DEPUIS JANVIER 2010 Jésuites/Juifs noachides, Illuminati, Franc-maçons, Satanisme
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 21:36

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

 SIGNES ET MIRACLES D’ALLAH (46):

 « Le Coran Glorieux: Miracle des miracles »

 LE-CORAN-EST-UNE-PREUVES-ILLUMINENTES.JPG

 Rapport de Saïd ibn Nasser Al Ghamidi

 

 

Assalamaraleykoum, (que la paix et la bénédiction d'Allah soit sur vous)

 

Qu'est-ce que le Coran Glorieux?

 

Le Coran désigne la parole révélée d'Allah (swt) à Son Serviteur et Messager (saw) qui le lisait en signe d'adoration. C'est un miracle de par chacune de ses sourates. C'est le nom du livre d'Allah (swt) en particulier. Aucun des autres Livres ne porte son nom. Il a plusieurs noms notamment " le Discernement ", " le Livre ", " le Rappel " et " la Révélation ". Ses principaux noms sont le Coran et le Livre. Il y a en cela une allusion à l'importante considération accordée à sa protection sous deux aspects et non sous un seul, c'est-à-dire parallèlement dans les cœurs et sous forme écrite, de sorte que si l'un d'eux fait défaut que l'autre lui serve de support.

 

Signification de la révélation

 

La révélation consiste à ce qu'Allah (swt) informe celui qu'Il a choisi pour Son message, que tout ce qu'Il voudra lui faire connaître de Son affaire et de Sa connaissance lui parviendra afin qu'il le transmette à celui qu'Allah voudra parmi Ses créatures. La révélation est commune à tous les messagers d'Allah (paix sur eux) conformément à ce qui est rapporté dans la parole suivante:

 

Allah (swt) : (Nous t'avons fait une révélation comme Nous fîmes à Noé et aux prophètes après lui. Et Nous avons fait révélation à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob, aux Tribus, à Jésus, à Job, à Aaron et à Salomon, et Nous avons donné le Zabour à David. Et il y a des messagers dont Nous t'avons raconté l'histoire précédemment, et des messagers dont Nous ne t'avons point raconté l'histoire - et Allah a parlé à Moïse de vive voix).

 

L'éventualité à ce que la révélation s'accomplisse:

 

La révélation est une chose réelle. Aucun croyant qui croit en l'existence d'Allah (swt) et en Sa Toute-Puissance ne peut la réprouver. Le Créateur, le Gérant administre Ses créatures de la manière qu'Il veut. Le lien entre Lui et Ses créatures ne se fait que par le biais de Ses messagers. Les messagers d'Allah (saw) ne connaissent la volonté d'Allah que par l'intermédiaire de la révélation qu'elle soit par le biais d'un intermédiaire ou non. La raison saine n'éloigne pas l'éventualité de l'accomplissement de la révélation. En effet, le Créateur est capable de tout, rien n'est difficile pour Lui. (ou rien n'est impossible pour Lui)

 

La réalité de la révélation divine:

 

La révélation n'est pas une souffrance personnelle dont le Prophète (saw) procède lui-même à sa guérison. C'est-à-dire qu'elle n'est pas une vision ou une inspiration que l'homme obtient en pratiquant certains exercices spirituels excessifs. Au contraire, la révélation est un dialogue supérieur entre deux entités: l'entité qui parle, ordonne et donne, et l'entité auditrice, qui est commandée et qui est réceptrice. Le Prophète Muhammad (saw) et les autres Prophètes (paix sur eux) ne firent pas de confusion entre leurs entités commandées et réceptrices et l'Entité de la révélation, l'Entité Ordonnatrice Supérieure. L'homme est conscient qu'il est un individu faible devant Allah (swt), il craint Son châtiment s'il Le désobéit, Il recherche Sa miséricorde, il tire de Lui le soutien, il met en pratique ce qu'Il lui ordonne et parfois il reçoit une critique sévère et il reconnaît son incapacité absolue de changer une lettre du livre d'Allah (swt) 

 

Allah le Très-Haut dit : (Et quand leur sont récités Nos versets en toute clarté, ceux qui n'espèrent pas notre rencontre disent : “Apporte un Coran autre que celui-ci” ou bien “Change-le”. Dis : “Il ne m'appartient pas de le changer de mon propre chef. Je ne fais que suivre ce qui m'est révélé. Je crains, si je désobéis à mon Seigneur, le châtiment d'un jour terrible”. Dis : “Si Allah avait voulu, je ne vous l'aurais pas récité et Il ne vous l'aurait pas non plus fait connaître. Je suis bien resté, avant cela, tout un âge parmi vous. Ne raisonnez-vous donc pas ? ” ).

 

Ce qui vient d'être énoncé conduit à la conviction de la différence qui doit être faite entre le Créateur et la créature, entre l'attribut du Créateur et l'attribut de la créature et entre le style du Créateur et le style de la créature.

 

La distinction faite par le Prophète (Paix Bénédiction d'Allah sur Lui) entre sa parole et celle d'Allah :

 

Ainsi, le Prophète (Paix Bénédiction d'Allah sur Lui) oeuvrait à faire la différence entre ses hadiths (propos) qu'il formulait selon son propre style, d'où vient le nom de hadith prophétique –bien qu'il découle de la révélation par l'intermédiaire de l'inspiration, et la révélation coranique. Il a même interdit au début qu'on écrive quoi que ce soit de ses propos avec le Coran, afin de lui laisser la place qu'il mérite car il est à la fois mot et sens venant d'Allah, afin d'éviter tout amalgame avec la parole de l'homme. Pour cela, le prophète (saw) faisait bien la différence entre ce qu'il disait de son propre effort et ce qui était attribué à Allah, il a dit à cet effet : « Je ne suis qu'un homme comme vous, la conjecture peut avoir tort et raison. Mais quand je vous disais : Allah a dit, c'est que je ne mentais pas à Allah ».

 

Le Messager ne détient rien de la révélation:

 

La révélation est une force extérieure au Prophète (Paix Bénédiction d'Allah sur Lui). Il ne pouvait rien n'y faire. Les épreuves qui atteignaient le Prophète (saw)  ou une personne qui se trouvait autour de lui et qui exigeaient une solution rapide, le confirment. Or Il ne trouvait pas en cela des versets qu'Il puisse lire aux gens. Alors Il se taisait et attendait. Parfois l'attente se faisait longue pour une sagesse que Seul Allah connaissait, alors qu'il avait urgemment besoin de la réponse et de la délivrance. Par exemple, l'événement de la calomnie. C'était une accusation mensongère des hypocrites dont Aïcha, l'épouse du Prophète, était innocente. Les gens se mirent à faire de la calomnie à l'endroit de l'honneur pur du Prophète si bien que les cœurs atteignent les gorges. Il ne possédait rien pour pouvoir en finir avec ce problème. Tout ce qu'Il dit à Aïcha fut: « A présent, Aïcha, on m'a dit ceci et cela à ton sujet. Si tu es innocente, sache qu'Allah t'innocentera. Par contre, si tu as commis un péché, demande pardon à Allah… ». Un mois entier passa puis la révélation descendit afin d'innocenter Aïcha et de mettre en évidence la pureté de la maison de la prophétie. En résumé, la révélation est un état involontaire, extraordinaire, une force extérieure, une force qui sait car elle révèle une connaissance, c'est une force de bien infaillible car elle ne vient qu'avec la vérité et elle n'ordonne que ce qui est droit.

 

Comment se produit la révélation d'Allah à ses anges ?

 

Il est rapporté dans le Coran Glorieux ce qui stipule qu'Allah a parlé à Ses anges.

 

" Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : “Je vais établir sur la terre un vicaire “Khalifa ”. Ils dirent : “Vas Tu y désigner un qui y mettra le désordre … " " Et ton Seigneur révéla aux Anges : “Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. ".

 

La révélation d'Allah faite à Ses anges consiste à ce qu'Il leur parle et qu'ils L'écoutent.

 

Formes de communication d'Allah à Ses Messagers :

 

La révélation d'Allah à Ses Messagers se faisait avec un intermédiaire ou sans intermédiaire.

 

A) La révélation avec un intermédiaire:

 

C'est l'ange Gabriel, (Que Allah soit satisfait de lui). Elle se faisait sous l'une de ces deux formes :

 

1/ L'ange venait à lui sous forme d'un son semblable au son de la cloche qui était pénible pour le Messager. Le son puissant attire l'attention et l'âme qui se prépare de toutes ses forces à accepter ses effets. Lorsque la révélation descendait de cette manière sur le Messager, Il rassemblait ses forces cognitives afin de la recevoir, de la mémoriser et de la comprendre.

 

2/ L'ange prenait parfois la forme d'un homme qui venait vers lui. Cette situation est moindre que la précédente. En effet, il y a une harmonie entre l'interlocuteur et l'auditeur. Le Messager prenait ainsi plaisir à écouter le messager de la révélation. Il était serein envers lui d'une sérénité semblable à celle d'un homme vers un autre. Les situations précédentes sont mentionnées dans le hadith de Al-Harith Ibn Hisham qui a dit au Prophète (saw) : Comment reçois-tu la révélation? Il dit: « J'entends parfois comme le son d'une cloche, je ressens un lourd poids et une chaleur, et je retiens ce que j'entends. Parfois c'est sous forme d'un homme qui me parle ».

 

B) La révélation sans intermédiaire: 

 

1/ Le rêve pieux ou le bon rêve. Aïcha a rapporté : « Les premières manifestations de la révélation chez Mohammed furent des rêves pieux : il ne faisait aucun rêve sans en voir la réalisation. Il ne voyait les rêves que sous une clarté semblable à celle de l'aube. Le prophète ne faisait jamais un rêve qu'aussitôt, il se réalisait nettement et clairement. Cela était une préparation pour le Messager d'Allah jusqu'à ce que la révélation descende sur lui en état d'éveil. Ce type n'existe pas dans le Coran car il fut révélé en entier en état d'éveil. L'histoire d'Abraham (Qu'Allah soit satisfait de lui) quand Allah lui ordonna de sacrifier son fils confirme que les bons rêves ne sont limités qu'aux prophètes, comme l'a dit le Très-Haut :

 

(Nous lui fîmes donc la bonne annonce d'un garçon (Ismaël) longanime. Puis quand celui-ci fut en âge de l'accompagner, [Abraham] dit : “ô mon fils, je me vois en songe en train de t'immoler. Vois donc ce que tu en penses”. (Ismaël) dit : “ô mon cher père, fais ce qui t'es commandé : tu me trouveras, s'il plaît à Allah, du nombre des endurants”. Puis quand tous deux se furent soumis (à l'ordre d'Allah) et qu'il l'eut jeté sur le front, voilà que Nous l'appelâmes “Abraham ! Tu as confirmé la vision. C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants”. C'était là certes, l'épreuve manifeste. Et Nous le rançonnâmes d'une immolation généreuse. Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité : “Paix sur Abraham”. Ainsi récompensons-Nous les bienfaisants; car il était de Nos serviteurs croyants).

 

Si ce bon rêve n'était pas une révélation qu'il fallait suivre, Abraham ne se serait pas dépêché pour immoler son fils. Et Allah l'a récompensé par une immolation (d'un animal). Ainsi, le bon rêve n'est pas particulier aux prophètes. Il peut être aussi destiné aux croyants même s'il n'est pas de la révélation, comme il est rapporté dans le Hadith suivant : « Il ne reste de la révélation que les présages heureux ». On lui demanda : « Que sont-ils ces présages heureux ? ». Le prophète (Paix Bénédiction d'Allah sur Lui) répondit : « les rêves pieux ».

 

2/ La parole divine derrière un voile en état d'éveil et sans intermédiaire. Cette méthode fut appliquée sur le Prophète Moussa (Moïse), (Qu'Allah soit satisfait de lui), Allah lui parla directement sans intermédiaire. Cette étape pour ce qui est de Moussa est expressément citée par le Coran, comme l'a dit Allah :

 

(Et lorsque Moïse vint à Notre rendez-vous et que son Seigneur lui eut parlé)

 

et : (- et Allah a parlé à Moïse de vive voix - ). La parole divine fut également adressée directement au Prophète Mohammed (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui) de la même manière que le Très Haut avait parlé à Moussa ibn ‘Omran. Certaines paroles d'Allah étaient adressées au Prophète (saw) directement sans l'intermédiaire d'un ange lors de la nuit du voyage et de l'ascension au cours de laquelle il fut transporté au ciel (les Sept Cieux) et qu'Allah lui adressa la parole. Allah a fait mention des types de révélations précédentes dans Son verset suivant :

 

(Il n'a pas été donné à un mortel qu'Allah lui parle autrement que par révélation, ou de derrière un voile, ou qu'Il [lui] envoie un messager (Ange) qui révèle, par Sa permission, ce qu'Il [Allah] veut. Il est Sublime et Sage. ).

 

Le Coran est la parole d'Allah

 

Le Coran est la parole d'Allah. Il s'est exprimé réellement et non symboliquement il s'agit donc de l'attribution de la parole à Celui qui l'a dite. C'est Lui qui l'a fait descendre sur Son Messager afin qu'Il soit un avertisseur pour tout l'univers. Le jumeler à Muhammad (saw) ressemblerait à un rattachement de transmission et d'acquittement et non de commencement. Celui qui doute de cette vérité n'a devant lui que de relier ce Coran au Prophète lui-même ou à une créature qui le lui a enseigné.

 

La première hypothèse: Elle suppose que le Coran provient de Muhammad à cause de sa super intelligence, de son discernement et de la pureté de son esprit. Ce qui l'amène à produire cette parole extraordinairement et sage. Cela est réfuté par de nombreux arguments tels :

 

1/ Quelque soit le degré d'intelligence de l'homme, il est impossible de pouvoir relater les anciennes histoires, de parler des questions de croyance et de législation, des délices et des châtiments de l'enfer de manière précise et détaillée dans un style homogène et performant, et sans contradiction, alors que le prophète Mohammed (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui) ne fréquenta ni les historiens et ne savait pas lire.

 

2/ Le défi ferme avec lequel le Coran a affronté les mécréants qui ne sont pas venus et qui ne produiront pas une sourate semblable à une sourate du Coran épargne le Messager, malgré sa prudence et sa sagesse- de s'y aventurer avec les précurseurs de la poésie. Sa préoccupation majeure fut strictement que son message ait du succès et que sa prédication religieuse se propage.

 

3/ Le Coran a comporté quelques reproches au Prophète (saw) concernant ses positions personnelles à l'égard de certaines questions où il avait fait un effort d'interprétation et dont certains des aspects étaient justes ou absolument justes. Le Coran descendit afin de mettre en évidence les aspects de vérité et d'indiquer au Prophète les points fautifs, comme l'a dit Allah :

 

(Et s'il avait forgé quelques paroles qu’ils Nous avaient attribuées, Nous l'aurions saisi de la main droite, ensuite, Nous lui aurions tranché l'aorte. Et nul d'entre vous n'aurait pu lui servir de rempart.).

 

4/ Plusieurs versets dans le Coran commencent par le mot « Dis ». Celui-ci est répété plus de trois cent fois en direction du prophète (saw) pour lui apprendre ce qu'il fallait dire aux gens. Il ne parla pas de son propre gré ; il suivait ce qui lui était révélé. Il ne fut pas interlocuteur et il se contenta de relater l'histoire ou l'événement en dehors de son point de vue et de ses sentiments.

 

5/ La concordance totale entre les diverses indications relatives à certaines sciences de la vie et les données de la science moderne. C'est un sujet qui a suscité l'étonnement de bien de chercheurs occidentaux contemporains. En effet, le Saint Coran a abordé des questions scientifiques très détaillées, tels l'embryologie, l'astronomie et l'océanographie dont les moyens de leur connaissance ne furent découvertes qu'après l'époque de la révélation du Coran de plusieurs siècles. (Voir les miracles scientifiques du Coran)

 

Concernant la deuxième hypothèse: qui dit que le Prophète (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui) a appris le Coran d'autrui, est une histoire dénuée de tout fondement sous plusieurs aspects :

 

1/ L'illettrisme de Mohammed : Il vécut analphabète au sein d'une communauté analphabète de moyens de savoir. Les gens n'y connaissent que la poésie, l'éloquence et les thèmes afférents. Ceux-ci vivaient isolément dans leur polythéisme et loin des gens du livre (les Juifs et les chrétiens), comme l'a dit Allah :

 

(Voilà quelques nouvelles de l'Inconnaissable que Nous te révélons. Tu ne les savais pas, ni toi ni ton peuple, avant cela. Sois patient. La fin heureuse se sera aux pieux.).

 

prouve que ce type de connaissance (la révélation divine) fut étranger aux arabes qui furent incapables de faire des essais semblables en la matière. Il n'a pas été rapporté qu'ils se sont opposés à ce jugement selon lequel ils ignoraient ce qui a été cité dans le verset.

 

2/ Absence d'opposition des arabes au Coran : En dépit de leur démenti du Coran, ses adversaires arabes ne parvinrent pas à admettre que ce message fut de lui-même. En effet, Allah les a tous défiés en demandant à leurs personnes les plus éloquentes de produire un verset similaire à celui du Coran. Malgré qu'ils ne reconnaissent pas sa véracité, nul n'osa le défier de peur d'un scandale malgré leur haute capacité dans l'art de l'élocution soit par la composition d'un poème exhortatif ou réprobateur ou l'écriture en prose.

 

3/ Le caractère arabe du Coran et la particularité étrangère de la langue des gens du Livre : Aucune des sources historiques ne rapporta des informations relatives à la fréquentation du Prophète (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui) de rabbins ou de moines en vue d'apprendre ou de perfectionner un enseignement particulier. Le Coran est en langue arabe éloquente et n'a aucun rapport avec les gens du Livre. En réponse à ceux qui prétendaient que le Coran fut d'inspiration des gens du Livre, Allah dit :

 

(Or, la langue de celui auquel ils font allusion est étrangère [non arabe], et celle-ci est une langue arabe bien claire.).

 

4/ Attitude du Coran à l'égard des gens du Livre : Elle consiste à réfuter leurs soupçons et sophismes et les inviter à croire au Noble Messager et à répondre à l'appel d'Allah, le Sage. De ce fait, l'attitude du Coran dénie qu'ils soient la source et de l'émergence des juifs et des chrétiens. Cette situation illustre bien leur mécréance et leur indifférence à l'égard du Coran en tournant le dos au Messager d'Allah.

 

La révélation fragmentaire du Coran

 

Allah a fait descendre le Coran sur Muhammad afin de guider l'humanité. Sa descente fut un événement grandiose qui annonçait aux gens des cieux et de la terre, sa place sublime. L'avènement du Coran dans la nuit du destin, pendant le mois de Ramadan fit ressentir au monde céleste, celui des anges, l'honneur qu'Allah a accordé à la nation de Mohammed, qui a été honorée par Allah par ce nouveau message, pour qu'elle soit la meilleure des nations venues pour les gens. Sa seconde révélation de manière dispersée et contrairement à l'ordinaire, a suscité la stupéfaction des arabes mécréants. Ce qui les amena à polémiquer et après à accepter la nouvelle réalité révélatrice de la sagesse divine. Le Messager ne recevait pas la révélation en entier afin qu'Il puisse convaincre les gens dans la situation de vanité et d'obstination dans laquelle ils se trouvaient. La révélation lui venait par fragments et de temps à autre pour affermir son cœur et le réconforter, suivant la progression des évènements et des réalités jusqu'à ce qu'Allah compléta sa religion et paracheva ses faveurs.

 

Ainsi, Allah dit : (Et ceux qui ne croient pas disent : “Pourquoi n'a-t-on pas fait descendre sur lui le Coran en une seule fois ? ” Nous l'avons révélé ainsi pour raffermir ton coeur. Et Nous l'avons récité soigneusement. Ils ne t'apporteront aucune parabole, sans que Nous ne t'apportions la vérité avec la meilleure interprétation.).

 

Le Coran fut révélé en fragments pendant 23 ans, qui fut la durée du message de Mohammed. La sagesse de la venue du Coran de façon fragmentaire se résume comme suit :

 

1/ Le raffermissement du cœur du prophète :

Au début de sa prédication, le prophète (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui) fut confronté à l'obstination, l'aversion, la dureté et aux préjudices (des mécréants), alors qu'Il voulait les inviter et les guider vers le bon chemin. Il eu besoin que le Coran soit révélé progressivement, suivant les circonstances et le déroulement des événements pour que cela l'aide à raffermir son cœur et à le réconforter. De ce fait, le Coran rassembla les histoires des prophètes précédents qui subirent de multiples formes d'obstination, d'arrogance et de dommage de la part de leurs ennemis. Leur patience fut finalement couronnée par la victoire, le soutien et la persistance, qui représentent le destin de toute personne qui demeure attachée à la religion d'Allah le Très-Haut.

 

2/ Le défi et le caractère inimitable du Coran : Certes, le défi lancé aux mécréants par le Coran est inclus dans le miracle malgré leur incapacité à produire un livre typique au Coran. Ce défi est aussi plus puissant que de faire descendre le Coran une seule fois et de dire: Produisez un livre qui lui est semblable.

 

3/ Facilité de sa récitation et de sa compréhension : Le Coran fut descendu sur un peuple qui ne savait ni lire ni écrire. Son unique registre était la mémoire. Par ailleurs, il n'aurait pas été facile pour un peuple illettré de mémoriser le Coran s'il avait été révélé d'un seul coup. Et il ne lui serait pas facile de comprendre ses sens ou de méditer sur ses versets. Sa révélation sous forme fragmentaire, était un meilleur moyen pour le mémoriser, pour comprendre ses versets et pour mettre ses enseignements en pratique.

 

4/ Côtoiement des évènements et progression de la législation : Les gens ne pouvaient pas se précipiter vers cette nouvelle religion si le Coran ne les traitait pas avec sagesse. Il leur a offert les remèdes nécessaires permettant d'ébranler la corruption et la bassesse. Toutes les fois qu'il leur arrivait un événement, le jugement divin proposait les moyens d'une bonne orientation et instituait les fondements de la législation conformément aux nécessités de la vie. Cela était un plaisir pour eux.

 

5/ Les preuves tangibles que le Coran est une révélation émanant d'un Sage, Digne de louange. Le Coran fut révélé par fragments pendant plus de vingt ans. Les versets étaient progressivement révélés dans le temps. Les gens ne cessaient de les psalmodier et de les apprendre et de découvrir le style bien structuré, précis, et posé du Coran, son sens cohérent, et l'harmonie de ses versets et chapitres. Ainsi, s'il avait été la parole de l'homme et s'il avait été cité dans plusieurs occasions et évènements successifs, il aurait subi des altérations et des ruptures et il aurait été l'objet d'émiettement et d'inhomogénéité et de discordance. Allah dit :

 

(S'il provenait d'un autre qu'Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions !).

 

Interprétation du Coran Glorieux :

 

L'interprétation du texte coranique repose sur la méthode suivante :

 

1/ Interprétation du Coran par le Coran : La meilleure manière pour connaître le dessein de l'interlocuteur consiste à examiner ses paroles d'après des règles de la langue qu'il utilise. Ceci exige de connaître la langue par laquelle le Coran fut révélé, son style et ses usages. En somme, le Coran est arabe, le Messager sur lequel il a été révélé est arabe et le peuple vers lequel fut adressé le message divin pour la première fois fut arabe aussi. Ainsi le message coranique adopta la même langue à laquelle il était habitué. L'exégète peut être dans la nécessité d'assembler des versets sous un seul thème puis les examiner ensemble afin de connaître ce qui pourrait exister entre eux comme rapports, comme particularité générale, comme restriction absolue et comme description détaillée.

 

2/ Interprétation du Coran par les propos du Prophète : Si la compréhension du texte coranique s'avère difficile, l'exégète a recours à la sunna du Prophète (Paix Bénédiction d'Allah sur Lui). En effet, elle constitue une exposition claire du Coran. Allah dit :

 

(Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux et afin qu'ils réfléchissent.).

 

En effet, la sunna explique clairement ce que le Coran a présenté de façon générale. Qu'il s'agisse des obligations comme la prière, le jeune, la Zakat, le pèlerinage. Elle a explicité les piliers de ces actes d'adoration, ses obligations, ses permissions, ses interdictions, ses choses détestées, ses manières, ses horaires, ses estimations et les taux requis d'une façon détaillée et faisant défaut dans le Coran. Par ailleurs, la sunna évoque ce qui est particulier par rapport à la généralité mentionnée dans le Coran, elle évoque le restreint par rapport à l'absolu et l'évident par rapport au complexe, comme le prophète l'a dit (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui) : « Sachez qu'on m'a donné le Coran et celui qui le ressemble ».

 

3/ Interprétation du Coran par les propos des compagnons : Au cas où le texte coranique s'avère difficile à assimiler à partir du Livre-Saint et de la sunna, il est important de se référer aux dires des compagnons du Prophète (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui), car ils sont les mieux informés de ce qu'ils ont observé comme situations et cas semblables. Ils ont acquis des connaissances parfaites dans les domaines du savoir pur et des œuvres bienfaisantes notamment les Ulémas et la crème des gens parmi eux.

 

4/ Interprétation du Coran par les propos des tab'ines : Il en est de même du texte coranique qui paraît difficile a comprendre à la lumière des interprétations des compagnons. A cet effet, l'unique voie qu'il faut emprunter pour mieux comprendre le Coran est celle des dires des tab'ines et de leurs descendants parmi les savants. Ceux-ci sont les plus proches de l'époque de la révélation du Coran, les experts de la langue arabe et de ses styles et les enregistreurs de la Sunna et des récits. Certes, ils appartiennent aux siècles préférés dont on a témoigné de leur valeur.

 

Abrogation de certaines législations divines antérieures par le Coran:

 

L'abrogation dans les législations célestes est une réalité incontestable. Bien plus, elle est une réalité dans une seule législation. Elle s'applique d'usage à des questions secondaires sans toucher aux fondements. Allah dit :

 

(Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu'Allah est Omnipotent ?).

 

La législation d'Issa (Jésus-Christ), à titre d'exemple, abrogea certains aspects de la législation de Moussa (Moïse) (paix d'Allah sur eux). Allah dit par son prophète ‘Issa en s'adressant aux enfants d'Israël :

 

( …et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. ).

 

Quant à la législation islamique, elle abrogea les législations antérieures. Le but de l'abrogation est d'introduire certaines législations. Toutefois, l'unicité d'Allah et sa purification à l'égard du polythéisme ainsi que les autres actes d'adoration qui constitue la base essentielle de la prédication de tous les prophètes, ne sont pas impliqués dans l'abrogation. Ce qui intéresse cette question sont notamment les choses secondaires des législations, leurs particularités et leurs détails. En somme, la législation islamique demeure éternelle et valable pour toutes les époques et les lieux, assemblant les qualités des législations antérieures, comme l'a dit Allah le Très-Haut :

 

(Et sur toi (Muhammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui.).

 

L'Islam a été parachevé avec la révélation du Coran

 

Certes, le Coran n'a été révélé qu'il y a quatorze siècles bien que ses sens soient anciens et nouveaux. Il y a une récapitulation des premiers messages accompagnés d'une multitude de conseils pour toute l'humanité depuis son existence. Le Coran est ainsi le confluent superbe de sagesses éloquentes qui a fait vibrer des nations à différentes époques. Il est un éventaire de la plupart des législations divines dont eut besoin la terre d'une génération à une autre. Pour cela il a assemblé les vérités inamovibles et révélé la sollicitude d'Allah pour ses créatures depuis leur existence jusqu'à nos jours et jusqu'à la fin du monde. Pour élucider cet aspect, Allah dit dans la sourate « le Très-Haut » après avoir indiqué quelques uns de ses versets concernant la création, après avoir demandé à Son Messager (Prière et Bénédiction d'Allah sur lui) de se rappeler, et après avoir mis en évidence le succès de celui qui s'est purifié et la perte de celui qui ne se rappelle pas d'Allah, et aussi après mis en évidence que la nature de l'être humain se caractérise par sa préférence de la vie actuelle à celle l'au-delà remplie de délices éternels. Allah a poursuivit en disant :

 

(Ceci se trouve, certes, dans les Feuilles anciennes, les Feuilles d'Abraham et de Moïse.).

 

La religion musulmane a enfin été parachevée avec la descente du Coran et les gens n'ont nul besoin d'une autre qu'elle, comme il l'a dit le Très-Haut :

 

(Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous.).

 

La préservation du Qur'an et son immunité contre la falsification

 

Allah a fait descendre (Son Livre) le Qur'an afin qu'il soit le Livre qui prévaut, l'ultime message et la législation éternelle ; ce qui exige qu'il soit protégé du dommage des malveillants, de la falsification des fanatiques et de l'usurpation des imposteurs. Il a bénéficié de cela depuis les premiers instants de sa descente jusqu'à nos jours et jusqu'à ce que Allah héritera la terre et tout ce qu'elle comporte. Il s'agit du Livre d'Allah qui ne comporte ni ajout ni diminution. Il nous est transmis par l'intermédiaire de la relation d'un grand nombre de personnes de chaque génération dont il est impossible qu'ils soient de connivence pour mentir. Il n'est pas possible de dénombrer ou de cerner tout ce monde qui a mémorisé ou écrit le Qur'an. Il n'y a jamais eu de désaccord à une époque donnée sur un chapitre un verset ou un mot ; au contraire, la plupart de ces gens qui ont retransmis le Qur'an ne maîtrisent pas la langue arabe mais récitent le Qur'an comme il fut révélé.

Allah a en effet garanti l'immunité de Son Livre contre la falsification :

 

( En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Qur'an, et c'est Nous qui en sommes gardien ) (sourate Al Hijr, verset 9) ; ( Et la parole de ton Seigneur s'est accomplie en toute vérité et équité. Nul ne peut modifier Ses paroles. Il est l'Audient, l'Omniscient)

(Sourate Al An'am, verset 115).

 

Cela requiert la protection de son fond et de sa forme initiales telles qu'il fut révélé ; ce que confirme toute personne qui mène des recherches sur le Qur'an ; qu'il s'agisse d'un musulman ou non.

 

La protection du Qur'an a diverses formes et voies

 

Premièrement : La protection du Qur'an à l'époque de la prophétie

 

Elle s'est faite à travers plusieurs voies parmi lesquelles :

 

• La manière dont descendait la révélation

Elle consiste à ce qu'elle descende sous une forme qui est plus à même de favoriser sa sauvegarde et sa mémorisation ; à ce propos, on demanda au Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) comment lui venait la révélation et il répondit : « A certains moments, elle m'arrive pareille au tintement d'une clochette, et c'est pour moi la plus pénible. Puis la révélation s'interrompt alors que j'ai saisis ce que l'Ange m'a transmis. D'autres fois, l'Ange se montre à moi sous une forme humaine, il me parle et je retiens ce qu'il a dit »

 

• Révision du Qur'an par l'Ange et le Prophète –paix et bénédictions d'Allah sur lui-

Cela avait lieu chaque année au mois de Ramadan ; Jibril venait le visiter chaque nuit du Ramadan et le Prophète –paix et bénédictions d'Allah sur lui- lui soumettait le Qur'an. La dernière année qui précéda sa mort, le Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- lui fut soumit –le Qur'an- par deux fois. Tout ceci se faisait dans le souci de protéger le Qur'an intacte tel qu'il fut révélé.

 

• Ecriture et vérification de la révélation

En outre, le Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- désigna des scribes qui lui écrivaient la révélation au fur et à mesure qu'il la recevait ; ensuite, il révisait lui-même cela pour s'assurer de l'authenticité de ce qui était écrit.

 

• La limitation de l'écriture à celle du Qur'an

Et cela au début car le Messager d'Allah –paix et bénédictions d'Allah sur lui- avait interdit toute écriture autre que celle du Qur'an, comme par exemple l'écriture du Hadith et du Tafsir (exégèse du Qur'an) ; il avait fait cela afin d'éviter toute confusion entre le Qur'an et ces derniers. Il interdisait à ses Compagnons d'écrire ce qui venait de lui hormis le Qur'an. Et lorsqu'il s'assura de l'enracinement du Qur'an et de sa préservation de toute confusion avec d'autres textes, il donna la permission d'écrire des textes autres que le Qur'an.

 

• Exhortation à l'apprentissage et l'enseignement du Qur'an

Le Prophète –paix et bénédictions d'Allah sur lui- exhortait ses Compagnons à l'apprentissage et l'enseignement du Qur'an, à le mémoriser et le faire mémoriser. Il désignait celui d'entre eux qui avait le plus appris le Qur'an pour diriger les prières et commander les armées. Bien mieux, la mémorisation du Qur'an est une nécessité impérieuse car sa récitation est prescrite dans les prières et l'application de ses préceptes et mœurs dans les différents domaines de la vie.

 

• La solidité de la mémoire des arabes

Les arabes jouissaient d'une mémoire à laquelle presque rien n'échappait ; surtout que le Qur'an vint dans un style excellent et une éloquence sublime, ce qui rendit sa mémorisation facile et suscita un intérêt pour lui jusqu'à ce que ceux qui l'apprenaient furent nombreux : ils l'apprenaient par cœur et le consignaient par écrit. C'est ainsi qu'il fut mémorisé par le grand et le petit, l'homme et la femme, le citadin et le bédouin.

 

Deuxièmement : La sauvegarde du Qur'an à l'époque des Compagnons –qu'Allah soit satisfait d'eux-

 

Après la mort du Prophète –paix et bénédictions d'Allah sur lui-, les Compagnons s'engagèrent à sauvegarder et protéger le Qur'an, Livre de leur Seigneur et recueil de leur législation. Cela s'illustra dans deux évènements majeurs :

 

1- A l'époque du premier Calife Abû Bakr As-Sidik (le véridique) –qu'Allah soit satisfait de lui- lorsqu'il y eut plusieurs décès dans les rangs de ceux qui mémorisaient le Qur'an par cœur à cause des guerres, celui-ci et quelques uns des grands Compagnons éprouvèrent la crainte de voir le Qur'an disparaître avec le décès de ces hommes qui le gardaient dans leurs mémoires. Le Calife Abû Bakr ordonna d'assembler le Qur'an et cela en rassemblant tous les supports sur lesquels il était écrit : planches, parchemin, etc. de même que tout ce qu'en mémorisaient les musulmans par cœur. Ainsi, le Qur'an fut rassemblé en entier par écrit et en un seul endroit contrôlé par le Calife et ses successeur par la suite.

 

2- A l'époque du troisième Calife 'Othman ibn 'Affan –qu'Allah soit satisfait de lui-, la lecture du Qur'an s'était faite jusqu'alors dans les différents dialectes arabes –une facilitation qu'Allah leur avait accordée. Lorsque cette différence linguistique entraîna des conflits et des désaccords entre les musulmans, le Calife 'Othman les réunit sur une seule langue qu'est la langue de Quraich, la mère des tribus arabes. Ensuite, plusieurs copies du Qur'an en langue arabe qurayshite furent reproduits et diffusés dans les différentes régions et contrées.

 

Les exemplaires du Qur'an écrits à l'époque de 'Othman

 

Certains orientalistes ont confirmé la vision par quelques anciens savants des exemplaires du Qur'an datant de l'époque du Calife Othman, ou de quelques uns de leurs versets. Parmi eux vient en premier lieu Kwatrimir comme cela est indiqué par Berguechtra et Beretzel dans leur étude sur l'histoire du texte coranique. Ils confirment que le célèbre itinérant Ibn Batouta a lui-même vu ces copies du Qur'an et a estimé qu'ils dataient de l'époque de Othman (il y à plus de 1400 ans), ou a vu quelques unes de leurs pages seulement à Grenade, Marrakech, Bassora et certaines autres villes au cours de ses multiples voyages. Par ailleurs, il est connu que Ibn Katsir Ad-Dimachki -l'un des savants du 8ème siècle de l'hégire-, a vu l'exemplaire du Qur'an de Ach-Cham (Grande Syrie) ainsi que d'autres tels que Ibn Al-Jazri et Ibn Fadhlillah Al-Amri. Certains chercheurs sont d'avis que cet exemplaire du Qur'an a passé quelques temps sous la possession des Tsars Russes dans la maison du livre de Leningrad d'où il fut transféré après en Angleterre. D'autres estiment toutefois qu'il est resté dans la mosquée de Damas où il fut brûlé en 1310.

 

Ce qui est connu de manière certaine et reconnu par tout chercheur impartial qui étudie le Qur'an, est qu'aucun autre livre n'a bénéficié du genre d'intérêt dont bénéficie le Qur'an et qu'aucun livre ne nous est parvenu par la relation d'un nombre de personne aussi élevé dont il est impossible qu'ils soient de connivence pour mentir hormis le Qur'an.

 

Il est arrivé, comme l'a dit Chifali : « Plus parfait et plus précis que ne l'espère n'importe quelle personne ». Ce qui n'est pas surprenant car il s'agit du Livre d'Allah au sujet duquel Il a dit :

 

( Le faux ne l'atteint [d'aucune part], ni par devant ni par derrière : c'est une révélation émanant d'un Sage, Digne de louange ) (Sourate Fussilat, verset 42)

 

(Ribaat : Dans un Musée de Turquie vous trouverez des affaires personnelles du Prophète Mohammed (saw), ainsi qu’un Coran sous forme de livre des premier siècles identique à celui que vous lisez, sans une seule lettre en plus ou en moins !)

 

Témoignages de quelques Occidentaux

 

Selon Leplois: « Le Qur'an est aujourd'hui le seul livre divin qui ne comporte aucune

modification ».  

 

Moyer a dit : «  Le Moushaf qui fut assemblé par 'Othman a été retransmis par l'intermédiaire d'un grand nombre de personnes de main à main jusqu'à ce qu'il nous parvienne dénué de toute falsification. Il a été conservé avec un grand soin si bien qu'il n'a subi aucune modification ; bien mieux, nous pouvons affirmer qu'il n'y a jamais eu aucun changement dans d'innombrables copies répandues dans les très nombreux pays islamiques. Il n'y a qu'un seul Qur'an unique pour tous les groupes islamiques qui se disputent. Cet usage collectif du même texte accepté par tous jusqu'à nos jours est considéré comme la plus grande preuve de l'authenticité du Qur'an révélé que nous détenons. »

 

Maurice Bucaille, quant à lui, a indiqué qu'il existe dans les bibliothèques européennes telle que la bibliothèque nationale à Paris, des fragments de manuscrits du Qur'an qui datent, -selon les estimations des experts-, des deuxième et troisième siècles de l'hégire. (Entre environ 1100 et 1200 ans)

 

La protection est spécifique au Qur'an

 

Allah –l'Exalté- s'est Lui-même chargé de sauvegarder Son Livre (le Qur'an) :

 

(En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Qur'an, et c'est Nous qui en sommes gardien ) (Sourate Al Hijr, verset 9).

 

Parce qu'il s'agit de l'ultime message et de la législation qui perdurera, il est donc normal qu'il soit préservé jusqu'au Jour Dernier. Quant aux livres divins antérieurs, ce furent des législations temporaires ; Allah confia leur sauvegarde aux gens mais ceux-ci les négligèrent en les falsifiant, en les modifiant et en les occultant, Allah dit:

 

(Nous avons fait descendre le Thora dans laquelle il y a guide et lumière. C'est sur sa base que les prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins et les docteurs jugent les affaires des Juifs. Car on leur a confié la garde du Livre d'Allah, et ils en sont les témoins) (sourate Al Maïda, verset 44)

 

 Barakalahoufikoum

Oua salamaraleykoum oua lahmatoulah oua barakatouh
__________________

Allah dit: (Je n'ai créé les djinns et les humains que pour qu'ils M’adorent) 
Sourate 51: Les vents qui éparpillent, verset 56

 

LOUANGE A ALLAH LE VERIDIQUE IMMUABLE, MAITRE DE LA JUSTICE, FAISANT DISPARAITRE LE FAUX, PAR LA VERITE DU GLORIEUX CORAN !

 Suite

 SIGNES ET MIRACLES D’ALLAH (47):

« Etudes Scientifique Récapitulative du Coran »

Repost 0

Presentation

  • : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ILLUMINATI / DEPUIS JANVIER 2010
  • : RIBAAT: Derrière la Démocratie se cache les lieutenants Sataniques/lucifériens Illuminati et Franc-maçons des hauts degrés. Cependant un chef CACHE donne les ordres : LES JÉSUITES/JUIFS NOACHIDES AU VATICAN A ROME ! Ces derniers veulent illusoirement conquérir le monde sous le vocal d’un Nouvel ordre mondial ; c'est-à-dire un monde sans foi ni loi en Allah notre Créateur !
  • Contact

Recherche