DEPUIS JANVIER 2010 N.O.M 1 : « L’Islam en ligne de Mire ? (2/3)» - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 22:48

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

 

N.O.M 1 :

« L’Islam en ligne de Mire ? (2/3)»

 Nouvel Ordre Mondial Taghout Injustice

----------o LE NOUVEL ORDRE MONDIAL OU TAGHOUT MONDIAL o----------

Livre de Mohammad Amine Alibhaye, île de la Réunion

Première édition

Un livre choc.

Deuxième partie


 

DEUXIÈME CHAPITRE


Mass médias = nouveaux centres de propagande anti-islamique.
[Par médias, entendre tous les supports de l’information, sous toutes ses formes.]
Alimentés par les grandes agences de presse mondiales, la Presse écrite, parlée ou télévisée, puis les émissions ou films télévisés au lieu d’informer, entre autres, sur tous ce qui touche à l’Islam, déforment l’information, aveuglent, leurrent et intoxiquent les esprits, conditionnent à l’anti-islamisme. En cela, ils imprègnent notre subconscient d’idéaux chrétiens. Car en même temps, ils nous rappellent régulièrement leur alternative: le mode de vie occidental, son confort, ses “libertés”, ses “valeurs morales” et son “attachement à la justice”. Et là encore, pour amplifier le contraste, “le meilleur” et “le pire” se suivent souvent. C’est quoi “le meilleur”? C’est quoi “le pire”? Devinez.
Là est le grand danger.
Vous l’avez compris, nous pouvons TOUS plus ou moins nous identifier à cette dernière catégorie de musulmans. Même si en plus et par ailleurs nous sommes déjà harcelé par leur visite de prédication ou leur littérature. Nous sommes donc tous concernés par ce qui va suivre.

La menace est donc chez chacun de nous. Ennemi furtif, impalpable, mais non imparable.
En plus de la satanisation de l’Islam, Ils jouent sur nos cordes sensibles.
Musulmans ou non, nous avons tous nos faiblesses, petites ou grandes, et nous ressentons tous une certaine attirance, voire un amour pour certains des aspects ou des conforts de la vie en Occident.
Sachez bien que ces prédications, sur le terrain comme sur les ondes, voire à travers une certaine “presse”, ont une communauté de BUT: éradiquer l’Islam, aujourd’hui sous le visage de l’humaniste affecté, demain sous couvert du respect des droits de la femme.
Je vous prie d’être persuadé que ces gens-là s’inquiètent beaucoup de notre éducation morale! L’Orient “rouge” n’est plus. À bas l’Orient “vert”!
Et ça marche, ça marche!
Une pierre, deux coups! Comment?
1) Ils commencent à ébranler la foi, à installer le doute dans le cœur des croyants musulmans [ils parlent et énoncent avec une telle conviction!]: “...et s’ils avaient raison?”
Ainsi donc ils ont créé chez nous “une classe d’élites européanisés”, constituée des gens qui sont heureux de leur rôle de valet de l’Occident, leur servant de relais pour corrompre la communauté islamique.
2) Ils éliminent, dans le même temps la moindre trace de sympathie envers l’Islam, qui aurait pu naître dans le cœur des non-musulmans.

Et tout ceci librement, naturellement, avec notre bénédiction: ils sont bien obligés d’informer le peuple, après tout, non?

Vous noterez que les attaques se font rarement à découvert, et que c’est fort subtil: petites déformations par ci par là, titres alarmants rectifiés ensuite dans les petits caractères, et le mieux de ce qu’ils ont pu trouver à ce jour: la suggestion d’un fait, d’une idée, d’un état de choses, à l’esprit, simplement par association de phrases, d’idées, de faits, d’images. Ils ne l’ont pas dit, pas écrit, de quoi peut-on les accuser? Et chacun est d’autant plus convaincu de la justesse de “son” analyse qu’il s’imagine l’avoir élaborée lui-même! Alors qu’en fait, il a été savamment conditionné pour qu’il pense comme cela! L’art du conditionnement, en masse, du peuple....

Des exemples concrets sur des couvertures d’hebdos ( presse écrite, vérifiable):
- Événement du Jeudi - n°516 (09/94): “La poussée islamiste en Europe” (montrant un bébé de 3/4 ans, en hidjab, un coran en mains)
-L’EXPRESS - 17/11/94: “FOULARD LE COMPLOT COMMENT LES ISLAMISTES NOUS INFILTRENT”
La thématique alarmiste des titres frappe l’imaginaire des gens, les deux contenus sont absolument vides et inconséquents par rapport aux couvertures. Aucune preuve. Des présomptions. Qu’importe! Le but est atteint! Manipulation.

Quant “aux foulards” il s’avère être un excellent tremplin politique, pour les arrivistes: souvenez-vous du premier principal de collège - Ernest Chénière - qui avait interdit les “foulards” en 1989 à Creil (France). Aujourd’hui il est député au Parlement français, et...déposait en Juin 94 un projet de loi pour interdire le voile à l’école (histoire de garder sa côte dans “l’opinion”)!

Puis il y a les informations suggérées:
-Newsweek 4/05/92: “SLAVES” (esclaves) - et anodine, plus bas, une photo de maçon dans la boue avec légende “Maçon au Pakistan”!
-L’EXPRESS du 27/03/92 surtitre laconique et unique: “MENACES EN ASIE CENTRALE” sur une photo de “barbus enturbannés” un Coran ouvert en main - le cliché classique quoi!
Le contenu n’est qu’un déballage de forfaitures ou de fantasmes. Vérifiez.

Un autre exemple flagrant, accablant, vous sera donné plus loin, sur ce que cet anti-islamisme aveugle peut accoucher: il substitue à la recherche de la vérité, les idées reçues, aux sources contrôlées et fiables, le kleenex.

La Presse (écrite, parlée, télévisée) est un moyen certain d’information, d’éducation, d’humanisation et d’ouverture sur d’autres horizons. Mais il est non moins vrai que l’homme peut aussi en faire un moyen de désinformation, d’intoxication, de manipulation, de dégradation de l’individu et de la société.
Donc, il convient de s’informer, pour mieux connaître notre monde, les autres cultures ainsi que le pays dans lequel nous vivons. Mais chacun doit avoir des armes - la connaissance et l’éducation - pour non seulement se forger une profonde conviction, mais aussi dépasser, surmonter, et si nécessaire, démontrer les mensonges répandus, par l'analyse et l'étude.
Il nous faut donc être d’une extrême vigilance et exercer en permanence notre sens critique sur le contenu de la presse: ne jamais, mais jamais, accepter comme vérité fiable et sûre, les informations qu’elle diffuse (quel qu’en soit le sujet d’ailleurs). Essayez de comparer des versions de sources différentes d’un même événement, vous comprendrez (AFP et Reuter ou CNN et BBC par ex.).

La menace est chez chacun de nous
Les médias greffent en nous comme dans l’opinion, une espèce d’islamophobie latente, presqu’inconsciente; mais le schéma n’est pas aussi simpliste: leur discours n’est pas homogène et ils ne sont pas les seuls en piste.
Le monde judéo-chrétien (religieux) fait, plus souvent maintenant que dans le passé, cause commune avec les négateurs athées, les antireligieux, et les “grands défenseurs” de civilisation, pour contrer l’essor de l’Islam dans le monde, et en Occident en particulier.
C’est extraordinaire, lorsqu’on sait qu’à l’origine, l’obscurantisme chrétien et ses églises - alors, véritable état dans l’état, par ses répressions féroces, par sa condamnation des recherches scientifiques, ont généré ces gens-là et ont enfanté ces ennemis de toutes religions. Et aujourd’hui ils font cette alliance, certes profane, mais, qui transcende leur mutuelle répulsion pour se focaliser sur l’ennemi de substitution en cette fin de siècle après la chute du communisme: l’Islam.
Cette alliance contre nature permet aux uns de se forger le véritable bras séculier qu’ils n’ont plus, et apporte aux autres (les faiseurs d’actualités et autres intellos progressistes) une égoïste légitimité dans ce qu’ils perpètrent. Cet ensemble potentialisé par le formidable impact des médias, constitue une force de persuasion que nul ne doit sous estimer.

Mais ces manipulateurs, savent-ils qu’ils sont eux-mêmes manipulés?

Car il y a une ligne directrice derrière tous cela. Le bon est invariablement le même et le mauvais aussi (cependant des fois, à l’impossible nul n’est tenu, aussi l’annonce inverse est toujours ténue). En filigrane se dessinent nettement les grands bénéficiaires de toutes ces manœuvres, exercez votre jugement. Car lorsque des marionnettes gesticulent, quelqu’un tire les ficelles...non?
Thème de réflexion.

Mais l’opinion est maître? Dites-vous? Ah, l’opinion! On avait oublié!
Il est lui, modelé par ceux là même qui sont manipulés: les acteurs de la collusion susmentionnée.
Il est conditionné par ceux qui diffusent l’information. Puis le relais est pris par ces “intellectuels progressistes”, vous savez ceux qui prennent l’actualité en marche et feraient tout pour un petit “talk-show” (petit 1/4 h télévisé). Eux y ajoutent la touche tragique (ou tragi-comique, c’est selon) pour parfaire le “travail”.
Vous savez parfaitement comment on peut faire d’un épiphénomène une affaire internationale, et d’un véritable drame humanitaire, un “Mystère insondable” à oublier! Il n’est pas nécessaire de s’étendre plus longtemps sur ces pratiques. Chacun peut constater aisément qui est toujours visé et qui vise.

Vision paranoïaque ? Alarmisme nombriliste?

La logique d’affrontement entre le monde chrétien et le monde islamique ne date en effet pas d’hier; c’est même une tradition. Mais au cours de la dernière décennie une tendance plus dure émerge à mesure que l’Islam gagne les cœurs. Toutes les puissances se préparent à ce qu’eux-mêmes qualifient pudiquement de “Guerres des civilisations” pour le siècle prochain, consultez les revues spécialisées pour vous en convaincre. Maintenant, si vous doutez du bien-fondé de cet “alarmisme”, veuillez donc, ami lecteur, lire attentivement ce qui suit:

Un rapport du Conseil de l’Atlantique nord (OTAN) considère que l’islam est perçu comme une «menace» par les pays de l’OTAN en raison de «l’hostilité des mouvements islamistes et plus particulièrement les plus radicaux d’entre eux à l’égard des valeurs occidentales; et [de] la conviction que ces groupes useront de la violence contre les citoyens et les intérêts occidentaux». Il ajoute, que «quelques dirigeants politiques» estiment que les groupes islamistes pourraient «affaiblir aussi bien dans les pays musulmans qu’occidentaux, la confiance de l’opinion publique en la démocratie». L’islamisme radical, selon ce rapport, pourrait «pousser un important flux d’émigrants et de réfugiés vers l’Europe occidentale». [Pedro Moya, La Montée du radicalisme islamique et l’avenir de la démocratie en Afrique du Nord, Assemblée de l’Atlantique nord, sous-commission pour le bassin méditerranéen, AL73, CC/MB (94) 2, mai 1994.] Source: Le Monde diplomatique n° 2796
[Mais...attendez...dites donc un peu, n’est-ce pas l’OTAN, ceux-là mêmes, qui “protègent” les musulmans bosniaques dans l’ex-Yougoslavie? Ah, OK....Ouf! Parce qu’on commençait à douter de leur capacité. Ca va, on comprend mieux maintenant pourquoi lorsqu’ils se décident à “protéger” les musulmans, ils bombardent toujours des chars vides et des positions délaissées depuis des jours par les serbes.= poudre aux yeux de l’opinion]
Puis ceci:
«Pour les Européens, affirme un rapport du Royal Institute of International Affairs de Londres, l’islam a toujours été un sujet de préoccupation. Mais ce n’est plus un phénomène lointain. (...)Désormais il fait partie d’une réalité culturelle qui caractérise les quartiers les plus pauvres de certaines villes d’Europe occidentale. (...) Le vieil ennemi s’est glissé par la porte de derrière et il doit affronter des clichés et des fantasmes irrationnels élaborés pendant des siècles: djihad contre les infidèles, acceptation passive du gimat (destin), et foi fanatique.» [David McDowall, Europe and the Arabs. Discord or Symbiosis ? Royal Institute of International Affairs, londres, 1992.]
Samuel Huntington, "prestigieux" professeur américain, en appelle lui carrément à un sursaut politique et militaire de l’Occident pour résister à l’Islam! [Samuel P. Huntington, «The Clash of Civilisations?», Foreign Affairs, Vol. 72, n 3, 1993. Lire la version française in Commentaire, Paris, été 1994.] Source: Le Monde diplomatique

Et l’Église? Menace ou communion dans la foi en Dieu?
Leur premier sujet d’inquiétude: l’Islam.
Le cardinal Casaroli, alors chef de la diplomatie vaticane, avant la chute du communisme dit en substance: le communisme ne constitue pas une menace car sa fin est inéluctable. “Le vrai problème, c’est l’Islam. Et avec lui, nous en avons pour longtemps!”
[Propos relevés par Sylvain Michaux - “L’esprit Libre” - n°3 - p.10]
Leur grande inquiétude récemment exprimée encore est que, tandis qu’on prévoit un renouveau du spirituel pour le prochain siècle, qu’il soit celui du triomphe de l’Islam. Gageons même qu’il y ait de fortes chances que le choix du prochain pape se fera en fonction de ses compétences particulières pour gérer “l’Islam”, le péril vert. Africain? Nigérian?...

Question. Qui est donc dans leur ligne de mire? L’Islam? Non.
L’Islam est leur POINT DE MIRE. Décidément.

Mais pourquoi donc l’Islam? Qu’est-ce qu’on leur a fait?
Pour qui s’arrête 30 secondes et réfléchit, la réponse fuse de toute part!
La culture islamique est radicalement différente des leurs.
En effet l’Islam constitue:
- un frein à l’industrie de la musique
- un frein à l’industrie de la drogue
- un frein à l’industrie de la pornographie
- un frein à l’industrie de l’alcool
- un frein à l’industrie du sexe
- la seule pierre d’achoppement pour l’expansionnisme sioniste
- le seul frein à l’impérialisme occidental
- la seule menace pour la culture occidentale
- la seule menace au “nouvel ordre international” (*) tel que défini par nos stratèges occidentaux pour les intérêts occidentaux.

(Ribaat (*): NOUVEL ORDRE MONDIAL OU TAGHOUT MONDIAL)

Vous imaginez-vous la puissance financière, militaire, et médiatique de ces lobbies?
Aucune force, ne résisterait aux attaques du dixième seulement de cet ensemble de lobbies. Aucune. Nul besoin de rappeler que ces groupes ne lésinent sur aucun moyen pour arriver à leur but. Aucun.
L’Islam, au contraire les déroutent: c’est à n’y rien comprendre! Plus les pays musulmans accumulent les défaites politiques et militaires, plus l’Islam gagne des cœurs.
Pire, le phénomène n’est pas localisé, il s’étend à l’ensemble de la planète!

Alors, vous maintenez: paranoïa? Irrationnel? L’avenir jugera.

Le fait est que c’est vrai qu’aucune forme d’esclavage ne pourra durablement dominer l’Islam, par essence rebelle à toute autre soumission qu’à Dieu; mais il est cependant non moins vrai que leurs grands “stratèges” n’ont pas prévu que la voie du succès de l’Islam se fera non par une révolution, mais par la voie du cœur, et aucun stratège ne peut régenter le cœur des gens.

Pour être complet et ne pas être injuste, il ne faut pas nier, qu’il y a des hommes, savants, chercheurs, religieux, des deux bords et d’ailleurs qui dénoncent cet anti-islamisme et ses excès, qui dénoncent cette logique de confrontation, qui préconisent un dialogue plus fructueux et refusent de sacrifier tout espoir de respect et reconnaissance sur l’autel du réductionnisme béat et facile. Il faut ici les saluer bien bas, car, en cela, ils se singularisent et sont montrés du doigt, voire mis aux bans. Mais, voyez-vous la puissance des médias détermine un cadre de communication largement irrationnel, où la force de l’effet supplante, occulte les résultats de recherches pondérés et sérieux.
Et l’embrasement actuel des médias sur l’Islam réduit à un “chuchotement” les quelques propos “discordants” sur ce thème.
On ne parle pas au même niveau de réceptivité, ni avec les mêmes moyens.

Pour l’heure, il faut agir pour que dans nos esprits et ceux de l’opinion, la limite entre l’information et la manipulation soient moins floue. Il nous faut nous informer, et informer sans arrêt sur l’Islam.

Commençons donc par réfuter, dans le seul intérêt de rétablir la vérité, les principales assertions honteuses, portées par ces gens à la tranquille suffisance, dévoilant ainsi leur anti-islamisme primaire, et dont le fonds de commerce est d’exploiter la peur de l’Islam en Occident, de saper la foi des croyants, de maintenir la conscience occidentale dans l’ignorance et le refus de l’Islam.
Et ceci, afin que chacun d’entre nous soyons conscients de leur manœuvre et puissions informer, chacun avec nos mots, notre conviction.
Il ne s’agit pas non plus de revendiquer une spécificité “islamique”, un traitement spécial, mais simplement la neutralité que chaque musulman (français ou non) est en droit d’attendre d’un état laïc. Nous sommes des citoyens respectueux des lois de la république. Cela est clair et net.
Et la liberté du culte émane de la liberté de penser. Si chacun a le droit d’en jouir, tous se doivent de la respecter. Cela aussi doit être clair. Le culte vrai n’est pas le monopole d’une élite. Nous demandons le même respect réservé aux autres cultes, c’est tout.

Dressons d’abord l’image “à la sauce” occidentale de l’Islam, puis ensuite reprenons les principales accusations en les réfutant.

Constatons d’abord comment l’Islam est “présenté” actuellement en Europe.
On constate principalement trois “axes” d’attaque:

1) La doctrine islamique
Des mensonges nous sont savamment distillées depuis notre jeune enfance. Cela va de nos livres du CE2 à aujourd’hui vers un conditionnement absolu du peuple occidental par des articles, émissions, films, partiaux, attestant d’un mépris total et délibéré des réelles valeurs islamiques. On ancre en chacun d’entre nous, par une synergie dévastatrice l’association : intégrisme + barbus fous furieux + extrémisme + fanatisme = ISLAM. Le mot “islamiste” supplante “musulman” pour bien rimer avec intégriste. Accusant systématiquement l’Islam à travers chaque acte de terrorisme commodément imputé à des extrémistes islamistes (pléonasme?), passant sous silence d’autres, plus graves.
Ce dénigrement méthodique que nul ne peut nier a pour seul but de faire passer l’Islam, aux yeux de tous (musulmans y compris), comme une barbarie d’un autre âge.

Et l’extermination massive de dizaines de millions d’individus par les occidentaux, pour mieux coloniser leur terre, c’est quoi?

2) Le Coran
Le Coran est tantôt présenté comme une autobiographie de Mohammad (e) par l’un, ou comme une pâle et misérable plagiat de la Bible par l’autre, au mieux, comme une vénérable représentation de la spiritualité de la société arabe du VIIè siècle! Et cela par des gens qualifiés de “grands orientalistes” tels Rodinson (surtout!) ou d’autres comme W.M. Watt, Savary, Blachère etc...Grande supercherie.

3) Notre prophète Mohammad (PBSL)
Le prophète Mohammad (PBSL) sur qui Dieu a révélé le Coran, est considéré - voir l’article édifiant de Christian Makarian dans l’hebdomadaire “Le Point” du 1/10/94- comme un opportuniste, conciliant des rites païens à un monothéisme d’emprunt, peureux, et qui “sortait” les révélations en fonction de ses intérêts personnels !
Cet avis de Makarian n’est pas unique en son genre. En effet qu’importent les contrevérités les plus historiques, tant qu’on caresse son lectorat dans le sens du poil !
Un hebdo sérieux comme “Le Point” conseille même comme lecture d’information sur Mohammad (e) et l’Islam : M. Rodinson (athée anti-islamique), W.Montgomery Wat (religieux chrétien), R.Blachère, Tor Andréa, P.Boz. Cherchez l’erreur! Édifiant.
C’est comme si on disait, à ceux qui veulent s’informer sur Jésus (a) ou la Bible, de lire :
Pr Hamidoullah, Hanni ou Tarek Ramadan, Ahmed Deedat, Tabari.
Vous me suivez ? La logique est cependant rigoureusement la même !
Comment alors s’étonner, après cela, que la plupart des gens se trompent sur l’Islam ?

Quel meilleur défenseur pour Dieu que Dieu lui-même? Le Coran, seul livre du genre historiquement prouvé authentique à 100 %, nous exhorte tant de fois à utiliser notre intelligence pour séparer le vrai du faux. Non seulement il ne le craint, mais il nous incite à le faire!

La subtile diabolisation de l’islam, auquel on assiste, produit chez des gens à l’esprit critique, l’effet opposé à celui escompté. Dieu est grand et se suffit à Lui-même.

Voici donc les principaux griefs contre l’Islam ou les musulmans.
Pour que vous ne puissiez être accusé de partialité, et pour votre convenance lors d’une discussion avec un non-musulman, aucun argument ne sera puisé chez les historiens musulmans, ni de raisons tirées de notre seule foi, car eux ne croient ni à l’une ni à l’autre de ces sources. Il convient donc de réfuter leurs accusations par la logique, le raisonnement, l’Histoire établie et vérifiable, ou encore, laisser à leurs propres savants la dure tâche de rétablir la vérité, dans la mesure du possible et de nos connaissances. C’est donc délibérément qu’aucune des références qui suivent ne proviennent ni du Saint Coran, ni de la Sunnah du Saint prophète (sauf à titre d’ex. vérifiables). Il s’agit de les contrer sur leur terrain.

1) Le dieu des musulmans s’appelle Allah

(donc différent du Dieu chrétien par ex.)
Cette croyance largement surannée peut être facilement réfutée.
Allah est la traduction arabe du mot Dieu, tout comme God l’est en anglais. Un document de Secrétariat du Vatican pour les non-chrétiens (“Orientations pour un dialogue entre chrétiens et musulmans”) l’a clairement confirmé: “Allah est le seul mot qu’ont les chrétiens de langue arabe pour dire Dieu”. (Source citée par M. Bucaille dans son 1er livre)
Le débat est clos.

2) L’Islam est la religion et le mode de vie d’un bédouin arabe du 7è siècle !

(Comprendre : un tel archaïsme n’a plus court !)
Ajoutons, concernant Mohammad (PBSL) : caravanier, marchand, homme d’état, fin stratège, chef religieux et accessoirement... prophète de Dieu.
Car en effet est-ce si grotesque cette évolution significative dont peut se targuer l’Islam à travers le Coran? Appelant, non à la crédulité, non au surnaturel, à la différence d’autre religion, mais sollicitant maintes et maintes fois le bon sens, la raison, et l’intelligence humaine. Ceci est spécifique au Coran. Propre au Coran. Unique dans l’histoire des religions.

Comme il est impossible d’évoquer en quelques lignes la vie et l’œuvre de notre prophète Mohammad (PBSL), sans être accusé de partialité.
Laissons cette synthèse à d’autres :
“Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, et l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand de l’histoire moderne à Mahomet?”...” A toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ?”
Lamartine - Histoire de la Turquie- Tome1 - Livre 1er - P 227 à 280.

“Je l’ai étudié- le merveilleux homme - et à mon avis, loin d’être un antéchrist, il mérite le titre de Sauveur de l’humanité. Je crois que si un homme comme lui prenait la dictature du monde moderne, il réussirait à résoudre ses problèmes d’une façon qui lui apporterait la paix et le bonheur si nécessaires. J’ai prophétisé sur la foi de Mohammad, qu’elle sera acceptable à l’Europe de demain, comme elle commence à devenir acceptable à l’Europe d’aujourd’hui” -
Georges Bernard Shaw - The genuine Islam- Vol I.

“Il était césar et le pape tout à la fois” ... “ Sans armée, sans garde du corps, sans palais, sans revenu ; si aucun homme avait le droit de dire qu’il régnait de par le droit divin, c’était bien Mohammad” - Révérend Bosworth Smith (Missionnaire chrétien, oui!)- Mohammad and Mohammadanism - p92-
Faut-il rappeler qu’il parlait là du suzerain de toute l’Arabie ?
Bien d’autres témoignages existent. A eux de juger...

3) L’islam c’est le fanatisme, la violence, le crime.

Il faut lever là toute ambiguïté : l’Islam condamne catégoriquement le crime et l’assassinat. Le Coran est très clair S5V32 “Celui qui tuerait un homme non coupable d’un meurtre ou un délit sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque fait don de la vie à un homme, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes”.
S17 V33 : “ Et, sauf en droit, ne tuez point la vie que Dieu a rendu sacrée”. Etc...
Tout comme riposter à une injustice est un droit (s42 v39 : “et qui, atteints par une injustice, ripostent”) revendiquer de gouverner au nom de Dieu est un droit, s’il est scrupuleusement respecté. Mais ce même droit ne saurait cependant justifier de moyens honteux pour arriver à cette fin (violence, crime d’innocents).
Ceux qui le font, abusent du droit de parler au nom d’une religion. Eux sont en cause, pas l’Islam. Mais parallèlement il y a tant d’actes terroristes qui sont toujours, à priori, attribués aux “extrémistes islamistes”.
Cette logique est déroutante : pourquoi attaquer la religion de l’Islam, lorsque des musulmans font une faute, et pourquoi n’accuse t-on pas la laïcité pour un laïc, le christianisme pour un chrétien, l’athéisme pour un athée, lorsque ceux-ci perpètrent d’ignobles crimes? Pourquoi?
Avez-vous UNE seule fois entendu parlé d’”un terrorisme catholique” s’agissant de l’IRA ?
Qu’une puissance se heurte, dans le monde musulman, à un obstacle? C’est du fanatisme. Le musulman défend-il son foyer, sa religion, sa patrie? C’est un extrémiste, et non un patriote.
Le patriotisme a-t-il deux sens différents? Non, il est fonction du contexte!
On fait tout pour radicaliser des gens en leur spoliant des droits les plus élémentaires pour, ensuite, pouvoir mieux les accuser.
L’équité la plus élémentaire leur enseignerait à rechercher et condamner l’ORIGINE d’un mal, et non ses CONSÉQUENCES. Mais on parle là de musulmans, alors au diable l’équité, et les valeurs morales! La fin justifie les moyens. Tous les moyens, même les plus honteux. Tout principe d’équité est subordonné au service de leur dessein inavoué et inavouable. Et dans 30 ans nos enfants étudieront les justificatifs de “cette morale”, de cette “équité”, de cet “ordre international” qui a fait qu’ils aient pu ébranler toute une armada pour l’autre bout du monde, chaque fois que les uns éternuent, tout en affamant un peuple d’innocents (Irak); et en même temps, laisser massacrer les autres (Bosnie, Palestine), à deux pas de chez eux ou ailleurs. Désarmant les victimes, en armant les agresseurs, cette fois!
Demandez donc à nos détracteurs de s’obliger systématiquement à donner la religion des victimes de leurs atrocités, tout autant qu’ils s’empressent de mettre en avant l’Islam quand des musulmans sont les agresseurs.
Et pourquoi donc on ne le fait toujours pas? Exigez d’eux UNE seule raison valable.

4) L’Islam = Intégrisme

Le mot “intégriste” ne veut pas dire extrémiste, terroriste, ni islamiste, bien que tout ce que vous entendez le suggère. Le mot intégrisme est né en Occident avec les curés qui refusaient de dire la messe dans les langues vernaculaires, en maintenant la langue véhiculaire usuelle. C’est donc à l’origine un phénomène catholique, appliqué pour la première fois à l’«Islam» qu’avec Khomeini. Et l’«Islam iranien» d’aujourd’hui est-il un modèle pour les musulmans sunnites représentant l’écrasante majorité des musulmans?
Maintenant, si cependant la définition de l’intégrisme c’est d’avoir des principes de vie, de croire en Dieu et en son prophète Mohammad (PBSL), de défendre sa foi, d’aimer la prière (comme d’autres peut-être aiment le vin), d’accorder large place au spirituel dans sa vie, d’exiger son droit à la différence, alors oui, nous devrions être tous intégristes et fiers de le clamer !
Là est le malaise : quelle EST la conception à chacun de l’intégrisme ?
Si l’intégrisme c’est la xénophobie, l’assassinat d’innocents (en Algérie comme en Palestine), le mépris des autres, la manipulation de la religion pour mieux exploiter les âmes, des rites imposés sous la contrainte, du fascisme nouvelle sauce, un embrigadement prosélyte arriviste, eh bien je dis que ce n’est pas l’Islam, et que chaque musulman doit le combattre par la force, la pensée, la parole, et la plume. Le Coran nous l’enseigne: Sourate 2 Verset 252 : “Point de contrainte en religion, la vérité se distingue (suffisamment) de l’errance”.
Dans une discussion, bien souvent, le masque humaniste tombera pour dévoiler l’hypocrisie de la manœuvre, car les faits parlent d’eux-mêmes.

5) L’Islam en Iran

Lorsqu’on utilise l’Islam et ses valeurs, non comme finalité, mais comme moyen pour accréditer et consolider une théocratie, on le détourne de sa vocation ultime : la paix dans la foi. Cela n’accuse ni les iraniens, ni aucun autre état islamique en particulier.
Les sources d’informations disponibles ne permettent pas de porter un jugement définitif: elles ont une unique origine. Pour juger, il faut entendre les deux parties. Si cependant, ce que l’on voit, entend et lit est vrai, alors il convient de condamner des hommes et non l’Islam en tant que religion qui n’enseigne rien de cela. Car, l’Islam en Iran, par ex., semble avoir été “confisqué” par un clergé chi’ite (secte) en quête d’assise politique. Or l’Islam véritable nous enseigne qu’il y a: l’homme et son Créateur. Ni clergé ni intermédiaire. Les Oulémas sont là pour nous éclairer de leur science et nous aider à mieux pratiquer, leur rôle n’est pas d’imposer.

6) Lapidation, mains coupées, Talion.

Sans rentrer dans les détails, sachez que des peines expiatoires existaient avant l’Islam et que ce dernier y a juste apporté des restrictions. Pour cruelles qu’elles sont, elles sont rarement applicables (voire presqu’impossible pour “l’adultère et sa lapidation”).
En effet si un état respecte l’intégralité des règles islamiques, alors l’adultère y serait rare et le vol n’aurait plus cours ou presque. Car il faut savoir que la première tâche d’un état obéissant aux lois divines est de justement supprimer la misère et la ségrégation, de répartir la richesse grâce à “la Zakaat” (prélèvement sur les fortunes, pour les pauvres). Sachez, par exemple, que dans un état islamique, si un homme vole parce qu’il a faim, non seulement on ne lui coupe pas la main - le seul moyen pour lui de réintégrer la société par le travail - mais en plus la collectivité doit lui verser une pension pour l’aider à avoir des conditions de vie décentes !

Donc il est totalement contraire à l’esprit du Coran et de la Sunnah (habitudes du prophète) d’appliquer une répression AVANT de faire régner une justice sociale. Ensuite et alors, le TALION prend toute sa valeur.

“Pratique barbare” disent-ils? Prenons l’exemple suivant: vous et votre corps êtes sain. Votre bras malheureusement est atteint d’une gangrène, et pour votre survie, le chirurgien est contraint de vous l’amputer. Est-il cruel? Non, il vous a sauvé ! Bon raisonnement. C’est même admirable que, par cet acte, il ait pu sauver UNE vie humaine.
Maintenant, à l’échelle d’une société où la survie et la cohésion de milliers, voire des millions de vies humaines sont en jeu, en extirper les germes d’un mal, devient un acte de barbarie, avilissant et désuet?
Demandez l’avis à celui qui est devenu paraplégique parce qu’un cinglé l’a frappé pour lui voler son sac, ses économies, ou son “Booster” (scooter très prisé). S’il est si cruel de crever l’œil à celui qui a sciemment crevé l’œil d’une innocente victime, comment alors qualifier son acte criminel, à lui, commis de sang-froid? Demandez le leur... Inversion dans l’échelle des valeurs.

Sachez cependant que si Dieu, dans le Coran, a autorisé le Talion, il a recommandé le pardon : S16 V126 “Et si vous punissez, infligez (à l’agresseur) une peine égale au tort qu’il vous a fait. Et si vous endurez...Cela est certes meilleur pour les endurants”.

Bien de masques humanistes risquent d’être déçus par cette mansuétude pleine de sagesse.

7) Le “tchador”, le hidjab, et le foulard islamique

Préliminaire : le tchador est d’origine et de tradition iranienne, le hidjab (voile) est islamique, et les deux sont différents. La confusion est généralisée.
On a tant débattu sur ce sujet qu’y ajouter encore devient superflu. Mais il est bon de rappeler certains points, tant les opinions émises semblent différentes, des fois chez les musulmans même.

D’abord, il y a dans le Coran une obligation du port du voile qui ne souffre de divergences : S33V59 “Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux épouses des croyants de ramener sur elles leur voile : ainsi elles seront plus facilement reconnaissables et ne seront pas offensées !”
Que l’on suit cette recommandation ou pas, c’est affaire de foi et de conscience, mais nul ne peut prétendre l’ignorer, il faut assumer son choix.
Il convient cependant aussi de rappeler qu’en cela le Coran n’a rien innové et que cette prescription existe dans les autres livres saints : Mathieu 5/28; 1(Paul) Corinthiens 11/6-7 entre autres.
On ne peut donc reprocher aux musulmanes de mettre en pratique, elles, des prescriptions divines communes, en ville ou à l’école.
Ce problème demanderait un développement que ces quelques lignes ne permettent pas.
Quant à savoir comment interpréter les versets du Coran s’y rapportant (= la lettre, le signifiant), c’est affaire de spécialistes, exégèses plus ou moins éclairés: entre un voile total, yeux, mains, pieds y compris, et un voile ou foulard qui cache les atouts de la femme, porté sur des vêtements amples, préservant ainsi sa pudeur (= l’esprit, le signifié) lequel semble correspondre à la cohérence de l’ensemble des prescriptions coraniques? C’est histoire de foi et d’interprétation, et souvent de tradition.
L’esprit ou la lettre? Le signifiant ou le signifié? Lequel prime sur l’autre? La vérité doit se situer, comme souvent en Islam, dans la juste mesure. Entre les deux, mais proche de l’esprit, du signifié.
Des excès, justifiant parfaitement les critiques des non-musulmans, existent. Sans les nier, il convient cependant de les relativiser, car l’analyse doit porter sur la règle et non sur les exceptions.

Maintenant, il faut se demander pourquoi un bout de foulard sur la tête déclenche t-il autant de passion? Pourquoi cela est-il considéré comme une insulte aux droits de la femme par les occidentales? Et pourquoi pas la “kippa” ou la croix en médaillon?

Les raisons en sont multiples et variables en fonction des individus. Cependant, chez les féministes, un argument revient systématiquement: le foulard ou le voile est une marque de sujétion, de soumission de la femme envers l’homme. On n’entend que ça à longueur d’ondes, pour ancrer en nous aussi cette conception saugrenue. Car en effet, d’où vient-elle? Car cette conception est inconnue chez les musulmans.
L’idée que porter le voile implique une soumission à l’homme est une idée chrétienne, inculquée aux occidentales. Elle tire son origine des versets suivants de la Bible:1ère Épître aux Corinthiens 11/3-10: “...l’homme est le chef de la femme...(...) toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef (l’homme, nda)...(...)...la femme a été créée à cause de l’homme. C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.”
Ces versets sont de Paul. Les occidentales, et leurs adeptes chez nous, essayent d’exporter ce complexe dans le monde islamique et dans toute communauté islamique chez eux. Mais, c’est LEUR problème, LEUR complexe!
Qu’elles récusent là l’enseignement d’un simple homme, tout saint Paul fut-il, ça se comprend. Qu’elles refusent cette conception humaine, ça se comprend encore. Mais les musulmanes n’ont jamais eu, et n’ont pas ce problème, malgré tous ce dont “on veut leur faire prendre conscience”. Dieu, dans le Coran, seuls écrits de référence des musulmans, y donne Lui, des enseignements d’une sagesse infinie, et ne pose jamais cette prescription là en ces termes. Il s’agit pour toutes musulmanes de préserver sa pudeur, dans leur unique intérêt à elles, et de la communauté.
Mêmes les ligues féministes œuvrent dans le sens du Coran lorsqu’elles se “défoulent” sur les affiches “choquantes”, ou fustigent ces agences de pub qui utilisent le corps de la femme pour vendre les couches culottes, ou qui se délestent de leurs mannequins-kleenex. Elles font actes d’Islam. Laissons-les faire, nos vues se rapprochent. Ce qu’elles découvrent, Dieu nous en préviens, par Ses divines injonctions.
On ne peut en aucune façon comparer ces principes là, eux divins et divinement énoncés, à ceux que Paul, un homme, a prescrits, et qui forcement reflètent la mentalité de son époque, de son peuple. Dans le Coran, il s’agit de pudeur et non de sujétion à quiconque. La pudeur, la pudeur. Cela revient comme un leitmotiv dans le Coran. Peut-être bien que notre Créateur Suprême savait-Il déjà ce que l’on découvre maintenant? À savoir que le manque de pudeur, l’exhibition des corps dénudés à la plage ou moulés en société (où est la différence? leurre auto administré!), le nu sur les écrans, la promiscuité, non seulement ne rapprochent pas “les sexes” mais très certainement les éloignent. Consultez donc les statistiques: plus de 50% des mariages se terminent par un divorce dans les 10 premières années.
Non ce n’est pas la liberté de la femme que l’Islam combat, c’est en fait toute forme de servitude de la femme, bon gré ou mal gré, consciente ou inconsciente. Et ceux qui s’attaquent à l’Islam à ce titre, se trompent lourdement de cible. La philosophie des préceptes islamiques est empreinte d’une jurisprudence sans équivalent dans aucun livre religieux. Ces enseignements viennent de Dieu; qui donc mieux que Lui connaît les faiblesses de Ses créatures, hommes et femmes?
Eux préfèrent essayer de guérir, Dieu préfère prévenir. Jugez...

Concernant ce trop fameux “foulard islamique”, les médias ont fait fort, et les résultats ont suivi: 85% des français se disent contre le port du foulard à l’école. Mais les “laïcs” en herbe qui foisonnent actuellement devraient relire leur texte. Les lois que Jules Ferry, ministre de l’Instruction Publique, fit voter en 1881 et 1882 instituaient, pour la première fois, un ENSEIGNEMENT laïc. C’est clair et net.
Le droit fondamental à la différence existe.
Puis ne dites pas qu’un petit bout de chiffon sur la tête est devenu subitement prosélyte, et qu’il les choque plus qu’une casquette, que des punks aux cheveux multicolores ou ces minijupes moulants! Plus prosélyte qu’une kippa ou une croix en pendentif ou à l’oreille! Ou sinon, on n’y comprend plus rien! Ce n’est pas de la laïcité mais du terrorisme athée.
C’est un langage intégriste qui a des relents racistes, et ce, quel qu’en soit les interprétations qu’on essaye de faire avaler à l’opinion publique.
Le laïcisme et l’athéisme est un droit. Lorsque progressistes, ils ne peuvent cependant pas s’arroger le droit de régenter la foi et la morale d’une personne tant qu’elles ne portent pas atteinte à celle de l’autre. Et il faudrait que nos “laïcs” arrivent à nous expliquer pourquoi, selon quels critères de valeurs objectifs, sur quels fondements moraux, porter un foulard devrait offenser Dame Marianne?
S’ils n’en trouvent, qu’ils se taisent.
Car voyez-vous, tous ces “censeurs” qui foisonnent à chaque rentrée, confondent laïcité et athéisme. Il faudrait qu’ils se mettent sérieusement à étudier la différence fondamentale entre neutralité et négation de Dieu.
Peut-être qu’alors ils percevront leurs motivations profondes et réelles, et comprendront-ils leur erreur manifeste, dans leur rejet de l’autre et de sa foi. Ils percevront que la laïcité ce n’est pas la porte ouverte à une propagande athée à nos enfants, mais que c’est le respect des autres cultes par l’institution d’un espace neutre. Pour retrouver les règles régissant un tel cadre, il faut les inviter à se ressourcer dans le Coran, qui, il y a 1415 ans a défini très précisément un tel espace pour la liberté du culte.
Aujourd’hui on l’appelle: la laïcité.

8) L’intolérance de l’Islam

La civilisation moderne, bien qu’elle regorge de faits historiques et de témoignages contraires, veut absolument véhiculer une image négative de l’Islam. C’est un fait établi extraordinaire, d’autant plus qu’il est vérifiable par quiconque étudie des données historiquement fondées, tout AUTANT QUE les gesticulations actuelles.
Il est très facile de réfuter toutes les attaques contre l’Islam sur la tolérance, mais il est difficile de résumer, tant ces attaques sont nombreuses. Aussi, et pour être concis, il suffit de se borner à citer quelques unes de leurs propres sources, non suspectes de sympathie envers l’Islam.

Parlant de l’Islam: “Si aucune religion n’a compté des triomphes plus rapides et plus éclatants, aucune ne s’est montrée plus généreuse et plus tolérante”... “Où sont ces atrocités épouvantables qui nous ont valu tant de tirades larmoyantes et éveillé si longtemps la compassion indignée des âmes sensibles ?”
Pierre Laffite, Les Grands Types de l’Humanité.

L’abbé de Broglie, parlant d’Abou Bakr (ra) et d’Omar (ra) (les deux premiers califes de l’Islam) dit: “Ces deux arabes, appelés à gouverner un immense empire, n’ont pas été en dessous de leur tâche et se sont montrés fermes, justes, sobres, énergiques et infiniment supérieurs aux empereurs et gouverneurs chrétiens qu’ils combattaient” -
Abbé de Broglie, Problème et Conclusion de l’Histoire des religions -

Des témoignages de ce genre sont légions, et à leur disposition.

Le Coran contient tant de versets prônant une tolérance, alors, encore inconnue:
Sourate 2 v257 - S4 V160 - S24 V45 - S33 V 47 - Vérifiez à loisir, car ami lecteur vous risquez d’être lassé par toutes les transcriptions.

L’Islam a toujours prôné la liberté du culte.
L’Histoire peut le prouver. Ils font une grotesque analyse de “l’autre”, de cet “autre” qu’ils ne connaissent pas ou mal. Leurs propres faiblesse devrait les inviter à une plus grande impartialité, à plus de réserve.
C’est cette même réduction qui fait que pour eux la tolérance voudrait qu’il puisse nous dicter comment pratiquer notre propre religion.
Ils seraient mieux inspirés de retourner à des sources fiables et d’y puiser les enseignements qui leur font défaut.
Qu’ils comparent donc avec l’histoire de la Chrétienté.
Par exemple après la prise de Jérusalem par Omar (ra) , grand vainqueur et maître de la ville, il n’en demanda pas moins l’autorisation au patriarche du Saint-Sépulcre pour y faire sa prière; les musulmans ne firent du mal ni aux chrétiens, ni aux juifs. L’Histoire le prouve.

À la prise de cette même ville en 1099 par les Croisés (=au nom de Dieu!):
“Ils (les Croisés) massacrèrent sans pitié les musulmans et brûlèrent les juifs”. “Le carnage qui suivit la prise de Jérusalem fut si terrible que les chevaux des Croisés étaient dans un bain de sang jusqu’à mi-jambes”
À la reprise de Jérusalem par Salahuddin (Saladin) en 1187, lorsque les chrétiens ont capitulé, il n’y eu aucune vengeance, aucun massacre. Les blessés furent soignés et les survivants purent retourner en Europe!
L’Histoire confirme ces faits (lire: Encyclopedia Britannica, abbé Michaud “Voyage religieux en Orient” ou “Histoires des Croisades”)

9) Le problème de Rushdie: mort ou pas?

Son livre est une sélection de blasphèmes, d’insinuations mensongères, d’insultes et de grossièretés contre l’Islam, l’occident et l’humanité entière.
Peut-on laisser tout faire et tout écrire au nom de la liberté d’expression ?
Parmi ceux-là même qui défendent Rushdie avec passion et compassion, combien ont lu son livre? Combien ont condamné aveuglément la réaction des musulmans?
Voilà deux questions dont les réponses risquent d’être intéressantes.
Peut-on nous démontrer que le principe de la liberté d’expression est compatible avec l’agression publique d’une religion, dans le seul but de se faire de l’argent ?
C’est un défi à l’adresse de tous ces grands défenseurs de non moins grands principes qui régissent leur, encore, non moins grande civilisation!
Est-ce la liberté d’expression qu’on veut protéger ou plutôt protéger tous ceux qui peuvent ou veulent porter atteinte à l’Islam?
Alors les chrétiens et les laïcs, les intellectuels, dont certains musulmans, nous reprochent notre susceptibilité encore primaire, tandis que les autres religions (et eux-mêmes, bien sûr!) font preuve de “maturité et de mansuétude” envers les “critiques” qu’ils transcendent.
Cela “semble” correct et “ressemble” à une impasse pour nous. D’un côté le calme serein, de l’autre l’hystérie immature...
Voyez-vous, si dans leur civilisation un homme viole une fillette puis fracasse son crâne avec un rocher ou la jette dans un puits, il est condamné à 10 ans ou 20 ans de prison. Puis, si ce même criminel est ensuite libéré pour “bonne conduite” après 7 ans, et récidive; c’est leur loi, c’est leur logique, c’est leur problème, et c’est ce que eux osent appeler “humanisme”: soigner un criminel pendant 10 ans avec l’impôt prélevé sur les citoyens, pour qu’il puisse ensuite mieux recommencer! C’est donc leur affaire, leur loi.
Mais cela n’est pas la loi de Dieu! Et Lui dit: une vie pour une vie, sauf si la victime ou sa famille pardonne. (le Talion, voir supra).

Concernant Rushdie, c’est un crime de haute trahison concernant la Oummah, et notre loi à nous, est celle de Dieu, pour un blasphème contre Dieu et ses prophètes. Dieu Seul peut pardonner.
Les insanités immondes que contient son livre sont à peine imprimables. C’est un dangereux opportuniste qui était parfaitement conscient que son livre allait avoir une publicité énorme de par l’indignation que ces propos allaient soulever chez des centaines de millions de musulmans. Il est à l’origine de plus de 50 morts. Il n’y a pas de demi-mesure dans la foi, soit on accepte le Coran dans son intégralité et on accepte ses prescriptions, soit on le rejette.
Si la culpabilité de cet homme est établie, avec équité, par un tribunal islamique, alors que faire?
Ce que l’on peut dire de façon certaine c’est que, si, ce crime fut perpétré (et reconnu comme tel) dans toute communauté islamique (limite géographique), au temps du prophète comme de nos jours (limite temporelle): le seul verdict qui s’imposerai pour de tels actes est la mort, sauf jurisprudence contraire dont on n’a pas connaissance. Fanatisme musulman? Accusation facile. D’autres sont bien fanatiques, qui de foot, qui de drogue, qui d’alcool, ou de filles! Fanatique d’Allah, est-ce pire?
Notez bien cependant les limites spatio-temporelles et de jurisprudence ici annoncées.

Liberté d’expression? Allons donc!
Personne ne doit être leurré. La liberté absolue est un mythe, elle n’existe ni dans les textes, ni dans les faits.
Or, la vérité n’est accessible que dans la liberté de choix. Elle ne l’est plus lorsque celle-ci s’érige en absolue.
La liberté d’expression, comme toute autre liberté, s’arrête là où commence le droit au respect de l’autre; et le problème épineux, soulevé par cette histoire, est le suivant : faut-il sacrifier la liberté à la vérité ou la vérité à la liberté ?

Nous avons répondu. Chacun est libre de sa position.

Et les occidentaux aussi ont répondu: ils ont récemment créé un Parlement International des Écrivains. Ce “Parlement” s’est réuni récemment au Portugal, à Lisbonne, et cet événement, qui normalement passerai à la télé, comme il se doit, à 25H du matin, a eu, là par contre, droit au sacro-saint J.T. de 20H! Mais pourquoi donc, me direz-vous et où est le rapport avec l’Islam? Avec Rushdie?
Sachez que parmi tous les écrivains, et des talentueux il en existe, de par le monde, ils ont poussé le cynisme jusqu’à faire présider ce “Parlement” par Salman Rushdie, et, et que l’invitée d’honneur de cette session fut ...Taslima Nasreen. (ah! pour sûr, elle leur a rendu cet honneur! Nous le verrons plus loin. Patientez.)
Les deux grands “martyrs” de l’intégrisme musulman furent donc, encore une fois, récompensés pour leur “bravoure”. (Tu veux un sussucre? Fait-moi un petit crachat sur l’Islam...)

Toute cette mascarade montre le grand mépris que ces gens-là éprouvent envers les valeurs islamiques. Mais...des fois...ça coince, et le crachat leur retombe sur le nez.
Lisez la suite, vous comprendrez.

10) La condition de la femme en Islam

S’il y a bien une accusation, une question qui ne manque jamais de tomber c’est bien la question de la femme musulmane.
Dans leur critique, il y a une partie de vérité et une autre, propre aux stéréotypes occidentaux sur la condition féminine en Islam.
Nos filles, nos femmes, nos sœurs, constitue en gros la moitié de la Oummah. Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que des européennes dessinent pour elles les plans de leur libération! Pendant qu’en Europe on avisait pour savoir si la femme est une “chose” ou “une personne”, Dieu, le même Dieu qu’on supplie dans nos prières, déclarait dans son livre, le Coran sacré, que les femmes sont les sœurs (c.a.d. égaux) des hommes. Dieu a déclaré qu’elles ont des droits sur eux, tout comme ils ont des droits sur elles, excepté que l’homme a une prééminence car il a la responsabilité de sa famille et qu’il doit donc supporter le fardeau social, fardeau dont sont exemptées les femmes (Coran S2V228). Il ne s’agit pas là d’une distinction hiérarchique, car, et c’est l’important, l’égalité est parfaite en droits, en dignité, en religion (Coran S3V195 - S4V1 - S19V95). Et rappelons simplement que notre Saint prophète dans son message d’adieu (c’était donc important pour lui!) nous a exhorté en ce sens: “Traitez bien vos femmes et soyez gentils envers elles car elles sont vos partenaires” (et non vos subordonnées, ni vos propriétés!). Beaucoup de hadiths confirment les injonctions de notre prophète concernant le bon traitement et l’équité envers les femmes. Être doux et aimable avec sa femme et sa famille est une Sunnah comme les autres, rétribués comme les autres. Il convient de ne jamais l’oublier.
“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite. Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes.“ Hadith (Tirmizi).
Et il est étrange que certains d’entre nous, sous le poids des traditions ou coutumes non-islamiques, par ignorance totale des lois coraniques, perpétuent des actes d’un autre âge: les femmes ne doivent jamais sortir de chez elles, battent leur femme en cas de désaccord, ne consultent jamais leurs enfants ou femmes pour les grandes décisions, ne discutent jamais avec leur famille, font des mariages arrangés sans l’accord des enfants; bref ils se conduisent , en véritables potentats, à l’opposé des recommandations divines ou du prophète.
Nul ne devrait imposer à nos femmes ce que Dieu n’a pas cru bon leur imposer! Ni leur interdire ce que Dieu ne leur a pas interdit! A-t-on le droit de se substituer à Dieu? Chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Allah.

Il ne convient pas non plus d’aller jusqu’à un laxisme sur les principes islamiques. Cette attitude est malheureusement tout aussi condamnable !

Non, la solution se trouve dans la mesure, dans l’équilibre. Car nous devons tous prendre conscience de l’importance extrême du noyau familial dans la société musulmane, et que nous devons tout faire pour y faire régner l’harmonie, la joie, et la fierté d’être musulman. C’est dans la famille qu’est donnée l’éducation des enfants. Aucune nourrice, aucune crèche, aucun enseignant au monde ne pourra remplacer l’amour d’une mère ni l’éducation qu’elle et elle seule, peut donner aux enfants, de par son statut de mère. L’effondrement du noyau familial conduit actuellement le monde occidental à sa perte. Prévenons cela chez nous. Il ne faut donc pas fuir nos responsabilités de parents comme on le voit partout, et tout déléguer sur l’école ou la madressa.
L’école a son rôle, la madressa a le sien, et nous, parents, le nôtre, le rôle principal.
Le négliger? Ce n’est pas grave....C’est criminel.
Votre propre chair vous accusera un jour...Ce Jour-là!
Ces enfants (filles et garçons) constituent la génération de musulmans de demain. S’ils perçoivent autour d’eux, un Islam “archaïque”, et si, parallèlement, ils ressentent, fatalement, une attraction pour ce mode de vie occidental dans lequel ils baignent; qui est en cause s’ils chutent? Qui est en cause, si demain, ces jeunes sont complexés vis-à-vis de leur croyance? Qui sera en cause s’ils auront honte de montrer leur foi?
Clairement et nettement: leur éducation, leurs parents!
Apportons grands soins à nos sœurs dans la foi, sans jamais oublier qu’elles nous donneront et forgeront la nation musulmane de demain. Cela nous donne la mesure du respect qu’on leur doit. Prions Allah, et implorons son aide.

Quoi dire quant aux délirantes et larmoyantes caricatures occidentales sur les femmes en Islam?
Premièrement, soyez tout à fait persuadé que le sort de nos sœurs musulmanes suscite en leur âme sensible et humaniste une réelle compassion indignée...
Que de belles larmes de crocodiles! Honteuses pratiques, qui consistent à prendre le couvert de l’humanisme pour justifier de propos fielleux à l’encontre de l’Islam.

Des éléments de réponse ont été ébauchées ci-dessus (ce qui est valable pour nous, l’est pour eux)
Il ne faut surtout pas identifier l’Islam à la pratique de certains musulmans, non.
Que dit la religion islamique sur la femme?
Le Coran met en avant une condition valorisée de la femme.
Historiquement, l’Islam a été la première culture à admettre par exemple la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.). Dans l’idéologie islamique, la femme n’a jamais été un objet purement sexuel, à contrôler, à voiler, à exclure de la vie sociale. Et les quelques versets coraniques ci-dessus le disent bien (voir supra).
Qu’on n’accuse pas la position de l’Islam, et ni la présentation qui en est ici faite sur ce “problème” de la femme, de faire l’amalgame entre la condition de femme et la condition de mère......Ce n’est pas l’égalité quantitative, extérieure (concept humain) que l’Is

lam préconise, mais plutôt une équité, une justice, un sentiment de complémentarité entre l’homme et la femme, au sein de la famille et de la société en général. La femme, avant d’être une mère, est un être humain, différent de l’homme de par sa nature même. Dieu, notre Créateur Sublime, sait mieux que quiconque les forces et les faiblesses de ses créatures. L’homme, ou la femme, ne peuvent avec nos sens limités, embraser la science de Dieu. Il recommande à la femme de préserver sa pudeur, avant son mariage, et qu’après son mariage, le rôle de la femme le plus sacré et le plus essentiel est de veiller au bien-être et à l’harmonie du foyer, à l’éducation des enfants et au bonheur de sa famille.
Énormes responsabilités, pour quiconque réfléchit aux implications qu’elles comportent. Mais l’Islam ne s’oppose pas au travail de la femme, mère ou célibataire, en dehors de son foyer (en accord avec son mari). Si cela est une nécessité pour le bien-être du couple. Les deux grands principes à respecter, principes imposées par Dieu, mais qui découlent de la logique: le travail exercé par une musulmane doit préserver sa dignité et sa pudeur, tout autant que sa vie de famille (qui ne doit jamais être négligée).
Vous avez raison! Ces mêmes principes s’appliquent à l’homme aussi! Mais un détail qui a son importance: l’Islam ne fait aucune obligation à la femme de dépenser (sauf si elle le veut) le salaire de son travail pour l’entretien de sa famille: son salaire ou son héritage lui appartient exclusivement. Obligation est faite par contre à l’homme de subvenir aux besoins de sa famille par le fruit de son travail. Il faut le rappeler.
Le principe général est que tout ce qui touche à la vie du couple et de la famille doit se faire en concertation; et que le mari a la responsabilité de la décision finale, car compte lui sera demandé sur cette responsabilité.
Mais, dira-t-on, pourquoi “la prééminence à l’homme sur la femme”?
Pourquoi “la femme obtient le tiers de l’héritage de l’homme”?
Pourquoi ceci, pourquoi cela?
Tout a une réponse. Notre Créateur, dans Son infinie Sagesse, a prévu ce qu’il fallait prévoir, et a fait silence ailleurs. Rien n’est fortuit.
Mais, la globalité de ce problème ne peut certes être exposée en quelques lignes, il faut le relier à une autre religion, autre histoire, autre culture, les exposer en préliminaire et ce n’est pas peu dire! Vous savez le mot “autre”? L’”autre”, est un mot que l’occidental connaît peu. Cet “autre” qui est différent, donc, forcément coupable.

Nous, musulmans et musulmanes, acceptons l’ensemble du message coranique. Et nous ne faisons aucun accommodement, c’est la Parole de Dieu, incréée et éternelle. Dieu sait mieux, c’est tout. Nous faisons acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, car nous restituons le problème dans ce cadre et non selon l’étroite vision occidentale.
Pour les lecteurs intéressés, veuillez vous reportez à la fin où des livres vous seront conseillés sur le sujet.(en fait plusieurs livres traitent de ce sujet)

Comment? C’est fini? Le chapitre est clos?
Comment vous ne parlez pas de la célèbre romancière “musulmane” martyre des derniers mois de 1994: Taslima Nasreen???
Ah, pardon! On allait oublier. Nos excuses.
“Taslima Nasreen: une leçon de courage donnée à l’Occident”
Le Nouvel Observateur n°1569 - 01/12/94 - p.25.(Ah oui?)
Parlons-en.
Son roman “Lajja” (la honte) est plus que nul. Je l’ai lu. Bon, là n’est pas un crime. Mais cette “courageuse femme” est devenu par ce roman, la femme qui “incarne la défense des droits de la femme face à l’intégrisme musulman”. À ce titre, et se “disant” menacée de mort, elle bénéficie de protections policières coûteuses en Europe, et a récemment été reçue en grande pompe en France avec tous les honneurs dus à ce “combat acharné et juste”. Tout à coup, toute la classe politique, et intellectuelle “droits-de-l’Hommiste” se sont pris d’un “vif amour” aux droits de la femme au Bangladesh et à honorer comme il se doit, l’ambassadrice de cette “lutte exemplaire” pour une “cause exemplaire”, avec son “courage exemplaire”: Taslima Nasreen.
Les politiques, de droite comme de gauche, les associations féministes ou d’intellectuels, les télés, tous l’ont reçu comme il se doit. Bref, Clinton n’a pas fait mieux!
Cependant il y a un hic. Un hic qui fut fort discrètement rapporté. Et tous ce beau monde feint, maintenant, de l’ignorer: Lajja, son roman est une imposture littéraire, ce qu’on appelle un plagiat! Et tous ce déballage de larmes sur le sort de la femme au Bangladesh, et son corollaire d’insultes envers les “musulmans fanatiques” de ce pays, furent facilités, voire encouragés par certainement “le grand amour” que porte ce beau monde envers l’Islam!
Les masques tombent, et des fois cela dévoile la honteuse manœuvre médiatique. D’autant plus que, Lajja (La honte) est un plagiat de “La disgrâce”, pamphlet de Jyoti Prokash Datta, publié à Calcutta. Datta est un extrémiste hindoue dont le parti le R.s.s. préconise l’extermination des musulmans. Ce même parti (R.s.s.) s’était bien sûr empressé de distribuer ce roman plagiat “écrit” par “une musulmane”, et où “des filles hindoues se faisaient violer par des musulmans aux yeux injectés de sang”.
Datta est un romancier, les faits décrits sont produits de son imagination, c’est son droit, Taslima Nasreen, elle, laisse croire que se sont des faits réels! [“J’ai utilisé des faits réels dans ce livre. Il n’a donc pas qu’un intérêt littéraire mais également informatif” ! - Marie Claire - 07/94]
Tout comme elle a fait croire que les femmes sont là-bas des esclaves sexuels, fait croire qu’elle a été condamné à mort, alors qu’elle n’a été qu’excommuniée!
Voilà comment, le Bangladesh, un état laïc, ayant une femme pour premier ministre, encore une femme comme leader de l’opposition, et avec 30% de femmes au Parlement (en France, il y en a combien de %? Pardon, on entend mal, pouvez-vous répéter S.VP?), le Bangladesh donc, se retrouve accusé de tous les maux, par une bande d’excités, appelés “intellectuels progressistes”, en mal d’exotisme anti-islamique!
Il faut maintenant se demander jusqu’à quand durera cette énorme farce sur cette “Lajja” Nasreen. Nasreen la honte, la honte pour la France et son beau monde, honte pour l’Europe, la honte enfin, pour le Parlement international des écrivains!
Nasreen, leur mythe biodégradée.

Voilà, chers amis lecteurs, comment il est des fois facile d’illustrer la forfaiture des occidentaux, pour vous montrer leur profond mépris de l’Islam, et combien cette haine peut être aveuglante, jusqu’à mettre en sourdine la plus élémentaire des précautions tant dans l’information, que dans le respect dû à un autre culte. Fût-il l’Islam...

11) La polygamie

Que n’a t-on entendu sur le compte de la polygamie chez les musulmans? “L’Islam? La religion des quatre femmes!” Caricature classique.
Chez les hommes, c’est la condamnation d’un “fantasme” interdit chez eux et autorisé ailleurs, donc forcement coupable.
Chez les femmes, c’est la condamnation d’une pratique d’un autre âge.
Historiquement, la polygamie n’est pas une innovation islamique. Tous les prophètes de la Bible ou presque eurent de 2 à 1000 épouses (!). Sauf dira t-on, Jésus (a) qui n’en a pas eu le temps (?) ou que Dieu a envoyé pour une mission précise pour un laps de temps précis. Dieu Seul est Savant.[quoique Jésus (a) ait, selon Matthieu 25/1-13, fait référence à une parabole explicitement polygame, sans condamnation aucune]
Il n’empêche que c’est l’Islam qui a codifié et limité cette pratique dans le Saint Coran en disant en substance: prenez jusqu’à 4 épouses si vous le voulez, mais vous devez appliquer une stricte égalité entre elles; et si vous craignez d’être injuste, alors n’en prenez qu’une.
Et en cela, l’Islam se singularise, car il est la seule religion, la seule, qui dise dans son livre sacré “n’en prenez qu’une”. Voilà pourquoi, une écrasante majorité de musulmans n’ont qu’une seule femme. Et ceux qui pour diverses raisons, ne peuvent se satisfaire d’une seule femme, l’Islam leur offre en cela un cadre légal, assorti cependant de ses obligations. Car cette stricte égalité imposée par le Coran est très difficile dans la pratique. Mais en tous cas, elle protège les femmes consentantes et recherchant une protection, des passions hypocrites.
Pour clore ce volet purement religieux, il convient d’ajouter, et beaucoup de non-musulmans l’ignorent, que la femme musulmane a toujours la possibilité de poser ses conditions dans le contrat de mariage, et de refuser à son mari son droit à la polygamie sans son accord (celle de la femme).

Maintenant qu’on a évoqué succinctement la réalité et les textes chez les musulmans, sur l’autorisation et les conditions imposées aux candidats polygames, voyons les faits chez “nos censeurs”. Voyons comment eux, donc, vivent dans les faits, cette monogamie auto imposée, et noble.
L’origine de cet avalanche de critiques sur la polygamie ne peut être religieuse, car on a vu que les prophètes de la Bible la pratiquaient. On ne peut donc nous opposer d’arguments bibliques. Où est la faille?
Mais bien sûr! Sommes-nous donc aveugles? Dans une civilisation moderne, celle d’aujourd’hui, de telles pratiques sont contraires à la moralité, à l’égalité des sexes, au respect des femmes, aux principes même de l’équité.
Bref eux ont tous compris, ils ont “transcendé” le message biblique pour l’élever(!) à un concept plus noble et conforme à la mentalité du XXIè siècle. Nous pauvres arriérés, nous nous attachons toujours à la lettre, et à une pratique désuette. (pour eux autorisation et prescription, c’est pareil!).

Prenons acte. Mais voyons donc les conséquences, dans les faits, de “ce concept plus noble et conforme aux mœurs modernes”....Oh, nul besoin d’être fin analyste, regardons autour de nous.
- La polygamie de fait et irresponsable qu’on observe serait donc plus “noble” que d’assumer sa responsabilité d’homme.
- Le fait que la collectivité, donc nous tous (!), devons assumer sous forme d’allocations “femmes seules” ou autres, les enfants issus des plaisirs adultères des autres, cela leur semble t-il plus “équitable” que des hommes supportent eux-mêmes, dans un foyer légal leur responsabilité? Drôle de principe! Ce n’est pas le caractère social indéniable du versement de ces allocations qui est condamnable, loin s’en faut, mais ce qui est condamnable c’est cette société qui, dans ses lois, d’un côté condamne la polygamie islamique (responsabilisée, codifiée), pour de l’autre, en fait, financer la “polygamie sauvage”, elle, institutionnalisée!
- Cette vie sexuelle débridée tirant plaisir de la femme-kleenex qu’on “jette” après usage, dénote t-elle d’une plus grande égalité des sexes, d’un plus grand respect de la femme, que la femme sacralisée, protégée, par une législation qui impose à l’homme un engagement conséquent avant de partager un plaisir avec elle?
Laissons à nos détracteurs le plaisir de répondre à ces inversions de l’échelle des valeurs morales.

Nous pouvons dire que si les femmes occidentales méditaient les prescriptions coraniques, elles devraient, sur la base du Saint Coran militer pour le respect qui leur est dû!
Car elles oublient souvent que si elles ont “la liberté” (!?) de jouir d’un plaisir furtif avec un partenaire, la suite est un long solo. Car aucune législation au monde sinon celle du Coran, ne peut obliger ce partenaire, à assumer les responsabilités conséquentes:
- soit la grossesse, accouchement, les frais de garderie, d’école, et d’éducation de l’enfant
- soit en cas de contraception, cette sensation d’amertume, de déception, d’inutile, d’impuissance, d’injustice, lorsqu’elle “le” voit séduisant une autre proie “libérée” le lendemain
- soit en cas d’avortement, lui faire assumer tout autant que la femme, ce sentiment de culpabilité d’avoir enlevé la vie à un être sans défense. [Parmi toutes les créatures sur cette terre, l’Homme, la créature la plus douée d’intelligence est la seule à tuer ainsi, légalement, massivement, ses propres enfants! Les assassins sont en blouse blanches et rémunérés par la collectivité, donc par nous! Au lieu d’attaquer la cause du mal - la débauche sexuelle, cette moderne civilisation préfère courageusement s’en prendre aux conséquences “fâcheuses”, à ces êtres vivants sans force et sans voix. Au nom de la liberté de la femme. Pratique barbare et abjecte que nulle théorie, sinon la seule survie de la mère, ne saurait justifier!]
Si l’on nous rétorque, que “ces partenaires” en cause ici, s’avèrent être des fois des musulmans aussi, c’est vrai. Parmi d’autres, ils prennent le train en marche. Donc le Coran qu’ils sont censés suivre, ne protégerait-il en rien la femme plus que nos mœurs actuelles? Non. Les chrétiens suivent-ils tous les enseignements de la Bible? Donc, chez nous aussi, nous trouvons nos brebis galeuses. Et cela ne remet nullement en cause la valeur des clauses de protection de la femme instituées par le Coran seul.

 

Suite page suivant

N.O.M 1 :

« L’Islam en ligne de Mire ? (3/3)»

 

Partager cet article

Repost 0
Ribaat Ribaat - dans ISLAM OU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche