DEPUIS JANVIER 2010 LES MOUDJAHIDIN (117) : Les Champs de Batailles en Islam : Histoires, Leçons et Prophéties 3/12 - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 18:39

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux


LES MOUDJAHIDIN (117) :

Les Champs de Batailles en Islam : Histoires, Leçons et Prophéties 3/12

  LES MOUDJAHIDIN JUSQU'A LA FIN DES TEMPS

----------o LES MOUDJAHIDIN JUSQUE LA FIN DES TEMPS o----------

LIVRE 40

PARTIE 3 SUR 12

 

 

La deuxième phase de la période des Gouverneurs (124H à 138H) a été dénuée de Jihad, les Musulmans étaient occupés par les affaires et problèmes internes en Andalousie. L'Andalousie était riche, il y avait aux mains des Musulmans beaucoup de butins, toutes les richesses du monde s'ouvraient à eux. L'amour des richesses et le clanisme, ces deux fléaux ont commencé à toucher les coeurs, causant des dissensions internes entre les Musulmans. Les tribus Arabes (en Andalousie) se disputaient entre elles pour la partition des richesses, etc. …Les gouverneurs qui se sont succédés durant cette période n'ont pas réussi à faire taire les divisions entre les Arabes, et les Berbères, puis les disputes entre les Arabes même (ceux du Hijâz et ceux du Yémen).

Certains de ces gouverneurs ont même été injustes et ont accentués les divisions en prenant partie pour leur clan. Il y avait jusqu'à 20 différentes rebellions à l'intérieur de l'Andalousie, le dernier des gouverneurs s'est même complètement dissocié du Califat central, et s'est auto proclamé Emir de l'Andalousie. Tous ces événements ont eu comme conséquence directe l'arrêt du Jihad en Francie, puis même contre les chrétiens de la région de Sakhra (Asturies) cette zone qui se refusait toujours aux Musulmans. Et la règle absolue et tradition divine sont que lorsqu'un peuple délaisse le Jihad, le résultat est sans nul doute l'humiliation sur terre.

Un hadith authentique rapporté par l'Imam Ahmad établit que :

« Quand les gens seront avares en dinars et en dirhams, et commerceront avec 'Al- Inah' (forme de Riba') et suivront les queues des vaches (càd seront préoccupés par l'agriculture et la manipulation des animaux), Allah établira sur eux un déshonneur qu'Il ne retirera que lorsqu'ils retourneront à leur religion. » (Sahih Al-Jaami' No. 688)

Et là aussi, les Musulmans ont délaissé le Jihad, et Allah a fait abattre sur eux l'humiliation.

A la fin de la période des Gouverneurs, le Jihad a cessé contre les Francs, ainsi qu'en Andalousie, toutes les régions contrôlées en Francie ont été perdues sauf la province de Septimanie, un royaume chrétien appelé « royaume de Léon » est apparu dans le nord, l'apparition de la pensée Kharijite chez les Berbères qui ont subis l'injustice lors de cette deuxième phase, et l'événement le plus grave est la chute en 138H du Califat Umayyade et la prise de pouvoir par les `Abbassides. L'établissement du Califat `Abbasside a été sanglant, et l'Andalousie n'était aucunement à ce moment critique de son histoire une priorité pour les `Abbassides. Seul un miracle pouvait sauver l'Andalousie d'une chute imminente. Et par la Grâce d'Allah, et par Sa Miséricorde pour les Musulmans, le miracle a eu lieu.

Téléchargement au format PDF : http://ansar-alhaqq.net/PDF/andalousie.pdf

 


 

Ribaat (2): Le Prophète Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) avait prédit la Conquête de l’Andalousie puis sa chute, tout ceci dans ce Hadith : Traduit par D. Penot et revu par Al Intisar : Citation : « On rapporte, d'après un long hadîth de Mu'âwiya Ibn Abî-Sufiân (qu’Allah soit satisfait d’eux), ces propos du Prophète -sur lui la grâce et la paix- : « A ma mort, une péninsule connue sous le nom d'al-Andalus sera conquise puis reprise par les mécréants qui les dépouilleront de leurs biens et de leurs terres presque en totalité, feront prisonniers leurs femmes et leurs enfants, flétriront leur hon­neur et détruiront les habitations, si bien que la majeure partie du pays redeviendra un désert. La plupart des habitants seront spoliés de leurs biens et exilés de leur pays. Les mécréants reprendront presque tout le pays et les gens du Maghreb connaîtront les meurtres et la peur ; ils seront victimes de la faim et de la hausse des prix, connaîtront des troubles et se «mangeront» entre eux. C'est à ce moment-là qu'apparaîtra à l'extrémité du Maghreb un descendant de Fâtima, fille de l'Envoyé d’Allah -sur lui la grâce et la paix-, qui n'est autre que le Mahdî devant apparaître à la fin des temps : il sera la premier signe de l’arrivée de l'Heure. Fin citation » 

 

Source : http://alfatihoun.edaama.org/Fathul%20Moubin/FathulMoubin/Ahadith/Signes.html

   

LECONS TIREES DE LA BATAILLE DE ZALLAQA, ENTRE LES MUSULMANS D’ANDALOUSIE ET LES FRANCS

Article du Frère Badreddin, Avril 2008

L-Empire-almoravide.jpg

L'Empire almoravide à son extension maximale, 12ème siècle.

-INTRODUCTION-

D'Andalousie et les Francs. Ce ne fut pas une bataille ordinaire mais une bataille qui a façonné l'histoire de l'Andalousie pendant au moins les trois décades qui suivirent.
A cette époque, il y avait un roi chrétien connu sous le nom d'Alphonse VI, roi de castille. Alphonse adopta la politique de se jouer des princes musulmans les uns contre les autres puis leur extorqua des tributs pour empêcher leur intervention.
Alphonse joua la désunion des gouverneurs musulmans en Andalousie, cette période était l'époque des rois Taifa d'Andalousie, chacun rivalisant contre l'autre roi ou prince même s'il s'agissait de son coreligionnaire musulman. L'avidité et la luxure du pouvoir n'empêchait pas certains d'entre eux de rechercher le soutien de rois chrétiens en Espagne contre leurs frères musulmans. Bientôt les villes musulmanes commencèrent à tomber aux mains d'Alphonse, y compris la ville de Tolède, après que ses habitants aient été dispersés par la fuite de Al-Qadir leur gouverneur.
« Annonce aux hypocrites qu'il y a pour eux un châtiment douloureux, ceux qui prennent pour alliés des mécréants au lieu des croyants, est-ce la puissance qu'ils recherchent auprès d’eux ? (En vérité) la puissance appartient entièrement à Allah » [Coran : Sourate An-Nissa 138-139]

Al-Mu'tamad de Séville ne fit pas exception à la rage d'Alphonse. Un retard de paiement de son tribut, suivi par des discussions échauffées entre Al-Mu'tamad et le messager d'Alphonse (qui venait collecter le tribut), menèrent Al-Mu'tamad à finalement perdre son sang froid. Plus tard, des esclaves attaquèrent le camp du messager d'Alphonse tuant l'entourage du messager, et épargnant la vie du messager.
Al-Mu'tamad savait à coup sur qu'Alphonse ne le lui pardonnerait pas, et n'épargnerait pas son royaume. Dans cette situation Al-Mu'tamad décida finalement d'en appeler à l'état Al-Murabitoun (appelé ainsi car ils étaient tous des savants en science religieuse qui s'étaient consacrés au ribat uniquement pour la recherche de la science et le jihad) en Afrique du nord qui était gouverné par le Calife Youssouf Ibn Tashfin (moujahid qui à 72 ans faisait encore le jihad qu'Allah lui fasse miséricorde).
Youssouf Ibn Tashfin, était tenu pour être un Berbère Sanhadja du Soudan. L'ascendance africaine de Youssouf est bien documentée. D'après l'historien arabe 'Ali ibn 'Abd Allah, dans son Roudh el-Kartas, Youssouf était ... « brun de teint, taille moyenne, maigre, avec peu de barbe, une voix douce, des yeux noirs, nez aquilin, mèche de cheveux retombant sur le bout de l'oreille, sourcils joints l'un à l'autre, cheveux crépus. » 
Les conseillers d'Al-Mu'tamad le mirent en garde contre le fait de chercher l'aide de Youssouf, pour eux c'était une forme de suicide politique. Un homme qui viendrait, et qui par l'avidité de pouvoir, vaincrait Al-Mu'tamad et volerait son royaume.
D'après Reinhart Dozy, « L'idée d'appeler à l'aide les Almoravides plut principalement au religieux [croyant]. Les princes, d'un autre coté, hésitèrent longtemps. Certains d'entre eux ...maintinrent une correspondance avec Youssouf ibn Tashfin, roi des Almoravides, et ils avaient plus d'une fois jusqu'ici recherché son aide contre les chrétiens ; mais les princes andalous dans leur totalité n'avaient que peu de sympathie pour le chef des 'guerriers barbares et fanatiques' du Sahara, et le considéraient plus comme un dangereux rival que comme un allié. Mais l'intensification quotidienne du danger rendait nécessaire de récupérer les derniers moyens de sécurité qui restaient. Telle était au moins l'avis de Mu'Tamid quand son fils aîné, Rashid, indiqua le danger d'introduire en Espagne les Almoravides, il répondit : C'est vrai mais je n'ai aucune envie d'être connu par mes descendants comme l'homme qui a livré l'Andalousie en proie aux infidèles (les chrétiens); Je ne suis pas disposé à avoir mon nom maudit sur chaque chair (minbar) musulmane; et pour ma part, je préfèrerais être chamelier en Afrique plutôt qu'un porcher en Castille. Mu'tamid [de Tolède] encouragea les princes de Badajoz et de Grenade à se joindre à lui et à inviter Youssouf en Espagne. » (Dozy, Islam espagnol, 1972, Op. Cit., pp. 694-695)
La réponse de Al Mu'tamad à ses conseillers fut décisive : « Je préfèrerais être un chamelier en Afrique plutôt qu'un porcher en Castille. »Pour lui cela voulait dire qu'il préférait être esclave de Youssouf en tant que frère musulman, plutôt que de rechercher l'aide des Chrétiens comme alliés contre les croyants. (Une position appropriée aux évènements de notre époque).
Al-Mu'tamad fit taire ses conseillers, et rechercha l'aide du grand moujahid musulman, Youssouf Ibn Tashfin, et Youssouf répondit à l'appel sans aucune hésitation. Youssouf était un exemple de modèle de gouverneur musulman juste, pieux, bien aimé des savants et loués par des gens comme l'Imam Abou Hamid Al Ghazali (Que Allah lui fasse Miséricorde). Rejeter l'aide des musulmans en Andalousie n'aurait été que de la trahison.
Youssouf vint en Europe aux commandes d'une armée de 15000 hommes. Alphonse en entendant que Youssouf Ibn Tashfin voulait aider son frère musulman lui envoya une lettre de menace. Youssouf ibn Tashfin répondit simplement en disant qu'il verrait bien ce qu'il se passerait.

D'après Norris [H.T Norris, The Berbers in Arabic Literature, 20 (London: Longman, 1982), 20] :

« Une fois en Espagne, Youssouf rencontra les dirigeants en chef d’Espagne ; les rois d'Almeria, de Badajoz, de Granada et de séville. L'armée Mourish composée de seulement 10000 hommes en tout, se joignit aux forces africaines de Youssouf et marcha vers le nord pour rejoindre la bataille avec le roi Alphonse VI, qui était à la tête d'une armée chrétienne de plus de 100 000 hommes étant donné que le pape de Rome avait à l'époque appelé à la guerre sainte. Les deux armées ennemies s'opposèrent à Zallakah en Octobre 1086, et au début les chrétiens semblaient gagner. Al Mu'tamid, commandant les musulmans, vit trois chevaux se faire tuer alors qu'il les montait et bien que blessé garda ses hommes en ligne jusqu'à l'arrivée de Youssouf. Les Almoravides déroutèrent complètement l'armée d'Alphonse à Zalacca. »  
La Bataille de Zallaqa (appelée ainsi à cause de la terre devenue «glissante» (zallaqa) du au nombre élevé de morts qu'il y eut du coté des croisés) vit la déroute totale d'Alphonse et de son armée et Alphonse (d'après les historiens) s'échappa avec neuf de ses hommes. Alphonse lui-même fut blessé par une lance au genou, blessure qui plus tard le rendit boiteux. Cette victoire fut historiquement significative, et fut une leçon pour les musulmans d'aujourd'hui sur l'importance de l'unité politique et militaire pour le futur de la Oummah Musulmane.
-LECONS DE LA BATAILLE ET SA PERTINENCE AUJOURD’HUI-
On peut tirer deux leçons principales de cette grande bataille, qui sont toutes deux liées entre elles et sont inséparables.
1. La force de la Oummah est dans l'unité à la fois militaire et politique. D'autre part la désunion conduira seulement à la Fitnah et à l'oppression, et sera la cause principale de la corruption. Allah (Qu’Il soit Loué) dit dans le glorieux Coran : « Et ceux qui n'ont pas cru sont alliés les uns des autres. Si vous n'agissez pas ainsi [en rompant les liens avec les infidèles], il y aura discorde sur terre et grand désordre » [Coran : Sourate Al-Anfal 8:73]
Il a été mentionné dans le Tafsir de At-Tabari que la meilleure interprétation de ce verset est "Et ceux qui mécroient sont alliés les uns des autres" (et) si vous (les musulmans du monde entier collectivement) ne faites pas de même (c'est-à-dire vous alliez comme un bloc uni) veut dire que "si vous ne faites pas ce que nous (Allah) vous avons ordonné de faire c'est à dire vous tous (musulmans du monde entier) ne vous alliez pas comme un seul bloc pour rendre la religion d'Allah victorieuse, il y aura une grande fitnah".
L'unité de la Oummah comme un seul bloc est de la plus haute importance, car cette unité politique et militaire est une des plus grandes causes de la victoire du Din. Le cas d' Al-Mu'tamad et de Youssouf ibn Tashfin (où les liens islamiques surpassent tout lien racial et fut une force conductrice pour la victoire musulmane à Zallaqa) n'est qu'un cas parmi les nombreux cas historiques du besoin de l'unité politique qui va au-delà des frontières et des principautés crées par les impérialistes koufars pour désunir la Oummah et la garder sous son propre joug. Ne réfléchirons-nous pas à cela, ne réfléchirons-nous pas à la dévastation et à l'oppression des états nations, même s'ils essayent de nous tromper en se faisant passer pour islamiques. Comment les attributs de l'islam peuvent-ils être placés à coté de la raison même de notre désunion, c'est-à-dire les états nations.
2. L'importance de ne pas prendre les juifs, les chrétiens et les mécréants comme alliés contre les croyants. A nouveau nous voyons dans cet exemple historique de la position d'Al-Mu'tamad quand il était pressé par ses conseillers et qu'il répondit : « Je préfère être un chamelier en Afrique plutôt qu'un porcher en Castille.' Une réponse simple appropriée aux évènements récents en Afghanistan, cela met en contraste la position d'un dirigeant sincère (même quand son pouvoir est menacé) et la position de traîtrise des dirigeants d'aujourd'hui. De plus, cela montre l'importance d'un dirigeant sincère en période de difficultés.
Allah (Qu’Il soit Loué) dit dans le Coran : « Annonce aux hypocrites qu'il y a pour eux un châtiment douloureux, ceux qui prennent pour alliés des mécréants au lieu des croyants, est-ce la puissance qu'ils recherchent auprès d'eux? (En vérité) la puissance appartient entièrement à Allah » [Coran : Sourate An-Nissa 4:138-139]
De plus, Al-Mu'tamad savait que rechercher le soutien d'un kafir (mécréant) contre un musulman lui vaudrait la colère d'Allah (Qu’Il soit Loué), c'était plus important pour lui que son trône qui ne lui serait d'aucun bénéfice le jour où il serait ressuscité pour le jugement. Allah (Qu’Il soit Loué) décrit dans le Coran ceux qui prennent les juifs, les chrétiens et les mécréants pour alliés contre les croyants en disant : « O les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. »
Ibn-Hazm commente ce verset en disant "il est correct que le dire d'Allah (Qu’Il soit Loué) « Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs » veut dire littéralement : qu'il est kafir des kafirs, et c'est une vérité sur laquelle il n'y pas deux musulmans pour différer." [Coran : Sourate Al-Ma'ida 5:51]
Aider les mécréants, comploter avec eux, détruire les musulmans sont des actes de trahison qui sont de grands crimes en Islam. Dans le cas de la bataille de Zallaqa nous avons vu en quoi consiste la force de la Oummah, cette leçon se répète dans toute l'histoire islamique approprié hier comme aujourd'hui.
Combien appropriée est cette leçon aujourd'hui. Nos dirigeants se sont alliés aux forces du koufr (mécréance), les aidant logistiquement, militairement parfois, secrètement parfois ou ouvertement. Pervaiz Musharaf (qu'Allah lui donne ce qu'il mérite) autorise l'Amérique à utiliser son territoire pour frapper ses coreligionnaires musulmans. En même temps il fournit un soutien logistique à la campagne américaine contre les musulmans d'Afghanistan. Non seulement ça, il laisse aussi l'Amérique massacrer les prisonniers de Mazar-i-Sahrif parmi lesquels il y avait des citoyens pakistanais. Voilà la valeur qu'on les « citoyens » aux yeux des gouvernements musulmans (lire les gouverneurs hypocrites). Ils ne valent rien et sont jetables tant que des despotes comme Musharaf restent au pouvoir, et tout ceci au nom des soi disant intérêts nationaux du Pakistan. Tout ceci se passe alors que le secrétaire à la défense Donald Rumsfeld, répète qu'il préfère voir assassiner les soldats talibans, en particulier qui ne sont pas originaires d'Afghanistan, plutôt que de la voir capturés et emprisonnés. Ce qui veut dire qu'il préfère le génocide, et nos gouverneurs ferment juste les yeux. Y a-t-il pire trahison que cela ? Le sang musulman est-il si bon marché !?!
Ce qui frappe particulièrement est cette déclaration de l'émir du Bahrain. L'émir du Bahrain a été le premier dirigeant arabe à donner son soutien sans équivoque au bombardement allié contre l'Afghanistan. Dans un article de l' "Independent" du 14 Novembre 2001 on lit ce qui suit :
« Nommant la campagne "guerre de libération", Sheikh Hamad bin Issa al-Khalifa a dit clairement qu'il approuverait toute requête des USA pour utiliser le Bahrain comme base de lancement des raids aériens. »  
Dans une interview inhabituellement franche aux journalistes occidentaux dans son palais de Manama, Sheikh Hamad (Qu'Allah lui donne ce qu'il mérite) a généreusement loué George Bush et Tony Blair. Il a dit qu'ils ont mené une campagne contre le terrorisme pour libérer la population opprimée par "des lunatiques qui se font passer pour des musulmans".
"Je suis si heureux que l'Amérique, la Grande Bretagne et le monde aillent en Afghanistan pour la libérer du mal," a-t-il ajouté. "Cela ne peut être que bon pour les familles, les enfants et les femmes, pour la santé et l'éducation. Quiconque est contre cela, c'est qu'il a perdu l'esprit. C'est un cadeau de Dieu que le monde développé aille en Afghanistan pour aider. Pour cette raison, nous le supportons depuis le premier jour."
"Quand la campagne sera finie, les gens applaudiront et remercieront les alliés pour avoir sauver ses pauvres gens du mal. Nous savons tous que ce qu'ils pratiquent est non islamique. Que la façon dont ils traitent les femmes est non islamique." En dépit de l'opposition grandissante à la campagne des alliés sur l'île état qui abrite déjà la cinquième flotte de la marine américaine, Sheikh Hamad a dit : "Nous sommes des alliés et en 50 ans de coopération avec les USA nous n'avons jamais rejeté une demande."

Non seulement médiocre voleur du golf loue l'alliance du koufr mais en plus il dit "Cela ne peut être que bon pour les familles, les femmes et les enfants, pour la santé et l'éducation. Quiconque est contre cela c'est qu'il a perdu l'esprit. C'est un cadeau de Dieu que le monde développé aille en Afghanistan pour aider. Pour cette raison nous soutenons la campagne depuis le premier jour." Ainsi soutenir l'Amérique, dans sa campagne de bombardement de l'Afghanistan est bon, c'est bon d'enterrer vivants 200 civils innocents dans un village en disant que ce sont des "dégâts collatéraux". De plus, quiconque est contre cela a perdu l'esprit!! Bien sur Hamad l'esclave de ses maîtres n'a pas rejeté les ordres de ses maîtres ! Bien sur il n'hésiterait pas à s'allier aux mécréants contre les musulmans. "Sheikh Hamad bin Issa al-Khalifa a clairement dit qu'il approuverait toute requête des USA pour utiliser le Bahrain comme base de lancement des raids aériens."
Si nous devions écrire les trahisons de nos dirigeants, nous remplirions des volumes. La bataille de Zallaqa, et avant cela celle de Hitin et de 'Ayn Jalut (contre les hordes mongoles) montre seulement combien la Oummah a besoin de dirigeants sincères pour la guider. Une des principales leçons tirée de la bataille de Zallaqa est que les dirigeants sincères et le refus de s'allier aux mécréants fut un facteur clef qui a conduit les musulmans à la victoire.
Il est temps que les musulmans se lèvent et fassent tous leurs efforts pour hâter le remplacement de ces marionnettes, pour participer à la campagne mondiale de purification des musulmans de ces dirigeants et despotes. Par-dessus tout, travailler pour le ré-établissement du Khilafah islamique est une obligation, et taire et consentir est un péché. Nous n'avons pas le choix, pouvons-nous supporter cette humiliation et pouvons nous supporter de rester passifs??! Lirons nous les histoires de Youssouf ibn Tashfin, de Salah ul-din et du Sultan Abdul Hamid puis les réduirons-nous à de l'Histoire et à des histoires enseignées à nos enfants ! Soyons les successeurs de ces géants.

Le Messager de Allah (saluts et bénédictions d'Allah sur lui) a dit : « Vous encouragerez le bien et désapprouverez le mal et vous censurerez le tyran, le conduirez à la vérité et le confirmerez »

Note : Vu qu'il n'existe aucun livre traduit en français sur l'histoire réelle des musulmans, nous conseillons à ceux qui comprennent un peu l'arabe d'acheter et écouter le coffret de K7 audio du Sheikh Swidan sur l'Andalousie. Une merveille !

Source : http://forum.mejliss.com/bataille-de-zallaqa

 

CHRONIQUES D’AFGHANISTAN ET LA DEFAITE DE L’EMPIRE BRITANNIQUE (1842)

1) INTRODUCTION

Ribaat 1435 / Février 2014

Le-passe-de-Khyber.jpg

Passe de Khyber actuellement, Afghanistan.

Voyageons maintenant en Afghanistan du 19ème Siècle ! Cette terre qui n’a jamais était colonisée à travers l’Histoire et d’où émergera l’armée musulmane imbattable et qui formera ainsi que d’autre, l’armée prophétisé du Khalifa Al-Mahdi jusqu’à la prise de Jérusalem actuellement sous occupation Israélienne. C’est dans le passe de Khyber, près du village de Gandamak, que le général William Elphinstone et son armée Britannique fut exterminée par le chef de guerre Dost Mohammed Khan de la tribu pachtoune Ghilzais. Cette bataille restera le symbole de la déroute cuisante de l’Empire Britannique.

Citation :

2) LA BATAILLE DE GANDAMAK

La Bataille de Gandamak eut lieu en janvier 1842, à Gandamak, et opposa l'armée britannique des Indes aux forces de Dost Mohammad Khan, souverain de l'Afghanistan dirigées par son fils le prince et général Wazir Akbar Khan. Les Britanniques qualifient cette bataille de massacre de Gandamak car, au cours de celle-ci, presque tous les Britanniques et leurs soutiens indiens furent massacrés. Seul le Dr Brydon put s'échapper et rejoindre Jalalabad.

Inquiets de l'expansionnisme russe, dont les forces militaires venaient d'annexer les grandes villes de Samarcande et Boukhara à leur empire déjà immense, les Britanniques avaient décidé de s'emparer de l'Afghanistan afin de contenir cet expansionnisme. Les généraux et responsables britanniques, aussi bien à Londres qu'à Bombay, pensaient qu'il leur suffisait de prendre le contrôle de le passe de Khyber ainsi que des grandes villes de l'Afghanistan comme Jalalabad, Kaboul, Kandahar et Herat en y envoyant un contingent limité de militaires. Les choses furent toutefois plus compliquées car les armées anglaises et indiennes durent faire face à des guerriers afghans aguerris qui se battaient avec acharnement. L'issue de cette bataille, qui hantera la politique étrangère britannique en Asie du sud, fut un désastre et un camouflet pour les armées anglaises.

Contexte

Chargé par Londres de négocier un traité de coopération avec les Afghans et de s'assurer que ces derniers empêcheraient toute avancée des Russes vers l'Inde, sir William Hay Macnaghten fut envoyé à Kaboul. Ce diplomate britannique doué pour les langues et qui avait réalisé des écrits sur les rites hindous et la loi islamique commença sa carrière en Inde en 1830 au service de Lord William Bentinck. Profitant des dissensions et différends au sein de la famille régnante d'Afghanistan, il appuya Shah Shuja, lui offrant un soutien financier et militaire pour reconquérir le pouvoir en Afghanistan.

Survivants

Hormis William Brydon, qui put fuir le champ de bataille, les seuls autres survivants furent le capitaine Thomas Souter, qui fut pris pour un officier supérieur par les Afghans, et fait prisonnier avec deux ou trois autres soldats. D'autres officiers tentèrent de fuir, mais seul Brydon parvint à s'en sortir vivant.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Gandamak

3) LES AFGHANS HUMILIENT LES BRITANNIQUES

Le 2 novembre 1841, à Kaboul, le meurtre d'un officier britannique du nom d'Alexandre Burnes débouche sur l'une des plus terribles défaites qu'ait jamais connue l'armée de Sa Majesté. Obligée de fuir vers Jalalabad, la garnison indo-britannique de Kaboul (16.500 hommes) va être décimée dans les semaines qui suivent par les guerilleros afghans. 

Cet événement nous rappelle que l’Afghanistan fait partie des très rares pays qui n'ont jamais accepté la tutelle des puissances étrangères, en particulier occidentales.

Des occupants malvenus

Les Anglais étaient intervenus en Afghanistan pour renverser l’émir Dost Mohammed, dont ils craignaient qu’il fasse allégeance aux Russes. Après une marche difficile, l’ «armée de l’Indus», forte de 16500 combattants anglais et indiens, avait pris ses quartiers d’hiver à Kaboul : parties de polo, soirées mondaines...Mais les liaisons entre officiers anglais et femmes indigènes alimentent le ressentiment des Afghans. Une émeute éclate le 2 novembre 1841. Alexandre Burnes, qui a choisi de résider dans une maison forte de Kaboul plutôt que dans le cantonnement militaire, est assassiné.

Craignant un soulèvement général, le commandant de l’expédition ordonne un repli immédiat sur Jalalabad, à une semaine de marche. Mais l’hiver s’est installé en force et les cols sont enneigés. Dès le premier jour, les pillards afghans dépouillent l’armée de ses bagages. Plus de couvertures ni de tentes. L’hiver ajoute ses morsures aux attaques des francs-tireurs. C’est très vite la débandade.

Désastre britannique

bataille-de-Gandamak-anglais-en-deroute-1842.jpg

Les soldats de la reine Victoria sont massacrés ou réduits en esclavage. Un seul homme, le chirurgien Brydon, arrive à Jalalabad. Atteinte dans son prestige par la plus grave défaite de son histoire coloniale, la Grande-Bretagne organise sans tarder une expédition punitive. Celle-ci se contente de détruire le fastueux Bazar couvert de Kaboul et d’imposer un vague traité d’allégeance aux Afghans, avant de se retirer.

Après quelques décennies de paix fragile, le pays bascule à nouveau en 1878 dans une deuxième série de guerres contre les Britanniques. Depuis lors, et jusqu'à la fin du XXe siècle, l'Afghanistan restera fidèle à sa vocation d'État-tampon entre les impérialismes russe et anglo-saxon.

Source : http://www.herodote.net/2_novembre_1841-evenement-18411102.php

 

CHRONIQUES D’ALGERIE ET LA DEFAITE DE L’EMPIRE FRANCAISE (1954-1962)

 

Par le Frère Abou Ishaq Saif Al Masloul, 01 Janvier 2007.

La-guerre-d-Algerie--1954-1962-.jpg

Attaque des Moudjahidin en Algérie, contre une patrouille des colonisateurs terroristes Français.

La guerre d’Algérie (1954-1962)

Cette lutte pour l’indépendance nationale algérienne, confronte les maquisards indépendantistes du FLN à l’armée française qui occupent le territoire algérien depuis plus d’un siècle, ici nous ne somme même pas dans le contexte où une armée étrangère est mobilisé dans un territoire inconnu.

L’Algérie est parfaitement cadastrée, cartographié et connu comme n’importe quel autre département français. Pourtant même cette caractéristique importante n’évita pas à l’armée française la défaite militaire, or au début rien ne présageait cela, au contraire tout, au début du conflit laissait présager que l’insurrection se ferait étouffée dans l’oeuf. En effet l’armée française bénéficiait du soutien inconditionnel de prés d’un million de citoyens français de souche, vivant depuis parfois plusieurs générations en Algérie, cette minorité contrôlait toute l’Algérie et ses 10 millions d’habitants.

Les forces en présences :

De 1954 à 1962, la guerre non déclarée d'Algérie a mobilisé pas moins de deux millions de jeunes Français du contingent, appelés pour deux ans ou parfois davantage, et mobilisé aussi près de 200 000 volontaires algériens pro français « harkis », les effectifs de l’armée française on atteint sur le territoire algérien jusqu'à 442000 hommes et 60000 harkis.

En face le FLN n’alignait, ses meilleurs années, et au maximum, que 45000 hommes sous équipés, mais motivé et entraînés (camps d’entraînement et bases au Maroc, en Tunisie et

Egypte), soit 35.000 hommes réguliers formant l’essentiel et l'armée des partisans 10.000 hommes.

Ainsi en moyenne par année, le ratio (rapport de force) était de 1 combattant algérien contre 10 combattants français ou assimilés, et l’écart logistique/matériel/équipements était bien entendue maximale, et même si la maîtrise aérienne fut totale pour l’armée française, les bombardements n’ont jamais été utilisés de manière stratégique, seuls les utilisations massives d’hélicoptères transporteurs de troupes, ont permit une mobilité maximale, à l’armée française.

Bilan :

Pourtant après 8 ans de conflit, l’armée française incapable de réduire la résistance algérienne,

fut obligé de se retirer (3) et de reconnaître l’indépendance de l’Algérie, les pertes française sont estimés à un maximum de 29 000 morts, les pertes algériennes ne sont pas connut mais elle se chiffre entre un minimum de 300.000 et un maximum d’un million de musulmans tués sur une population totale de dix millions d'habitants.


Ribaat (3) : L’empire Baguette/Camembert Français n’existe plus aujourd’hui et s’en mort toujours les doigts de diables. Il ne lui reste que les colonies des territoires outre mer, lui servant de réserve de banane à bas prix pour l’exportation au prix fort sur l’étalage des fruits et légumes dans la métropole : C’est sur, c’est beaucoup moins rentable que la main mise sur le pétrole et le gaz en Algérie autrefois occupé, sans compter les autres richesses.

 

 

CHRONIQUES D’AFGHANISTAN ET LA DEFAITE DE L’EMPIRE SOVIETIQUE (1979-1989)

 

1) LIVRE DE SHEIKH ABDOULLAH AZZAM

 « Tout un livre a été écrit par le célèbre érudit, le Sheikh Abdoullah Azzam, qu’Allah lui fasse miséricorde, sur les prodiges qui ont été présentés par l’intermédiaire des martyrs dans le Djihad contre les soviets, intitulé : « Ayatour-Rahman fi Djihadil-Afghan » (les Signes du Miséricordieux dans le Djihad Afghan, ndt), dans lequel il a décrit des centaines de cas (4). »

« Par conséquent, qu’Allah fasse que les savants de notre époque retroussent leurs manches et commencent à écrire sur les prodiges qui se produisent sur les champs de bataille et par l’intermédiaire des martyrs dans le Djihad actuel, afin que les gens puissent faire la différence entre la vérité et le mensonge, et ainsi rejoindre le bon côté. » 

Source : Shahamat - Site officiel de l’Émirat Islamique d’Afghanistan. Par le docteur Mouslim Andar

Source : http://ansar-alhaqq.net/forum/showthread.php?t=20167

 


 

Ribaat (4) : C'est-à-dire Signe ou Miracle d’une intervention Divine, dont les hommes sont témoin. Allah le Digne d’Adoration, Secours donc Sa Religion (l’Islam) contre les philosophies de satan. 

2) INTERVIEW DE SHEIKH TAMIM AL-ADNANI

Posté par Deen4ever, Décembre 2009

Interview de Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) aux Etats-Unis durant la Guerre contre les Soviétiques. (Que Allah lui fasse Miséricorde)
La déroute et le retrait de l'Union Soviétique devenant certains, les Américains et les Soviétiques s'entendent à travers des accords pour (tenter pathétiquement) de détruire les fruits récoltés par les Moudjahidines.

Partie 1 (Le Shahid) :

http://www.dailymotion.com/video/xbgt5f_chroniques-dafghanistan-le-shahid_webcam

Partie 2 (La Fable du Stinger) :

http://www.dailymotion.com/video/xbhcnq_chroniques-dafghanistan-la-fable-du_webcam

Partie 3 (Les Miracles) :

http://www.dailymotion.com/video/xbhfdr_chroniques-dafghanistan-les-miracle_webcam

Partie 4 (Les Négociations) :

http://www.dailymotion.com/video/xbktfv_chroniques-dafghanistan-les-negocia_news

Version anglaise non stop de 01h30 :

http://archive.org/details/interview-sheikh-tameem-adnani

Retranscription et image en ligne : Ribaat 1435H / Février 2014, que Allah récompense celui qui a produit et traduit la vidéo, ainsi que tout transmetteur de la vérité :

Partie 1 (Le Shahid) :

 Chroniques-d-Afghanistan-2-copie-1.jpg

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Nous avons vu, et je jure par Allah frère, nous avons vu plusieurs miracles en Afghanistan. Ces nombreux miracles nous ont montré que Allah est avec nous. Il y en a eu plusieurs auxquels nous avons assisté et cela nous a montré que Allah est avec nous et contre les communistes !

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : A propos de cela, j’ai entendu parlait de personnes qui mouraient, il y avait les Moudjahidin qui mouraient et leurs corps ne se décomposaient pas, tandis que ceux des russes pourrissaient. Pouvez vous nous donnez quelques exemples.

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Oui, cela fait partie des miracles survenus. Et le résultat est qu’un journaliste américain, qui s’est rendu en Afghanistan il y a 2 ans et demi je pense, je l’ai rencontré quand il est venu, il était chrétien. Il avait avec lui un appareil photo pour prendre des photos. Il faisait des reportages sur les Moudjahidin Afghans. Je lui ai donné l’autorisation de se rendre sur le terrain pour voir les gens, et là, il a vu le corps d’un soldat soviétique tué et celui d’un Shahid (Martyr) Musulman tué au même moment. Le corps n’a pu être récupéré qu’après 3 jours, et le quatrième jour, ils prirent le corps tandis que le corps du communiste était toujours là, et il a vu la différence ! Il a vu le corps du communiste pourrissant, dégageant une très mauvaise odeur et de couleur bleuâtre. L’odeur était nauséabonde, vous ne pouviez même pas vous approcher de lui.

Et quelques mètres plus loin, il a pu voir le corps du Musulman tué, celui du Moudjahidin Afghan musulman hamdoulillah (Louange à Allah) et son corps dégageait un parfum plaisant. Il continuait de saigner et l’aspect du corps n’avait pas du tout changé. Je jure par Allah, c’était comme s’il s’agissait d’une personne endormie. Et son sang restait fluide et n’avait pas séché, continuant de couler de ses blessures comme s’il venait juste de mourir. Quand il (le journaliste chrétien) était entrain de faire ses photos, le Musulman avait été tué quatre jours auparavant. Trois jours auparavant, et c’était le quatrième jour. Il réalisa que c’était quelque chose venant de Allah. C’était quelque chose d’extraordinaire qui ne pouvait pas arriver par hasard.

Pourquoi ? Demandez aux docteurs, aux médecins comment ils peuvent expliquer cela. Cela ne peut être expliqué par autre chose par cela : c’est la volonté de Allah, c’est un miracle. Nous avons vu de tels miracles constamment en Afghanistan. Et c’est pourquoi nous avons une grande confiance, une grande foi dans nos cœurs et nous savons que nous sommes sur le droit chemin de Allah quand nous combattons pour la cause de la Religion pour la cause de l’Islam en protégeant notre Religion contre les communistes.

Le corps du communiste dégageait une odeur pestilentielle, était bleuâtre et vous ne pouviez l’approcher. Tandis que celui du Musulman, tué au même moment trois jours avant, restait dans un état de fraicheur impressionnant comme s’il dormait. Et nous avons pris beaucoup de photos et réalisé beaucoup de vidéo pour montrer le corps du Shadid et c’est pourquoi que le journaliste Américain a embrassé l’Islam immédiatement. Et il n’est pas retourné ici aux Etats-Unis. Il est resté, aux dernières nouvelles et à ma connaissance en Afghanistan, accomplissant le Jihad avec les Moudjahidin Afghans en tant que Moudjahid Musulman lui-même. Pas en tant que journaliste, pas en tant que photographe mais en tant que Moudjahid recherchant le Martyre, recherchant la Shahadah (Il n’y a pas de dieu sauf Allah, Mohammad et son Messager) parce que nous avons une grande récompense en Islam pour les Martyrs qui tombent pour la cause de l’Islam.

Saint Coran, Sourate 3 verset 169 à 175 :

Allah le dieu Unique dit :

« Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d'Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus et joyeux de la faveur qu'Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés. Ils sont ravis d'un bienfait d'Allah et d'une faveur, et du fait qu'Allah ne laisse pas perdre la récompense des croyants. Ceux qui, quoiqu'atteints de blessure, répondirent à l'appel d'Allah et du Messager, il y aura une énorme récompense pour ceux d'entre eux qui ont agi en bien et pratiqué la piété. Certes ceux auxquels l'on disait : ‹Les gens se sont rassemblés contre vous ; craignez-les› - cela accrut leur foi - et ils dirent : ‹Allah nous suffit ; Il est notre meilleur garant›. Ils revinrent donc avec un bienfait de la part d'Allah et une grâce. Nul mal ne les toucha et ils suivirent ce qui satisfait Allah. Et Allah est Détenteur d'une grâce immense. C'est le Diable qui vous fait peur de ses adhérents. N'ayez donc pas peur d'eux. Mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyants. »

Allah dit la Vérité.

Partie 2 (La Fable du Stinger) :

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Nous avons entendu, ici aux Etats-Unis, parler de l’aide que donne ce pays aux Moudjahidin Afghans. Qu’avez-vous à dire au sujet de cela ? Quel genre d’aide ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Bien, je dirais que l’aide, autant que je sache, a été donnée aux muhajirines (exilés, réfugiés Afghans) et non aux Moudjahidin. Ils ont donné, bien entendu, de la nourriture, du ravitaillement et des choses comme cela aux réfugiés Afghans. Mais concernant les Moudjahidin leurs chefs m’ont dit, et tous me l’ont assuré, que le seul type d’aide d’ordre militaire, ayant existé, est le missile Stinger, arme anti-aérienne. Mais c’est le Paskistan qui a reçu ces missiles Stinger, après que l’Arabie saoudite ait payé pour eux et je jure par Allah, ils ont été vendus aux Moudjahidin. Vendus à 70 000 dollars l’unité.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Donc les Etats-Unis vendaient ces missiles à l’Arabie Saoudite, puis l’Arabie Saoudite les donnait gratuitement au Pakistan, et le Pakistan les revendait aux Moudjahidin.

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Oui, parce que le Pakistan avait besoin d’argent. Ils en retiraient surement au-delà de leur prix réel, 70 000 dollars par missile.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Sheikh Tamim, revenons a la question des armes que les Moudjahidin auraient obtenues des Etats-Unis. Parce qu’il y a vraiment beaucoup de gens ici qui parlent de cela et ils vont relâcher leur aide en direction des Moudjahidin Afghans. J’aimerais donc que vous nous donniez quelques précisions sur cela. C’est la première question à laquelle je voudrais que vous répondiez. Ensuite la seconde question est : y a-t-il eu ou y a-t-il des contacts directs entre les Moudjahidin et des dirigeants américains ou des représentants des autorités américaines ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Bien, à ma connaissance, et j’ai été présent dans de nombreux champs de bataille en Afghanistan sur de nombreux fronts là-bas. Je jure par Allah que je n’ai jamais vu aucune arme américaine là-bas ! La seule arme américaine que j’ai vue est le missile appelé Stinger. Le missile Stinger qui est une arme anti-aérienne. C’est la seul arme qui venait de l’Amérique puis donnés au gouvernement Pakistanais qui les a revendus aux Moudjahidin. Quant à nous les Moudjahindin, nous avons payé 70 000 dollars pour chaque missile Stinger.

Les chefs des Moudjahidin me l’ont dit et m’assure qu’ils ont versé beaucoup d’argent pour ces missiles Stinger. C’est la seul arme, et s’il y a eu une autre arme envoyée, ce n’était pas du tout pour nous. J’aimerais citer ce que le professeur Rabbani, un des chefs des Moudjahidin, a dit au président Reagan, lorsqu’il a rencontré le président américain Reagan, ce dernier l’a interrogé sur l’armement américain envoyé en Afghanistan. Et Rabbani a souri, parce qu’il était étonné de cette question. Il a répondu : Nous, en Afghanistan, avons l’habitude de déplacer nos armes sur les mules à causes des Montagnes et il semble que les mules américaines soient trop lentes car elles ne sont pas encore arrivées. Donc, pour autant que je sache, il semble que les mules américaines soient extrêmement lentes et ils (les Moudjahidin) n’ont pas encore reçu ces armes. Pour autant que je sache, ils n’ont eu accès qu’à des missiles Stinger et l’ont a payé cher pour avoir cela. Alors il ne fait pas nous reprocher d’avoir essayé de nous procurer cet armement.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Est-ce que c’est un missile efficace ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : En faite, je suis désolé de dire qu’il ne l’était pas ! Parce qu’en réalité, on nous a vendu le plus mauvais type de missile Stinger. Il y a d’autres types de missiles Stinger plus performants qui frappent leurs cibles avec plus de précision. Mais on nous a vendu uniquement les moins perfectionnés des missiles Stinger, ayant une courte portée et que le pilote, avec assez d’expérience, pouvait éviter en faisant simplement un virage. Cela suffisait alors pour que le missile Stinger rate sa cible en suivant une autre direction. D’ici à ce qu’il rattrape l’avion, le missile explosait en plein vol et voilà. A de nombreuses reprises, j’ai pu constater cela de mes yeux, j’ai vu le missile Stinger être tiré puis rater sa cible. Donc si les américains veulent aider, même si nous versons de l’argent pour cela, et ce n’est pas un problème, il nous faut des missiles Stinger de meilleur qualité et non les plus bas de gamme de dernière catégorie. Il y a ceux de qualité 3, 2 et 1, nous voulons ceux de qualité 1, c'est-à-dire les meilleur type de Stinger s’ils veulent vraiment aider les Afghans contre les avions. Malgré tout, ces missiles nous ont quand même été utiles en obligeant les avions à voler à haute altitude, ce qui faisait que ces avions rataient souvent leurs cibles car, à haute altitude, leurs bombardements devenaient imprécis. Ainsi, on était dans un endroit donné et les bombes tombaient à 1 kilomètre de nous. Al hamdoulillah, en ce sens, c’était pour nous une aide. Mais je veux d’assurer, frère, que nous sommes entrain de gagner, non grâce à la supposée aide américaine, mais grâce à ALLAH. Nous remportions la Victoire contre la Russie avant même que ces missiles n’arrivent. C’est missiles Stinger sont arrivé il y a 2 ans

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Seulement 2 ans ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Seulement 2 ans ! Oui ! Que dire des 7 années de lutte qui ont précédé ? Nous gagnons la guerre avant ce missile ! Donc nous gagnons, sans l’aide de personne, mais seulement avec l’assistance de ALLAH. C’est la principale chose que je veux que l’on comprenne. C’est cela le sens du Jihad : le Jihad c’est lutter pour la cause de ALLAH. Et alors, ALLAH ne te laissera pas sans assistance. ALLAH est avec toit tant que tu es avec LUI.

Partie 3 (Les Miracles) :

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Il m’a raconté toute l’histoire en anglais, certains d’entre eux parlent arabe et je comprends l’arabe, tandis que d’autres parlent anglais. Il m’a raconté ce qui s’est passé. Il a dit que quelques jours auparavant, ils (les Moudjahidin) étaient encerclés dans une zone appelée Baghman et qui est très proche de Kaboul, à environ 10 à 15 kilomètres de Kaboul, la capitale. Il a dit qu’ils se trouvaient dans une montagne et que plus de 600 soldats soviétiques et supplétifs afghans les encerclaient, c’étaient des russes et des communistes afghans. Et quant aux Moudjahidin, ils étaient seulement une centaine. Et ils nous ont encerclés, dit-il, avec plus de 600 soldats appuyés par des tanks et l’artillerie. Ils nous bombardaient alors que nous n’avions que nos armes légères, des fusils et des kalachnikovs, et de veilles mitraillettes, c’était tout. Nous n’avions pas d’artillerie, ni d’armement lourd.

Nous avons donc combattu les 2 premiers jours en tirant dans leur direction à partir de notre position. Ils n’ont pas avancé vers nous et nous ne sommes pas descendus vers eux, chacun gardait sa position. Puis il m’a dit en jurant par Allah que le second jour, ils ont constaté qu’il ne leur restait plus de munitions. Le Moudjahid raconte donc qu’il a demandé à ses hommes de se retirer, en remontant dans la montagne d’une centaine de mètres, de creuser d’autres tranchées, de rester là et de ne pas tirer une seule balle à moins d’être sur de toucher un ennemi. Vous ne devez que vous défendre, leur a-t-il dit, car vous êtes dans une très mauvaise situation. Et il leur a demandé de se réveiller cette nuit-là, de ne pas dormir pour prier et faire le Tahajud (prières nocturnes). Et ils ont priés et pleurés pour l’aide de Allah :

« O Allah, nous sommes faibles, nos ennemis soviétiques ont beaucoup de moyens, nous n’avons plus de munitions, nous n’avons aucun approvisionnement, mais Tu es avec nous Allah »

Ils ont prié Allah, ils ont prié et encore prié toute la nuit, et le matin, il jure par Allah qu’une demi-heure après l’aube, ils ont entendu les bombardements commencer, le bruit des balles et des tirs contre eux, et d’autres explosions dont ils ignoraient le lieu. Il (le Moudjahid) raconte :

« Nous restions sur nos positions, aucun d’entre nous n’a été blessé car nous étions réfugiés dans des tranchées, et une demi-heure plus tard, nous avons été étonnés de voir les russes et les communistes afghans, se diriger vers nous en agitant le drapeau blanc, capitulant et se rendant à nous. 600 soviétiques se rendant à nous sans que nous tirions une seule balle ! Nous avons entendu des tirs mais nous ne savions pas d’où ils venaient. Alors que nous leur demandions de venir, nous pensions que c’était une ruse. Mais ça n’en était pas. Ils sont venus un par un, ils nous ont rendu leurs armes. Ils se sont tous rendu à nous et lorsqu’ils ont tous été capturés, nous avons interrogé parmi eux les Afghans (communistes) qui parlaient notre langue. Nous avons demandé à ces Afghans : pourquoi vous êtes-vous rendus à nous aujourd’hui ? Pourquoi aujourd’hui et pas hier ou avant-hier lorsque nous tirions sur vous ? Ils nous ont dit : « Non, car aujourd’hui vos tirs étaient bien plus intenses que les deux jours précédents, vos bombardement étaient trop nombreux » Pourtant, nous leur disions que nous n’avions aucune bombe. Nous leur avons dit : « qui tirait sur vous ? » et ils répondaient : « des gens parmi vous ici dans cette montagne portant des habits verts flambant neufs » Nous avons regardé autour de nous mais n’avons rien vu. Les ennemis capturés disaient : « Mais ils étaient là ! Ou sont-ils ? Ils ont disparu ? » Nous pensons que c’étaient des Anges envoyés par Allah, parce que nous avons demandé à Allah »

Nous croyons en Allah, les Chrétiens l’appellent Dieu, mais nous croyons en Allah Seul, sans associés. En Islam, nous ne croyons pas que Allah ait un fils. Nous croyons que Jésus et Mohammed (paix sur eux) sont frères et des Prophètes de Allah.

« Donc, nous avons invoqué Allah et nous croyons que Allah à répondu à nos prières. Quand nous avons prié Allah pour obtenir Son Aide, le résultat a été que 600 ennemis se sont rendus à nous, alors que nous n’étions qu’une centaine. Ils nous surpassaient en nombre, en armement, et dans toute sorte de soutiens que nous n’avions pas. Nous ne possédions que des armes légères et ils se sont tous rendus à nous »

Comment ? Grâce à l’Assistance de Allah ! Qui tiraient sur eux ? Aucun d’entre nous ne portait des vêtements verts et neufs…Al-Hamdoulillahi

C’est juste un exemple, il y a tant d’autres miracles comme celui-là. Je peux parler de miracles pendant 10 heures si vous voulez. Mais notre temps est limité. Si Allah veut qu’une chose arrive, Il dit juste : « Sois » Le Seigneur dit : « Sois » et cela se fait.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Mash’Allah. Je sais qu’il y a tant de choses miraculeuses qui ne peuvent être appréhendées par l’esprit mais La seule chose que nous pouvons dire aux gens est de regarder les résultats de cette guerre et de voir qui est en train de la gagner maintenant ! (5)

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Simplement, le grand miracle est que les Afghans ont été capable de tenir face à l’Union Soviétique pendant 9 ans ! Regardez les Tchécoslovaques, les Hongrois qui n’ont même pas pu tenir 1 jour ! Les Russes ont balayé les Tchécoslovaques en 1 jour, ils ont pu balayer les Hongrois en 1 jour ! Et la révolution de ces peuples fut écrasée en 1 jour. Ils n’ont pas pu en terminer avec les Afghans pendant 9 années et c’est pourquoi ils sont entrain de perdre en Afghanistan. Et c’est pourquoi aussi, ils veulent se retirer sans conditions. Même sans accord, ils se retireront !

Parce qu’ils ont eu plus de 50 000 soldats russes tués. Ils payent 43 millions de dollars chaque jour pour maintenir leur armée en Afghanistan. Ils sont donc contraints de se retirer, sans accord. S’Ils ne se retirent pas, nous savons comment les faire partir. J’aurais aimé que vous soyez là-bas pour les voir s’enfuir en nous voyant, en voyant nos adolescents, de simple adolescents Arabes et Aghans les pourchassant en criant « Allahou Akbar » (Allah est Grand).

Et les Commandos russes, les Spetsnaz, les meilleurs commandos dans le monde, fuyant comme des souris fuient les chats. J’aurais aimé que vous voyiez ces Russes bâtis comme des armoires à glace, de 2 mètres de haut fuir comme cela. Allahou Akbar et ils fuyaient ! C’étaient merveilleux. Je ne pourrais jamais oublier ces moments, tu sais. C’était l’année dernière.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Combien pensez vous de Russes ont été tués durant ces 9 années ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Bien, pour autant que je sache, les chiffres que nous avons-nous donnent plus de 50 000 morts russes sans parler des communistes Afghans, uniquement en parlant des russes, il y en a plus de 50 000 qui ont été tués dans cette guerre.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Qu’en est-il des Moudjahidin ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Les Moudjahidin, à proprement parler, n’ont pas eu beaucoup de pertes. Peut être 20 000 à 25 000 Moudjahidine ont trouvé la Shahada dans cette guerre. Mais il y a eu plus d’un million et demi de civils Afghans tués par les russes, des enfants, des femmes, des personnes âgées, des villageois…Face aux Moudjahidin, c’est toujours ces derniers qui sont gagnants, toujours. Chaque bataille que vous regardez, vous verrez que le nombre des Moudjahidin qui trouvent le Martyr est beaucoup moins important. Un exemple de cela est la bataille de Jaji, l’année dernière. Celle à propos de laquelle, j’ai évoqué les commandos russes. 1500 ennemis parmi les Russes et les Communiste Afghans ont été tués dans cette bataille. Nous avons eu seulement 60 Martyrs. 13 Arabes, 2 Pakistanais, volontaires bien entendu, et 45 Afghans. Voilà cela, 1500 contre seulement 60 Martyrs. Divises 1500 par 60, tu obtiens 25. Pour chaque tué de notre coté, pour chaque Martyr, il y a 25 tués parmi les soldats Russes et leurs supplétifs Afghans.

C’est un miracle en soi ! C

’est un miracle car nos gens ne sont pas bien entrainés tandis que les morts de l’ennemi sont des soldats professionnels et des commandos ! La plupart de ces commandos russes ont été tués et un des Arabes, qui s’appelle Mokhtar et qui est de la péninsule de Damman en Arabie saoudite, a lui-même tué seul 6 commandos. Il est sorti de derrière un arbre avec son arme et il a dit en premier « Allahou Akbar ». Quand il a dit « Allahou Akbar », les commandos ont eu un choc. Ils ont tous été comme pétrifiés et il leur a tiré dessus et les a tous tués.

Partie 4 (Les Négociations) :

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Passons à un autre sujet, parlons maintenant de cet accord sur le retrait des Soviétiques d’Afghanistan. Pouvez-vous nous décrire dans les grandes lignes cet accord, sans entrer dans les détails ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Avant de quitter l’Afghanistan pour Peshawar au Pakistan et de venir ici,…

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Au faite, pourquoi êtes vous ici ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : J’ai été invité ici par des organisations islamiques pour donner des conférences à travers les Etats-Unis et par l’association musulmanes, l’Association des Jeunes Arabes pour donner des conférences dans ces centres Islamiques sur le Jihad Afghan et aussi sur le Jihad en Palestine et (la signification) du Jihad en Islam de façon générale. Je récolte aussi des fonds en vue d’aider les Afghans avant que les frontières ne soient fermées. Nous essayons de faire de notre mieux pour récolter tout ce que nous pouvons et venir en aide à nos frères et quiconque souhaite participer est le bienvenu incha Allah. Nous demandons à Allah de récompenser et de compenser les donateurs en ce mois de Ramadan. Le moi sacré du Jeune (Syam) Incha Allah et Allah vous récompensera 70 fois plus que n’importe quel autre mois pour tout soutien à vos frères.

Donc, concernant l’accord, ce que j’en sais c’est qu’ils ont décidé de fermer les frontières entre l’Afghanistan et le Pakistan. Ainsi, la frontière Afghano-pakistanaise va être fermée, ce qui signifie que les Moudjahidin seront coupés de toute aide. Et c’est le prix que demandent les Russes pour se retirer. Les Russes veulent se retirer d’Afghanistan mais posent une condition et cette condition est la fermeture de la frontière pour couper les Moudjahidines de tout ravitaillement.

Mais les Moudjahidin ont décidé de continuer à entrer en Afghanistan et de poursuivre le Jihad contre ce qu’il reste des troupes soviétiques et même si les Russes continuent leur retrait, le Jihad se poursuivra contre les Communistes au pouvoir et le Parti communiste (Afghan) là-bas, jusqu’à ce que les Moudjahidin établissent leur propre gouvernement Islamique. Quand le président Zia-ul-Haq a dit aux leaders des Moudjahidin, les 7 leaders, qu’il était très désolé et qu’il subissait des pressions venant de tous les pays, notamment des Etats-Unis et de la Russie, pour régler ce problème et lui demande d’accepter le retrait russe même si le soutien aux Moudjahidin doit être stoppé.

Lui en tant que musulman (hypocrite) (6) disait être désolé mais obligé -en raison des pressions US et Soviétiques- de couper l’approvisionnement des Moudjahidin et de fermer la frontière, immédiatement, un des leaders, le Professeur Sayyaf lui répondit d’une manière qui vous montre sa grande foi, il lui répondit en lui disant :

« Président Zia-ul-Haq, vous pouvez stopper le ravitaillement par les voies aériennes, mais vous ne pourrez jamais stopper le ravitaillement du Ciel ! »

Allah est avec nous, Allah nous aide, les Anges nous aident. Vous pouvez donc couper vos ravitaillements, nous avons commencé à combattre il y a 9 ans alors que nous n’avions absolument aucune aide ! Aucune aide de quiconque, ni des Pakistanais, ni des Arabes, de personne ! A cette époque là, nous n’avions l’aide de personne mais il y avait tant de Miracles, et l’Assistance de Allah, d’avantage que les Miracles actuels. Parce qu’à cette époque, nous étions pleinement dépendant de Allah et donc Allah nous assistait sans cesse. Quand tu mets toute ta confiance dans Allah, c'est-à-dire que tu lui fais vraiment confiance, alors Allah ne te laisse jamais tomber. J’ai eu moi-même plusieurs expériences de cela lorsque j’ai placé toute ma confiance en Allah.

Je l’ai imploré, prié de m’aider et de me sauver des épreuves que je traversais, et Allah a toujours répondu à mes prières, si tu est un musulman sincère, alors Allah ne te laissera jamais tomber.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Alors quelle est la position des Moudjahidin sur cet accord ? Sont-ils d’accord sur plusieurs points de cet accord ou certains seulement ?

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : La seule chose avec laquelle les Moudjahidin sont d’accord, c’est le retrait des russes ! Mais ils rejettent tout le reste ! Par conséquent, ils affirment que le Pakistan n’a aucune prérogative pour signer cet accord en leur nom. Parce qu’ils n’ont donné aucun mandat au Pakistan pour les représenter ! Les Moudjahidin sont les principaux concernés dans ces négociations, ils devraient être la parti principal mais on n’a pas voulu qu’ils soient représentés. Il est amusant de voir que les signataires de cet accord sont les Soviétiques et les supplétifs Afghans d’une part, et le Pakistan et les USA d’autre part ! N’est ce pas.

Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Et non les gens qui combattent !

Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Oui, les gens qui se battent vraiment sur le terrain, les Moudjahidin, le demi million de Moudjahidin et à leur tête les 7 principaux chefs, ne sont pas impliqués dans l’accord. Ils (les puissances illusoires) ne leur ont même pas demandé leur avis, c’est pourquoi les Moudjahidin rejettent cet accord et insistent sur les poursuites du Jihad en Afghanistan pour instaurer leur propre état Islamique. 1,5 Million de Martyrs, tués parmi le peuple Afghan, environ 10% de ma population a été tuée. Tout cela en vain ? Pour rien ? Ils ont été tués parce qu’ils voulaient un gouvernement Islamique ! Nous les Moudjahidin n’allons pas laisser leur sang aller en vain.

Non, cela ne se passera pas, nous somme prêts à nous battre, pas seulement les Afghans mais tous les Musulmans comme nous. Je ne pense pas du tout qu’il y ait une quelconque différence entre moi et un Afghan, nous nous battons pour la cause de Allah et les Afghans sont prêts à se battre avec nous, quand ils finiront, pour d’autre causes Islamique d’autres pays islamiques qui ont besoin de Jihad pour se libérer et avoir la liberté religieuse, pour être libre de dire ce que vous pensez et d’adorez Allah, pas comme dans plusieurs pays, qui sont appelés musulmans, mais ou les gens n’ont même pas le droit d’adorer Allah, ni d’exprimer leurs opinions Islamique. Ils sont jetés en prison pour cela comme vous savez.

Fin extrait de l’interview.

Lien transcription : http://le-nouvel-ordre-mondial-illuminati.over-blog.com/article-les-moudjahidin-19-les-miracles-dans-la-deroute-de-l-union-sovietique-afghanistan-122470987.html


Ribaat :

(5) :« Présentateur Hamed Ghazali / Lawrence Islamique Vidéo : Mash’Allah. Je sais qu’il y a tant de choses miraculeuses qui ne peuvent être appréhendées par l’esprit mais la seule chose que nous pouvons dire aux gens est de regarder les résultats de cette guerre et de voir qui est en train de la gagner maintenant !...» : Et c’est exactement ce qu’il se passe à l’heure actuelle en Afghanistan et en Irak contre les terroristes USA et leur retrait anticipé tout comme l’empire soviétique effondré, et en Syrie contre les gouverneurs hypocrites, à titres d’exemples. En signes des préludes au grand retour du Khalifa pour un gouvernement Islamique mondial tôt ou tard, mieux vos tard que jamais, selon les signes de la fin des temps en Islam. Ceci prouve l’Existence de Allah et la Vérité de son Din Islam qui règle tout les problèmes de la vie et donne des droits à tous, contrairement aux caprices des Taghout démocrates et communistes.

(6) : « …Sheikh Tamim Al Adnani (1942-1989) / Direction pour les Moudjahidin Afghan, service officiel d’Afghanistan : Lui en tant que musulman (hypocrite) disait être désolé mais obligé-en raison des pressions US et Soviétiques- de couper l’approvisionnement des Moudjahidin et de fermer la frontière…» : Après la chute du Khalifa en 1924, les mécréants d’Occident ont placés des hypocrites dans la Oummah pour la divisé en mille morceaux et assujettir ses richesses à bas prix. Ces hypocrites arabes, afghan ou chiites parfois ont deux point commun, ils gouvernent tous avec une religion de Satan : communisme, démocratie, capitalisme, sectarisme…et non l’Islam et ce disent trompeusement « musulman » pour tromper la Oummah. Dans Son Livre, le Majestueux Coran, Allah nous mais en garde contre les hypocrites orgueilleux, c’est le groupe qui souffrira le plus en Enfer au 7ème et dernier étage des souffrances aux Jour de la Résurrection de l’Humanité.

3) LA DEROUTE DES SOVIETIQUES EN AFGHANISTAN (PHOTOS)

Ribaat 1435H / Février 2014

La sois disante super-puissance du monde : l’ex-URSS n’est plus que l’ombre de lui-même, c'est-à-dire dans les poubelles de l’Histoire. Les mécréants Soviétiques avec d’énorme moyen ont étés vaincues avec de simple moyen par les Croyants Moudjahidin d’Afghanistan, car la ruse de Satan est faible comparé au Stratagème Divin du Dieu Unique : ALLAH ! La guerre a durée 10 ans, de 1979 à 1989. Deux ans plus tard, en 1991 c’est la fin misérable de l’URSS perdant son faux prestige dans le monde pour toujours. En ce moment les colonisateurs Russes sont entrain de se faire saignaient à mort en Tchétchénie sous les frappes des Moudjahidin du Caucase qui ne craignent le blame d’aucun blameur fautif. Voici donc quelques rares photos souvenirs démontrant la Défaite des terroristes et colonisateurs Russes en terre Afghane.

Moudjahidin-d-Afghanistan-1979.jpg

Un groupe de Croyants : les Moudjahidin d’Afghanistan en 1979.

Moudjahidin-Afghan-en-1988.jpg

Un Moudjahidin Afghan en 1988, équipé d'un lance-missiles sol/air 9K32 Strela-2.

Oussama-Ibn-Laden-contre-les-russes--1989.jpg

Oussama Ibn Laden (que Allah lui fasse Miséricorde) en 1989, durant la guerre contre l'Union soviétique. Oussama participa avec ses paroles, son argent, son corps et son âme, en compagnie des Moudjahidin dans le Sentier de Allah, contre les colonisateurs terroristes russes.

Carcasse-avion-sovietque-Afghanistan.jpg

Carcasse d’un avion soviétique, photo rare prise à l’époque de la guerre, démontrant la Défaite de l’armée rouge en Afghanistan. Face aux frappes des Croyants, les mécrénants criminels Russes prennet la Fuite en 1989. Deux ans plus tard c’est l’agonie des l’URSS qui sera rayé définitivement de l’histoire, et son faux prestige dans les poubelles de l’Humiliation et de la Frustation, en 1991.

epave--char-sovietique-de-Bamiyan--Afghanistan-jpg

L’épave d'un char soviétique actuellement dans la province de Bamiyan, Afghanistan.

 

CHRONIQUES D’IRAK ET LA DEFAITE DE L’EMPIRE AMERICAIN ET SES ALLIES (2003-2011)


1) LES MONGOLS ET LES AMERICAINS : LES PERDANTS DE L’HISTOIRE

Article du Frère Amir Butler, traduit de l'anglais à partir du journal "Al-Jazeerah", du 11 mai 2004 ; du Forum Al Mourabitoune, Juin 2004.

« L’Invasion de l’Irak par les mongols : les leçons ne sont jamais retenues »

La semaine dernière, l'émission "CBS's Sixty Minutes II" a montré « des soldats » américains créant des "pyramides humaines" de détenus Irakiens. Ces images inquiétantes illustrent le genre d'attitude suggéré par certains et répandu dans « les forces » américaines actuelles : une croyance que les Irakiens sont des sous-êtres et, par conséquent, qu'ils méritent moins de droits que se prévalent les races supérieures.  

Or, on devrait se souvenir que les Irakiens, et plus particulièrement les Musulmans en général, ne sont pas étrangers aux "pyramides humaines." La dernière fois que les telles pyramides ont été construites dans la région était au 13ième siècle quand les hordes de Hulagu Khan, petit-fils de Genghis Khan, ont ravagé l'Irak. Après avoir massacré des villes entières et de nombreux villages, ils assemblaient des pyramides énormes, cette fois avec des crânes humains, comme souvenir marquant le fait que les Mongols étaient passés par là. On peut percevoir des sentiments semblables, un besoin d'envoyer un "message" à ceux qui penseraient à s'insurger.

Dans l'une des déclarations les plus lucides de Karl Marx, il est rapporté qu'il a dit: "l'Histoire se répète, dans un premier temps comme une tragédie, dans un second temps comme farce." L'occupation américaine en Irak serait bien une ré-écriture absurde de l'histoire et il est presque certains que les effets de cette occupation seront catastrophiques, autant pour les Irakiens que les Américains.

L'invasion mongole a commencé comme l'invasion américaine : avec un arriviste Shi'ite (secte) mécontent qui aspirait à la grandeur. Le sieur Ahmad Chalabi du 13ième siècle s'appelait alors Ibnul 'Alqami. Al-'Alqami était ministre de la cour du Calife Al-Musta'sim. Comme Chalabi, Al-'Alqami avait le désir ardent de gouverner la région et, comme Chalabi, il sollicita l'assistance de force étrangères, même si cette assistance venait à coûter cher à sa population ou à sa communauté. L'Amérique n'était pas une superpuissance du temps d'Al-Alqami, il a donc tourné son attention vers les Mongols.

Al-'Alqami a en effet écrit plusieurs lettres au chef des Mongols, Hulagu Khan, pour l'inviter à envahir la terre, et il promettait de le soutenir et de lui fournir toute les informations sur l'armée du Calife, ses forces et ses faiblesses, et une terre à sa merci. Il assurait aux Mongols une victoire rapide et la possibilité d'étendre l'empire Mongols au cœur du précédent impénétrable Califat Islamique. En même temps, Al-'Alqami utilisa sa place pour influencer le Calife et réduire la taille de l'armée, assurant ainsi une faible résistance qui serait à l'avantage de l'invasion mongole.

Hulagu a accepté l'invitation généreuse d'Al-'Alqami d'attaquer, de piller, et de massacrer à sa guise. Comme le veut la coutume mongole, il a lancé avant tout un ultimatum écrit au Calife : "Lorsque je conduirais mon armée en colère contre Bagdad, si vous vous cachez dans le ciel ou sous la terre, je vous ramènerai au plus bas des sphères tournantes ; Je vous jetterai en l'air comme un lion. Je ne laisserai aucun être vivant dans votre royaume ; Je brûlerai votre ville, votre terre, votre personne... Si vous souhaitez être épargné vous et votre vénérable famille, prêtez attention à mon conseil d'une oreille intelligente (sous entendue le fait de se rendre). Si vous ne le faites pas, vous verrez ce que Dieu a voulu". Ceci démontre ce que beaucoup de conservateurs pourraient déplorer comme déclin culturel global depuis le 13ème siècle, l'Amérique envoyant son message aux insurgés irakiens par le biais du groupe AC/DC, dans "Hell's Bells" (le souffle de l'enfer) :

"If you're into evil you're a friend of mine,

See my white light flashing as I split the night,

'cause if God's on the left, then I'm stickin' to the right,

I won't take no prisoners, won't spare no lives,

Nobody's puttin' up a fight,

I got my bell, I'm gonna take you to hell,

I'm gonna get you, Satan get you.

Hell's Bells, Satan's comin' to you.

Hell's Bells, he's ringing them now.

Hell's Bells, the temperature's high.

Hell's Bells, across the sky.

Hell's Bells, they're takin' you down.

Hell's Bells, they're draggin' you around.

Hell's Bells, gonna split the night.

Hell's Bells, there's no way to fight, yeah."

Le Calife n'allait pas être intimidé de la sorte. Il a refusé l'offre de se rendre aux mongols et a décidé de défendre sa ville contre leur attaque. Mais les troupes musulmanes avaient beau batailler fermement, la taille fortement réduite de l'armée (dû aux machinations d'Al-'Alqami) eut pour conséquence l'incapacité militaire de la nation à faire face aux Mongols. Les armées de Hulagu ont alors tués tout le monde : vieux, infirmes, femmes, enfants... Personne n'a été épargné par leur épée. Ibn Kathir, l'un des savants de l'Histoire Islamique, a noté dans sa chronique "Al Bidayah wa Nihaya" que les Mongols ont tués tant de gens que le sang ruisselait au bas des rues comme l'eau de la pluie. Selon certaines sources, le nombre de mort dépassa le million.

Après avoir pris Bagdad il fallu prendre une décision sur l'avenir du Calife. Les Mongols avaient en effet une superstition qui les empêchait de répandre le sang des rois de la terre. Al-'Alqami n'avait pas de telles nausées et a alors suggéré de le tuer avec une épée, le faisant ensuite rouler avec sa famille par terre pour l'achever à coups de pieds. Al-'Alqami s'est bien sûr porté volontaire pour cette tâche et s'est mis à donner des coups de pied à son ancien chef jusqu'à ce que mort s'en suive. La "Coalition mongole de la Disposition" a été forts bouleversé par cette violation de la "Loi Internationale Mongole". Berek Khan, un chef mongol qui s'était converti à l’Islam quelques années auparavant, a sorti ses hommes de Bagdad par protestation.

Mais la mort du Calife introduisit une nouvelle époque de violence Mongol (celle de l'invasion Tatar) sur la majorité Sunnite (la population Chi'ite était en Iraq minoritaire). Cependant pour toute leur cruauté, méchanceté et règles relativement barbares d'engagement, les Mongols étaient pragmatiques. Ils se sont rendus compte que des hommes comme Al-'Alqami qui vendaient son peuple et sa communauté à un envahisseur étranger ne pouvaient être des hommes de confiance. Si un homme ne tient aucune loyauté envers sa propre population, comment peut-il alors être de confiance pour être fidèle à un envahisseur et un occupant ? Ainsi Al-'Alqami qui avait espéré être le vice gérant des Mongols dans la région, est au contraire devenu leur esclave. La découpe de Chalabi suggérerait que l'Amérique en est venue de la même façon à la même conclusion, en étant bien renseignée au sujet de l'utilité à long terme des traîtres, collaborateurs et cinquièmes chroniqueurs.

Mais les Mongols finirent par comprendre ce que l'Amérique apprend aujourd'hui : que la principale source de résistance à l'occupation des terres musulmanes sera toujours inspirée religieusement. Par conséquent, tout effort de diluer ou pervertir l'avancé de l'Islam dans les terres sous occupation a été vu par les Mongols comme une pré-condition nécessaire afin de maintenir l'occupation. Ils ont imposé par conséquent une loi sur leurs sujets qui - comme la loi qui est produite par les colons Américains - était essentiellement non-islamique mais formulé dans des références et une terminologie vagues faussement islamique. Les Mongols ont appelé leur loi, al-Yasiq.

C'est contre cette toile de fond d'occupation et de lois étrangères imposée sur la population que l'une des figures les plus influente et importants de l'histoire islamique émergea. Son nom deviendra familier à beaucoup de gens qui analyse la terrible Guerre, étant donné qu'il a largement (pourtant quelque peu avec inexactitude) contribué à la fondation idéologique du soi-disant mouvement Wahabit. Son nom était Ibn Taymiyyah, dit Shaykh-ul-Islam (le cheikh de l'Islam) comme il a été nommé affectueusement en tout temps et en tout lieux.

Lorsqu'il fit face à l'imposition par les Mongols d'un système de gouvernement et de lois étrangers sur les populations musulmanes, il s'est insurgé contre les Mongols et ceux qui les avaient soutenues, en déclarant que quiconque rendait effectif de telles lois était un infidèle : « Toute personne qui agit ainsi est un mécréant et doit être combattu jusqu'à ce qu'il revienne à la loi d'Allah et de Son Messager. Ainsi personne d'autres que Lui ne devrait gouverner que ce soit sur l'un ou l'autre, majoritaire ou minoritaire ». C'était la première fois qu'un système de croyance étranger avait été forcé au cœur du monde musulman, et la longue fatwa d'Ibn Taymiyyah servit alors de base théologique à l'opposition musulmane contre les lois forgées dans tout les pays du monde musulman. Il a conclu en déclarant que « défendre les terres musulmanes et expulser l'occupation armée est la deuxième obligation la plus importante d'un Musulman après avoir cru en Allah ».

La répugnance des Musulmans envers la loi mongole a présenté un dilemme à leurs souverains mongols. Aussi longtemps que la population était niée dans son droit à l'autodétermination, y compris la détermination des lois par lesquelles ils sont gouvernés, les Mongols ne pourraient les assujettir complètement. En même temps, si l'on avait accordé ce droit aux Musulmans alors cela signifiait quand même la fin immédiate de l’hégémonie mongole dans la région. En effet, c'était ce désir de rétablir un Etat Islamique qui a conduit toute la résistance sunnite à expulser les mongoles dès le moment où ils sont entrés dans Bagdad. Aujourd'hui, c'est ce même désire qui est lié à l'instabilité politique présente au cœur de l'Egypte, la Libye, la Syrie, la Jordanie, la Tunisie, l'Algérie, et la plupart des pays arabe qui ont choisi la laïcité comme chemin politique. Le fait indéniable est qu'un Musulman ne peut accepter le sécularisme sans quitter sa religion. L'Islam est un mode de vie complet qui n'a aucun concept du style "rendre à César ce qui est César et à Dieu ce qui est Dieu." Pour cette raison, l'Administration Bush qui essaye d'arrondir la démocratie séculière afin de l'insérer dans le cadre rigide des sociétés du Moyen Orient cours à un échec certains et provoquera la même résistance violente que le ferait celle d'imposer la Shari'ah sur les Etats-Unis.

En envahissant l'Irak, les Mongols sont venus apprendre que le monde islamique n'est pas divisé en nations et états ou en régions géographiques. Le Prophète Muhammad (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a décrit le monde musulman comme une seule entité et il l'a comparé au corps humain en mentionnant que si une partie de celui-ci souffrait alors tous le corps serait touché par la douleur. Pour cette raison, lorsque les Mongols ont envahis Bagdad et ont construit des "pyramides humaines" avec les restes des savants et poètes de la ville, c'était comme si cette brutalité avait été infligée à tout le monde musulman. Quand les Musulmans de Jakarta, Sarajevo, Riyad ou Tunis voient les scènes d'Iraq et la brutalité américaine, c'est comme si cela avait été fait à eux.

Quand ils voient des photographies d'hommes irakiens forcés de simuler des fellations en face de grimaces de femmes et de soldats américains, la rage qu'ils sentent est semblable à celle de celui qui voit de tels actes perpétrés envers leur propre frère ou leur propre père. Une occupation ne peut être maintenues si elle ne subjugue pas la population - que ce soit physiquement, économiquement ou psychologiquement - donc plus cette Amérique continuera son occupation, plus elle sera forcé de s'engager dans des brutalités, et plus leur brutalité atteindra les yeux du monde musulman, moins sécurisé deviendra le monde pour les Américains et, pour l'Occident en général. Qu'importe le nombre de fois que le Président Bush apparaîtra sur les écrans de télévisions arabes pour offrir des excuses marmonnées, farineuses et des assurances que l'humiliation sexuelle infligée aux Irakiens, la brutalité, et le sadisme ne sont pas représentatifs de l'Amérique. Le fait est que les Arabes et les Musulmans, comme la plupart des gens, jugeront le Président Bush et l'Amérique non pas sur ce qu'ils disent, mais sur ce qu'ils font.

Bataille-d-Ain-Djalout.jpg

Le tournant décisif de l'occupation mongole vint en septembre 1260, lorsqu'ils emménagèrent la Palestine. Les Mamluks, une nation musulmane basée en Egypte, envoya une armée pour les affronter. Mené par un général nommé Qutuz, l'armée musulmane rencontra les Mongols à une place appelée 'Ayn Jalut (Oeil de Goliath) en Palestine. Ils étaient 20.000 de chaque côté, mais les Mamluks battirent les Mongols solennellement, en leur infligeant de grosses pertes et en propageant dans tout l'empire les nouvelles de cette épisode. C'était un moment décisif pour les Musulmans car cela anéantissais le mythe de l'invincibilité mongole. Après que le chef des armées mongoles capturé fut apporté à Qutuz, ce dernier lui dit :

« Ignoble personnage, vous avez versé tant de sang injustement, anéantis les vies des dirigeants et des dignitaires avec vos fausses assurances, et renverser des dynasties anciennes avec des promesses trompeuses. Maintenant vous êtes tombés finalement dans votre propre piège (l'arrogance) ».

Les ignobles personnages de l'Administration Bush, si passionné par leur propre vision messianique d'une révolution démocratique, si enivré par l'orgueil de l'empire, et ainsi asservi à la vision néo-Jacobinne de "la destruction créative" (remettre l'ordre par le chaos) est tombé dans le piège de penser qu'ils peuvent faire ce qu'aucune autre société n'a jamais été capable de faire : imposer violemment une idéologie étrangère au monde musulman. L'Administration semble marcher maladroitement sur le chemin vécu jadis par les Mongols: des "pyramides humaines" au Yasiq moderne avec pour conséquence la monté du "fondamentalisme" religieux en réponse aux exactions de l'occupation. Il a fallut deux années entre la chute du Califat à Bagdad et la défaite des Mongols à 'Ayn Jalut. L'Amérique n'a pas encore rencontré son 'Ayn Jalut, mais le monde musulman continue de bouillonner et l'escalade de la violence en Irak ne peut qu'approcher rapidement ce jour.  Allahou Akbar

Article d’un Frère, du Forum Al-Mourabitoune, 2009

« Les Mongols d’hier et les américains d’aujourd’hui » 

Surprenantes sont les ressemblances entres les deux invasions majeures subies en Irak dans son histoire islamique, je parle de l'invasion Mongolo-tatar du 7ème siècle (hégire) (14ème J.C.), et l'invasion Anglo-américaine actuelle. Constatez par vous même :

Les deux nations (mongole et américaine) sont apparues soudainement sur la scène internationale, et n'avaient pas de civilisation ou d'histoire ancienne.

Les deux nations sont nées sur les cadavres de millions de victimes, et les décombres de milliers de villages et villes => DES PEUPLES DE BARBARES.  

Avec le temps, les deux nations ont représenté le pole unique dans le monde, c'est le cas des américains comme cela est constaté depuis 1990, et des mongoles en leur temps.

Les mongoles ont envahi le royaume de Khawarizm (Afghanistan Iran) avant Bagdad. Les américains... l'Afghanistan avant l'Irak.

Les mongoles comme les américains ont envahie la région sans résistance locale. Les peuples étaient dans les deux cas "anesthésiés" par la dounia, et la région divisée en une multitude d'entités politiques affaiblies sans cesse en conflit.

Lors des deux invasions, la supériorité militaire des envahisseurs est écrasante.

Les deux puissances ont bénéficiés d'assistance locales, ainsi, quand Badreddin Lou'lou', chef du nord Irak s'alliait aux Mongoles contre le Kalifa de Bagdad. On trouve que les actuels gouvernants de l'Irak du nord (les laïcistes kurdes), sont actuellement alliés des américain

Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche