DEPUIS JANVIER 2010 SIGNES ET MIRACLES D’ALLAH (21): « Montagnes et Nuages » - Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 19:11

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

SIGNES ET MIRACLES D’ALLAH (21):

« Montagnes et Nuages »

CORAN-les-montagnes-passent-comme-des-nuages.JPG 

1/ Le Signe des Montagnes

http://www.merveillescoraniques.net/content/view/113/124/ 

Les Pieux (ou Piquets) de la Terre

 

Lorsque les savants ont découvert les secrets de la Terre et ont étudié les montagnes, ils ont constaté que la densité des roches d’une montage diffère de celle du sol qui l’entoure. Ils ont trouvé également que la montagne constitue une sorte de stabilisateur de la croûte terrestre. En effet, en dessous de la croûte terrestre il y a une seconde couche de roches à température et à pression élevée. Celle-ci couvre  une  troisième couche dont la température et la pression  sont encore plus élevées ; elle est surtout plus visqueuse. On dirait que  les deux premières couches nagent sur cette troisième, comme un ensemble de plaques flottantes sur la surface d’un liquide.

Les couches de la Terre


Observons le schéma suivant :

Les-couches-de-la-Terre.JPG

Les couches de la Terre


Schéma montrant les couches de la Terre ; la couche externe dite croûte terrestre flotte sur une deuxième couche de roches à température et pression élevées. Cette dernière flotte à son tour sur une couche plus chaude et plus visqueuse et ainsi de suite. Ces couches externes ont donc besoin d’une masse qui puisse les stabiliser. C’est la raison pour laquelle Allah créa les montagnes. Aujourd’hui les savants répartissent les couches de la Terre en sept constituantes :  
1-    la croûte, avec ses deux parties continentale et océanique  
2-    La lithosphère (couche de rochers en dessous de la croûte)  
3-    L’asthénosphère  
4-    Le manteau supérieur  
5-    Le  manteau inférieur  
6-    Le noyau externe liquide
7-    Le noyau interne solide (graine).

Ceci rappelle des Versets du Puissant Seigneur qui affirme que la Terre  est faite de sept (parties) à l’instar des cieux.

« C’est Allah Qui a créé sept cieux et autant de terres. Il fait descendre la révélation au travers, afin que vous sachiez qu’Allah est infiniment capable de toute chose et qu’Allah domine toute chose par son savoir. » (S66 - V12)

Lave sous l’écorce terrestre

Les forts courants de convection qui ont lieu sous la croûte terrestre  engendrent des remontées de grandes quantités de laves qui percent l’écorce, souvent au  sommet d’une montagne pour ouvrir le cratère d’un volcan.

 

Laves-du-volcan-Cratella-octobre-1980.JPG

Coulées de laves se déversant du volcan de Cratella en octobre 1980

    Source: www.usqs.gov


La raison de ce percement réside dans la mobilité des montagnes et leur instabilité. Tel un Pieu (ou Piquet) planté dans la Terre, la montagne supporte de grandes pressions sur ses flancs et surtout sur ses racines ; c’est la raison pour laquelle elle joue le rôle de masse d’équilibrage ou de balourd pour les plaques tectoniques.
 

volcans-actifs-de-l-Ethiopie-fevrier-1994.JPG

     Un grand cratère  provoqué par l’un des volcans actifs de l’Ethiopie en Afrique Occident. Photo prise en février 1994.
Source : www.usqs.gov

Allah a dit « Vous sentez-vous à l’abri  de Celui qui est dans le ciel, qu’Il ne fasse que la terre s’effondre sous vos pieds et qu’elle se mette à trembler ? » (S - V16).  

Ce verset fait allusion au mouvement et aux perturbations de la croûte terrestre à l’instar d’un navire sur le point de couler ; et c’est là la signification linguistique du mot « Tamourou »  (تَمُورُ), qui exprime une vérité scientifique sur les plaques terrestres, leurs  mouvements et la possibilité de les voir se balancer à tout moment comme un navire qui coule. Le Coran est très subtil dans ses expressions, et même lorsqu’il nous met en garde contre le châtiment, il utilise un langage scientifique.

Les racines des montagnes

Le terme « racine de la montagne » relève désormais d’une terminologie scientifique très courante dans les livres de géologie, car les savants ont prouvé que chaque montagne est dotée d’une racine profonde. C’est ce dont parle le Coran :

« N’avons nous pas fait de la terre un berceau confortable ? Et des montagnes des piquets (ou des pieux) » ? (S78 –V 6/7).

Le Coran n’a pas dit « les montagnes sont comme des pieux » mais pour lui ce sont de véritables pieux.

Si on examine la forme de n’importe quelle montagne, surtout à sa base, et la manière avec laquelle elle se comporte on s’aperçoit qu’elle joue bien le rôle d’un pieu implanté dans le sous-sol.
 

 

Montagnes-comme-des-Piquets-stabilise-les-terres.JPG

Aujourd’hui les scientifiques imaginent la montagne comme un piquet enfoncé sous terre. En fait la montagne est en grande partie plongée dans la croute terrestre et dans la couche sous jacente (le manteau). Ainsi, elle la stabilise ; sans cela, elle serait perturbée par des vibrations et des secousses telluriques.

La croûte terrestre flotte sur un liquide visqueux très chaud : elle ressemble à un iceberg flottant : une partie émerge en surface ; il est visible et l’autre  plonge dans l’eau et demeure invisible. La partie plongée va déplacer une quantité d’eau égale à son volume. Et, du fait de la différence des densités entre l’eau et la glace, 90% de l’iceberg s’enfonce et 10% émerge en surface. Ainsi des montagnes qu’on voit, seule une toute petite partie est en surface, le reste est en profondeur, car la densité de la montagne est inférieure à celle du manteau sur  lequel elle repose.

En faisant un calcul mathématique, il s’avère que lorsqu’on voit une montagne haute de 5000 m, elle possède une racine de 28000 m de profondeur.

Mappemonde--altitudes-des-continents-.JPG

Source : Géophysic National Data Center.

Mappemonde dessinée avec des couleurs reflétant les altitudes des continents. Le jaune désigne les régions les plus basses, le rouge les régions de hauteur moyenne et le gris les chaînes de montagnes de haute altitude. La lettre F désigne les chaînes de  Hymalaya, G celles des Alpes, et D les Andes à l’ouest de  l’Amérique.

Du fait de  la forte collision  entre les plaques tectoniques, la genèse des montagnes se fait dans le sens vertical, au cours des millions d’années ; ceci fait que leurs matériaux deviennent plus légers que ceux des rochers autour et que leur structure moléculaire change.

La structure et la densité de la montagne différant de celle de la terre. Le Coran les considéré comme deux entités différentes, et nous rappelle toujours sa grâce quand à l’assujettissement de ces montagnes à notre service.

Si elles n’existaient pas,  la croûte terrestre, qui est très fine par rapport aux couches qui lui succèdent,  serait devenue aussi fragile qu’une planche qui flotte à la surface de l’eau ; elle s’agiterait, chavirerait, et perdrait sa stabilité. En s’enfonçant comme des clous dans la planche et en la traversant, les montagnes la maintiennent stable, selon la loi de la mécanique des fluides.

C’est pour cela que le Tout-Puissant a dit :  
Il jeta sur la Terre des masses d’ancrage (les montagnes) de peur qu’elle n’aille  à la dérive  en vous emportant avec elle ; Il y plaça également des rivières et des voies, dans l’espoir que vous empruntiez le bon chemin. (S 27 - V15)


Le Coran a donc considéré que les montagnes sont des pieux qui stabilisent parfaitement la Terre comme le fait le poids du navire en marche ou son ancrage au port..
 
L’Orogenèse

Les scientifiques ont prouvé que les plaques se déplacent, et font bouger constamment les montagnes. Il en découle que la croûte terrestre et la lithosphère interagissent et se déplacent  dans le temps. Ce mouvement provoque des tremblements de terre et des éruptions des volcans.

La collision entre les plaques tectoniques a donné naissance dans les différents âges géologiques, aux montagnes aux vallées et aux rivières. Il s’agit en fait d’une expansion de la Terre,

Là encore se manifeste une merveille du Coran lorsqu’il  résume cette réalité en peu de mots :

"C’est Lui qui étendit la terre, qui éleva les montagnes et forma les fleuves." (S 13 -V 3)

Les scientifiques utilisent d’ailleurs le terme SPREAD (vitesse) pour exprimer l’extension des plaques tectoniques. Mot que le Coran a utilisé il y a de cela des siècles. Par exemple le fond de l’océan pacifique se déplace de 9 cm en direction du continent américain.  

Division-du-globe-terrestre-en-plaques.JPG

Ce schéma montre la division du globe en plaques. Celles-ci ne cessent de s’écarter et de s’étendre ou de se rapprocher pour repousser les sols et former les chaînes de montagnes sur des milliers de kilomètres dans le fond des océans et en surface du globe. Au cours de l’écartement des plaques les laves jaillissent du tréfonds de la terre, remontent et se refroidissent au contact  de l’eau pour former à leur tour des chaînes de montagnes ou des plateaux.

 Vue-d-une-riviere-entre-deux-montagnes.JPG

Vue d’une rivière entre deux montagnes


Les scientifiques disent  que le mouvement des plaques tectoniques et la formation des montagnes a ouvert la voie à l’écoulement des eaux et à la formation des rivières.


Carte-plaques-de-l-ecorce-terrestre.JPG

Carte montrant les plaques essentielles qui constituent l’écorce terrestre, on observe des ruptures et des fissures bien visibles entre ces plaques ; ces fissures continues constituent l’une des principales caractéristiques de l’écorce terrestre.


C’est pourquoi Allah a juré par ce phénomène en disant :

 "(Je jure) par le ciel qui possède des alternances (de pluie et de beau temps) et par la terre qui possède des fissures, (que ce Coran) est une parole qui tranche (entre le vrai et le faux), et ce n’est point une plaisanterie." (S86 – V11/14)

Ce verset n’exprime–t-il pas une réalité scientifique que les savants n’ont découverte que quatorze siècles plus tard?

La Terre est plus petite

Des savants allemands viennent de découvrir également que le diamètre de la Terre est plus petit que ce que l’on pensait jusqu’à ce jour. Ils ont mesuré ce diamètre avec une précision étonnante à l’aide de 70 observatoires situés dans différents pays du monde et se sont basés sur des émissions radio émanant de galaxies lointaines. Ils ont trouvé plusieurs millimètres de moins.


diminution-du-diametre-de-la-Terre.JPG

Cette diminution du diamètre de la Terre,  peut provenir des erreurs de mesures précédentes, comme elle peut être due à une réduction réelle de la masse terrestre.
 

 Image-satellite-embouchure-de-riviere-en-mer.JPG

 Image par satellite d’une embouchure de rivière en mer. De grandes sédimentations apparaissent ; elles résultent de l’érosion des sols. En effet ces matières son acheminées par le cours d’eau et se déposent dans le fond marin.

Source www.nasa.gov

 

Le Coran nous a parlé de cette décroissance des extrémités de la Terre en disant :

 

« Ne voient-ils donc pas que Nous intervenons sur la Terre  et la réduisons à ses extrémités, C’est Allah qui juge : Son jugement n’admet point d’appel, Il fera (vos) comptes très rapidement » (S13 - V41).

Méditons enfin quelques autres versets du Coran parlant des montagnes :

1-"Nous plaçâmes dans la Terre des masses d’ancrage (les montagnes) pour qu’elle ne les entraîne pas en dérive ; et nous y aménageâmes de longues voies  de passages, peut être retrouveront-ils le droit chemin" (S21 - V31)

2- "Ou alors qui fit de la Terre une demeure stable, qui la fit traverser par des rivières, lui plaça des masses d’ancrages (les montagnes) et établit une séparation entre les deux mers (fleuve et mer)" (S27 - V61)

3- "Et la Terre, Nous l’avons étendue, y avons jeté des masses d’ancrage ( les montagnes) et y avons fait pousser toute espèce, de belles paires (mâles et femelles)" (S50 - V7)
 
4- "Tu vois les montagnes et tu crois  qu’elles sont immobiles ; en fait elles filent comme les nuages. Telle est  l’œuvre d’Allah qui a tout façonné à la perfection, Il est parfaitement au courant de ce que vous faites" (S27 - V88)

Ces versets révélés il y a plus de quatorze siècles s’expliquent aujourd’hui mieux, grâce à la géologie moderne.

En résumé :

1- Les montagnes stabilisent les plaques tectoniques, sans quoi l’écorce terrestre aurait été perturbée constamment par de forts et nombreux séismes  Nous savons également que les montagnes ne sont pas fixes, elles bougent d’une façon imperceptible à l’œil nu, mais mesurable et calculable.

On sait également maintenant que la géométrie et la densité des montagnes ressemblent étrangement aux icebergs navigants dans les mers polaires, et que les plaques tectoniques sont animées d’un mouvement d’extension continue.

Le Coran est le premier livre sur terre à avoir parlé de couches terrestres, et indiqué que leur nombre était de sept.

Le Tout Puissant dit :


"Dis leur : apportez un livre qui serait d’Allah et qui serait plus près de la vérité que ces deux (Torah et Coran), et je le suivrai si vous avez raison. S’ils ne répondent pas à ta demande, saches alors qu’ils ne font que suivre leur passion ; et qui peut être plus dans l’erreur que celui qui suit sa passion sans guidance d’Allah…" (S28 - V49 50).

Ecrit par : Abd Edaim Elkaheel  
Traduit par : Laila ABOUHAI
Corrigé et adapté par : Mohammed Messen

References bibliographiques
1- Underneath the mountains www.geology.wisc.edu
2-  http://maps.unomaha.edu/Maher/ESSlectures/ESSlabs/isostasylab/isostasy.html
3- German Scientists: Earth is Smaller than People Think, www.dw-world.de, 06.07.2007.
4- Tectonic Plates, National Science Digital Library.
5- Allison Macfarlane, Rasoul B. Sorkhabi, Jay Quade, Himalaya and Tibet: Mountain Roots to Mountain Tops, Geological Society of America, 1999.
6- Dr. Michael Pidwirny, Introduction to the Lithosphere, University of British Columbia Okanagan.
7- Structure of the Earth, www.nasa.gov
8- The Earth, www.enchantedlearning.com
9- Inside the Earth, www.usgs.gov  
10- Scientists Catch Underwater Volcanic Eruption "In Action" in Pacific Ocean

Les montagnes qui passent

 

http://www.merveillescoraniques.net/content/view/106/124/

   

 

 

 

les-montagnes-qui-passent-comme-des-nuages.JPG

Si on analysait quelques versets coraniques à la lumière des sciences modernes, on finirait par reconnaître que le Noble Coran ne pouvait pas être écrit par le Prophète Mohamed (SAS), berger et analphabète. Ces versets expriment des vérités scientifiques inconnues à l’époque de la révélation; elles ne furent découvertes que mille ans après. Allah (Soubhanahou Oua Tâala) dit :


"Et lorsque tu vois les montagnes, tu les crois figées. En fait, elles passent comme des nuages" (S27-V88).


Ce verset contient une vérité scientifique très importante qui ne pouvait pas être appréciée par les seuls sens humains. Elle nécessite des procédés observatoires indirects. Cette grande vérité est appelée par les scientifiques de nos jours : ″Le principe de la relativité″. Ce principe énonce qu’un corps, qui semble immobile, peut être mobile, et un corps qui semble se déplacer à vitesse lente, peut évoluer à une vitesse très élevée.

Avez-vous remarqué que le verset parle de "Montagnes qui passent". Souvenez-vous bien de cette précision scientifique extraordinaire! Il s'agit donc d'un corps en mouvement qui "passe" devant un "observateur fixe".

Malgré les grandes divergences des exégètes sur le fait de savoir si le verset précité évoquait un phénomène physique réel, ou s’il faisait allusion à l’un des multiples phénomènes qui se passeront le jour de la Résurrection et que le Coran décrit avec une précision étonnante. Avant la révélation de ce verset, les infidèles Koraïchites avaient déjà accusé le Prophète Mohammed (SAS) d’aliénation ; ils furent alors bien heureux de saisir cette occasion pour justifier leur calomnie en disant aux fidèles: ″Comment pouvez-vous croire un homme qui prétend que ces montagnes immuables et stables, courent comme des nuages dans le ciel ?″

L’attitude des ignorants arabes du temps de Mohammed (SAS) n’est pas plus étonnante que celle de l’église Chrétienne qui, mille ans après, avait poursuivi, en justice, des savants tels que Copernic, Bruno, Kepler, Galileo et bien d’autres. Certains furent emprisonnés et d’autres brûlés, juste pour avoir soutenu que la terre n’était pas le centre de l’univers, ou qu’elle n’était qu’une planète parmi tant d’autres et qu’elle effectuait une révolution autour du soleil pendant un an et autour de son axe pendant 24 heures.

En effet, si le Prophète était réellement l’auteur du Coran, il n’aurait eu aucun intérêt à faire une telle déclaration en son temps. Il était certain qu’elle allait être rejetée. Et pourtant, il l’avait faite en dépit du bon sens de son époque. Pour preuve, les exégètes qui avaient tenté de commenter ce verset, n’avaient pas réussi à expliquer comment des montagnes parfaitement fixes à leurs yeux et à leur place depuis des millénaires, pouvaient, en même temps, se déplacer comme des nuages! Pour échapper à cette énigme, ils allèrent chercher l’explication dans ce que le Coran avait annoncé pour la Résurrection. Et même dans ce cas, il est impossible d’expliquer que les montagnes allaient rester fixes et en même temps filer comme des nuages dans le ciel.

En fait, cette explication nous est fournie par le principe de la relativité, découvert par Galileo et paru dans ses écrits en 1632.

Le principe préconise que la vitesse de n’importe quel corps en mouvement ne peut être mesurée d’une façon absolue, mais qu’elle est estimée par rapport à un repère de référence.

Les repères de référence pouvant bouger les uns par rapport aux autres avec des vitesses constantes ; ces mouvements se traduisent par des lois physiques et s’expriment par des équations mathématiques bien établies. Selon le principe de la relativité, Galileo (savant italien 1564-1640) mit au point une loi pour exprimer les vitesses relatives sous différents repères de référence. Il additionna la vitesse du corps par rapport à son repère, à la vitesse de ce repère par rapport à un second repère fixe. Galileo avait formulé le principe de la relativité du mouvement en se référant à ce qui se passe dans un bateau qui se déplace en mer à une vitesse constante. On peut l’exprimer également en observant ce qui se passe dans un avion qui vole à vitesse constante de 1000Km/h, par exemple. Si la vitesse de l’avion ne varie pas, les passagers qui ne voient pas la terre, se comportent comme s’ils étaient sur terre et ne se rendent pas compte de la vitesse de l’avion. Ils voient ainsi les corps se comporter selon les lois physiques qui régissent le mouvement des corps sur terre. Si un objet tombe de la main d’un passager il le retrouvera directement à la verticale sous sa main, et s’il le jette au loin dans l’avion, sa vitesse dans n’importe quelle direction sera identique à celle qu’il aurait eue sur terre. Lorsque l’hôtesse de l’air se déplace de l’avant vers l’arrière de l’avion à une vitesse constante de 2 m/sec par exemple, sa vitesse par rapport à l’avion restera toujours la même et en sens inverse de celle de l’avion. Mais pour un observateur qui mesure cette vitesse depuis la terre ; elle sera de 105Km/h si elle va de l’arrière vers l’avant de l’avion, et de 995 Km/h si elle va de l’avant vers l’arrière.

Vous pouvez faire votre propre expérience en étant dans un train à l’arrêt dans une gare à proximité immédiate d’un autre train. Si votre train se met en marche et que vous regardez l’autre train, vous aurez l’impression que c’est l’autre train qui s’est mis en marche. Si c’est l’autre train qui se met en marche et que vous le regardiez, vous aurez l’impression que c’est le votre qui démarre. Si par contre vous lisez votre journal, sans regarder dehors, vous ne vous rendez compte de rien.

A l’image des passagers, qui ne ressentent pas le mouvement d’un train ou d’un avion, les habitants de la terre ne se rendent pas compte du tout que celle-ci bouge car ils n’ont aucun repère de référence fixe.

Guidé par cette conception, l’astronome Grecque Claude Ptolémée, mit au point au 2ème siècle (Apr. J.C), le premier modèle qui expliqua le mouvement des différents astres tels que le soleil, les planètes et le reste des étoiles. Sa théorie affirmait que la terre avait une forme sphérique, qu’elle était fixe au milieu de l’univers, et que les autres planètes tournaient autour d’elle dans un espace à trois dimensions.

 

Avion-en-vol-au-dessus-des-nuages-qui-filent.JPG

Avion en vol au dessus des nuages qui filent

 

 

plusieurs-reperes-relatifs-a-la-loi-de-la-relativite.JPG

Porte avion pris par un observateur à l’extérieur.


Ici il y a plusieurs repères relatifs : L’avion, le porte avion, la terre, les nuages et les vagues en mouvement.

 

en-atterrissant-on-se-rend--compte-de-la-vitesse-de-l-avi.JPG

C’est en atterrissant qu’on se rend parfaitement compte de la vitesse de l’avion

 

l-interieur-de-l-avion-on-se-rend-compte-de-sa-vitesse.JPG

À l’intérieur de l’avion on ne se rend compte de sa vitesse que si on regarde par la fenêtre.

 

Le modèle de Ptolémée est resté valable jusqu’à la venue du célèbre astronome Polonais Mikołaj Kopernik, qui découvrit au 16ème siècle (Apr. J-C), que le soleil est au centre du système solaire, qui englobe la terre, et que toutes ses planètes tournent autour.

Copernic s’est appuyé sur de nombreuses études astronomiques faites par d’anciens savants musulmans qui avaient pris la relève des grecques.

Disons d’abord que sur cette notion de rondeur de l’univers, le Coran avait déjà déclaré il y a plus de 14 siècles, dans plus d’un verset, que le soleil, la lune, qui matérialisent le jour et la nuit, ainsi que toutes les étoiles tournaient en rond suivant des parcours préétablis.

"Il a créé les cieux et la terre dans toute leur vérité. Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit, et Il a assujetti le soleil et la lune afin que chacun poursuive sa course jusqu’à un terme fixé. C’est bien Lui le Puissant, le Grand Miséricordieux!" (S39-V5)


Au 11ème siècle, Ibnou L’Haythèm avait critiqué le modèle de Ptolémée, sur son aspect mathématique, dans un article intitulé « Doutes sur Ptolémée ». Il prouva que ce modèle ne pouvait pas expliquer de nombreux mouvements astronomiques et qu’il fallait le développer davantage.


A 11ème siècle El Bayrouni déclara que la terre tourne autour de son axe et qu’elle tourne autour du soleil avec les autres planètes du système; il ajouta que le soleil n’est pas à l’origine du jour et de la nuit. Il reconnut par la même occasion que ses découvertes devaient être vérifiées car il n’avait aucun moyen expérimental pour les certifier.

 
Certains astronomes musulmans tels que : Nacir El Ddine El Toussi et Mouàyed El Ddine El Awradi avaient développé des modèles astronomiques qui expliquaient mieux le mouvement des planètes. Ils démontrèrent que ces mouvements se font le long de trajectoires circulaires qui s’imbriquent autour de la terre.


En 1543 Copernic publia une nouvelle théorie qui suppose que le soleil est au centre du système solaire et que les planètes, y compris la terre, tournent autour, suivant des orbites indépendantes. Il a prouvé également que la terre effectue un tour autour de son axe en 24 heures, ce qui générait l’alternance du jour et de la nuit. D’autre part, sa révolution complète autour du soleil en un an, générait le phénomène des saisons.

La majorité de ses contemporains avaient reçu les déclarations de Copernic avec ironie, et l’Eglise décida de le juger ainsi que les savants qui partageaient ses opinions, en les accusant d’aliénation et d’athéisme. Ainsi, tous les essais dans lesquels ils avaient consigné leurs recherches, furent perquisitionnés et brûlés. Copernic s’enfuit de Rome, de crainte qu’il ne soit arrêté et exécuté ou incinéré comme ceux qui avaient subi ce triste sort.

Avec la découverte de la loi de la relativité par Newton vers la fin du 12ème siècle, la démonstration du mouvement de la terre et des autres corps célestes était devenue plus aisée.
La preuve directe que la terre est en mouvement perpétuel autour de son axe et autour du soleil pouvait donc être faite depuis la terre ; mais il fallait se fixer un repère de référence pour vérifier de tels mouvements. Ceci est maintenant chose possible depuis la lune, ou a l’aide des caméras portées par les navettes spatiales.

 

 

Representation-schematique-du-systeme-solaire.JPG

Représentation schématique du système solaire.

Notre univers ne peut rester stable que grâce à ce mouvement perpétuel ; sans quoi, deux astres voisins s’attireraient et rentreraient en collision. Il existe deux types de mouvements : l’un circulaire et l’autre linéaire. Le mouvement circulaire maintient les planètes, autour des centres des galaxies, alors que le mouvement linéaire entraîne les galaxies au-delà du centre de la grande explosion (Big Bang). Allah, le Créateur de cet univers nous dit bien :


"Et le soleil court vers un gîte qui lui est assigné; telle est la détermination du Tout Puissant, de l’Omniscient. Et pour la lune, Nous avons déterminé des phases de telle sorte qu’elle redevienne comme un vieux régime (de datte). Le soleil ne peut rattraper la lune, et la nuit ne peut devancer le jour; chacun nageant dans un espace (déterminé)." (S36-V38/40)

Les scientifiques estiment que le nombre des galaxies observables dans l’univers est approximativement égal à 100 milliards; chaque galaxie contient en moyenne 100 milliards d’étoiles (planètes et lunes). La distance moyenne entre deux galaxies voisines est d’environ 25 milliards de milliards de kilomètres, soit l’équivalent de 2,5 millions d’année lumières. La vitesse de rotation de ces étoiles est énorme. La terre tourne par exemple autour du soleil à la vitesse de 108 000 Km/h et le soleil tourne autour du centre de la galaxie à la vitesse de 800 000 Km/h. Pour sa part, notre galaxie dite Voie Lactée, s’élance dans l’expansion de l’univers en ligne droite à une vitesse supérieure à 2 millions de Km/h. En dépit de ces vitesses vertigineuses, nous vivons en toute quiétude et en toute sécurité sur notre ″Projectile terrestre″ que nous croyons immobile.

Pour plus de détails, nous vous conseillons de vous reporter à nos articles : Positions des étoiles - quelques sons et lumières de l’Univers - Eclatement de la jonction - le fer extra-terrestre ….

Revenons maintenant à ce verset 88 de la Sourate En’neml qui dit :

"Tu vois les montagnes et tu les crois figées, alors qu’elles passent comme des nuages ; cela est l’œuvre d’Allah qui a perfectionné toute chose. Il est parfaitement au secret de ce que vous faites."


La première vérité annoncée par ce verset il y a 14 siècles, stipule que l’observateur terrestre croit les montagnes immobiles.


Le choix des montagnes par le Coran comme objet d’observation est très judicieux :

- Depuis l’espace, les parties de la terre que l’on peut observer aisément ce sont les montagnes, leur mouvement matérialise parfaitement la rotation de la terre.

- On sait que la vitesse linéaire d’un corps sphérique qui tourne, augmente au fur et à mesure que l’on s’éloigne de son axe. Etant théoriquement une ligne sans dimension, la vitesse de cet axe est nulle ! Mais celle des parties périphériques est égale à la circonférence en mètres ou en kilomètres, divisée par le temps passé à faire un tour complet. Pour la terre, le temps d’un tour est de 24 heures et la distance parcourue par un point de sa surface, est égale au périmètre du cercle, c'est-à-dire à πD de la terre en ce point. Sans se fatiguer à faire ce calcul très simple, il suffit de comprendre que le cercle le plus grand décrit par la terre, est bien celui du sommet de la plus haute montagne ; le mont Everest de l’Himalaya, est à 8844 m au-dessus du niveau de la mer à l’équateur.

 
- En faisant ce calcul très simple on trouve que la vitesse de rotation d’une personne autour de l’axe de la terre est égale à : 1667 Km/h à l’équateur, à 1668 si elle se trouve sur le mont Everest, et à 1665 si elle se trouve dans La Fosse des Mariannes ; pendant cela, elle fait un tour complet autour du soleil en 365 jours à une vitesse de 108000 Km/h. En même temps, elle tourne avec le groupe solaire autour du centre de la galaxie à la vitesse de 800 Km/h et s’élance avec la voie lactée en compagnie de toutes ses étoiles, sur une ligne droite à une vitesse de plus de 2 millions de Km/h ; tout cela sans le moindre vertige ; mais en y pensant vous devez sûrement avoir le vertige!

 

Mont-Everest--Himalaya---Tibet---8844-m.JPG
Mont Everest (Himalaya – Tibet) : 8844 m

 

- La seconde vérité est que les montagnes courent à la vitesse des nuages.
Comment peut-on apprécier la vitesse des nuages ? Regardons quelques photos :



les-montagnes-courent-a-la-vitesse-des-nuages-1-copie-1.JPG

 

les-montagnes-courent-a-la-vitesse-des-nuages-2.JPG

 

les-montagnes-courent-a-la-vitesse-des-nuages-3.JPG

 

les-montagnes-courent-a-la-vitesse-des-nuages-4.JPG

 

les-montagnes-courent-a-la-vitesse-des-nuages-5.JPG

 

les-montagnes-courent-a-la-vitesse-des-nuages-6.JPG

 

Pour les contemporains de Mohammed (SAS), à qui le Coran s’est adressé pour la première fois, ils pouvaient apprécier ce mouvement en regardant filer les nuages devant le soleil par un temps variable, ou en regardant le mouvement des petits nuages par rapport à d’autres plus gros, ou encore par rapport aux montagnes par un jour de grand vent.

Précisons que les nuages peuvent courir dans le ciel selon leur altitude, à la vitesse du vent qui les pousse. Cette vitesse peut atteindre 200 km/h pendant les grandes tempêtes. Le Coran nous rappelle ce phénomène dans de nombreux versets :

"C’est Lui qui vous fait circuler sur terre et en mer ; et lorsque vous êtes en bateau et que ces bateaux les emportent, à un vent doux. ils s’en réjouissent ; et cela jusqu’au moment où, s’abat sur (les bateaux) un vent violent, et qu’ils sont assaillis par les vagues de tous côtés, ils se voient alors bien pris, ils adressent leur prière à Allah et lui dédient à lui seul, toute leur foi (en disant): «Nous jurons que si Tu nous sauves de cette situation, nous serons sans doute parmi les reconnaissants!" (S10-V22)

 

phenomene-de-la-relativite-qui-gere-les-mouvements-de-n.JPG

 

Ainsi Allah a choisi les montagnes et les nuages pour faire sentir aux analphabètes et aux bédouins de l’Arabie, ce phénomène de la relativité qui gère les mouvements de notre univers. Il leur suffisait de regarder au-dessus de leur tête. Le Coran évoque d’ailleurs fréquemment l’exemple du ciel ou des cieux et celui des montagnes (toujours au pluriel), pour nous inciter à admirer la splendeur de sa création.

Pour les scientifiques, l’explication est plus belle ! Allah évoque cette grâce en disant :

"Il a asservi pour vous le soleil et la lune, en perpétuel mouvement; Il a asservi également pour vous la nuit et le jour et vous a donné tout ce que vous lui aviez demandé. Et, si vous énumérez les grâces d’Allah, vous ne pourrez jamais les compter". (Ibrahim 33-34)

Regardons donc ces nuages filer par-dessus les montagnes, et pensons que ces mêmes montagnes filent devant la lune, le soleil et toutes les étoiles qui nous entourent. Et toute cette masse de matière, de lumière et d’énergie, tourne et file avec nous, morts et vivants, vers un point de chute qu’Allah a décidé pour nous tous !

Pour toute information complémentaire, vous pouvez nous écrire ou écrire à l’auteur originel de cet article, à l’adresse électronique : Jo.edu.just@mabbadi.net

Avant de clore cet article, et tout en restant dans ses limites, rappelons simplement que le Coran évoque les montagnes dans de nombreux versets; elles font partie des merveilles de la création d'Allah. Ce sont des ancrages, dit-il, des stabilisateurs, ou des pieux qui empêchent la terre de partir en dérive. Au Big Crunch qui provoquera la destruction de l'univers avant la Résurrection, elles s'envoleront en éclats, comme de la "laine cardée". Cet aspect géologique de la terre fera Inchallah, l'objet d'au autre article sur les merveilles scientifiques du Coran.

Références bibliographiques :
Du même auteur : - Le mouvement, un concept relatif (en Arabe)
- La rotation de la terre est-elle en contradiction avec le Coran ?
- Exégèses de Tabari, Qortobi, Ibnou Kouthaïr.
- ‘’Les archives des siècles lointains’’ (par Abourrayhan Al-Bayrouni)
- Articles sur Internet du Dr. Taoufik Choumer : ‘’Ibnou Chatir et Copernic’’
- Wikipédia : ‘’La terre’’.

Traduit par : Açya Thamina
commenté et adapté par : Mohammed Messen
Inspiré d’un article du Docteur : Manssour El Ibadi,
Professeur de Génie-électrique A L’université des sciences et de technologie Aman Jordanie

 

2/ Le Signe des Nuages

http://www.islam-guide.com/fr/ch1-1-g.htm

 

Nuga-vue-par-satellite--ce-qu-en-dit-le-Coran.JPG

 

G) Ce que dit le Coran au sujet des nuages: 

L'étude des divers types de nuages a permis aux scientifiques de réaliser que la formation et l'aspect des nuages de pluie sont régis selon des systèmes bien précis et suivent certaines étapes qui varient selon les types de vents et de nuages.        

Un des types de nuages de pluie est le cumulo-nimbus.  Les météorologues ont étudié la formation des cumulo-nimbus et la façon dont ils produisent la pluie, la grêle et les éclairs.            

Ils ont découvert que les cumulo-nimbus passent à travers les différentes étapes suivantes pour produire de la pluie: 

1)  Les nuages sont poussés par le vent: Les cumulo-nimbus commencent à se former lorsque le vent pousse des fragments de nuages (cumulus) vers une aire où ces nuages convergent (voir illustrations 17 et 18).    

Photo-satellite-montrant-les-nuages-se-deplacant.JPG

Illustration 17: Photo satellite montrant les nuages se déplaçant vers les aires de convergence B, C, et D.  Les flèches indiquent les directions du vent. (The Use of Satellite Pictures in Weather Analysis and Forecasting [L'utilisation des images satellites dans l'analyse et les prévisions météorologiques], Anderson et al., p. 188.)  (Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)

 

Petits-nuages--cumulus--se-dirigeant-vers-un-gros-cumulo-ni.JPG

Illustration 18: Petits fragments de nuages (cumulus) se dirigeant vers une zone de convergence près de l'horizon, où l'on aperçoit un gros cumulo-nimbus. (Clouds and Storms [Les nuages et les tempêtes], Ludlam, cliché 7.4.)  (Cliquez sur l'image pour l'agrandir.) 

Ribaat : Ces deux Illustration, 17 et 18 nous montrent bien que quelqu’un de Tout Puissant gère sa Création, et c’est Allah le Dieu Unique des hommes

2)  Les nuages se rassemblent: Ensuite les fragments de nuages se rassemblent pour former un nuage plus gros1 (voir illustrations 18 et 19).     

 Etape-de-Formation-de-la-pluie-par-le-nuage--cumulonimbus.JPG

Illustration 19: (A) Fragments de nuages isolés (cumulus).  (B) Lorsque les fragments de nuages de rassemblent, les courants d'air ascendants augmentent à l'intérieur du gros nuage nouvellement formé; le nuage se développe alors en hauteur.  Les gouttes d'eau sont indiquées par les ·. (The Atmosphere [L'atmosphère], Anthes et al.. p. 269.)  (Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)   

3)  Le nuage se développe en hauteur: Lorsque les petits nuages se rassemblent, les courants d'air ascendants augmentent à l'intérieur du gros nuage nouvellement formé.  Les courants d'air ascendants qui sont situés près du centre du nuage sont plus forts que ceux situés près des bords.2 Ces courants d'air ascendants provoquent le développement en hauteur du nuage, formant une structure en forme d'enclume (voir illustrations 19 (B), 20, et 21).  Ce développement en hauteur fait en sorte que le nuage s'étend jusqu'à des régions plus froides de l'atmosphère, et c'est là que des gouttes d'eau et des grêlons se forment et augmentent de volume.  Lorsque ces gouttes d'eau et ces grêlons deviennent trop lourds pour être soutenus par les courants d'air ascendants, ils commencent à tomber du nuage sous forme de pluie et de grêle.3    

Illustration 20: Un cumulo-nimbus.  Après que le nuage se soit développé en hauteur, formant une structure en forme d'enclume, de la pluie s'en échappe. (Weather and Climate [Conditions atmosphériques et climats], Bodin, p.123.) 

LE-NUAGE-CUMULONIMBUS-FORME-LA-PLUIE-ET-GRELE.JPG

 

UN-CUMULONIMBUS-1.JPG

Illustration 21: Un cumulo-nimbus. (A Colour Guide to Clouds [Guide illustré des nuages], Scorer et Wexler, p. 23.) 

Dieu a dit, dans le Coran: 

« N'as-tu pas vu que Dieu pousse les nuages?  Ensuite Il les réunit et Il en fait un amas, et tu vois la pluie sortir de son sein. » (Coran, 24:43)

Ce n'est que récemment que les météorologues ont découvert ces détails sur la formation, la structure et la fonction des nuages, en utilisant des équipements de pointe tels que des avions, des satellites, des ordinateurs, des ballons d'essai, etc. pour étudier les directions du vent, mesurer l'humidité et ses variations, et pour déterminer les niveaux et les variations de la pression atmosphérique.4                   

Le verset précédent, après avoir mentionné les nuages et la pluie, parle de la grêle et des éclairs: 

«  ...Et Il fait descendre, du ciel, de la grêle provenant de nuages comparables à des montagnes.  Il en frappe qui Il veut et l'écarte de qui Il veut.  Peu s'en faut que l'éclat de son éclair ne ravisse la vue. » (Coran, 24:43)

Les météorologues ont découvert que ces cumulo-nimbus, desquels tombe la grêle, atteignent une hauteur variant entre 25 000 et 30 000 pieds (7600 à 9100 mètres) , ou 4.7 à 5.7 milles (7,5 à 9,2 kilomètres),5 une hauteur rappelant celle des montagnes, comme le dit le Coran:

"...Et Il fait descendre, du ciel, de la grêle provenant de nuages comparables à des montagnes."(voir illustration 21 ci-haut). 

 FORMATION-DES--ECLAIRS-DANS-LE-CIEL.JPG        

Ce verset peut nous amener à nous poser la question suivante: pourquoi est-il dit, dans ce verset, "son éclair" en parlant de la grêle?  Cela signifie-t-il que la grêle est la cause principale de la formation de l'éclair?  Voici ce que le livre Meteorology Today (La météorologie d'aujourd'hui) dit à ce sujet.  Il dit qu'un nuage devient électrifié lorsque les grains de grêle traversent une partie du nuage où circulent des gouttelettes très froides et des cristaux de glace.  Lorsque les gouttelettes heurtent les grains de grêle, elles gèlent à leur contact et libèrent en même temps de la chaleur latente.  Cela fait en sorte que la surface des grains de grêle reste plus chaude que celle des cristaux de glace environnants.  Lorsque les grains de grêle entrent en contact avec les cristaux de glace, un phénomène important se produit: des électrons circulent de l'objet le plus chaud à l'objet le plus froid.  C'est alors que les grains de grêle deviennent négativement chargés.  La même chose se produit lorsque des gouttelettes très froides entrent en contact avec des grains de grêle et que de minuscules éclats de glace chargés positivement se détachent.  Ces particules positivement chargées, qui sont plus légères, sont alors transportées dans la partie supérieure du nuage par les courants d'air ascendants.  La grêle, qui est restée avec une charge négative, descend dans la partie inférieure du nuage; cette partie devient donc négativement chargée.  Ces charges négatives sont alors déchargées sous forme d'éclairs.6 Nous pouvons conclure de cette explication que la grêle est la cause principale de la formation de l'éclair. 

Ces informations sur la formation des éclairs n'ont été découvertes que récemment.  Jusqu'en l'an 1600, les idées d'Aristote sur la météorologie étaient dominantes.  Il croyait, par exemple,  que l'atmosphère contenait deux sortes d'émanations, l'une humide, l'autre sèche.  Il affirmait également que le tonnerre était le bruit de la collision entre l'émanation sèche et les nuages environnants, et que l'éclair était l'inflammation de l'émanation sèche à l'aide d'un faible feu de forme amincie.7 Ce sont là quelques idées sur la météorologie qui étaient dominantes à l'époque de la révélation du Coran, il y a quatorze siècles. 

Notes: 

(1) Voir The Atmosphere [L'atmosphère], Anthes et al., pp. 268-269, et Elements of Meteorology [Éléments de météorologie], Miller et Thompson, p. 141.  

(2) Les courants d'air ascendants qui sont près du centre sont plus forts parce qu'ils sont protégés du refroidissement par la partie du nuage qui entoure le centre.  

(3) Voir The Atmosphere [L'atmosphère], Anthes et al., p. 269, et Elements of Meteorology [Éléments de météorologie], Miller et Thompson, pp. 141-142.  

(4) Voir Eejaz al-Quran al-Kareem fee Wasf Anwaal-Riyah, al-Sohob, al-Matar, Makky et al., p. 55.  

(5) Elements of Meteorology [Éléments de météorologie], Miller et Thompson, p. 141.  

(6) Meteorology Today [La météorologie d'aujourd'hui], Ahrens, p. 437.  

(7) The Works of Aristotle Translated into English: Meteorologica [Les travaux d'Aristote traduits en langue anglaise: Meteorologica], vol. 3, Ross et al., pp. 369a-369b.  

3/ Suite sur le Signe des Nuages

http://coranmiracles.unblog.fr/les-nuages-montagnes-cumulonimbus/

Les nuages montagnes : Cumulonimbus

Bien que les nuages soient en perpétuelle évolution, il est possible de définir un nombre limité de formes caractéristiques permettant de les classer. La classification des nuages est basée sur l'existence de dix groupes, appelés ''genres'', qui s'excluent mutuellement mais comportent des subdivisions en ''espèces'' et en ''variétés'', parfois communes d'un genre à l'autre. Parmi eux il y a les cumulonimbus.

Cumulonimbus (Cb), Description générale

« Nuage dense à extension verticale considérable en forme de montage ou de tour immense. Une partie au moins de sa région supérieure est généralement lisse, fibreuse ou striée et presque toujours aplatie; cette partie cirriforme s'étale souvent en forme d'enclume ou de vaste panache ».

Au-dessous de la base de ce nuage, très sombre, il existe fréquemment des nuages bas déchiquetés, soudés ou non avec elle, et des précipitations. Son aspect rappelle souvent celui d'un nimbostratus, pour un observateur placé au-dessous.

Les Cumulonimbus résultent de mouvements verticaux violents engendrés par le réchauffement de l'air au voisinage du sol, le jour, ou de la surface de la mer la nuit (convection thermique), le relief ou la rencontre de masses d'air d'origine et de structure thermique différentes (”fronts”), mouvements qui peuvent se propager et s'amplifier jusqu'à 10-12 km, voire 20 km d'altitude dans les régions tropicales (vitesses verticales de l'ordre de 5 à 30 m/s).

On peut donc rencontrer les Cumulonimbus de manière isolée, l'été, notamment en montagne, mais également en lignes de grains plus ou moins continues, le long des fronts froids, à nos latitudes ou le long de “tornades” en Afrique.

La base est située le plus souvent entre quelques centaines de mètres et 2 km d'altitude aux latitudes tempérées.

* Les cumulonimbus sont parfois gigantesques. Ils peuvent atteindre plus de 10 kilomètres de diamètre et 18 kilomètres de haut, c'est-à-dire deux fois la hauteur du Mont Everest!

* A l'intérieur d'un cumulonimbus, les vents atteignent parfois la vitesse de 200 km/h.

Espèces Calvus

Le Cumulonimbus Calvus ressemble à un Cumulus congestus dans lequel certains bourgeonnements commencent à former une masse blanchâtre, avec des stries plus ou moins verticales, mais où aucune partie cirriforme ne peut être encore distinguée.

Capillatus

Le Cumulonimbus Capillatus, stade ultime du Cumulonimbus en pleine maturité présente toujours à sa partie supérieure une enclume un panache ou une vaste chevelure cirriforme plus ou moins désordonnée. Générateur d'averses de grains (coups de vent), d'orages et de grêle.

Voici comment le coran décrit ces nuages comme des montagnes et c'est au sein de ce type de nuages que se forment les grêlons : ALLAH exalté soit il dit :

« Et Il fait descendre du ciel, de la grêle [provenant] des nuages [comparables] à des montagnes. Il en frappe qui Il veut et l’écarte de qui Il veut. Peu s’en faut que l’éclat de son éclair ne ravisse la vue » (43) sourate la lumière.

Ces informations ne peuvent venir que d'une révélation divine, le prophète Mohammed (asws) n'avait pas de satellites pour mesurer la hauteur de ces nuages et leur donner une telle description précise.

Gloire a ALLAH.


Partager cet article

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche