Zanki (mort en 541 A.H) et Nour ad-Din Zankî (mort en 569 A.H), vainquirent à plusieurs reprises les Croisés et les chassèrent pratiquement de toutes les villes de la Palestine, sauf Jérusalem. Nour ad-Din tient une place importante dans l’histoire de l’Islam pour son mérite administratif, sa piété, son humilité, sa justice et sa verve pour le Djihad. Parlant de Nour ad-Din, un chroniqueur contemporain, Ibn Kathîr al-Jazari, observe : « J’ai étudié la vie des anciens Sultans. Je peux dire que, si ce n’est que pour les cinq premiers Califes et pour Omar Ibn Abd al-‘Aziz, aucun d’eux n’est plus religieux, plus juste et plus élément que lui. » (Al-Kamil).

Lorsque Nour ad-Dîn mourut, Salah ad-Din prit la relève comme le fer de lance de la résistance musulmane. Allant de bataille en bataille, il infligea une défaite écrasante aux croisés à Hittin le 4 juillet 1187. L’espoir des chrétiens s’était effondré. Leur armée était si complètement démoralisée que : « On vit un seul Sarazin traînant quelques chrétiens qu’il avait fait prisonniers et avait liés avec des cordes. Les morts étaient entassés, comme des tas de pierres, parmi des croix brisés, des mains et des pieds sectionnés, tandis que des têtes mutilées parsemaient le sol comme une récolte abondante de melons » (Extrait du livre Saladin p.241).

Salah ad-Dîn procéda ensuite à la reprise de Jérusalem. Le feu qui avait flambé dans le cœur des musulmans depuis que cette cité était tombée entre les mains des chrétiens, était enfin éteint. Kasi Ibn Shaddad, ami intime et conseillé du Sultan, a expliqué le spectacle émouvant de la victoire de Jérusalem en ces mots :

« De tous côtés on Récitait des prières ; de tout part on pouvait entendre les cris de Allahu Akbar « (Allah et Grand). Après quatre vingt dix ans, les prières du Vendredi furent dites à Jérusalem. La croix que les soldats chrétiens avaient élevée sur le Dôme du Roc fut démolie. C’était un spectacle merveilleux. La grâce du Tout Puissant et le triomphe de l’Islam se manifestaient partout. » (Tarikh d’Abd al-Fida Hamawi).

La générosité, la magnanimité et le grand sens de moralité Islamique dont fit preuve Salah ad-Din au moment de son triomphe ont été universellement applaudis par les historiens.
Stanley Lave People dit :

« Si la prise de Jérusalem était le seul fait connu de Salah ad-Dîn, ce serait suffisant pour le reconnaître comme le conquérant le plus chevaleresque et le plus noble de son époque, et peut être de toutes les époques. ».

L’Europe était furieuse contre tous ces revers. Désespérée, les croisés de chaque pays d’Europe se rallièrent à la Syrie et les chrétiens entreprirent contre les musulmans une autre série de batailles acharnées. Une fois encore, Salah ad-Din se comporta fort galamment au milieu de la tempête de fureur chrétienne. Après cinq années de combats impitoyables, la trêve fut signée à Ramla en l’an 1192 Ap J.C. Les musulmans retinrent Jérusalem et toutes les autres villes et forteresse qu’ils avaient capturées, tandis que les chrétiens régnèrent seulement sur le petit état d’Acre. Ainsi, s’acheva, la tache que s’était fixée Salah ad-Dîn, ou plutôt la mission que lui avait confiée Dieu, était accomplie. Lave sole observe :

« La guerre sacrée était finie, les cinq années de lutte terminées. Avant la grande victoire de Hittin en juillet 1187, pas un seul pouce de la Palestine, à l’ouest de la Jordanie, n’était entre les mains des musulmans. Après le traité de paix à Ramla en Septembre 1192, tout le pays leur appartenait, sauf une bande étroite sur la côte allant de Tyre à Jaffa. Salah ad-Din n’avait aucune raison d’avoir honte du traité. »

Salah ad-Din était un homme d’un pouvoir et d’une énergie extraordinaire. Sa capacité d’organisateur et de commandant était étonnante. Après des centaines d’années, il avait réussi à unir les diverses nations et les tribus musulmanes sous la bannière du Djihad, en leur faisant oublier leurs querelles et leur jalousie pour la cause de l’islam :

« Toute la force de la chrétienté qui était concentrée dans la troisième Croisade n’avait pas ébranlé le pouvoir de Salah ad-Din. Il se peut que ses soldats aient murmuré quant aux longs mois dur et périlleux, année après année, mais ils ne refusaient jamais de répondre à ses appels et de risquer leurs vie pour sa cause… »

« Les Kurdes, les Turcs, les Arabes et les Egyptiens étaient tous des musulmans, et ses serviteurs lorsqu’il les appelait. En dépit de leurs différences de race, de leur jalousie nationale, et de leur fierté tribale, il les avaient tous rapprochés comme un hôte non sans difficulté et deux ou trois fois, comme un critique indécis »

DES HEROS DE L’ISLAM

Posté par Alp Arsalan, le 19 Aout 2009.

Vidéo : « Héros de l’Islam : Khalid Ibn Al-Walid, et Alp Arslan »

Lien : http://www.dailymotion.com/video/xa4gqh_heros-de-l-islam-khalid-ibn-alwalid_lifestyle

Temps : 18min53

Retranscription et images en ligne : Ribaat 1435H / Février 2014, que Allah récompense ceux qui ont réalisés le montage et traduction vidéo ainsi que tout transmetteur de la vérité, amine. 

Citation vidéo :

Un Récit du Compagnon du Prophète Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui), L’Héros de l’Islam, Khalid Ibn Walid (ra), Saif’ Allah - L’Epée de Allah :

Les-Heros-de-l-Islam-2.jpg 

Sheikh Khalid Yasin : Et un autre exemple est celui de Khalid Ibn Walid (ra), l’homme qui a combattu le Prophète Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) et les Compagnons. L’homme qui fut responsable de la blessure infligé au Prophète Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) ! Le seul homme qui a vaincu les musulmans alors que le Prophète (paix et bénédiction de Allah sur lui) se trouvait parmi eux ! Le seul homme…Khalid Ibn Walid. Mais nous le connaissons mieux à travers le surnom que lui a donné le Prophète (paix et bénédiction de Allah sur lui)…Sai’f Allah (L’Epée de Allah). Parce que cette même épée qu’il a utilisée durant la Jahiliya (période d’ignorance), il l’a utilisé en Islam comme personne d’autre ne l’a utilisée depuis.

Un homme qui, après que le Prophète (paix et bénédiction de Allah sur lui) mourut et Abu Bakr (ra) mourut, et alors que Omar Ibn Khattab était Khalife, reçut une requête de ce dernier : « Khalid j’ai besoin que tu ailles combattre les Perses ». Ou les Romains, je ne me souviens plus exactement de la bataille en question. « De combien de soldats as-tu besoin ? » Khalid répondit : « donne-moi en 500 » ! Omar Ibn Khattab lui rappela : « Ya Khalid, ces gens ont avec eux peut-être 100 000 soldats » Khalid dit : « Alors, donne moi 500 hommes de plus ». Omar lui dit qu’il devrait prendre 10 000 hommes avec lui. Khalid lui répondit qu’il ne voulait pas de ces 10 000 hommes. Il dit : « Ces Kouffars (Mécréants), Allah Gloire à Lui ne leur a donné qu’un morceau de ce monde, mais Allah nous a fait la promesse de l’Akhirah (Au-delà et son Paradis) » ! Et par Allah, si je m’engageais avec seulement 10 croyants. Nous reviendrons avec la Puissance, nous reviendrions avec la Victoire » ! C’est ainsi que Khalid voyait les choses.

Parce que ces compagnons du Prophète (paix et bénédiction de Allah sur lui) ne se préoccupaient de ce monde, et ne songeaient à ce monde, que comme la goutte d’eau qui tombe du ciel et touche le sol en été. Combien de temps cela dure t-il ? Cela dure comme cela (un claquement de doigt). Parce que leurs cœurs n’étaient pas attachés à ce monde. Et qu’ils ne songeaient et ne désiraient que l’Au-delà, Allah, le Dieu Unique leur a donné la Puissance. Et ce pouvoir était ressenti avant même qu’ils ne rencontrent l’ennemi. Et cette poignée de soldats, en comparaison des troupes dont les Kouffars disposaient, était suffisante pour Khalid…Il revint avec la Victoire, Mach’Allah ! Et ceux-là sont nos Héros !

Un Frère, narrateur 1 : Bahan, un des chefs romains, souhaitait rencontrer Khalid Ibn Walid. Il s’est donc approché et a demandé à Khalid de venir à sa rencontre. Ils se sont donc rencontrés et Bahan dit : « Nous avons entendu que tu venais à la recherche de butin parce que vous êtes des gens affamé et pauvres. Nous vous offrons donc 10 dinars pour chaque soldat, ainsi que du blé et de la nourriture, et l’année prochaine nous vous donnerons la même chose ».

Beaucoup de personne ne comprennent pas la motivation derrière le Jihad Fisabillah, ils ne comprennent pas cela et jusqu’à aujourd’hui, ils ne parviennent pas à le comprendre. Ils ne comprennent pas que c’est pour Allah Gloire à Lui. Une personne qui meurt pour Allah Gloire à Lui, afin d’atteindre quelque chose de plus grand, Al Jannah (le Paradis) et pour plaire à Allah Gloire à Lui. Quelqu’un qui pense que sa vie se limite à ce monde et qu’il ne peut pas aller au-delà de cela ne peut pas comprendre ce concept. Pourquoi t’avances-tu vers ce danger ? Pourquoi te jettes-tu à la mort ? Comment peux-tu faire cela ?

Donc, il lui dit que s’il était là pour l’argent, il allait lui donner de l’argent. « Retourne dans ta terre » Khalid Ibn Walid et Allahou’Alam (Allah est plus savant) sur la façon dont Khalid Ibn Walid lui répondit mais peut-être était-ce une manière de répondre à ses intimidations à l’encontre des musulmans. Khalid Ibn Walid lui répondit donc : « Non, ce n’est pas pour cela que nous sommes venus. Nous sommes venus parce que nous sommes des gens qui nous abreuvons de sang, et nous avons entendu que le meilleur sang était celui des Romains » …(sourire)…Bien entendu, ce n’est pas une réponse légère. Les Romains répondirent : « Nous avons entendu cela de vous » Pas de ce sens là, mais dans le sens ou ce sont des gens impitoyables. Et c’était la réputation de Khalid Ibn Walid. Une légende se développait autour de Khalid Ibn Walid en partie vraie et en partie fausse.

Plus tard lorsque la bataille commença, un homme mentionné dans Tabari comme Jarja (Georges) et qui était un des généraux romains, s’approcha de Khalid Ibn Walid durant la bataille et lui dit vouloir le rencontrer. Jarja (Georges) lui dit : « Je veux que tu me dises la vérité au nom de Dieu, et ne me mens pas car un homme libre ne ment pas ». Il y avait cet esprit chevaleresque parmi eux. Il dit a Khalid : « Tu es un homme libre, je suis un homme libre, tu dois être honnête avec moi, je serai honnête avec toi » Khalid Ibn Walid dit « Je te dirai la Vérité ». Il dit : « Est-il vrai que ton Prophète a reçu une Epée de Dieu et qu’ensuite il te la donnée ? Et que par conséquent, tu n’as jamais perdu de bataille ? » Khalid Ibn Walid aurait pu répondre : oui, et s’appuyait sur cette réputation qui existait déjà et entretenir la légende autour de lui. Mais il ne l’a pas fait, il répondit : « Non, ce n’est pas vrai, Allah Gloire à Lui, nous a plutôt envoyé un Prophète qui nous a invités à la Vérité. Certains d’entre nous ont cru en lui, tandis que d’autres l’ont combattu. J’étais parmi ceux qui l’ont combattu, jusqu’à ce que Allah Gloire à Lui, nous prit par nos cœurs et nous a amenés à l’Islam et ainsi, je suis devenu Musulman » Khalid Ibn Walid voulait dire qu’ils étaient les ennemis du Prophète (paix et bénédiction de Allah sur lui) mais quand Allah Gloire à Lui les a amenés à l’Islam par les cœurs, cela venait des cœurs et ils n’ont pas été contraints. « Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) ne nous a rien imposé par la force, plutôt Allah Gloire à Lui a amenés nos cœurs vers Lui »

Amar Ibn As raconta avant sa mort : « Il y avait une période ou la personne la plus détestable à mes yeux était Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) et mon plus grand souhait à cette époque, était de lever la main contre lui et de le tuer si je le pouvais. Mais ensuite Allah Gloire à Lui, mit l’amour de l’Islam dans mon cœur et Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) devint l’être le plus cher à mes yeux. Je l’aimais alors tellement et ressentais tant de respect à son égard que je ne pouvais même plus le fixer droit dans les yeux, je baissais mon regard à sa vue »

Donc, Khalid Ibn Walid dit : « Allah saisit nos cœurs et nous devînmes Musulmans. Et le Prophète m’a dit : « Tu es une Epée parmi les Epée de Allah et Allah Gloire à Lui t’a dégainé contre les mécréants. » C’est pourquoi, j’ai été surnommé l’Epée de Allah, car je suis le plus dur des Musulmans contre les Polythéistes, je suis le plus dur des Musulmans contre les Mushrikins » Ainsi cette dureté de Khalid Ibn Walid, ses compétences, son adresse, son intelligence, sa rapidité, son empressement à prendre des risques, sont ce qui a fait de Khalid Ibn Walid l’homme qu’il était. Et quand on parle de l’aventure de Khalid Ibn Walid pour faire le Hadj (Pèlerinage à Mecca) il faut évoquer sa décision de traverser le désert, que personne n’avait traversé avant lui, des terres inconnues. Donc cet homme, Jarja (George), demanda à Khalid Ibn Walid : « Que t’enseigne ta religion ? » Khalid Ibn Walid répondit : « Que nous t’invitons à l’Islam » Il dit : « Et si nous refusons ? » Il répond : « Alors vous payez la Jaziah (impôt) et vous entrez sous notre protection » Il dit : « Et si nous refusons ? » Il répond : « Alors nous vous combattrons » Donc, Khalid Ibn Walid lui a indiqué les 3 niveaux. Etape 1 : Invitation à l’Islam, si tu l’acceptes alors tu deviens l’un des nôtres. Sinon l’Etape suivante est la Jaziah. Si tu refuses aussi cela, alors c’est le Qital (Combat).

Jarja (George) demanda ensuite à Khalid Ibn Walid : « Et si quelqu’un devient Musulman quel est son statut parmi vous ? » Il lui répondit : « Tu deviens l’un des nôtres, égal à nous » Jarja (George) dit : « Donc, il n’y a pas d’inégalité si quelqu’un rentre en Islam, il est l’égal de ceux qui l’ont précédé ? » Khalid Ibn Walid lui répondit : « Tu deviens meilleur encore » Il lui dit : « Comment cela ce peut-il ? » Khalid Ibn Walid répondit : « Parce que nous avons été témoins des miracles de Mohammed (paix et bénédictions de Allah sur lui), nous les avons vus de notre propres yeux. C’était donc facile pour nous, mais toi, tu n’as pas rencontré Mohammed (paix et bénédictions de Allah sur lui), tu ne l’as pas vu et tu n’as pas vu ses miracles, et pourtant tu es devenu Musulman ; ce qui te donne un grade plus élevé »

Jarja (George) demanda alors ce qu’il fallait faire pour devenir Musulman. (L’adoration et la soumission au Dieu Unique sans associé, Allah). Il lui répondit : « Dis : Il n’y a pas de dieu sauf Allah et Mohammed est Son Prophète ». Le Général Romain répéta ces mots et se retourna pour combattre aux cotés des Musulmans et il mourut dans cette bataille comme Shahid (Martyr) !!!

Les-Heros-de-l-Islam-3.jpg 

Malek El-Shabazz (Malcom X) : Le Coran nous enseigne d’endurer les souffrances dans la paix. Notre religion nous enseigne d’être intelligents, d’être paisibles, d’être ouverts, d’obéir à Allah, de respecter tout le monde. Mais si quelqu’un lève sa main sur toi, envoie-le au cimetière ! C’est une religion valable à toutes les époques ; Œil pour oeil ! Dent pour dent ! Coup pour coup ! Vie pour vie ! C’est une bonne religion. Et celui qui s’oppose à ce que cette religion soit enseignée n’est qu’un loup qui a l’intention de faire de toi son repas !

Allah le Seigneur de l’Univers dit :

« Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. Certain d'entre eux ont atteint leur fin, et d'autres attendent encore ; et ils n'ont varié aucunement (dans leur engagement) ; » Coran : Sourate 33, verset 23

Un autre Héros de l’Islam dans le Récit de Alp Arslan :

Un Frère, narrateur 2 : Chers frères et sœurs, les livres d’Histoire Islamique nous parlent d’une terre qui a porté des Croyants. Des Croyants en Allah Gloire à Lui, une terre qui a porté l’armée d’Alp Arslan (que Allah lui fasse Miséricorde). Alp Arslan était un commandant musulman à la tête d’une armée de 15 000 hommes. Et il a passé sa vie à faire le Jihad pour la cause de Allah Gloire à Lui. Au retour vers le Khorassan (Afghanistan), alors que lui et son armée revenaient de champs de bataille, un messager est venu rencontrer Alp Arslan et lui dit :

« L’Empereur de Constantinople a été informé de toutes les victoires remportées par ton armée, il a donc préparé une armée de 600 000 Romains pour te détruire » Gloire a Allah, voyez les chiffres chers frères et sœurs ; Alp Arslan avait seulement 15 000 Moudjahidin avec lui. Et les Kouffars (Mécréants) sont venus avec 600 000 Chrétiens pour détruire l’Islam. Les Kouffars n’ont rassemblé autant de soldats que parce qu’ils avaient peur de l’Islam et des Musulmans. Ils ont rassemblés un tel chiffre en raison de la lâcheté qui résidait dans leurs cœurs. Alp Arslan regarda son armée de 15 000 Moudjahidn, et il savait que cette bataille signifiait la mort pour chacun de ses hommes. Et il se demanda ce qu’il fallait faire. Devait-il retourner au Khorassan et laisser les Kouffars prendre la terre, les laisser y répandre leurs désirs, le mal et le vice dans le pays ? Ou allait-il rester comme un roc devant eux et mourir pour la cause de La ilaha illa Allah « Il n’y a pas de dieu sauf Allah » ?

Il savait quelle serait sa décision et la Foi (Iman) commença à renforcer son cœur. Il se rendit dans sa tente, prit son linceul de martyr et le revêtit. Il prit du Hanut, le parfum que l’on met sur les morts et s’en parfuma le corps, puis il sortit pour s’adresser à son armée. Il leur dit :

« Aujourd’hui, l’Islam est en danger, les Musulmans sont en danger et je crains que « La ilaha illa Allah » ne soit rayé de la surface de la Terre. » Et il dit : « Je crains que l’Islam ne soit anéanti » Puis il ajouta à destination des gens : « Wa Islamah, Wa Islamah » Oh Islam, quand vous craignez pour quelque chose, vous criez « Wa Islamah » (Je crains pour l’Islam). Et Alp Arslan dit aux gens : « Regardez-moi, j’ai mis la tenue dans laquelle je serais ressuscité devant Allah et je me suis parfumé de Hanut, que celui qui désire le Paradis, qu’il s’habille comme moi ». Les 15 000 Moudjahidin se dirigèrent alors vers leurs tentes pour se préparer. Chacun d’eux mit la tenue du martyr, puis l’armée entière sortit avec le parfum du Hanut la recouvrant. Ils sortirent avec les Takbir de « Allahou Akbar, Allahou Akbar ».Chers frères et sœurs, avez-vous déjà vu une armée de 15 000 Croyants en Allah Gloire à Lui portant les habits pour la mort ? Avez-vous déjà senti le parfum du Hanut flottant au dessus d’une armée entière ?

Les-Heros-de-l-Islam-4.jpg

L’armée sortit donc et se tint prête pour cette Bataille. Quand Alp Arslan et les Moudjahidin ainsi habillés, rencontrèrent cette armée de 600 000 Romains, les têtes commencèrent à tomber, les pierres roulèrent sur le sol et le sang se répandit dans les vallées. Puis quand la poussière retomba, le drapeau de -La ilaha illa Allah- fut hissé ! Cet homme, Alp Arslan, a mis en déroute les Romains, les tuant et les faisant fuir, et le Chef des Romains, l’empereur Romain IV, fut capturé lui-même ! Il y a eu beaucoup de Martyrs ce jour là, inchaAllah, et les musulmans restants sont rentrés en pleurant. Par Allah, ils ne pleuraient pas pour un butin de guerre manqué. Ils pleuraient parce qu’ils devaient retirer leur linceul de martyr. Ils devaient enlever la tenue revêtue pour mourir dans la cause de Allah Gloire à Lui. Et Alp Arslan était parmi eux, tandis qu’il enlevait sa tenue, il pleurait et pleurait encore, et il remerciait Allah Gloire à Lui.

Chers frères et sœurs, ceci est enregistré dans les livres d’Histoire.

Note : La déroute totale de l’armée Romaine durant cette Bataille de Manzikert en 1071, sonne le début de la fin de l’Empire Byzantin. Alp Arslan et ses Moudjahidin bien que largement inférieurs en nombre, ont exterminé l’armée Byzantine. Après cette victoire éclatante des Musulmans, la conquête complète de l’Anatolie était en voie de réalisation. L’empereur Romain IV, qui fut capturé, fut interrogé par Alp Arslan : « Qu’aurais-tu fait si je t’avais été amené prisonnier ? » L’empereur Romain IV répondit : « Je t’aurais surement exécuté ou exhibé dans les rues de Constantinople » Alp Arslan lui dit : « Ma punition est bien plus lourde,…Je te pardonne et te libère ».

Fin citation vidéo


LA CONQUETE DE CONSTANTINOPLE

Extrait du texte original de Dr. Muhammad Iqbal Javed, 22 mai 2007.

Siege-de-Constantinople-par-l-Islam.jpg

La Conquête de Constantinople.

Notre Prophète Mohammed (paix et bénédiction d’Allah sur lui) faisait une petite sieste au milieu de la journée dans la maison de Umm Haram, la tante de son Compagnon Anas. Elle était également la sœur adoptive du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui). Puis, le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) se réveilla, un sourire accroché aux lèvres de son visage toujours illuminé. Umm Haram lui demanda ce qu’il le faisait sourire. Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) lui répondit : “il a eu une vision de ses fidèles qui voguaient sur de violentes vagues pour mener le Jihād comme des rois assis sur leurs trônes.” Umm Haram demanda alors au Messager d’Allah de prier pour qu’elle puisse avoir l’honneur d’être de ceux-là. Chose qu’il fit avant de se rendormir. Après quelques temps, il se réveilla de nouveau avec le même sourire aux lèvres. Umm Haram voulut connaître sa nouvelle vision. Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) lui dit : “J’ai été informé dans mon rêve que la première armée qui assiégera Constantinople sera bénie et verra ses péchés pardonnés.” Umm Haram demanda alors au Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) d’invoquer Allah pour qu’elle ait le privilège d’en faire partie mais sa demande fût rejetée.

Chacune des deux prophéties de notre Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) se réalisa. La première flotte navale fut mobilisée durant les jours du Calife Sayyidina Uthman et Umm Haram en fit partie avec son mari `Abd Allah Ibn Samat. Mais ils ne parvinrent pas à Constantinople du fait de leur rencontre avec la marine chypriote. L’ennemi fut défait et dut signer un traité avec les Musulmans. Mais en raison de lourdes pertes, les Musulmans durent retourner sur leurs pas. Umm Haram tomba de son cheval et en mourut.

La seconde expédition eu lieu Durant le règne de Mu`āwiyyah. La flotte Musulmane était alors commandée par Sufyān Ibn `Awf al-Azdî et Yazid Ibn Mu`āwiyyah. D’éminents Compagnons du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui), dont Ibn `Abbās, Ibn `Umar, Ibn al-Zubair et Abû Ayyub al Ansarī furent parmi les éminents membres de la marine. La cité ne put être prise mais le rêve du Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) devint un objectif convoité par les générations Musulmanes à venir.

Abû Ayyub al-Ansarī mourut durant le siège de Constantinople et son souhait d’être inhumé à proximité de la muraille de la ville fut satisfait par Yazid Ibn Mu`āwiyyah. Les savants et les sages sont d’avis que Abû Ayyub fut l’homme qui a amené à l’occupation du territoire de l’ennemi et mérite ainsi de porter le titre de premier conquérant de Constantinople.

Une autre tradition qui a donné une impulsion éternelle aux souverains Musulmans a été rapportée par Bashir Ibn Sahym : le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit “Certainement, tu feras la conquête de Constantinople et le meilleur Emir de ce contingent ainsi que la meilleure des forces constituera cette armée [victorieuse]”. Pour obtenir la bénédiction promise, un certain nombre de gouverneurs dont `Umar Ibn `Abd al-`Azīz, Ishām Ibn `Abd al-Malik, Mahdi `Abbāsi, Harūn al-Rashīd et beaucoup d’autres, ont poursuivis les efforts pour faire tomber la ville mais la Providence Divine a choisi Muhammad, al-Fātih [le conquérant] pour cet honneur convoité.

Muhammad, al-Fātih était le septième Calife de la dynastie Ottomane. Il accéda au trône à l’âge de 22 ans et fit rapidement preuve de sa compétence en tant que gouverneur, du fait de ses vertus morales et de son grand cœur. En tant que Chef d’Etat, il commença à consolider son pouvoir en écrasant toute force hostile qui pourrait tendre à créer des problèmes d’ordre et qui pourrait menacer sa souveraineté. Il étudia aussi très minutieusement les causes d’échec des expéditions précédentes contre Constantinople. Il a examiné de manière critique les stratégies de guerre des généraux précédents et tenté de palier leurs points faibles. Il en a conclu qu’aucun blocus de la ville ne pourrait se révéler efficace jusqu’à ce que les chaînes d’approvisionnement de l’ennemi soient brisées. Le gouverneur de Constantinople se ravitaillait de toutes sortes de provisions y compris en armement et en nourriture, depuis le Bosphore. Il fallait donc contrôler le Bosphore. Auparavant, Bayazid, de la dynastie Ottomane, avait érigé un fort sur la rive est du fleuve mais il échoua a exercer un plein contrôle sur cette voie maritime par laquelle les bateaux européens approvisionnaient l’Empire Byzantin en hommes et en matériel.

Par conséquent, Muhammad al-Fātih ordonna la construction d’un fort du côté occidental du fleuve pour contrôler efficacement l’entrée des bateaux européens. Il installa une artillerie très lourde au sein des forts qui abritaient aussi des canons et des fusils d’un type très meurtrier.

Naturellement, Muhammad al-Fātih du prendre en considération les caractéristiques de cette cité qui la rendaient difficilement prenable. Il fut aidé par un ingénieur hongrois qui fabriqua un grand canon. Il pouvait projeter des obus suffisamment gros pour briser les murs de Constantinople. La ville ne pouvait être brisée sans qu’elle ne soit attaquée de tous cotés, mais le défi le plus redoutable était représenté par les chaînes de fer gardées par les navires romains.

Une idée jaillit de l’esprit de Muhammad al-Fātih alors qu’il intensifiait les préparatifs de guerre. Il décida en effet de passer par les collines rocheuses afin de lancer ses bateaux par les “Cornes d’Or”. Il ordonna que soit creusé un fossé de plusieurs mettre de long sur la rive occidentale du Bosphore. La terre fut recouverte de planches préalablement induites de graisse pour faciliter le déplacement des véhicules qui transportaient les bateaux vers les Cornes d’Or.  Ce prodige fut réalisé durant la nuit, ce qui ne manqua pas de renforcer la frustration de l’ennemi. Ainsi, Muhammad réussit à lancer 80 navires de guerre équipés d’artillerie et embarquant de braves combattants bien entraînés pour l’offensive. Au matin, les navires firent retentir leurs tambours et les guerriers se répandirent en Takbir, déconcertant et démoralisant les habitants de la cité.

Les ennemis étaient concentrés le long de la cité mais la nouvelle situation les poussa à transférer leurs troupes du côté des Cornes d’Or. Cette unique stratégie du Sultan a donc divisé la force ennemie et a rendu la partie fortifiée de Constantinople vulnérable aux assauts de l’armée Musulmane.

Le 29 mai 1453, la nuit précédant l’assaut final et juste après la prière d’al-Fajr, le Sultan et les soldats Musulmans se sont tournés vers Allah, Maître de l’Univers et dans une grande humilité, sollicitèrent l’aide du Tout Puissant ainsi que Sa Grâce et la victoire sur les infidèles.

A l’époque, l’empereur de Constantinople était Palaelogus, le dernier des César de l’Empire Byzantin. Il était courageux et intrépide. Il était déterminé à mourir plutôt que d’avoir à se rendre. Le Sultan envoya son messager pour demander reddition de l’empereur mais celui-ci refusa et exprima sa détermination à défendre la ville jusqu’à son dernier souffle. Le 28 mai, il rassembla les troupes qui devaient défendre la ville et leur enjoignit la fermeté et la résolution.

Le matin du 29 mai 1453, le Sultan ordonna l’offensive finale. L’artillerie commença sont tonnerre de feu. Les murs de Constantinople qui étaient restés debout à travers les siècles commencèrent à s’émietter laissant apparaître de larges brèches. Le Sultan, qui commandait les troupes du côté terrestre lança une violente offensive entre la porte de Polyandrie et celle de St Romanus. Une division composée de 30 guerriers Musulmans sous ordre de Hassan fut la première à sauter le mur supérieur. Elle fut suivie des autres Mujāhidīn qui déferlèrent sur la ville comme un torrent. Le tonnerre de l’artillerie, le bruit des tambours et les slogans à la gloire de Dieu intensifièrent l’opération. Avant la prière de Zuhr, les conquérants étaient dans la ville. L’empereur qui avait combattu jusqu’au dernier souffle avait été tué et il n’y avait plus de résistance dans aucun quartier.

Dès qu’il pénétra dans la ville, le Sultan se prosterna pour exprimer sa gratitude envers le Tout Puissant. Il monta alors sur son cheval et parcouru la ville. Les Musulmans se réunirent dans l’Eglise Ste Sophie ou l’appel à la prière retentit pour la prière de Zuhr à laquelle participèrent les troupes victorieuses.

Constantinople fut la principale place forte du Christianisme durant des siècles. Après la conquête, la Cité devint la place forte de l’Islam pour les siècles qui suivirent. Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) a prédit qu’il n’y aurait pas d’autre César après la mort de César [celui de Constantinople] (1). Ce titre fut effectivement abandonné et aucun empereur chrétien ne se proclama César par la suite.


Ribaat (1) : Comme vous pouvez le constater, le mensonge de Constantin 1er sur la Trinité et sa ville qu’il nomma en son nom Constantinople n’a pas fait long feu, et le Messager de Allah (paix et bénédiction de Allah sur lui) ne parle pas sous l’effet de la passion, ce n’est rien d’autre qu’une révélation de Son Seigneur, sur ces prophéties réalisés parmi tant d’autre, prouvant la vérité du monothéisme pur de l’Islam. Quand Palaelogus, le dernier des César de l’Empire Byzantin mourut, c’est Satan en Réalité qui pris la fuite, car « pas d’autre César après la mort de César [celui de Constantinople]. » Avec la permission de Allah, se sera au tour de la ville de Rome ou Siège le Vatican, d’être conquise et tout les Chrétiens de cette époque bénie seront détrompés sur Jésus (paix sur lui) lors de sa Descente vers la fin des temps, conformément aux prophéties du Dernier des Messager de Allah (paix sur eux tous).

 

L’HISTOIRE DE L’ANDALOUSIE

Article de RafidaynCenter Publications, 2007

L'introduction :

Certains se questionnent sur pourquoi parler de l'Histoire ? Pourquoi parler du passé, et ne pas plutôt se consacrer à l'instant présent et à l'avenir ? Et bien, si on retourne au Livre d'Allah, on peut facilement constater que le tiers du Quran se compose de récits. C'est une des manières divines d'éduquer la création, de lui enseigner le savoir et de la guider. Allah, le Très Haut, a dans son Livre énoncé de nombreux récits, tels les récits des vertueux, les récits des Prophètes, et les récits de ceux qui les ont suivis sur leur voie. Il y a aussi les récits de ceux qui sont sortis de la voie divine, et comment Allah les a châtié. Ainsi il y a là une sagesse dans la connaissance des récits, et de l'histoire, comme Allah le Très Haut dit : « Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence» ou « Et ces paraboles Nous les citons aux gens qui réfléchissent.». Ainsi lorsque nous citons les récits, et l'Histoire Islamique ou autre, nous devons le faire à partir de ce point de vue là c'est-à-dire le point de vue de l'apprentissage, de l'étude, de la réflexion, et du discernement.

Ainsi cet ensemble de conférences sur l'Histoire de l'Andalousie ne va pas se donner pour pleurer sur les civilisations passées ou pour animer les passions. Non, le but est d'appeler à la réflexion, et avec la volonté d'Allah, nous allons analyser avec précision l'Histoire de l'Andalousie. Nous allons tenter de retourner et de dépoussiérer les pages de l'Histoire, et nous allons aussi tenter de divulguer des choses que beaucoup ont essayé de cacher et de dissimuler en ces jours où certains veulent falsifier l'image et l'Histoire Islamique. Et, j'appelle les Musulmans à se lever contre ces agissements criminels.

Dans cette masse, nous allons apprendre à reconnaître les lois divines dans la création en général et sur Terre en particulier. Allah le Très Haut a établi et fixé fermement des règles. Elles ne changent pas ni se remplacent, elles sont immuables. Comme Allah le Très Haut dit : « Et tu ne trouveras pas dans la tradition divine de changement ». Allah l'a ainsi décidé dans Son Livre. Par exemple, l'eau se met en ébullition à 100°C, et il en sera ainsi jusqu'au jour du Jugement. Allah, par sa Miséricorde, a établi des lois fixes. En effet, si un jour l'eau bouillait à 30°C et le lendemain à 60°C, nous assisterions à un dérèglement de la vie, les gens ne pourront avoir de vie stable. Le feu, par exemple, brûle. Et il continuera de brûler jusqu'au jour du Jugement, sauf les exceptions qu'on connaît, tel le récit d'Ibrahim (Paix sur lui) qui n'a pas été brûlé par le feu, mais les Musulmans ne peuvent se baser sur des exceptions dans leur vie. Tout comme l'homme ne peut vivre sans boire ni manger de nombreux jours. Allah a établi des règles fixes pour changer les peuples du mauvais vers le bon, ou du bon vers le mauvais.

Lorsque l'on survole les pages de l'Histoire, on constate dans les traditions divines que l'Histoire se répète d'une manière étonnante. On peut lire des faits qui se sont déroulés il y a plus de mille ans, et ressentir qu'ils sont identiques à ceux d'aujourd'hui, avec juste les noms qui ont changés ou quelques détails. Ainsi lorsque l'on lit l'Histoire, ce n'est pas lire le passé mais une manière de lire l'avenir. Allah, le Très Haut, par ses règles fixes te montre l'avenir, Il te précise comment seront les résultats ainsi le croyant avec un jugement sain ne tombe pas dans l'erreur de ceux qui l'ont précédé. Il ne répète pas les mêmes erreurs. Par contre, le Musulman doué de raison agit en conformité avec ces prédécesseurs qui ont réussis, et il réussit tout comme eux.

Maintenant se pose légitimement la question suivante : pourquoi étudier l'Histoire d'al Andalous (Andalousie) ? L'Andalousie Islamique comprend plus de 800 ans d'histoire et plus précisément 805 années (2). De 92 H à 897H, une période que beaucoup de musulmans ignorent et dont ils n'ont aucune connaissance. L'Histoire de l'Andalousie représente plus des deux tiers de l'Histoire Islamique globale et pourtant les détails sont inconnus pour les musulmans, voici la première raison. La seconde raison est due à l'ampleur de l'Histoire andalouse, cette période longue et faste a donc pu voir se tramer de nombreuses péripéties, et les Traditions d'Allah y sont très claires pour tout oeil. Lors de cette période, de nombreux peuples ont culminés au sommet de leur gloire, et de nombreux autres ont chutés dans les abîmes. De nombreux états sont, durant cette période, devenus forts, et d'autres tout aussi nombreux ont été défaits. Durant l'Histoire de l'Andalousie, on a pu voir se lever de grand moujahid, tout comme on a pu voir de grand lâche peureux. On a pu voir monter des hommes qui se souciaient de leur religion et de leur peuple, qui appliquaient la Loi d'Allah sur Terre, et on a pu voir des traîtres à la religion et à la nation Islamique aller à l'encontre des principes de la religion. Toute cette panoplie de personnages, on a pu les rencontrer indifféremment parmi les gouvernants et les gouvernés, parmi la plèbe et les savants. De fait, il apparaît évident q'une telle étude servirait énormément le musulman dans sa lecture des évènements à venir. C'est là une entreprise salutaire.

Beaucoup de musulmans contemporains ignorent aujourd'hui le sens de la vallée de « Berbât » et les batailles qui se déroulèrent dans cette vallée. Ils ignorent qui a ouvert la porte de l'Andalousie à travers des batailles épiques et à la hauteur de celles de Yarmouk et de Qadissiya. Beaucoup dans leur dépendance intellectuelle croient encore au récit mensonger des « navires incendiés » par Tariq Ibn Ziyad. Qui est `Abdul Rahman Ad-Dakhîl (Puisse Allah lui faire Miséricorde) ? Cet homme dont certains historiens ont dit de lui que s'il n'avait pas été là, l'Islam aurait disparu de l'Andalousie. Qui est Abdel Rahman An-Nasser (Qu'Allah lui fasse Miséricorde) ? Il fut clairement et sans conteste le plus grand roi d'Europe au moyen age. Mais comment est-il arrivé à ce stade ? Comment est-il devenu la plus grande force au monde en son temps ? Et Yussuf Ibn Tachfin ? Le commandant Rabbani, l'homme de la bataille dite de « Zalaqa », comment il a grandi, et comment il a éduqué les gens à la vie du Jihad ? Et Abû Bakr Ibn `Umar Al-Lantuni ? Qui a déjà entendu ce nom ? Cet homme qui a amené l'Islam dans plus de 15 pays africains. Et qui a entendu parler d'Abû Yussuf Ya'qub Al Mansûr, l'homme de la grande bataille d'Al Arak, qui restera gravé dans l'Histoire. Il est l'homme qui a frappé les forteresses croisées, donnant aux musulmans une victoire éclatante sur les troupes chrétiennes. Qui a entendu parler de l'Etat moujahid des Murabitin ?

Et l'Etat des Muwahidin et comment a-t-il été établi ? Et qui connaît la mosquée de al Qurtuba qui fut la plus grande mosquée au monde au temps de sa construction ? Et comment elle a été dénaturé et transformé en église ? Et la mosquée de Séville (Ishbilya), et l'université des Omeyyades ? Et le palais de Zahra, et celui d'Al-Hamra (l'Alhambra) ? Qui a entendu parler de la bataille d'Al `Iqab ? Cette bataille où les musulmans ont subis une défaite cuisante, alors qu'ils étaient plus forts en nombre, et en équipements, bataille où plus de 80 000 musulmans sont tombés ? Comme si Hunayn se répétait. Et comment l'Andalousie est tombé à l'ouest au même moment se levait l'Islam à l'est dans la ville de Constantinople. Qui connaît le récit des massacres de Valencia où plus de 60 000 musulmans furent tués en une seule journée ? Et la calamité de Berbarchter ? Jour maudit où 40 000 musulmans furent exécutés et 7000 jeunes filles musulmanes furent pris comme esclaves ? N'y a-t-il un parallèle troublant avec les crimes perpétrés contre la population musulmane en Bosnie. Mais comment les musulmans ont réagit à ces malheurs ? Quelles furent les solutions et comment ils arrivèrent à l'époque à se relever ? Si nous apprenons du passé et que nous apprenons quelles sont les leçons que les musulmans de l'époque avaient tiré dans l'adversité alors qu'est-ce qui empêcherait de les appliquer aujourd'hui et de créer une dynamique de redressement de la nation musulmane contemporaine ?

Nous allons donc essayer de traiter cette période ample en quelques cours avec l'aide d'Allah. Tout d'abord, pourquoi les musulmans qui vivaient dans leur nation, ont monté des armées pour conquérir l'Andalousie qui était un état indépendant et dirigé par les Goths ? Pour ça il faut savoir que le Jihad se divise en deux catégories. Le Jihad défensif est clair pour tout le monde, c'est défendre sa terre face à l'envahisseur. Le deuxième Jihad qui est mal compris par beaucoup et de la part même des musulmans, c'est le Jihad At-talab, ce Jihad vise à propager l'Islam, et à apprendre aux autres cette religion.

L'Islam est la religion parachevée, c'est la dernière parole d'Allah aux gens, et Allah a chargé cette Umma, la communauté de l'Islam, il les a chargé de répandre l'Islam jusqu'aux confins du monde, et d'apprendre aux gens ce qu'Allah leur demande à travers la langue de Son Messager (Paix et Bénédiction sur lui). Et parmi les traditions divines, il y a les peuples qui ne jugent pas par ce qu'Allah a révélé, et qui s'opposeront à la propagation de l'Islam. Allah a légiféré aux musulmans, qu'ils se dirigent avec leurs sabres et leurs armées afin de protéger la propagation du message de l'Islam. Qui viendra en aide à ces gens qui naissent dans les pays où on leur apprend que le Messie est le fils d'Allah ? Qui aidera ces gens qui vivent là où on leur apprend que la Vache est une divinité ? Qui aidera ces gens alors que notre Prophète a été envoyé comme le dernier des Prophètes ?

Et Allah dit : « Et aussi Nous avons fait de vous une communauté de justes pour que vo

us soyez témoins aux gens, comme le Messager sera témoin à vous. »

Ainsi le musulman dira à Son Seigneur : « Oui Seigneur, j'ai été à eux, je leur ai montré la religion, j'ai combattu pour ça dans ton sentier, et ils ont suivis » ou « ils ont refusé » Mais ces gouvernants ne laisseront pas arriver le message de l'Islam, et ils lèveront leurs épées pour contrer la propagation de l'Islam, car ils profitent de l'adoration de ces peuples pour autre qu'Allah. Ainsi si l'Islam est appliqué, le pouvoir passe de ces gens à Allah le Très Haut, et eux les despotes ne veulent pas cela. Ils vont se positionner devant toi avec leurs armées et leurs épées, c'est pourquoi les musulmans aussi doivent se tenir en alerte et être prêts avec leurs armées et leurs sabres. Les musulmans ne combattent pas les peuples (la masse des gens), `Umar (Qu'Allah soit satisfait de lui) disait aux soldats musulmans qui allaient conquérir des terres : « Craignez Allah en les paysans. Craignez Allah en la masse des gens, les gens à qui importent peu de savoir qui gouverne, évitez les noncombattants, faite attention à ne pas toucher les femmes et les enfants, les religieux, et les faibles. ». Les Musulmans lors des guerres de conquête ne combattaient que les armées et les gouvernants, qui faisaient de leurs peuples des associateurs (adorateurs d'un autre qu'Allah). Ceux qui s'opposent à ce que l'Islam se propage par les conquêtes et qui évoquent une méthode « pacifique » en envoyant ci et là des groupes de prédicateurs ne sont aucunement réalistes. Pire, cette conception est en contradiction évidente avec la tradition divine. En regardant l'Histoire, on constate clairement que la plupart des terres musulmanes ont été conquises par le sabre. Seules quelques rares exceptions montrent qu'en certaines zones du globe, l'Islam s'est propagé par le commerce comme ce fut le cas en Malaisie ou en Indonésie.

La Grande Perse a été conquise par le Jihad et l'Istishad. Cet Etat comprenait l'Irak, l'Iran, le Pakistan, l'Afghanistan, et tous les états du sud de l'Asie centrale. Le Shâm a été conquis également militairement comme la Turquie mineure. Idem en ce qui concerne tout l'Est de l'Europe, la Yougoslavie, Malte, Chypre. Toutes ces régions sont tombées par le Jihad. Toute l'Afrique du Nord a été conquise par le Jihad dans le sentier d'Allah. Ainsi la réalité historique démontre clairement et sans doute possible que l'Islam s'est propagé par le Jihad et ceci est une tradition divine. Il n'est pas raisonnable et même contre-productif de renier cette réalité. C'est pourquoi le Jihad continuera jusqu'au jour du Jugement.

Avant de rentrer dans le sujet de l'Andalousie, il faut savoir où se trouve ce pays, cette région ? Cette région comprend aujourd'hui l'Espagne et le Portugal ou en d'autres termes la péninsule Ibérique. Elle s'étend sur environ 600 000 Km² soit moins des deux tiers de l'Egypte. A la même époque en France, il y avait le royaume Franc et à ce propos, on reviendra plus loin sur les conquêtes musulmanes et les incursions au plus profond du territoire Franc. L'Andalousie fut habitée depuis le premier siècle après JC par les tribus barbares Vandales. Le peuple Vandale est issu des pays nordique. C'est à partir des pays nordiques qu'ils ont attaqué et conquis cette terre. Ainsi l'Andalousie était nommée « Vandalicia » qui évolua en « Andalousia ».

Ensuite, ces tribus sortirent de la région. Le pays fut alors gouverné par les chrétiens Wisigoths. Les Musulmans sont ensuite arrivés à partir de la pointe nord du Maghreb. Les musulmans n'avaient que deux possibilités : a - soit traverser le détroit de Gibraltar (Jabal at-Tariq) et remonter vers le Nord en Andalousie. b - soit descendre vers le sud c'est-à-dire vers le désert saharien. Il n'était pas important pour les musulmans de gagner des terres comme le Sahara puisque ce sont des terres très peu peuplées ce qui n'est en adéquation avec l'esprit et le but des musulmans qu'est la propagation de La Parole d' Allâh. Pour certains il faut atteindre un maximum de personnes et viser les terres fortement peuplées. Dans cet esprit et cette logique, le choix fut fait de traverser le détroit et de prendre l'Andalousie et ensuite la terre voisine et ainsi de suite. Allah le Très Haut dit : « Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous ; et qu'ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu'Allah est avec les pieux. »

Peu avant la bataille d'Al Yarmuk, des missives étaient échangés entre Mu'adh Ibn Jabal (qu'Allah soit satisfait de lui) et le roi des Romains. Dans l'une d'elles, le roi des romains dit à Mu'adh : « Qu'est-ce qu’il vous a poussé à entrer en terre des Romains, alors que l'Abyssinie est plus facile pour vous ? » et Mu'adh de répondre : « Allah nous dit : « Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous » L'Abyssinie viendra son tour, après qu'on ait fini avec le pays des Romains, car vous romains vous êtes plus près des musulmans. »

Les musulmans étaient donc arrivés à l'extrémité Nord du Maghreb et par conséquent, la prochaine terre à proximité se révélait être l'Andalousie. Les musulmans sont entrés en Andalousie comme on l'a dit plus haut, en 92 H. Et cette date correspondait à quelle époque Islamique ? C'est la période des Bani Umayya, le Calife était Walid Ibn `Abdel Malik (Puisse Allah lui faire Miséricorde), qui a gouverné de 86H à 96H. De nombreux pays sont entrés dans l'Islam lors du règne des Bani Umayya : toute l'Afrique du Nord, l'Afghanistan, les républiques du sud de l'actuel Russie, etc.… Le Jihad était chose normale à cette époque et totalement ancré dans les moeurs. Pour preuve, on peut affirmer qu'il y avait un Jihad en été et un en hiver.

Les gens sortaient pour le Jihad comme on sort aujourd'hui pour aller travailler.

La Shari'a était appliqué mais certes nous ne disons pas qu'il n'y eut pas d'erreurs, tout être humain commet des fautes. Mais ces fautes se dissolvent dans l'océan des bonnes choses qui furent faites pour les Musulmans. Le règne des Bani Umayya a duré de 40 H à 132 H, le premier gouvernant de règne fut le compagnon Mu'awiya Ibn Abi Sufyan (Qu'Allah soit satisfait d'eux) Et si Allah veut, nous donnerons à l'avenir des leçons sur l'Histoire de Mu'awiya Ibn Abi Sufyan et des Bani Umayya, et les grands hommes de cette dynastie tels `Abdel Malik Ibn Marwan, et ses fils Walid, Hisham, Sulayman et Yazid, puis le 5ième Calife `Omar Ibn `Abdel Aziz, qui a propagé la justice, la générosité et la miséricorde. Vers la fin du règne des Bani Umayya, de nombreux malheurs apparurent telles les violations des règles Islamiques, qui ont eu comme conséquence (car les règles divines fixes ne changent pas) la chute de ce règne et l'apparition du règne des Bani `Abbas. On retient que la conquête de l'Andalousie est une bonne action parmi les bonnes actions des Bani Umayya.

La situation de l'Europe lors de la conquête de l'Andalousie était sombre. Les Européens vivaient dans une ignorance profonde et obscure qui hélas se propageait sur Terre. L'injustice régnait partout. Les biens, les trésors et richesses étaient aux mains des gouvernants alors que le peuple mourrait de faim et vivait dans une extrême pauvreté. L'hygiène n'existait pas chez ces gens. Ils ne s'entretenaient pas et ne diminuaient pas leur pilosité. Ils ne se lavaient qu'une fois ou deux dans l'année. Les croyances de l'époque voulaient que cette saleté qui grossit sur leurs corps fût bonne pour la santé, et que cette crasse relève d'une bénédiction. L'ignorance était partout, certains musulmans qui étaient de retour de Scandinavie rapportaient que les gens de ces pays ne communiquaient que par signes. Ils n'avaient ni langue ni écriture structurée. Et parmi leurs pratiques païennes, leurs morts étaient brûlés à la manière de la croyance des Hindous. Pire encore, lorsqu'un homme mourrait on le brûlait lui et sa femme, même si elle était vivante. On pouvait aussi brûler avec lui les personnes qu'il aimait et ceux qui brûlaient avec lui étaient avertis de cela bien avant.

Ensuite nous allons regarder ce que l'Islam a amené et changé dans la vie de ces peuples. Ceci était l'introduction, et avec la permission d'Allah nous allons entrer dans les prochains chapitres, dans l'Histoire de l'Andalousie étape par étape, et date par date, jusqu'à la chute de l'Andalousie. Et je rappelle que ces lignes ne sont qu'une petite ouverture vers le chemin de l'Histoire andalouse. Bien évidement, ce travail n'englobe pas toute l'Histoire de l'Andalousie.

Et Paix et Bénédiction sur le Messager d'Allah, Sa famille, et tous Ses compagnons.

Carte de l'Andalousie :

Carte-de-l-Andalousie.jpg

Chapitre II : Les Gouverneurs (De 96 H à 138H)

La Période des Gouverneurs (`Ahd Al Wulat) de 96 H à 138 H

Durant ces 42 années, l'Andalousie fût administrée par des Gouverneurs succincts, nommés par le Calife (Umayyade à cette époque) des Musulmans en fonction. C'était Sulayman Ibn `Abdel Malik, le frère de Walid Ibn `Abdel Malik, se trouvant à cette époque au Shâm. Après Sulayman, `Umar Ibn `Abdel `Aziz lui succéda, puis Yazid Ibn `Abdel Malik , ensuite Hisham Ibn `Abdel Malik, etc. jusqu'à la fin de la dynastie Umayyade. Le gouverneur de l'Andalousie est donc sous les ordres du chef suprême des Musulmans à Damas.

Le premier gouverneur de l'Andalousie nommé par Sûlayman Ibn `Abdel Malik était `Abdel `Aziz Ibn Mussa Ibn Nussayr (Puisse Allah leur faire Miséricorde). Le fils de Mussa Ibn Nussayr, l'homme qui a conquis l'Ouest de l'Andalousie (le Portugal actuel). Cet homme était un Mujahid comme son père, un homme du Jihad, de piété, et de bravoure.

Durant cette période, 22 gouverneurs se sont succédé. Chacun d'entre eux a gouverné un an ou deux. Ces changements successifs ont énormément affecté l'Andalousie. Pourquoi y a-t-il eu autant de gouverneurs en si peu de temps ? La première raison est que la plupart d'entre eux tombaient au combat dans le sentier d'Allâh contre les Franc, et l'on espère pour eux que Sa Majesté `Aza wajal leur accordera le martyre. La deuxième raison, loin d'être aussi noble, c'est que sont apparu bon nombre de complots et de coups d'état au sein de la communauté.

L'on peut diviser cette période des gouverneurs en deux périodes distinct : la période « Jihadique » et des conquêtes, de 96 à 122 H. Puis la période de faiblesse, des complots et des renversements de pouvoir de 123 à 138 H.

Bien sure, nous n'allons pas voir en détails la vie de ces 22 gouverneurs mais nous allons nous arrêter sur certains en vertu de leur importance.

La première partie de cette période s'est distinguée par plusieurs points forts. Le premier fut la propagation de l'Islâm en Andalousie. Une fois que les Musulmans établirent les piliers et institutions de l'état, ils se consacrèrent ensuite à enseigner l'Islam aux gens. La population de l'Andalousie était pauvre, elle ne connaissait rien de l'Islâm, mais au fur et à mesure qu'ils en apprenaient, ils y ont trouvé une religion parfaite, complète, gérant toutes les affaires de la vie, ils y ont trouvé un credo clair, des rites et des adorations en ordre, et réglés, ils y ont trouvé une législation pour la politique, pour le pouvoir, pour le commerce, et l'agriculture, une bonne éducation, un bon comportement, et la modestie des chefs.

Ils y puisèrent les règles, et les détails de la manière d'agir avec son frère, ses parents, ses enfants, ses voisins, ses proches, ses amis, ceux que l'on connaît tout comme ceux que l'on ne connaît pas. Dans cette religion, ils apprirent comment traiter les ennemis, ainsi que les prisonniers. Des détails étonnants et complètement étrangers pour cette population. Une population qui, avant l'arrivée de l'Islâm, ne connaissait que la séparation de la religion et de l'état, et ne savait pas comment réellement appliquer ce système, leur législation était dictée par leur roi, puis changée par son successeur. Mais dans l'Islâm ils ont trouvé ce qu'ils n'avaient même pas imaginé, une stabilité et une concordance sans précédent dans leur histoire.

En quelques années seulement, la majorité de la population de l'Andalousie était devenue Musulmane. Les Arabes et les Berbères étaient minoritaires. C'est ainsi que les Andalous d'origine constituèrent une grosse partie des troupes des conquêtes suivantes. Les Musulmans se marièrent aux femmes Andalouses, une nouvelle génération voyait le jour, une génération dont le père était Arabe ou Berbère et la mère Andalouse. Cette génération est appelée dans l'Histoire la génération des Muwaladin. Les Musulmans mettent ensuite fin aux différences de catégories de classe, le gouvernant et le gouverné sont désormais égaux devant la Justice, ils se présentent devant les juges sur le même pied d'égalité. Les Musulmans donnèrent la liberté religieuse aux gens, ils n'ont pas touché aux églises, parfois des églises leur étaient vendues par les religieux à des prix énormes et on les transformait en mosquées, et si les religieux chrétiens refusèrent de vendre leur église malgré qu'ils soient gouvernés, leurs églises leur étaient laissés sans que jamais elle ne soit prise par la force. Retenez ces points et comparez-les par la suite avec ce que les chrétiens feront à leur tour à la fin de l'ère Andalouse.

Les Musulmans commencent à développer une civilisation qui se distingue par son administration, son architecture, ses grandes constructions, ses routes, ses grands ponts comme par exemple le grand pont de Qurtuba (Cordoue), le plus magnifique pont de l'Europe à cette époque. Ils ont développé des industries d'armements, ainsi que la construction de navires. La puissance Islamique se renforçait dans la région. La population Andalouse commençait à apprendre l'Arabe, même les chrétiens et les juifs se vantaient d'enseigner l'Arabe dans leurs écoles. Et aujourd'hui dans nos pays Islamiques, nous trouvons que nos écoles mettent l'accent et la priorité sur l'Anglais, des écoles même n'enseignent qu'en Anglais à nos enfants, et délaissent l'Arabe, la langue du QurAn qu'Allah a choisie, par Allah c'est une grande Fitna que cela.

Un autre point fort de cette période, c'est la désignation de Qurtuba comme capitale de l'Andalousie. Tulaytila (Tolède) était la capitale durant toute la première période, mais elle se trouvait trop au nord, près de la frontière avec les Francs et près de la Galice chrétienne et donc par sécurité la capitale a été déplacée plus au sud. Qurtuba a été choisi pour sa proximité avec le Maghreb, dans le cas où le besoin de renforts, et d'approvisionnements se déclarait.

Les événements les plus importants durant cette période d'Al Wulat furent le Jihad en Francie. Il y eu en effet de grandes campagnes militaires contre les Francs au cours de ces quelques années. Parmi les gouverneurs qui ont mené le Jihad en Francie (France actuel), il y avait As-Samh Ibn Malik Al Khulani (Puisse Allah lui faire Miséricorde), il fut nommé par le Calife `Umar Ibn `Abdel `Aziz (Puisse Allah être Satisfait de lui). `Umar Ibn `Abdel `Aziz dirigea les Musulmans entre 99 et 102 de l'Hégire, presque 3 ans seulement, mais 3 années durant lesquelles il propagea la charité, la générosité, et la justice à travers les Musulmans. Le choix de `Umar Ibn `Abdel `Aziz pour As-Samh Ibn `Abdel Malik Al Khulani (Puisse Allah lui faire Miséricorde) montre sa sagesse et son efficacité. Al Khulani était un grand général qui craignait Son Seigneur, et était celui qui mena par la suite plusieurs campagnes en Francie, qui n'avait encore que la ville d'Arbunna (Narbonne) de musulmane. Quant à As-Samh Ibn Malik al Khulani, il est celui qui conquit tout le sud-ouest de la Francie et la côte d'Azur notamment Nice. Actuellement, cette région est une grande destination touristique, beaucoup de Musulmans y vont passer leurs vacances sans savoir que leurs frères les ont précédés par le passé, mais avec un tout autre état d'esprit. Aujourd'hui les gens s'y rendent par loisir et pour passer du bon temps, preuves de leur attachement à ce bas monde, tandis que quelques siècles auparavant, des hommes sont entrés là en conquérants, avec le plus noble des objectifs : soumettre la région à la Législation d'Allah. Les Musulmans ont contrôlé et mener des incursions dans cette région durant des années, et par la Grâce d'Allah, Al Khulani a finit ses conquêtes, puis envoya des instructeurs enseigner l'Islâm en Francie et en Andalousie, et Allah le prit en martyre vers la fin de l'année 102 H.

D'autres gouverneurs suivirent, notamment `Anbassa Ibn Suhaym (Puisse Allah lui faire Miséricorde). Encore une fois, beaucoup de Musulmans ignorent qui est ce brillantissime commandant pieux, et hors pair de l'Histoire Islamique. C'était un véritable Moudjahid qui a gouverné l'Andalousie de 103 à 107 de l'Hégire. Ce grand général est celui qui mena les troupes Musulmanes jusqu'à la ville de Sens, à 30 Km de Paris. Imaginez, les Musulmans étaient aux portes de Paris ! Ils ont traversé plus de 70% de la France actuelle. Ce grand commandant est également tombé martyre durant son retour vers l'Andalousie (Puisse Allah lui faire Miséricorde).

Après la mort de `Anbassa, plusieurs gouverneurs se sont succédé. L'un d'eux s'appelait Al Haytham Al Kulabi, contrairement à ses prédécesseurs, cet homme était voué à un fanatisme, et à un partisanisme aveugle pour son clan. Des discordes entre les Musulmans ont alors commencé. Ce gouverneur était un Arabe et favorisait son clan sur les autres. Jamais auparavant ce genre d'attitude n'avait eu lieu en Andalousie, il y eu même des combats entre Arabes et Berbères. Mais, Allah qu'Il Soit Glorifié a, par Sa Miséricorde, amené un homme qui remédia cette situation. Il s'appelait `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi (Puisse Allah lui faire Miséricorde). Il fut le gouverneur qui mit fin aux dissensions internes, et unifia les rangs des Musulmans. Il a fait revivre chez les gens l'esprit du début de l'ère Andalouse, cette esprit d'union entre les Musulmans malgré les différences de race ou d'ethnie. Il a fait revivre la devise, et la grande règle Quranique qu'il n'y a pas de différence entre un Arabe et un non-Arabe que celle de la piété. Lorsque `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi finit d'unifier les gens, et que la foi a repris le dessus chez les gens, il les rassembla et les mena au Jihad dans le sentier d'Allah en Francie. `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi entra dans des régions encore jamais franchises à l'Ouest de la Francie. Il entra dans Arles, Bordeaux, Talusha (Toulouse), puis Tours, et enfin Poitiers. Poitiers est la ville qui le séparait de Paris, à environ 100 Km de la capitale Française. Et Poitiers est à environ 1000 Km de Qurtuba la capitale Andalouse. `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi a pénétré profondément en territoire Franc.

Près de Poitiers, il y avait un fort appelé Balat, ce nom signifiait palais, ou château en Andalousie. La campagne de `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi était la plus grand campagne jamais menée contre la Francie. L'armée Musulmane était composée d'environ 50 milles hommes. On se souvient que l'Andalousie a été conquise qu'avec 12 milles hommes, et avec les renforts, l'armée avait atteint 18 milles hommes. Et là nous avons une armée gigantesque, plus de 50 milles soldats sous le commandement de `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi. Mais dans cette armée, il y avait un énorme problème… Depuis le départ de l'armée de l'Andalousie jusqu'à Poitiers, les butins pris ville après ville étaient transportés avec tout le long du chemin. Bien entendu, il n'y a aucun problème à ce que les conquérants prennent leurs butins, c'est un droit légitime, mais là les butins étaient énormes, et très nombreux. Lorsque les butins ont augmenté, les soldats ont commencé à réfléchir à leur part et à s'en inquiéter, et les dissensions, à cause de ces butins, ont commencé à apparaître. Les soldats voulaient retourner en Andalousie pour mettre en sûreté leurs butins, afin qu'ils ne soit pas pris par les Francs, mais `Abd Ar-Rahman refusa, et leur dit qu'ils n'étaient pas là pour le butin mais pour enseigner aux gens l'Islâm, et l'adoration vouée à Allah l'Unique, sans associés. Il incita l'armée au Jihad, et au Martyre dans le sentier d'Allah, ensuite il fit marche vers Poitiers, malgré les réticences de beaucoup de soldats.

Une fois à Poitiers, un autre problème surgit au sein de l'armée. Le clanisme qui s'était éteint en Andalousie, refit surface, toujours à cause des butins. Les règles du partage du butin sont connues, mais les soldats ont commencé à regarder ce que son voisin possède, et vice versa, puis certains Arabes dirent « nous sommes Arabes, vous Berbères, donc nous sommes meilleur que vous, et avons plus de droit sur le butin » puis certains Berbères dirent « Nous sommes Berbères, et c'est nous qui avons conquis l'Andalousie et ses terres ». Les Musulmans oublièrent qu'ils étaient avant tout Musulmans, ils ont oublié que lors de la conquête ils n'ont pas différencié l'Arabe du Berbère, et même de l'Andalous Musulman. Le clanisme prit le dessus, chacun se retrancha dans son clan, l'amour du butin arriva à son summum, et pour finir ils ont été pris par l'assurance de leur grand nombre. En effet, jamais auparavant une telle armée Musulmane n'a été montée en Andalousie, avec autant d'hommes, et de chevaux. Ils ont été pris d'orgueil par leur grand nombre, et leur équipement, et ils ont cru qu'ils étaient invincibles de part leur 50 milles hommes. Et voilà, le nouveau Hunayn qui se répète à Poitiers. « Et [rappelez- vous] le jour de Hunayn, quand vous étiez fiers de votre grand nombre et que cela ne vous a servi à rien. La terre, malgré son étendue vous devint bien étroite ; puis vous avez tourné le dos en fuyards. » Coran : Sourate At-Tawba : verset 25.

Malgré la présence du grand et pieux commandant `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi, ce chef Moudjahid Rabbani, ce général intrépide, et courageux, il y avait beaucoup de défaites dans le corps de l'armée : l'amour du butin, le clanisme, le racisme, et l'orgueil du nombre. Les Musulmans n'ont jamais gagné grâce à leur nombre ou leur équipement, ils triomphèrent grâce à l'obéissance à Allah, et à la désobéissance à l'ennemi.

L'armée chrétienne, elle, vint de Paris, avec à sa tête Charles Martel. En Arabe, on l'appelle Al Qarla et il a été dénommé Martel (origine du Marteau) par le pape, car il était dur contre ses ennemis et il était le plus puissant chef de Francie. Il est venu avec une armée énorme, plus de 400 milles hommes, ce nombre n'a pas impressionné les Musulmans mais l'armée Musulmane à cause des problèmes internes était en position de faiblesse et ils se trouvaient à plus de 1000 Km de la capitale Qurtuba. Les deux armées se sont rencontrés, et se sont affrontés dans une bataille qui est sans doute une des plus violentes, et acharnées de l'Histoire. La bataille a eu lieu près de Poitiers, et a duré 10 jours, elle a eu lieu durant le mois de Ramadhan de l'année 114 H. Au début de la bataille, les Musulmans malgré leur infériorité numérique avaient le dessus, mais vers la fin de la bataille les chrétiens ont pris conscience de la grande quantité de butins chez les Musulmans transportés à l'arrière de l'armée Musulmane. Ils ont alors contourné l'armée Musulmane par les côtés et ont attaqué le convoi des butins, et ont commencé à piller les richesses. Les soldats Musulmans se sont alors embourbés et embrouillés : Ceux qui étaient en première ligne courraient vers l'arrière pour sauver ce qui reste du butin, ceux de l'arrière allaient vers l'avant, une confusion énorme, et fatale se généralisait. L'amour du butin a conduit l'armée Musulmane à sa perte durant la bataille de Poitiers, ou la bataille dite de Ballât Ash-Shuhada (Château des Martyrs). Les sources Islamiques ne rapportent pas le nombre exact des martyrs tombés lors de cette bataille. Quant aux sources Européennes, elles disent que plus de 370 milles Musulmans ont été tués dans cette bataille, ce nombre existe seulement et uniquement dans leur rêve. On sait très bien que l'armée Musulmane lors de cette bataille s'élevait à 50 milles hommes, mais les Européens veulent, par ce nombre exagéré, gonfler et donner de la grandeur à leur victoire. Ils disent aussi que si les Musulmans avaient triomphé à Poitiers, « toute l'Europe serait tombé dans les mains des Musulmans avec certitude », Effectivement, le QurAn aurait été enseigné à l'université d'Oxford, et le Bien aurait été propagé dans ces pays mais la défaite à Poitiers a fait que les peuples d'Europe ont continué à adorer leurs divinités, à associer à Allah des idoles, et ils ont continué à vivre dans l'injustice.

Après la défaite à Poitiers, les Musulmans se sont retirés et sont retournés en Andalousie. Ce n'était pas une défaite totale et une victoire écrasante des Francs, où tous les vaincus ont péri ou été fait prisonniers, si c'était le cas les Francs auraient poursuivis les Musulmans en Andalousie, car c'était la coutume guerrière de poursuivre les vaincus. Mais les Francs ont pris ce qu'ils pouvaient de richesses, et n'ont pas essayé de poursuivre les Musulmans dans leur terre.

Je m'arrête un moment ici, sur cette bataille de Ballât Ash-Shuhada. Allah le Très Haut dit : « Ô hommes ! La promesse d'Allah est vérité. Ne laissez pas la vie présente vous tromper, et que le grand trompeur (Satan) ne vous trompe pas à propos d'Allah. » (Coran) Les Musulmans ont été trompé par la vie de ce bas monde lors de leur conquête vers la Francie. Le Messager d'Allah (paix et bénédiction de Allah sur lui) dit, dans une partie d'un Hadîth rapporté par Al Bukhari et Muslim, d'après `Amr Ibn Al `Awf Al Ansari (Puisse Allah être Satisfait de lui) : « Ô gens ! Par Allah ! Je ne crains pas la pauvreté pour vous ! Mais (bien au contraire), je crains pour vous (les mondanités de) la vie d'ici-bas ! (Je crains que) vous vous la disputiez comme ceux qui vous ont précédés, et qu'elle vous fasse périr comme elle les a fait périr ! »

Gloire à Allah, retournez à la parole du Prophète, et tirez en une leçon. C'est une loi divine ! Si le monde s'ouvre aux Musulmans, ils se disputeront et se concurrenceront pour se l'approprier, comme l'ont fait ceux qui les ont précédés. Et ce monde les fera périr, comme il a fait périr les précédents. A Poitiers, le monde s'été ouvert aux Musulmans, et ils se sont disputés pour savoir qui va prendre quoi des richesses, et voilà qu'ils ont été dupés par la vie d'ici bas.

L'autre cause de leur défaite fut l'esprit de clan entre les Arabes et les Berbères, au point que les Francs ont pu eux même constater ces dissensions, et l'ont rapporté dans leurs livres. Les Francs puis les Français ont gardé dans leur mémoire cette faiblesse des Musulmans, et lorsqu'ils ont colonisé l'Algérie en 1830 jusqu' en 1960, les Français ont usé de cette connaissance qu'ils avaient. Ainsi, lorsque les mouvements d'indépendance ont commencé à apparaître au début du 20ième siècle, les Français montaient les Arabes contre les Berbères, en envoyant des Arabes combattre des Berbères, et vice versa. Ensuite, ils dirent aux Berbères : « vous êtes plus proches de nous les Européens que des Arabes de par votre origine », les Berbères comme on l'a noté au début, ressemblaient aux Européens, et l'Islâm ne fait pas de différence entre un blanc, un noir, un jaune ou un rouge. Les Français ont ensuite augmenté leurs efforts pour enseigner le français dans les zones Berbères et a interdit l'enseignement de l'Arabe dans ces zones, pour creuser le fossé entre les deux communautés. Malgré ça, ils n'ont pas réussi à imposer leur religion chrétienne sur les Musulmans Berbères, ils sont restés Musulmans même si l'Arabe n'était pas leur langue d'origine, et ils ont veillé à préserver l'Arabe. Ensuite, les Français ont fait en sorte qu'on enseigne l'Amazigh dans les écoles en Algérie, ils ont même ouvert une académie pour l'enseignement de l'Amazigh à Paris en 1967. L'Amazigh a ensuite commencé à s'écrire en lettres latines alors que cette langue a toujours été une langue parlé et non écrite. Ils ont même mené des campagnes d'incitations chez les Berbères afin qu'ils envoient leurs enfants étudiés l'Amazigh en France. Et les mots Arabes présents dans l'Amazigh ont été retirés, et remplacés par des mots d'origine Amazigh. Puis en 1998, la France crée l'académie mondiale Berbère, tout ça pour séparer les Berbères du reste des Musulmans. La France fait tout pour officialiser et reconnaître l'Amazigh en Algérie comme une langue d'état, et faciliter la séparation entre les Berbères et les Arabes, alors qu'en 1999, elle refusait un projet de loi visant à officialiser les petites langues locales en France, le président Français lui-même répliqua à ce projet en criant à la « Balkanisation de la France » mais pour l'Amazigh en Algérie ce n'est pas une Balkanisation pour lui, mais un « épanouissement culturel », c'est licite en Algérie, mais illicite en France. Le gouvernement Algérien aussi a sa part de responsabilité en favorisant socialement et économiquement une partie de la population sur l'autre, poussant les Berbères à croire qu'ils se distinguent de par leur langue aux Arabes même s'ils sont Musulmans. Mais malgré tous ça les Berbères continuent de tenir à leur religion et la Louange revient à Allah.

Ainsi la bataille de Ballât Ash-Shuhada a été une grande leçon, mais malheureusement directement après ça, l'étoile Musulmane a commencé à s'éteindre en Andalousie à cause de ces clanismes, et dissensions internes liées à la race et à l'ethnie. Et cela est certes une loi divine.

Après la bataille de Balat Ash-Shuhada, l'armée Islamique se retira vers l'Andalousie avec à sa tête `Abd Al Malik Ibn Qattan. Il aurait participé à la bataille de Balat Ash- Shuhada, et aurait pris le commandement durant deux années, à la suite du Martyre de `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi (Puisse Allah lui faire Miséricorde).

Ensuite advient à la tête des Musulmans un homme tel `Abd Ar-Rahman Al Ghafiqi (tel aussi As Samh et `Anbassa). Il s'appelait `Uqba Ibn Al Hajjaj As Saluli (Puisse Allah lui faire Miséricorde), il gouverna de l'année 116H à 124H. Ce commandant Mujahid fut le dernier de sa sorte dans la « période des Gouverneurs ». Il aimait le Jihad, et c'est pour cela qu'il a choisi de gouverner l'Andalousie (car proche des Francs) lorsqu'on lui proposa le choix entre gouverner toute l'Afrique du Nord, et gouverner l'Andalousie. Chaque année, il montait une armée pour le Jihad en Francie. Il a mené plusieurs campagnes à l'intérieur des territoires Francs, dans la province de Septimanie (dont la capitale est Narbonne), et en Provence tout le long du Rhône. Il se chargeait même d'enseigner l'Islam aux captifs de guerre, au point qu'on rapporte que plus de 2000 prisonniers se sont convertis grâce à lui ! Le Jihad mené par `Uqba n'était pas simple et demandait une grande foi et force moral, ainsi qu'un amour et une détermination pour le combat dans le sentier d'Allah n'importe où. Il comptait faire marche vers l'ouest de la Francie, en Aquitaine (Aqitaniya) prendre Bordeaux, et ensuite se diriger vers le nord en direction de Balat près de Poitiers… Mais durant le mois de Safar de l'an 124 H, il tomba martyr lors d'une bataille contre les Francs à Carcassonne. Ce jour là, la phase Jihadique de la « Période des Gouverneurs » a pris fin avec cet homme. Il aura été la raison des avant postes Mujahidin du Rhône, et de la Shari'a appliquée à Narbonne.

Suite :

LES MOUDJAHIDIN (117) :

Les Cham

Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche