DEPUIS JANVIER 2010 LES MOUDJAHIDIN (45) : Entretien avec le Sheikh Abu Muss'ab Az-Zarqawi (Irak) - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 21:00

Au nom de Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux


LES MOUDJAHIDIN (45) :

Entretien avec le Sheikh Abu Muss'ab Az-Zarqawi (Irak)


LES MOUDJAHIDIN JUSQU'A LA FIN DES TEMPS  

----------o LES MOUDJAHIDIN JUSQU’A LA FIN DES TEMPS o----------


Il s’agit d'un entretien en Arabe d'une longueur de 33 pages avec le Sheikh Abu Muss'ab Az-Zarqawi (puisse Allah lui faire Miséricorde) conduit par le frère Abu Alyaman Al Baghdadi (puisse Allah lui faire Miséricorde), membre du Comité Informatif de l'Organisation de la Base du Jihad au Pays des Deux Fleuves. Ce document n’a jamais été publié auparavant, et il l' est à présent par Al Furqan Media, média officiel de l' Etat Islamique d' Irak.

Par la Grâce d'Allah, vos frères de RafidaynCenter (traduction) sont en mesure de vous en présenter la première partie. Nous demandons votre patience et implorons Allah le Très-Haut de bénir ce travail, qu’il soit un bien pour les Musulmans et une épine dans la gorge de leurs ennemis.

12/2006

Partie I

 

Al Baghdadi: Que la paix et la Miséricorde d'Allah soient sur vous.

Az-Zarqawi: Et que la paix et la Miséricorde d'Allah soient également sur vous.

Al Baghdadi: Qui est le Sheikh Abu Muss'ab?

Az-Zarqawi: Ô Allah, nulle facilité sauf ce que Tu rends facile, et nulle difficulté sauf ce que Tu rends difficile si Tu le souhaites. Votre frère en Islam, qui est pauvre face à la Miséricorde de Son Seigneur, Az-Zarqawi est Ahmad Fudail Nizal Al Khulilah, de la famille des Bani Hassan en Jordanie.

Al Baghdadi: A quand remonte votre entrée en Religion?

Az-Zarqawi: Cela s'est produit vers la fin des années 80 du siècle dernier. Mes débuts se sont effectués dans la Mosquée de Hussein Ibn 'Ali al Ka'in dans la ville bleue et puis, six mois après mon adhérence à l’Islam, je me suis rendu en Afghanistan, la terre du Jihad.

Al Baghdadi: Est-ce que le groupe auquel vous avez adhéré était affilié à un Madhab (école de pensée) particulier ou alors était-ce un groupe religieux d'une manière générale?

Az-Zarqawi: Les frères grâce auxquels je suis parvenu au droit chemin étaient religieux d'une manière générale. Et vous savez qu’avant son adhérence, une personne ne fait pas la distinction entre les différents Madhabs, donc mon inclinaison religieuse était générale.

Al Baghdadi: Y a-t-il une personne qui vous ait spécialement marqué avant votre entrée en Islam?

Az-Zarqawi: Non, personne en particulier ne m'a touché avant mon entrée en Islam. Et la véritable raison qui a fait que je sois devenu religieux est que j'ai dû faire face à de nombreux incidents qui ont failli me mener à la destruction et à la mort. Alors, j'ai senti qu'Allah m'avertissait. Suite à cela, j'ai été guidé puis j'ai adhéré à l’Islam.

Al Baghdadi: Le passage de l'apprentissage religieux général à celui du Jihad, comment cela est-il arrivé ?

Az-Zarqawi: Par la Grâce d'Allah, lorsque je me trouvais à la Mosquée avec les frères, je dirigeais régulièrement les prières collectives et les frères discutaient des nouvelles du Jihad en Afghanistan. Nous recevions également des cassettes du Sheikh 'Abdullah 'Azzam -puisse Allah lui faire miséricorde- qui a eu une très grande influence en me dirigeants vers le Jihad. Pareillement, nous nous procurions des magasines sur le Jihad et plusieurs vidéos m'ont beaucoup affecté, et ont fait que je sois parmi ceux qui se sont assez inquiétés et qui sont partis sur la terre du Jihad en Afghanistan. J'ai décidé d'émigrer, quittant ma famille, alors que j'étais marié depuis peu, deux mois ou un peu plus. J'étais alors âgé de 23 ans.

Al Baghdadi: Comment s'est passé votre voyage vers l’Afghanistan?

Az-Zarqawi: J'ai obtenu un visa de l' Ambassade Jordanienne parce qu'à l'époque il était simple d'en obtenir de la part de ces organismes qui obéissent aux commandements de l'Amérique, donc il était facile de partir pour l'Afghanistan afin de détruire l'Union Soviétique et arrêter son raid vers les eaux chaudes comme c'était le rêve Russe. Et vous savez, le monde était alors divisé entre Capitalistes et Socialistes, et tous les deux se faisaient compétition pour étendre leur influence sur les pays, tout du moins sur le Moyen-Orient. La plupart des pays Arabes obéissaient aux ordres de l’Amérique, donc l'Amérique n'a pas eu besoin de battre un cil pour déclarer le Jihad et ces pays ont rendu facile le voyage vers l'Afghanistan. J'ai atteint l'Afghanistan en 1989 et suis rentré en Jordanie en 1992.

Al Baghdadi: Quelle a été la raison de votre retour en Jordanie?

Az-Zarqawi: Louange à Allah, nous étions en Afghanistan mais les différentes parties se sont mises à se battre entre elles après la chute de Kabul. Et nous avons vu quelques agissements qui étaient loins du droit chemin alors nous avons décidé de quitter l’Afghanistan afin d'essayer de faire quelque chose au pays du Shaam (Syrie) et sur une base primaire en Jordanie et en Palestine.

Al Baghdadi: Donc, votre retour était une lutte afin de transporter l'expérience du Jihad en Afghanistan au pays du Shaam. Mais quelle est l'estimation de l'expérience à laquelle vous avez fait face en Jordanie ?

Az-Zarqawi: Nous sommes retournés en Afghanistan avec un très fort enthousiasme, c'est clair. Nous souffrions également d'une expérience limitée et de peu d'expérimentation comme nous n'avions pas eu à faire face à assez de situations de ce genre (en Afghanistan).

Al Baghdadi: Etait-ce dû au fait que votre expérience était seulement militaire?

Az-Zarqawi: D'une certaine manière oui, l'expérience était militaire et contradictoire, dans la mesure où nous n'avions pas maîtrisé les compétences du combat. Il n'y avait aucune certitude concernant les organismes sur ce qui devait être prit en compte pour l'établissement de la Shari'ah (la loi d' Allah). Nous avons voulu mener le Jihad avec ce que nous avions nous nous sommes peut-être précipités sur certains sujets. Il y avait également quelques failles dans la sécurité dû à notre manque d'expérience et d'organisation à ce moment-là. C'est ce dont je me rappelle de mon expérience spéciale. Je suis intervenu avec quelques frères qui avaient décidé de transférer en Jordanie l'expérience acquise durant trois années passées en Afghanistan et ce n'était pas suffisant !

Al Baghdadi: En quoi l' expérience acquise en Afghanistan vous a été bénéfique et en quoi elle vous a nui?

Az-Zarqawi: Au contraire, l'expérience en Afghanistan nous a aidé sans aucun doute. Le seul bémol en Afghanistan était les conditions, nous vivions en divisions. Le Jihad était un jihad général contre les mécréants, nous avions l'habitude des rester durant des mois dans les camps et aucun programme n'était dressé. Vous ne seriez pas dans un groupe qui commencerait par vous former en même temps au niveau religieux et militaire. A la place il y avait des camps d'entraînement dans lesquels vous vous entraîniez, puis la division descendait afin de combattre.

Al Baghdadi: Quelles sont les similitudes entre les conditions actuelles en Irak et celles que vous avez vécu en Afghanistan au temps du Jihad contre les Russes?

Az-Zarqawi: Là-bas, il n'y avait pas le temps de s'organiser mais à présent, en Irak, l'expérience de ce point de vue est meilleure. Et peut-être que les Moudjahidines en Irak ont apprit de cette expérience passée. Peu après que les Talibans aient accédé au pouvoir, l'expérience précédente a mûrie et a éclairé le chemin pour le Jihad correct. Cela est clair, du moment où nous avons quitté l'Afghanistan en 1992 à aujourd'hui, il y a une grande différence.

Al Baghdadi: De combien est l'écart entre les deux événements?

Az-Zarqawi: Onze années, et cela est suffisant pour démontrer que notre vision est claire au sujet de la manière de traiter les opérations.

Al Baghdadi: Est-ce la raison principale ou alors est-ce parmi les raisons principales?

Az-Zarqawi: Le Jihad en Afghanistan a ses propres prises fortes mais il ne fait aucun doute que le Jihad en Irak, dans un très court terme par la Grâce d'Allah, a été en mesure d' assaillir l'ennemi et de le mettre en grande difficulté. Les occasions présentes sur le sol Irakien ne le sont pas en Afghanistan.

Al Baghdadi: Quelle est l'importance de la clarté de la base de la croyance et de l'adhérence au Coran et à la Sunnah sur le sentier du Jihad?

Az-Zarqawi: La clarté de la base de la croyance est très importante à n'importe quel groupe qui entreprend le Jihad sur le sentier d'Allah. Et il est nécessaire pour le groupe qui entreprend de faire le Jihad de fixer ses objectifs dès le départ afin d'expliquer pourquoi il entreprend le Jihad et sur quelle base il l'entreprend.

Al Baghdadi: Quelles sont les erreurs majeures dont vous avez été témoin lors du Jihad Afghan contre la Russie?

Az-Zarqawi: Les gens se battaient contre les lois Soviétiques afin d'appliquer la Loi d' Allah, donc le but de ce point de vue était très clair. Mais nous avons réalisé au fur et à mesure que beaucoup de groupes combattants avaient des bases de croyance confuses. Et il est nécessaire ici de dire qu'il y avait des groupes qui avaient une croyance saine, tout comme il est nécessaire de différencier la bonne intention de la croyance correcte. Nous n'avions aucun doute quant à leurs intentions, alors nous avons dit qu'ils souffraient d'un manque de perspicacité et c'est ce qui a fait qu'ils avaient accepté le système global socialiste. Il n'y avait pas de distinction avec le combat nationaliste au départ, alors ils ont fait face à de durs obstacles à la fin. La plupart des dirigeants en Afghanistan étaient des Ikhwans (Frères Musulmans) comme Syaf, Rabbani, Hekmatyar et Shah Ahmad Massoud, ou alors des globalistes proclamant le Jihad. Pour cette raison, leur croyance n'était pas claire malgré qu'ils déclaraient vouloir instaurer la Shari'ah. La raison de cela est que l'Afghanistan possède une particularité qui la différencie beaucoup des autres pays islamiques, et c'est la qualité d'adhérence et leur amour pour la Shari'ah. Car la nature de la nation Afghane est l'adhérence et c'est ce qui explique son inclinaison, une inclinaison Islamique. Simplement, du point de vue de la croyance, ce n'était pas très clair.

Al Baghdadi: Et quel a été le résultat?

Az-Zarqawi: La Direction qui avait la croyance confuse a montré sa trahison plus tard, comme Syaf, Ahmad Shah Massoud et Rabbani. Ils se sont alliés avec les Boudhistes Hindous et l'Amérique. Ils ont accepté les Américains mais n'ont pas accepté les Talibans.

Al Baghdadi: Les détracteurs vous disent "Quelle est votre croyance? Quel est votre projet politique et comment comptez-vous le réaliser ?"

Az-Zarqawi: Concernant notre projet politique, comme certaines personnes le nomme, il est minutieusement récapitulé dans les dires du Prophète Mohammed -paix et bénédiction d'Allah sur lui : "J'ai été envoyé avec l'Epée, entre les mains de l'Heure, jusqu'à ce qu'Allah seul soit adoré." Il est nécessaire de préciser que nous ne croyons pas en la politique dans la manière dont elle est familièrement utilisée par une secte particulière. Ils brandissent l' Islam comme un slogan puis vous les retrouvez dans les parlements et ils participent aux côtés des transgresseurs en occupant des sièges qui dirigent en dehors de la Loi d'Allah.

Fin de la première partie

Traduction réalisée par RafidaynCenter Publications © 2006

Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche